Scènes de vie ordinaire

Ce matin, FB m’a rappelé un incident qui a eu lieu il y a exactement deux ans. On était encore en Angleterre, je réceptionnais un colis et le livreur m’a fait remarquer que mon nom était bizarre et ça vient d’où? De France. Et là, il a répondu en riant: au moins, vous n’êtes pas polonaise. J’en étais tellement estomaquée que je n’ai pas su quoi répondre, j’ai juste claqué la porte sur sa gueule de xenophobe réjoui. J’étais un peu à bout aussi, je n’en pouvais plus de ce genre de réflexions. C’est en partie pour ça qu’on a déménagé (c’est un peu plus compliqué quand même, mais ça a joué) et qu’on est aujourd’hui en France. Où le racisme ordinaire se porte très bien aussi.

Source

Attention, cette fois, on n’est plus visé. Quand des gens remarquent l’accent anglais persistant de GeekAdo ou de MangaGirl, c’est pour trouver ça charmant. Il y a une jurisprudence Jane Birkin ou Charlotte Rampling, l’accent anglais est toléré, voire admiré. Non ici, c’est même l’inverse, les racistes ordinaires ont l’air de penser qu’on est pote, et ça me défrise beaucoup. Je renvois quelle image exactement pour que cette sombre conne dans le bus hier se permette de vouloir blaguer avec moi? Scène de la vie ordinaire dans le Pas de Calais cette fois, plus dans un village au fond de l’Essex: un pauvre garçon, à peine la vingtaine, visiblement étudiant, a oublié son ordinateur portable dans le bus du matin et il parcourt la ligne depuis pour essayer de le retrouver. La chauffeure, compatissante et très gentille, s’arrête. Elle téléphone au dépôt, elle cherche le chauffeur qui a pu éventuellement récupérer le portable, elle appelle tous ses collègues. Ça prend quelques minutes. Exceptionnellement , le bus était à l’heure, on ne va pas chipoter pour un instant: ce pauvre garçon est dans tous ses états, il y a tous ses cours, ses photos, tout, sur cet ordinateur. La chauffeure insiste au téléphone, elle touche au but, elle a le nom du chauffeur de ce matin. Le portable a été laissé dans un dépôt de la compagnie, il ne reste plus qu’à savoir lequel.

Les autres voyageurs, dont moi suivent la scène. J’imagine tout à fait L’Ado à la place du distrait et je me dis que je serais bien contente qu’on l’aide comme ça dans les mêmes circonstances. Le pauvre garçon se confond en remerciements devant autant de gentillesse. Il s’excuse aussi de mettre tout le monde retard. Et c’est là qu’une espèce de furie en face de moi s’emballe. Elle avait déjà ricané bruyamment plusieurs fois, avec des grâces de hyène enragée, mais là, elle me prend à témoin, en hurlant bien fort avec un air sadique, c’est quoi ce sale ****, et d’abord comment il a les moyens d’avoir un ordinateur portable et il se croit où, à mettre tout le monde en retard, ce***, on est pas chez les *** (je refuse d’employer ce genre de vocabulaire, même pour citer quelqu’un). Parce que effectivement, le pauvre étudiant a un teint légèrement bronzé et un petit accent. Cette conne braille, éructe, crache sa haine. La chauffeure relève la tête de son téléphone, bouche bée, et le pauvre étudiant essaie de se faire tout petit, sans rien dire, au bord des larmes. La harpie me regarde, triomphante…Alors je me suis levée, j’ai demandé à l’étudiant, en espagnol donc puisqu’il était latino, vénézuélien même (et pas maghrébin comme le croyait l’autre conne, mais ça ne change rien au débat), si ça allait, et j’ai aidé la chauffeure à lui expliquer comment aller au dépôt pour récupérer son portable. On est reparti. La chauffeure a fait assoir l’étudiant devant, près d’elle, en surveillant l’immonde sorcière raciste dans son miroir. Je me suis rassise, elle m’a regardée, prête à mordre. Je lui ai souri très gentiment et j’ai imité l’accent de MangaGirl : Vous avez un problème?

