Mardi Tourisme: Puebla


Après les superbes photos romaines de Marichéri, j’ai un peu honte de ressortir mes vieilleries mexicaines, mais au moins, ça nous fait voyager, y compris dans le temps! On part à Puebla, qui est une des premières villes que j’ai visitée quand j’ai commencé à m’aventurer hors de la capitale. C’est à peine à une centaine de kilomètre au sud de Mexico, c’est à dire à l’époque presque trois heures de bus défoncé, au milieu des poules caquetantes, avec des cartons accrochés avec des tendeurs en guise de plancher et des fenêtres tenues par des fils de fer, on peut faire l’aller retour dans la journée. C’était donc dans mon budget.

Il paraît que depuis, Puebla est devenue très mode et est envahie de touristes, j’ai eu la chance d’y aller avant que ce soit la ruée. Puebla est la capitale de l’état homonyme, c’est pratique. Son nom historique est Puebla de Los Angeles, puis c’est devenu Heroica Puebla de Zaragoza après une révolution quelconque (sérieusement, au Mexique, il y en a eu une tous les 4 matins), mais on est entre nous, on va se contenter de son diminutif de Puebla. Comme toutes les villes mexicaines, elle s’étale autour de son Zocalo, sa place centrale qui accueille le palais du gouvernement local et la cathédrale, dont la construction a débuté en 1575 et qui est un chouïa chargée baroque. En débarquant de la gigantesque Mexico, ça m’avait paru charmant et provincial, pour ne pas dire petit, alors qu’il y a quand même plus de 3 millions d’habitants!

En fait Puebla, à la différence de beaucoup de villes mexicaines construites sur et avec les ruines indiennes, est une création des conquistadores, d’où son style typique colonial qui fait qu’elle est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Les espagnols n’ont pas eu à pousser qui que se soit, il n’y avait personne. Du coup, pour s’occuper, ils ont construit une jolie ville toute neuve. En se promenant dans le centre, on tombe sur des rues colorées, des places, des fontaines, des églises du plus pur style baroque espagnol, et des maisons charmantes recouvertes de stuc, (je conseille la casa de alfenique, la maison du sucre d’orge, surnommée ainsi à cause de sa décoration).

Bref, Puebla est très sympathique. Mais il ne vaut mieux pas la visiter pendant la saison des pluies, quand on passe, sans y être préparée du tout, d’un grand soleil radieux à un déluge torrentiel en trente secondes, surtout si on attend le bus à l’extérieur…je dis ça comme ça, sans penser à mal. C’est bien simple, alors que Puebla est au pied du Popocatepetl, les nuages arrivent à le cacher avant de se déverser sur le crâne des touristes innocents et de repartir comme si de rien n’était, en laissant à nouveau la place au soleil. Mais à part ces légers désagréments météorologiques, je garde un très bon souvenir de Puebla et ses environs!

Cet article, publié dans Tourisme, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Mardi Tourisme: Puebla

  1. carrie4myself dit :

    J’aime bien ta derniere photo!!

    J'aime

  2. petitdiables dit :

    Un vrai dépaysement en effet!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s