Projet 52: souvenir d’enfance

J’ai failli mettre une vieille photo (oui, bon , pas trop non plus, n’exagérons rien…) de moi bébé pour illustrer le thème choisi par Ma’ cette semaine, mais j’ai réussi à traîner Marichéri chez le brocanteur cette après-midi. C’est très sympathique, dans une vieille grange, sur des tréteaux et on y trouve tout et surtout n’importe quoi. On adore ce genre d’endroits. Malheureusement, il n’y avait pas grand chose cette fois mais j’ai quand même trouvé un cadeau pour quelqu’un qui se reconnaîtra, des buvards des années 60 offerts par les enseignes locales aux écoliers, et une pub des années 50 pour des cahiers. Je m’amuse d’un rien. Il y avait aussi dans un coin de vieux jouets, parfaits pour le thème!

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , | 7 commentaires

Friday Feelings #275

Je ne suis pas en retard pour les états d’esprit (sur une idée de la merveilleuse Zenopia), je maintiens mes habitudes. C’est important pour l’équilibre, de garder une routine, non?

Fatigue: Marcel a décidé de se lancer dans une carrière de chanteur d’opérettes. Nocturnes uniquement. Rhaaa. Le pire, c’est qu’il ne réclame ni à sortir ni à manger, juste à avoir un public. Si on se dévoue et qu’on lui ouvre la porte de la chambre, il rentre tout content, ça y est un humain veut jouer avoir moi, c’est parti pour la bataille! En ronronnant comme une turbine asthmatique.

Humeur: grognon du coup…et ce n’est pas la météo qui va aider. Ne me cachez rien, il y a un trou dans l’espace temps, à la frontière du Nord Pas de Calais, c’est ça? Le reste du pays est en été, nous on est déjà passé à l’automne.

Condition physique: beuh…

Esprit: embrumé, forcément

Estomac: gavé de café. Ça ne marche pas.

Boulot: je progresse doucement. Ce qui est bien, avec les projets de plusieurs mois, c’est qu’on peut s’éparpiller au début sans crainte de perdre trop de temps. Je m’éparpille donc, mais dans la joie.

Culture: je ne sais pas si ça compte, mais on a repris l’école à la maison. Révisions des conjugaisons avec MangaGirl. On est aussi réjouie lune que l’autre, mais je le cache mieux.

Avis perso: je ne veux pas critiquer l’organisation départementale de la météo et je serais la premiere en temps normal à soutenir ce besoin de se démarquer qui explique peut être pourquoi sur la carte de France, ensoleillée de partout, on est les seuls à se distinguer avec de gros nuages et des températures polaires, mais là, ça suffit!

Message perso: je vous préviens, les chargés de la météorologie, je vais finir par lancer une pétition en ligne. Non mais.

Loulou: L’Ado, fraichement auréolé d’un first en licence en UK, a voulu gérer son inscription en maîtrise à Paris tout seul. Il a débarqué, affolé, dans le bureau en secouant son malheureux laptop dont l’écran ne tient presque plus: il y a pas un problème là? Sur les frais d’inscription? Il manque des zéros, non? C’est un bug? …haha, et non, welcome to France! C’est sûr que ça le change (et nous avec, parce qu’on n’a plus d’abats à vendre), des £9250 annuels anglais (qui vont passer à £13000 d’ailleurs, pour les étudiants européens). GeekAdo est inscrit aussi, mais à Lille. Il est ravi, heureux, mais surtout soulagé des résultats du bac, et comme il a choisi une formation dont la quasi totalité des cours sont en anglais, il est beaucoup plus serein pour la suite. MangaGirl, qui est une artiste, tu vois quoi, ne s’intéresse pas à des choses bassement matérielles comme les notes, le brevet, ce genre de choses bonnes pour les coincés d’esprit et de toute façon, l’école, c’est fasciste et les examens, c’est petit bourgeois. Et bien, ça ne l’a pas empêché d’éclater en sanglots et de joie devant les résultats du brevet. Ahah. PrincesseChipie était déçue, elle aurait bien voulu avoir des résultats d’examens à attendre elle aussi, ça a l’air fun. Regards ahuris des trois autres. Wizzboy a juste retenu de cette période familiale et académique un chouïa stressante, que L’Ado reste dans le même pays que nous, et qu’on le verra toutes les semaines et que GeekAdo ne déménage pas. Il en est très content (et moi aussi, mais je ne le leur dis pas…).