Ce n’est rien, juste un petit incident qui a à peine duré quelques minutes. Mais pourquoi un tel déchaînement de méchanceté gratuite? Pour quelle raison cette femme, qui a dit poliment bonjour en montant dans le bus devient une furie grossière dès qu’elle entend un accent étranger? Que ce passe-t-il dans son cerveau atrophié, quel levier s’enclenche pour qu’elle perde tout savoir vivre? D’où vient cette haine incontrôlable? Et pourquoi pense-t-elle que je suis de son côté? Pourquoi personne ne dit rien? Je n’ai pas le mal des transports, mais là, dans ce bus, j’ai eu des nausées.

Publié dans société | Tagué , , , , | 2 commentaires

Le Bassin

C’est un mardi tourisme qui change un peu, déjà géographiquement. J’ai bien encore des châteaux de la Loire a vous montrés, mais on verra plus tard. Et la météo ne nous a pas permis de continuer à explorer le Pas de Calais, qui est quand même moins fun sous des trombes d’eau. Mais ça change aussi parce que pour une fois, je ne vous amène pas visiter un monument, un musée ou un château. Pas de vieilles pierres mais de l’eau…C’est la suite logique du billet d’hier, je me suis dit que ce serait une bonne idée de parler un peu du Bassin d’Arcachon, le vrai, pas celui des touristes, des plages bondées et des villas fermées les trois quart du temps. Non celui des pêcheurs, de la nature, et donc de l’eau. Celui qui a fait dire à L’Ado, pourtant très peu versé dans les envolées lyriques, la première fois où j’y ai traîné ma petite troupe que c’était le paradis et pourquoi t’es partie?

J’ai été surprise de voir que le bassin était devenu très mode pendant qu’on était en Angleterre. D’un côté, sans aucun chauvinisme bien sûr, j’apprécie que le grand public se rende compte, comme L’Ado, que le paradis est bien évidemment dans le Sud-Ouest, de l’autre je trouve ça un peu dommage, tous ces touristes qui s’agglutinent sur les plages sans penser à se retourner, sans profiter de la vraie vie du bassin. Il y a bien sûr les connus, Arcachon même, avec ses villas , qui est impraticable deux mois par an, au minimum, le cap Ferret avec son phare, mais aussi Arès, Andernos, Lanton, Audenge, Biganos, le Teich, Gujan Mestras, la Teste et les huîtres. Si.

Le bassin produit entre 8 à 10 000 tonnes d’huîtres par an selon Wikipedia, parce que j’avoue que je n’ai pas compté personnellement. Évidemment , quand on n’aime pas les huîtres, ou qu’on y est allergique, comme quelqu’un que je connais bien, on peut toujours passer le temps à prendre des photos pendant que les autres mangent. On prend même tellement de très jolies photos que j’ai un mal fou à choisir et que je dois me restreindre histoire de ne pas en poster un bon millier. Je dis ça comme ça.

Mais le bassin d’Arcachon, c’est surtout la nature, les oiseaux (sur l’île du même nom, en plein milieu du bassin avec ses cabanes tchanquées, sur pilotis), ses réserves naturelles et l’eau toujours présente.

Une prochaine fois, je vous parlerai de la dune du Pyla, tout en bas, qui a aussi fait pousser des hauts cris à L’Ado. Normal puisque ça l’est. Haut je veux dire, très haut, surtout quand on accepte, pour être sympa et faire plaisir à son papa de s’y traîner, y monter en pleine canicule, après une nuit blanche (je rappelle que le Sud-Ouest est aussi connu pour ses fêtes), tout ça pour s’entendre dire arrivée en haut que pas du tout, c’est le faux sommet pour les touristes ça, et allez hop, on continue dans le sable brûlant par là, à gauche, loin de la foule. Rhaa. On va rester plus bas, tranquille, au bord du bassin…

Ce billet est dédicacé à C.

Publié dans Tourisme | Tagué , , , , , | 6 commentaires

Sunny Monday #45

On est toujours dans le thème des oiseaux pour le défi de Bernie. Après la mouette de la dernière fois, j’ai décidé de rester dans l’aquatique, et plus précisément sur le bassin d’Arcachon, dans la réserve ornithologique du Teich.

Bonne semaine à tous!

Publié dans Uncategorized | 3 commentaires

La phrase de la semaine #45

Cette fois, c’est L’Ado qui s’y colle. On le ramenait à la gare quand il s’est mis à retourner fébrilement toutes ses poches dans la voiture: attendez, où j’ai mis mes clés? …non mais, je veux pas encore les paumer, ça m’a suffit!

-c’est vrai que si tu fais comme en Italie, et que tu reviens de vacances sans tes clés, ça va encore poser problème pour rentrer dans ton appartement…

-aah, ouais, je me souvenais plus que j’avais oublié mes clés en Italie aussi…

-comment ça, aussi?

-non mais je parlais des autres fois, quand je les ai perdues…

-quelles autres fois?!?

Et c’est là qu’il a eu cette réponse légèrement de mauvaise foi et qui ne nous a pas franchement rassuré:

Donc si L’Ado a égaré ses clés un nombre inconnu de fois, il n’y est pour rien. C’est un problème de design. Il a continué ses explications: clairement, le type qui a inventé les clés, ces espèces de petits machins mêmes pas fluo ni équipés de gyrophare ou de sifflet, c’est évidemment par pur sadisme, exprès pour qu’on les perde. Alors que si il avait fait des clés rouge pompier de deux mètres, ben on les retrouverait plus facilement. En même temps, c’est pas faux…et je rassure la famille: L’Ado avait bien ses clés, il est rentré dans sa chambre d’étudiant londonienne sans problème. A moins que son pote T. lui ait ouvert, je préfère ne pas demander de précision… »Non mais attends, tu râles mais c’est pas pire que T., il a perdu ses clés dans l’appart…il était coincé dedans, il pouvait plus sortir ».

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , | 2 commentaires

Projet 52: noir et blanc

Pour le thème choisi par Ma‘ cette semaine, j’aurais pu mettre simplement une photo en noir et blanc, Marichéri en fait assez souvent. Mais j’ai préféré une photo en couleur de quelque chose noir et blanc. J’ai déjà eu l’occasion de montrer les colonnes de Buren, mais c’est un autre angle et une autre vue de la cour du Palais Royal que j’ai choisie cette fois, où l’on voit bien que la photo est en couleur. Je sais que les colonnes de Buren sont très controversées, et j’ai parfois du mal avec certaines modernités architecturales greffées comme des bubons sur des chefs d’œuvres anciens, mais là, j’aime beaucoup. Je trouve que l’œuvre s’inscrit très bien dans le classicisme du lieu, tout en sobriété et géométrie, tout en lui apportant un petit côté ludique. Marichéri, qui a donc pris la photo, crie au scandale et déteste les colonnes de Buren…mais il reconnaît que ça permet de faire des photos qui changent un peu!

Publié dans Tourisme | Tagué , , , , , , | 11 commentaires

Friday Feelings #240

C’est parti pour un nouvel épisode des états d’esprit de Zenopia et Postman!

Fatigue: ça va…c’est à dire que l’école a repris et que Wizzboy se lève donc encore plus tôt, tout excité, mais c’est la routine.

Humeur: ça sent la fin des vacances de Maricheri, beuh…

Condition physique: emmitouflée dans mon « pull de nounours » comme dit Wizzboy. Il a raison, il y a de ça, c’est tout fluffy et chaud, une vraie doudoune.

Estomac: on a fait une cure de choucroute, tartiflette, cassoulet au confit (de canard uniquement, je ne rigole pas avec ça. Je ne fais le cassoulet qu’au canard, jamais avec du confit d’oie, Landes Power et tout ça, non mais), et autre plats légers et bien franchouillards pour faire plaisir à L’Ado.

Esprit: il va falloir penser à noël, ça approche…c’est là que je vois que j’étais beaucoup plus organisée en Angleterre, ça devait être par contagion de toutes les super mums qui commençaient les préparatifs en août.