Divers: j’ai un don pour amuser la galerie sans faire exprès…comme la pharmacienne, pliée de rire ce matin mais essayant en pure perte de rester professionnelle: « alors non, vous ne vous êtes pas fait piquer à la paupière, ce n’est pas une allergie non plus. C’est juste un bouton mal placé, vous avez de l’acné des paupières. Ahaha ». Au moins, je lui ai fait la journée…

Amitié: Skype la semaine prochaine?

Love: il a weekend de 3 jours en avant-gout des vacances, en août. Youpidoo! Non parce que, il adore toujours autant le télétravail à plein temps, mais ça l’est vraiment. À plein temps je veux dire, vu qu’il lui arrive parfois de bosser jusqu’à 2 h du mat, en ayant commencé à 6. Le problème, c’est que tous ses collègues sont aussi rentrés chez eux, dans leur pays d’origine je veux dire, et les décalages horaires n’aident pas.

Penser à : commander les livres scolaires de Wizzboy. Et un nouveau cartable. Je sens venir des heures de négociations avec un gamin aux goûts douteux. L’année dernière, ça a fini par un compromis: le cartable Star Wars sobre, mais phosphorescent. Je m’étais bêtement dit que ça irait, ça ne se remarquerait pas, sauf qu’il fait encore très sombre le matin en hiver. Wizzboy avait l’air d’un phare disco avec son cartable sur le dos…

Courses: je songe à acheter une moumoute polaire, vu la météo. Ou des palmes, pour remonter l’allée sous la pluie.

Sortie: bof, je sais pas trop…j’ai envie d’hiberner.

Envie de: voir au dessus.

Pic: Marcel a commencé. L’hibernation je veux dire.

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , | 9 commentaires

Reloaded Thursday Thunder: big families clichés

Suite à mon billet de mardi, j’ai eu des réactions (vous voyez, celles de trolls qui s’énervent aussi parce que leurs commentaires n’apparaissent jamais….ahah, je suis chez moi ici, je ne laisse passer que ce que je veux. Non mais!) sur les familles nombreuses, les mêmes que d’habitudes: on est soit de sombres catholiques intégristes petits bourgeois moisis et probablement latinistes (pour la messe, c’est logique…), soit des cas sociaux. C’est tout, il n’y a pas d’autre alternative. En même temps, c’est effectivement le genre de clichés que l’émission qui m’a contacté véhicule originalement. Depuis que j’ai plus de deux enfants, j’y ai droit régulièrement. Du coup, je ressors une de mes réponses precedentes’ il n’y a pas de raison que je ne radote pas moi on pis, comme tous ces commentateurs qui vine et se mêler de ce qui ne les regarde pas. Je résume donc , avec 5 enfants, on est soit les Groseille soit les Le Quesnoy (surtout maintenant qu’on vit dans le Nord Pas de Calais) . Ce n’est pas du tout caricatural. Du tout…