Boulot: expo du 11 novembre toute traduite! Youpidoo. Par contre, si aucun anglophone ne passe par là, je vais mal le prendre…I literally slaved over the translations for ages, they have to come. Oui, j’ai autant le sens de l’exagération en anglais qu’en français, pourquoi?

Culture: je potasse les guides touristiques de la région, ça compte? Après nos deux dernières balades locales qui ont été des réussites, j’ai bien envie de continuer à explorer! Il faut dire aussi que ça fait du bien d’avoir pratiquement fini les rénovations intérieures de la maison et de pouvoir retourner à une vie normale, sans plus avoir à passer tout notre temps libre à poncer, percer, peindre…

Avis perso: même le CM de DHL est incompétent… j’ai raconté mes déboires avec DHL sur FB hier, et sur Twitter. Et je les ai incendiés sur leur page. J’ai taggué à tout va. Et bien, ils ne m’ont répondu que ce matin. Ça fait désordre, on ne laisse pas des avis négatifs comme ça dans la nature, sans réponse pendant des heures. Ou alors, on est tellement nombreux à râler parce qu’ils ne sont pas fichus de faire ce pour quoi on paie, c’est à dire des livraisons, que leurs CM sont débordés.

Message perso: à la semaine prochaine, je réserve le restau!

Loulous: L’Ado est reparti…il ne rentrera pas avant les vacances de Noël, sous prétexte qu’il doit bûcher ses partiels, que ça coûte cher (c’est nous qui lui payons l’eurostar), qu’il fait froid…ben voyons. GeekAdo en a marre des cours d’anglais. Il est obligé d’y aller cette année (il faisait tutorat de français à la place l’année dernière) à cause du bac, il s’ennuie ferme et on ne peut même pas dormir tellement c’est bruyant. Ah. MangaGirl est allée visiter le lycée avec sa classe. Ça dépend du même établissement, mais c’est à l’autre bout de la ville, dans un ancien couvent. Elle est revenue enchantée, c’est trop cool, ils ont même un jardin (dans l’ancien cloître) super. C’est carrément pas juste, le collège c’est trop nul à côté. Et sinon, les nouvelles options pour le bac? Ouais non, je sais pas, y’a un prof qui a dit des trucs…et attends, y a même une cafet’ super. Bon, au moins, elle est motivée pour y aller, c’est déjà ça. Je viens d’apprendre que PrincesseChipie me lit. Avec assiduité. Elle avoue qu’elle ne comprend pas tout, mais c’est trop cool quand je parle d’elle. Et bien voilà! Les autres la prennent pour une folle ou une fayote, il y a longtemps qu’ils ne s’intéressent plus à ce que je peux bien écrire sur eux. Même L’Ado, à qui je demandais religieusement la permission de me moquer de lui raconter ses aventures au début, m’a clairement fait comprendre que je peux faire ce que je veux, il s’en fiche, sentiment largement partagé par les autres donc, sauf PrincesseChipie. Je suis très flattée de cet intérêt soudain. Wizzboy a commencé à répéter des chants de noël pour l’école. Je suis joie. Les chats aussi, qui se planquent, sauf Marcel qui prend sur lui d’hurler à la mort avec le gamin.

Divers: Marcel a été opéré, ça y est, il va pouvoir sortir. Mais pas tout de suite, il faut d’abord qu’il fasse son grand malade et se fasse plaindre…

Amitié: il faut vraiment qu’on s’organise!

Love: beuh, ses vacances se terminent…

Penser à : recoller la tête d’une vache sauvagement décapitée par Marcel.

Courses : c’est beaucoup plus calme de ce côté après le départ de L’Ado.

Envie de: gagner au loto pour que Marichéri reste en vacances permanentes…il faudrait peut être jouer pour ça, je ne sais pas si ça aide vraiment, mais ça ne peut pas nuire.