Source 

Serieusement, vous croyez qu’on ressemble à la photo là, au dessus? Déjà, je suis coiffée comme Chewbacca avec une permanente eighties ratée (oui, je sais, c’est un pléonasme) et je ne mets jamais des colliers perles, principalement parce que je n’en posséde pas. En ce moment par contre, je porte des docs roses. J’ai hésité avec celles à fleurs, que j’aime beaucoup aussi. Ok, j’ai toujours un serre-tête, mais c’est pour essayer de maintenir ma teignasse (chewbacca, les frisettes, tout ça…). Et Marichéri qui est un rebelle (il lui arrive d’être le seul à ne pas porter de cravate dans des réunions importantes, oh yeah), déteste les religions, toutes les religions et les manifestations de groupe. Selon lui, la seule raison valable ormis touristique, pour rentrer dans un lieu de culte (il n’est pas sectaire, celui que vous voulez), c’est pour y mettre le feu. Il ne supporte pas que plus de deux personnes pensent comme lui (c’est à dire lui et son interlocuteur, qui a intérêt à ne pas moufter), alors les trucs de groupe comme les religions, ce n’est pas pour lui. Nos enfants ne s’appellent pas Eusebe-Gontrand ou Ursule-Therese. Non, on ne leur transmet pas des valeurs qui d’après les pourfendeurs de familles nombreuses sont totalement moisies et ridicules et tout droit sorties de Martine chez les petites sœurs des pauvres. Cela dit, je ne vois pas ce qu’il y a de moisi à enseigner la générosité et l’entraide à ses enfants. Les anti familles nombreuses comptent faire quoi avec ses gosses? Leur apprendre à être égoïste et à cracher sur les autres? Et vous croyez vraiment que seuls les cathos intégristes font des gamins? Si ça se trouve, les satanistes aussi! Et pourquoi ces cathos rétrogrades seraient forcément des bourgeois coincés en plein dix-neuvième siècle? Déjà, c’est un scoop mais je suis sûre qu’on peut être catho et pauvre. Catho et moderne. Catho et ouvert, tolérant, comique…Si. J’ai vécu 10 ans en Irlande, on ne me la fait pas. Le coup des cathos forcément bourgeois et bloqués dans les fifties, ça ne prend pas. Et puis bon, aller dire que seuls des gens coincés se reproduisent comme des lapins, c’est un chouïa contradictoire. Pour des coincés, ils ont plutôt l’air de s’éclater. Je dis ça comme ça.


Source 

Sinon, si on ne veut pas être des Le Quesnoy, c’est qu’on est forcément des cas sociaux qui se reproduisent sans faire exprès parce qu’ils n’ont pas compris comment ça marche ou pour toucher des allocs. Ahaha. Je connais l’argument, j’y ai droit régulièrement de la part de charmants brexiters horrifiés devant mes 5 enfants. D’ailleurs j’invite quiconque défendrait ce genre de conneries théories à jeter un œil sur notre facture de courses. Juste comme ça, pour rigoler un peu. Parce que les enfants, ça mange, ça s’habille, ça se déplace, ça a des loisirs, ça fait des études…ce n’est pas avec les sommes astronomiques qu’on touche en allocs, qui se montent à zéro, rien, qu’on va leur payer tout ça. Les enfants, ça coûtent cher, si on avait voulu devenir riches, on aurait plutôt essayer de ne pas en avoir. Mais c’est intéressant, je suis sûre que ça va faire chaud au cœur des gosses des anti familles nombreuses de savoir qu’ils les prennent pour des tirelires. C’est beau cet amour paternel. Sinon, le côté cas social décérébré ou bourré ou les deux qui fait un gamin tous les 4 matins par inadvertance, ça ne va pas non plus. On sait très bien ce qu’on a fait, merci. Et oui, les 5 sont du même père (ils ont tous la même tête en plus, c’est énervant. Mon ADN, c’est du pipi de chat? ) et de la même mère (je sais, j’étais là quand ils sont sortis). D’après mon fils ( je ne dirais pas lequel pour ne pas faire honte à L’Ado), j’explique même beaucoup mieux que l’infirmière scolaire qui a fait les cours d’éducation sexuelle en dernière année de primaire. Non mais.

Serieusement, lâchez-nous avec les théories débiles sur les familles nombreuses. On n’est ni les Le Quesnoy, ni les Groseille (on a montré le film aux enfants avant de déménager, ils ont bien ri mais ne se sont reconnus ni chez les uns ni chez les autres), juste des gens qui ont plus d’enfants que la moyenne. C’est pas grave, on le vit bien. Au moins aussi bien que ceux qui ont moins de neurones et plus de préjugés que la moyenne et que ça n’empêche pas de pondre des réflexions débiles sur la vie des autres.

Publié dans Les colères, vie de famille | Tagué , , , | 12 commentaires

Apprendre moyennement l’histoire anglaise en s’amusant, épisode 30

Ça commence à sentir la fin… on en était à Victoria, on va y rester. Je ne parle pas de la gare, mais de la reine. La petite (1m50, et ce n’est pas une exagération pour une fois) Victoria fait son job de Royal, c’est à dire qu’elle assure simplement l’inauguration des chrysanthèmes et ce genre de chose, contrairement à ce que croit la légende populaire qui s’imagine qu’elle a eu un quelconque pouvoir, et elle nage dans le bonheur conjugal et consanguin. Et puis, soudain, c’est le drame.

Rare image de Victoria prenant un selfie

Albert meurt en 1861, et Victoria plonge dans la dépression. On ne rigole plus du tout chez les Royals. Jusqu’à l’arrivée un certain John Brown, un serviteur en kilt. Victoria a l’air d’apprécier beaucoup (vraiment beaucoup) la jupette pour homme…je ne veux pas insister lourdement, mais on se demande d’où ça peut bien lui venir, cette réputation de moralisatrice limite coincée, parce que ça n’a rien à voir avec la façon dont elle profite de la vie. Sinon, ben franchement, il ne se passe rien d’exaltant dans la vie de Victoria. Les gouvernements vont et viennent et gouvernent pendant qu’elle sert à faire coucou à la galerie, de temps en temps quand on la sort en public et puis c’est tout. De petits malins essaient régulièrement de l’assassiner (dont une fois à coups de parapluie je crois. C’est dangereux un parapluie bien aiguisé. Ou alors je confonds avec une baïonnette?). Mais ils ne sont pas doués, et du coup le mouvement républicain s’écroule alors qu’il était en pleine expansion vue l’indifférence totale que la personnalité d’endive bouillie de Victoria suscite dans la population. Parce qu’on a beau se soucier de la reine comme de sa première machine à vapeur, ce n’est pas une raison pour la trucider bêtement en pleine rue, un peu de décence, restons polis quand même.

Victoria ne sert strictement à rien et n’a aucun rôle politique. Ce n’est même pas elle qui a exigé que les pieds des pianos Victoriens soient recouverts d’une jupe, (malgré son amour de la jupe, surtout pour hommes) pour préserver les bonnes mœurs contrairement à ce que la légende affirme. D’ailleurs les bonnes mœurs et la morale, j’insiste encore, Victoria s’asseyait dessus, elle a même écrit un livre à la gloire de son cher Brown (« leaves from the journal of our Life in the Highlands ») et l’a fait publier, malgré la désapprobation de ses nounous conseillers. Elle meurt le 22 janvier 1901 et à sa demande, (elle avait demandé avant sa mort. Ce n’est pas un zombie non plus) on dépose son caniche sur sa dépouille. Voilà, tout ça pour finir en mémère à son chien-chien…pfff.

Enfin bref, à part s’habiller comme un lit à baldaquin mais avec un napperon sur la tête, et donner son nom à une morale qui visiblement ne la concernait pas du tout, Victoria n’a rien fait de remarquable. En fait, on n’en parle moins, mais sa fille Alice était bien plus active qu’elle. Alice est grande duchesse de Hesse et c’est la deuxième fille de Victoria, qui a beaucoup pondu. Bon d’accord, Alice fait un peu allemande, comme sa mère, son mari et tout ça…mais elle était aussi copine avec Florence Nightindale, la grande infirmière qui a revolutionné les hôpitaux militaires (elle a eu une idée géniale: et si on y soignait les blessés au lieu d’attendre que ça passe tout seul?). Alice n’a pas hésité à aller s’occuper des soldats lors d’une guerre rigolote dont le nom m’échappe en 1866. Par contre, dans le civil, Alice avait la poisse, elle perd son mari assez tôt (qui en plus était crétin), quand ses enfants ne sont pas hémophiles c’est qu’ils ont bêtement attrapé la diphtérie ou meurent en bas âge, ses descendants se font trucider pendant la révolution russe…mais elle n’a pas hésité à mouiller ses jupes (je n’ai pas osé mettre sa chemise, elle devait bien en avoir une, mais c’était un sous vêtement à l’époque) pour aider les gens et ça, c’est sympa pour une Royal !

Vous allez me dire, c’est gentil tout ça, mais comment vivent les anglais pendant ce temps? Et voilà, je vais devoir faire encore un épisode ou deux, au moins!

Publié dans Famille royale, Les leçons d'histoire(s) | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Les familles nombreuses, ces curiosités de foire

Il y a quelques semaines, j’ai reçu un mail sur l’adresse du blog. J’en reçois beaucoup, des mailings envoyés en masse par des stagiaires pas toujours très motivés, à toutes les blogueuses qu’ils ont pu trouver en passant trois minutes sur les RS. Comme d’habitude, la chose est passée directement à la corbeille, et je l’ai oubliée aussitôt. Et puis, j’ai vu passer une bande annonce qui m’a dit quelque chose. Et une autre. Et encore une…comment dirais-je? sérieusement, j’ai une tête à vouloir participer à un « docu réalité » sur les familles nombreuses? Non mais ça va pas, c’est quoi ce truc?!?