Sorties: ça dépend de ce qu’on trouve à visiter pas trop loin. Sinon, les marchés de noël ne vont pas tarder…

Pic: sérieusement, elle est ridicule sans sa tête, non? Même la vache à côté ne s’en remet pas.

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , , | 8 commentaires

Thursday thunder: brexit election conundrum

C’est parti en Grande Bretagne pour un mois de battage électoral, entre mensonges éhontés, gaffes plus ou moins voulues et promesses intenables, de tous les côtés. La logique voudrait que les anti brexit, les remainers votent pour l’opposition, c’est à dire contre Johnson et donc pour le labour. Ahah, ça serait trop simple, et rien n’est simple en Brexitland.

Source

On n’en serait certainement pas là aujourd’hui si le labour avait fait son boulot d’opposition depuis 3 ans. Alors que les remainers se cherchent désespérément un champion pour leur permettre d’avoir une majorité parlementaire capable de bloquer le brexit, Corbyn, dans sa grande incompétence, promet au contraire un « brexit de gauche ». Allons bon. On ne sait pas ce que c’est, Bruxelles a déjà dit qu’on ne rouvrira pas une énième fois les négociations pour tenir compte des promesses farfelues de Corbyn, et qu’il n’y aura plus de délai. Mais c’est pas grave, avec le même sens des réalités que ses adversaires, Corbyn promet tout et n’importe quoi, grâce à son brexit de gauche. Bref, pas la peine de voter pour l’opposition officielle (c’est à dire le deuxième parti au parlement) pour espérer arrêter le brexit. Pas la peine non plus de compter sur une coalition avec Corbyn à sa tête pour ça…il reste donc les petits partis, qui sont eux ouvertement pour une annulation pure et simple du brexit. Manque de chance, ils sont aussi très minoritaires. Les Green (les écolos) sont anecdotiques. Les indépendantistes écossais ne se présentent, logiquement, qu’en Ecosse (où ils ont par contre de grandes chances de rafler la quasi totalité des sièges). Il ne reste aux remainers anglais que les centristes du libdem, dont le seul et unique programme est justement l’annulation du brexit. C’est un peu court quand même, et leur cheffe n’est pas non plus d’une compétence qui fait frémir Johnson et Corbyn. Son discours clairement anti brexit n’arrive pas à masquer les mêmes ambitions que celles de ses petits copains conservateur et labour: elle veut le pouvoir pour le pouvoir, pour elle-même, et puis c’est tout. Elle s’est déjà déclarée contre une coalition avec le labour de Corbyn. Et elle n’a strictement aucune chance d’avoir la majorité toute seule.

Pendant ce temps, les politiciens modérés de tous bords fuient le navire. Ils démissionnent ou annoncent qu’ils ne se présentent pas, ça revient au même à un mois des élections. C’est le sauve-qui-peut général. Pourtant, les sondages le prouvent, la majorité ne veut pas ou plus du brexit. Certes, ce n’est pas un raz de marée anti brexit, mais quand même! Ils font quoi, ils votent pour qui? Qui pour arrêter le brexit? Pour l’instant, personne. Les anglais (je ne parle pas des écossais ni des gallois) ont le choix entre un brexiter d’extrême droite ouvertement raciste ou un brexiter d’extrême gauche ouvertement antisémite…welcome to Brexitland.

Publié dans Les colères | Tagué , , , , , , | 6 commentaires

Les joies de l’administration

J’en ai parlé quelques fois (ici et ), quand on vivait en Angleterre, on n’appréciait que très moyennement nos visites administratives au consulat de Londres dès qu’il fallait déclarer un gamin ou refaire un passeport ou deux. Non seulement l’accueil y est soviétique, comme le mobilier, mais on se perdait dans des méandres administratifs qui nous étaient totalement étrangers, comparés à la simplicité logique de l’administration britannique et à l’amateurisme aimable et bon enfant de l’administration irlandaise. Je rappelle qu’on a beau être français, on est parti très jeune, on n’y connaît rien. On s’est dit bêtement que ce serait de la rigolade en France comparé au consulat, vous allez voir les enfants, on va vous faire des cartes d’identité. Ahaha.