Je me suis donc rendu compte que j’ai eu la joie et le bonheur d’être incluse par inadvertance dans le mailing d’une émission de télé-réalité. Rien que ça, j’ai de l’urticaire. Et des nausées. La chose s’appelle « famille nombreuse, la vie en XXL », et c’est produit par TF1, qui décidément donne dans la qualité, mais pas trop non plus. C’est bien connu, si on fait plus de deux gosses, c’est évidemment pour avoir le privilège d’aller étaler sa vie comme un animal de foire devant une caméra. Rhaaa. Si je ne trouvais pas ça aussi ridicule, j’en rirais. Jaune. Le concept m’échappe: déjà, je ne comprends même pas qu’on puisse produire, filmer, regarder et encore moins s’exhiber dans une télé-réalité, qui est à la production télévisuelle ce que la peste bubonique est à l’art médiéval; mais je ne vois pas non plus en quoi une famille nombreuse serait une curiosité à montrer, moquer, ridiculiser comme ça. Il y a vraiment des téléspectateurs qui vont aller regarder le quotidien de gens dont la seule différence avec le leur est le nombre de gamins qu’ils ont pondu? En quoi c’est intéressant? Et qu’est-ce qui peut motiver ces familles à participer?

Qu’est-ce qui peut pousser des gens à étaler grassement leur petite vie, à entraîner leurs enfants dans cet exhibitionnisme malsain? Vous allez me dire, et c’est sûrement pour ça que mon blog est tombé dans les nasses de la recherche Google d’une stagiaire qui ratisse large en sachant qu’elle trouvera bien deux ou trois gogos, je raconte bien ma vie ici depuis des années. Oui, mais non. Déjà, à de très, très rares exceptions, personne ne connaît le nom et le visage de mes enfants (ni les miens), et si je soupçonnais un instant que leur anonymat n’était plus préservé, j’arrêterai immédiatement. Ensuite, je raconte ce que je veux, comme je veux et quand je veux. Je ne vois pas en quoi massacrer l’histoire anglaise par exemple est dévoilé ma vie. Je ne confie pas non plus mes gamins à des producteurs en mal d’audience. Sérieusement, je ne juge pas les participants à cette emission (quoique…), mais je ne comprends pas leur démarche.

Tout ça pour dire , si par miracle un chargé de mailing prend la peine de lire mon blog avant de me contacter (ahah, je me fais rire toute seule, tiens), que je ne sais pas ce que vous voulez, mais je ne suis pas intéressée. Voilà, c’est clair. Et par pitié, arrêtez de caricaturer les familles nombreuses: on n’est ni des cas sociaux à demi illettrés et assoiffés d’allocs qui ont commencé à pondre à 15 ans et demi et font des gosses à la douzaine, comme les huîtres, ni des intégristes catholiques à moitié momifiés qui détruisent leur peu de crédibilité bourgeoise coincée en participation à cet étalage de mauvais goût. On est juste des gens normaux et sans intérêt qui veulent qu’on leur fiche la paix.

Publié dans Les colères, vie de famille | Tagué , , , , | 5 commentaires

Sunny Monday #28

On passe au rouge en juillet pour le défi de Bernie. J’ai de suite pensé aux bus à impériale anglais…bon en vrai, ils ne sont pas tous rouges comme à Londres, chez nous, ils étaient blancs et gris. Mais j’ai quand même trouvé une photo de Regent street, où j’adorais aller (et pas que à cause de Hamley’s, le magasin de jouets ultra bondé mais incontournable), avec un troupeau de bus londoniens en plein dans le thème.

Publié dans Tourisme | Tagué , , , | 3 commentaires

Projet 52: apaisant

J’ai beaucoup hésité avant de choisir une photo pour le thème choisi par Ma’ cette semaine, et après consultation avec Marichéri, on s’est décidé pour le Shannon, en Irlande. Je veux dire que le choix du pays était facile, mais pas celui de la photo…et puis, le Shannon s’est imposé, avec ses méandres paresseux, ses champs verts et plats, son ciel moutonneux…c’est apaisant, non? Bon la photo est aussi prise depuis le site de Clonmacnoise (ça se prononce plus ou moins clonemanoz), c’est à dire un cimetière celte, qui est très calme aussi.

Publié dans Tourisme | Tagué , , , | 6 commentaires

Friday Feelings #274

Oui bon, je sais, je ne suis toujours pas en avance pour les états d’esprit (sur une idée de la merveilleuse Zenopia), alors que l’école à la maison est finie. Mais justement, l’école à l’école est finie aussi, les enfants sont tous en vacances depuis mardi soir. Du coup, je tape trois mots par ci par là, entre deux préparations de petits dej, vu qu’ils ne sont pas fichus de se lever tous en même temps et qu’il ne s’agit pas de confondre le café de l’un, le chocolat de l’autre et le saucisson à l’ail de L’Ado …et je ne parle même pas des chats!

Fatigue: va-can-ces…c’est à dire que je n’ai pas une minute à moi, mais ça va.

Humeur: ça va aussi, ça me surprend moi-même.

Condition physique: on m’a dit cette semaine que j’avais maigri…en même temps, c’est très relatif, j’ai des réserves.

Esprit: ça ne s’arrange pas de ce côté là…merci à tous ceux qui ont confirmé mes impressions sur la procrastination!

Boulot: après des annulations en série, c’est parti pour un nouveau projet municipal qui m’enthousiasme! Sérieusement, je suis à fond, au point de soûler un peu ( beaucoup) mes malheureux co organisateurs.

Culture: pleine d’espoir, je me suis dit qu’on pourrait retourner au Louvre Lens, maintenant qu’il a réouvert. Il y a une nouvel expo qui a l’air très sympathique. Ahaha, c’est donc limité à 5 personnes à la fois. On est 7. Voilà, voilà…

Avis perso: passer de pays en pays pour arriver à destination en contournant les interdictions de voyager à cause du coronavirus, c’est bien irresponsable, non? Et le faire en étant le père d’un premier ministre qui gère la crise en dépit du bon sens, c’est carrément du foutage de gueule. Bref, la quarantaine et les restrictions en Angleterre, c’est pour les ploucs, la populace, les gens aussi connus sous le nom d’électeurs, pas pour la famille de Boris Johnson.

Message perso: joyeux anniversaire, un tout petit peu en retard!

Loulous: L’Ado intrigue pour aller récupérer sa guitare électrique à Londres. On est moyennement enthousiasmé, et pas que à cause des conditions sanitaires en Grande-Bretagne. La guitare et ses cris déchirants ne nous manquent pas du tout. GeekAdo attend les résultats du bac. Il était complètement serein jusqu’à présent, vu qu’on connaît pratiquement le résultat (on a reçu son dossier), mais à l’approche de la date, il reprend ses habitudes et se remet à stresser, on ne voit pas pourquoi. Et si son dossier prend feu spontanément pendant que le jury l’examine? Ou si il est bouffé par une attaque de sauterelles? C’est sûr, je n’y avais pas pensé…quel grand calme pas du tout hystérique, ce GeekAdo, c’est bien le fils de sa mère, tiens. MangaGirl est en va-can-ces. Le premier qui essaie de la réveiller avant midi se fera mordre. Sauf si il y a du chocolat, bien sûr…c’est bien la fille de sa mère, tiens. PrincesseChipie est désespérée, elle a déjà attaqué et pratiquement fini son premier cahier de vacances. Elle compte les jours avant la rentrée. Wizzboy a décidé de monter un duo de vocalises avec Marcel. Ils ne se produisent que la nuit. C’est un problème.

Divers: j’ai désherbé le potager. Je répète pour la famille qui me lit et ne va pas y croire: j’ai desherbé le potager. Non, ce n’est pas un message codé. J’ai vraiment un potager (planté par les enfants, mais ça compte quand même, dans l’ancien bassin du petit requin). Et je le désherbe. Ne me cachez rien, ça y est, je deviens enfin adulte, c’est ça?

Amitié: on va peut être tenter de se voir avant septembre, mais je ne garantis rien.

Love: le télétravail, c’est cool, mais vivement les vacances quand même!