Alors donc, nos enfants sont nés à l’étranger. De parents français. Avec 4 grands parents français aussi (on nous a demandé de préciser). Ils ont des extraits de naissance français, émis par des consulats français, qui s’amusent rarement à en donner à n’importe qui ou à quelqu’un qui n’y aurait pas droit. Ils ont des passeports français. Ils sont sur un livret de famille français. On peut donc raisonnablement supposer qu’ils sont français eux-même. C’est le genre de chose qu’on ne nous a jamais demandé aux consulats. En même temps, c’est tellement pénible d’aller rendre visite au personnel consulaire, on se demande bien pourquoi quelqu’un qui n’a rien à y faire irait y passer une journée, pour le plaisir…et puis au moins, ils ont l’habitude des enfants nés ailleurs qu’en France, ça ne les étonne pas. Je précise aussi qu’on vit dans le Nord Pas de Calais, à moins d’une heure de la Belgique…il doit bien y avoir des gamins nés d’un côté de la frontière mais ayant la nationalité de l’autre pays!

Cela dit, quand je parle des extraits de naissance français de mes enfants, ça a été galère aussi. A l’étranger, pas de soucis. Le consulat exige juste qu’on lui demande un extrait de naissance qu’il émet et nous envoie pour qu’on lui ramène le jour où on dépose la demande de passeport. J’en ris encore. Je pensais que c’était fini tout ça, plus de situation ubuesque. J’ai eu tort. La mairie (pas celle du village, où on nous connaît bien, mais de la ville la plus proche) me soutient que c’est à moi d’en faire la demande auprès du service des français nés à l’étranger à Nantes qui lui-même est formel: c’est la mairie qui doit faire la démarche. On tourne en rond là. Le système est tellement abscons (j’ai fini par m’en sortir, en râlant rusant), qu’il a fallu que j’explique à l’employée de mairie comment faire pour une dame qu’elle avait reçue le matin même et qui était aussi née à l’étranger. Comme quoi, ça existe, il faudrait peut-être que l’administration française se détende un peu et accepte que c’est possible! A ce propos, j’aimerais bien savoir pourquoi ils exigent des extraits de naissance de moins de trois mois. Les birth certificates anglais et irlandais de nos enfants sont valables à vie. Il n’y a qu’en France que l’administration s’imagine qu’on peut changer d’identité ou de date et lieu de naissance, comme ça sans prévenir, pouf, tous les trois mois. D’ailleurs, ça m’intéresse, si quelqu’un sait comment ça marche: je changerais bien mon prénom, de façon rotative, tous les trois mois donc. Je m’éloigne du sujet…

Bref après des semaines de tractations et de prise de tête avec l’administration, nos enfants ont de magnifiques cartes d’identité flambant neuves et pour la première fois de leur vie. On s’est donc dit qu’on pourrait faire refaire les nôtres aussi, ça sera plus pratique que de toujours prendre nos passports. On est né en France, ça devait être simple. Il faut juste rentrer le numéro de nos anciennes cartes qui sont expirées. Depuis plus de vingt ans…ahah, le format a changé, les numéros ne rentrent pas et pourquoi vous n’avez pas fait ça avant hum, vous cachez quoi? Et c’est reparti pour un tour…

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , | 28 commentaires

Aire sur la Lys

Je reste encore dans le plus ou moins local pour ce mardi tourisme, qui décidément commence à devenir une rubrique récurrente. Je vous amène à Aire sur la Lys, toujours dans le Pas de Calais, et même pratiquement en plein milieu du département. C’est une petite ville sympathique, tout à fait anodine et calme au premier abord, jusqu’à ce qu’on arrive vers sa grand place. Et là on se dit que Aire sur la Lys a du être bien plus important et animée au moyen âge. On a raison!