Penser à: commander les livres de Wizzboy pour la rentrée. Cette fois, on n’a pas pu rendre ceux de cette année, forcément.

Sorties: franchement, je ne vois pas ce qu’on peut visiter. Je sais bien que les musées et autres monuments font ce qu’ils peuvent avec les conditions sanitaires, mais ça devient difficile d’être une famille nombreuse.

Envie de : vraies vacances. Ça se fera peut-être en août.

Pic: on a même des groseilliers derrière les tomates…et je n’arrive pas à croire que c’est bien moi qui écris ça.

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , | 3 commentaires

Thursday thunder : sleepwalking into a brexit wall

J’ai hésité à parler (encore) du brexit, parce que tout le monde s’en fout, à commencer par les principaux intéressés…mais c’est justement ce qui me met hors de moi. Depuis mardi minuit, c’est officiel, il n’y aura pas d’extension de la transition entre l’UE et le Royaume-Uni. Ça signifie que accord ou pas accord, le 31 décembre, toutes les mesures transitoires de sortie de l’UE prennent fin. Le Royaume Uni sera dehors, définitivement.

Source

Je sens que ce n’est pas clair….le brexit a bien eu lieu, mais sur le papier. Dans les faits, vu que grâce aux caprices des brexiters, les deux parties n’avaient réussi à se mettre d’accord sur à peu près rien, on avait décidé d’une période de transition, extensible à la demande de Londres pendant laquelle rien ne bougeait. Ça laissait le temps de se mettre d’accord pour définir par exemple les modalités des futurs échanges commerciaux et financiers, les formalités de douanes, l’avenir des accords de paix en Irlande du Nord, et accessoirement le sort des 5 millions de gens qui n’ont pas eu le droit de voter pour le référendum, les européens en UK et les britanniques en UE (pour ceux installés depuis plus de 15 ans). Je passe sur toute la partie purement britannico-britannique, parce que c’est bien gentil de dire qu’on ne veut plus des normes européennes, de la convention européenne des droits de l’homme, des standards écologiques et j’en passe, mais on met quoi à la place? Parce que là, concrètement, si on enlève tout ce qui a été voté depuis 40 ans, il n’y a rien dans le droit britannique. On s’est donc laissé le temps de trouver une solution, ouf tout va bien. Ou pas.

Depuis que le brexit est acté, les négociations ont donc continué, malgré la pandémie, avec un succès pétaradant, puisque tout ce qu’on a réussi à faire, c’est effacer les maigres points d’accord du premier withdrawal agreement. C’est à dire qu’au lieu d’avancer, on a reculé. C’est là qu’on voit toute l’efficacité de Boris Johnson et sa clique qui ont rejeté en bloc ce qu’ils avaient approuvé, et même parfois exigé trois semaines avant, avec une constance dans l’imbécilité obtuse qui fait plaisir à voir. Barnier, le négociateur européen, a été d’une patience admirable, digne d’une nounou expérimentée face à un troupeau de sales gosses aussi stupides que capricieux. Il s’est juste permis de rappeler que bon, vu la catastrophe qui se précise, ça serait peut-être une bonne idée que les brexiters décérébrés demandent une extension là, histoire de pouvoir continuer à au moins importer de quoi bouffer. Et bien non! Les brexiters sont des cons finis des être fiers et libres qui refusent d’obéir à un sale européen qui essaie juste qu’ils ne crèvent pas tous seuls, sur leur île (dans le même ordre d’idée, ces génies ont refusé de participer à la lutte européenne coordonnée contre le coronavirus, résultat, ils sont le pays le plus touché, et de loin!).

Alors voilà, il n’y a toujours pas l’ombre du soupçon du début du commencement de la moindre avancée en vue d’un accord éventuel. Rien. Les brexiters foncent allègrement vers un no deal brexit le 31 décembre, par leur propre entêtement, et personne n’en a dit mot dans les médias britanniques. En pleine pandémie, ils ne savent pas comment ils vont continuer à importer des médicaments, mais c’est pas grave. En pleine crise économique démentielle, ils ne savent pas comment ils vont pouvoir exporter, investir, recruter les personnels indispensables (notamment dans la santé, mais pas que)…mais c’est pas grave. On a le temps de voir, c’est dans 6 mois. Ahah. Pendant ce temps, côté européen, on se prépare, comme l’a dit Angela Merkel hier, et on sera prêt. Si ça les amuse après tout, ces brexiters, de suicider leur pays, c’est leur problème. Tout va bien en Brexitland, on fonce en chantant dans le mur, et tout le monde s’en fout.