Alors déjà, la Lys est une rivière, pas une fleur et on prononce « lysse », ce qui ravit une sudiste comme moi, enfin un nom local que j’arrive à dire sans me tromper! Aire sur la Lys était une place forte qui a participé intensément aux guerres incessantes que les français, les flamands, les espagnols et les hollandais ont multiplié dans le coin du haut moyen âge jusqu’en 1713, où la ville est définitivement devenue française, c’est dire si on s’est bien amusé pendant des siècles! Manque de chance, en perdant de son importance stratégique, elle pert aussi son attrait économique. Heureusement, on a eu le temps d’y essaimer tout un tas de monuments historiques avant cette date, et c’est charmant.

On commence par la grand place et le Baillage, qui abrite aujourd’hui le syndicat d’initiative, où on est très bien accueilli par une dame charmante qui n’a pas hésité à nous expliquer comment il a été construit, et qui nous a même ouvert l’étage pour qu’on visite. Le baillage a été bâti en 1600, grâce à un impôt sur la bière, et servait au corps de garde de la ville avant de devenir le tribunal. Il est absolument magnifique.

À l’intérieur, on peut admirer l’escalier, avec sa rampe sculptée dans un seul arbre, et les cheminées. Sans compter les coffres, je ne comprends pas pourquoi Marichéri a de suite dit qu’on ne pouvait pas les amener, je n’avais encore rien demandé…Sinon, comme je suis curieuse, j’ai demandé à la dame de l’accueil, décidément très gentille, pourquoi il y a inscrit 1595 sur une des cheminées: et bien, c’est la date ou a été décidée la construction. Et donc, c’était fait en 1600, de la à dire que la population locale consommait vraiment de beaucoup de bières…

On ressort sur la grand place et on se retrouve devant L’hôtel de ville et la bibliothèque. Il y a aussi parfois une friterie ambulante…il se trouve que quand on a décidé de quitter l’Angleterre et qu’on a commencé à explorer la région, on s’est un jour retrouvé là par hasard vers midi (vraiment, on a passé notre temps à nous perdre et à errer lamentablement en essayant de trouver toutes les agences immobilières du department) . On a eu l’idée de faire local, pour le plus grand plaisir des enfants : vous allez voir, on est au pays des frites. Cris de joie. On a pris une petite barquette pour chacun. Erreur grave. On s’est retrouvé avec un quintal de frites par personne, même GeekAdo qui a fini avec les restes de tout le monde sur les genoux, n’a pas réussi à en venir à bout et on a embaumé la friture pendant tout le reste du trajet. On garde donc un souvenir odorant de Aire sur la Lys, qui explique pourquoi on n’y était pas encore revenu pour visiter. Cela dit, les frites étaient bonnes.

On continue avec le Beffroi derrière la mairie qui date du début du dix huitième et fait 58 mètres de haut et les petites rues charmantes.

La Chapelle Saint Jacques est juste à côté, et elle est plutôt imposante. Elle date de 1682, et pas d’impôt cette fois, elle a été construite grâce à des dons! Deux rues plus loin, on tombe sur encore plus grandiose, avec la collégiale Saint Pierre qui remonte à 1059 mais les bâtiments ont été maintes fois remaniés, détruits et reconstruits, notamment entre 1569 et 1624. La collégiale est immense (105 mètres de long) vu la taille actuelle de la ville. Au temps de sa splendeur, avant que Aire sur la Lys ne devienne définitivement française, elle était considéré comme une des églises les plus grandes et délicates des pays bas (qui descendaient vraiment très bas du coup…).

Bref, Aire sur la Lys est une petite ville charmante, et on est bien décidé à l’explorer plus en détail dès qu’il fera beau et que les travaux de la Collégiale seront achevés. Il y a vraiment des tas de choses à voir dans le Pas de Calais, on n’a pas fini d’explorer.

Publié dans Tourisme | Tagué , , , , | 6 commentaires

Sunny Monday #44

Premier lundi du mois et donc de thème pour le défi de Bernie. En novembre, ce sera « oiseau ». Je commence avec une mouette anglaise qui clairement a envie de participer, vu comme elle prend la pose. On sent de suite que c’est une star et qu’il ne faut pas rigoler avec elle.

Bonne semaine à tous!

Publié dans brèves | Tagué , , , | 2 commentaires