Publié dans Les colères | Tagué , , , , , , , | 7 commentaires

Apprendre moyennement l’histoire anglaise en s’amusant, épisode 29

Je continue encore un peu à massacrer l’histoire anglaise. On en avait fini des georgiens, au début du dix-neuvième siècle, et on allait parler de la petite Alexandrina, une Royal subalterne qui va faire parler d’elle…

Source

Alors donc la petite Alexandrina Victoria nait le 24 Mai 1819 et franchement à l’époque, elle a autant de chance de devenir reine que patineuse sur glace ou plongeuse à la cantine de Buckingham. C’est sa cousine la princesse Charlotte qui est la vedette et se prépare à monter sur le trône. Avant d’aller plus loin et pour faire plus simple, on va anticiper et appeler Alexandrina par son pseudo, à savoir Victoria tout court. Bon, c’est sûr, c’est difficile à prononcer :l’ère alexandrinienne-victorienne. La morale alexandrienne-victorienne. Le musée Alexandrina-Victoria and Albert…On peut comprendre qu’elle raccourcisse son nom, pour faire cool. Vicky (c’est elle qui a commencé, je ne vois pas pourquoi je ne l’aiderais pas. Vicky, c’est encore plus court, comme nom), Vicky donc est la fille du 4eme fils du roi en activité, George III. Bref, c’est un peu comme si aujourd’hui le Viscount Severn (wizzzz! « Viscount Severn and the Prisoner of Azkaban », « Viscount Severn et le temple maudit »….bon, j’arrête. Allez, une dernière: « Viscount Serven contre attaque »), le fils du prince Edward, lui même troisième fils de Lizzie, était le futur roi. Ce serait ballot, alors que la presse nous bassine tous les jours avec George, le rejeton de William-and-Kate. Mais bon, à cette époque, ça tombait comme des mouches chez les Royals, ou ça ne savait pas se reproduire correctement, et hop, Victoria devient reine à 18 ans, sans prévenir.

Elle a été élevée par sa mère, la très allemande Victoria of Saxe-Coburg Saalfled. Tout ça pour dire que je ne vois pas pourquoi les brexiters s’agacent d’entendre un léger accent étranger dans la rue, parce que c’est du pipi de chat comparé à l’accent germanique à couper à la hache (un couteau n’aurait pas suffit) de Victoria. Ça commence mal. Victoria ne sait pas trop quoi faire, à part prendre des pauses que la morale euh…victorienne réprouve sur ses portraits. Elle a les cheveux défaits, shocking! Et on voit son épaule, espèce de petite (1m50) dévergondée. Sérieusement, un de ses portaits a fait scandale. Heureusement, on la marie très vite à Albert, qui prend les choses en main, c’est une image. Parce que cette pauvre Victoria n’avait strictement aucune idée de son rôle, c’est bien gentil d’être reine, mais quand on n’a aucun pouvoir à part celui d’inaugurer des machines à vapeur (Qu’est-ce qu’on s’amusait, pchitt), c’est pas facile de laisser une trace dans l’histoire (alors que pour les machines à vapeur, c’est de la rigolade). Donc, Albert se charge de gérer la boutique, tout en lui faisant 9 gamins, il faut bien s’occuper. Bon, la qualité de certains laisse à désirer, il y en a même qui sont franchement idiots, mais aussi la consanguinité, c’est moyen pour fabriquer des gosses en bon état. Parce que Albert est quand même le cousin germain (je ne dis pas ça pour insister lourdement sur les origines allemandes des Royals ) de Victoria, espèces de petits débauchés, et après ça vient nous faire la morale (victorienne)!

On va s’arrêter là pour aujourd’hui, la vie débridée de Victoria mérite bien deux épisodes, sans parler de toute l’époque victorienne, où les anglais se sont bien amusés, sauf les trois quart de la population, mais bon, si on commence à se soucier du sort des ouvriers aussi…ah ben si, justement, mais on verra une autre fois!

Publié dans Famille royale, Les leçons d'histoire(s) | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire