Thursday thunder: Johnson top 10

Je parlais hier de Johnson avec une amie française qui ne connaît de lui que ce que la presse française en rapporte, c’est à dire pas grand chose. Je ressors donc le top 10 que j’avais fait quand il est devenu premier ministre. Il a continué à débiter des insanités depuis, je les évoque à la fin, mais je n’épice pas tout mettre, il faudrait plusieurs billets.

J’ai déjà fait plusieurs top 10 des gaffes plus ou moins volontaires de Boris Johnson, il y a très longtemps, quand il était maire de Londres. Comme beaucoup, je le trouvais hilarant. Son incompétence ne me posait aucun problème, je n’étais pas londonienne. Je m’amusais avec le reste du pays de ce clown que je pensais inoffensif. Sérieusement, qui voudrait d’un énergumène pareil comme premier ministre? Et puis, il y a eu la campagne du brexit, où j’ai enfin compris qui était Boris Johnson. Un arriviste corrompu, menteur et prêt à tout pour prendre le pouvoir, avec un talent certain dans le populisme et la manipulation politique. Depuis, je le trouve beaucoup moins drôle. Alors après les tops 10 comiques, je me suis dit qu’il faudrait peut être expliquer en quoi, derrière le masque de bouffon gaffeur, se cache un sinistre personnage sans aucun scrupule.

Source

10- Il a commencé comme journaliste, il a même été correspondant à Bruxelles où il s’est illustré en écrivant n’importe quoi. Mais son plus grand coup d’éclat journalistique, qui démontre déjà toute son intégrité, c’est d’avoir purement et simplement inventé un témoignage. Il a été licencié.

9-Il a aussi été viré de son poste dans le shadow cabinet des conservateurs en 2004 pour avoir menti publiquement en affirmant qu’il n’avait pas eu une liaison avec une journaliste. Qui a dû avorter. Et lui était marié, avec sa deuxième femme. Quel gentleman quand même…De manière générale, il a une vie privée tellement compliquée que personne n’arrive à savoir, peut être même pas lui, combien il a d’enfants. Certes, ça le regarde, mais ça laisse présager d’un caractère légèrement changeant.

8-en tant que maire de Londres, il a eu la bonne idée d’investir plus de £322 000 d’argent public dans des canons à eau, pour contrôler les manifs. Manque de chance, l’utilisation de ses jolis canons à eau est…illégale. Ils n’ont jamais pu être utilisés et ont fini par être revendu au prix de la ferraille.

7-Il a toujours eu des relations douteuses, notamment un pote d’université, un certain Guppy, qui a fini en prison pour fraude. Ce charmant personnage a demandé l’aide de Johnson pour se venger du journaliste qui avait sorti l’affaire…et, en bon camarade, Johnson n’a pas hésité à se proposer pour, je cite « flanquer deux yeux au beurre noir et casser les côtes de son collègue journaliste ». Finalement, il ne l’a pas fait, mais la conversation a été enregistrée, c’est ballot.

6-Johnson n’est pas obsédé que par le pouvoir. Il l’est aussi par l’argent. Rien qu’en 2018, il a été à la limite du conflit d’intérêt au moins trois fois: en gardant (pour la modique rémunération de £275 000 par an) son job d’éditorialiste de presse alors qu’il était membre du gouvernement; en « oubliant » de déclarer £52 723 aux impôts et en omettant pendant 11 mois qu’il possédait 20% d’une propriété dans le Somerset.

5-Johnson n’hésite pas à étaler un racisme triomphant qui ravit ses supporters, en comparant les femmes voilées à des boites aux lettres, en « plaisantant » sur le cannibalisme des africains, en trainant les noirs de « picaninnies » (petits negres). Il a même insulté Barack Obama et sa « haine ancestrale pour l’empire britannique ».

4-Évidemment, ça va souvent avec le racisme, Johnson fait aussi preuve d’homophobie. Il était contre le mariage pour tous (pourtant adopté sans problème en Grande Bretagne presque en même temps qu’en France) parce que : « pourquoi pas un mariage entre trois hommes au lieu de deux, ou même trois hommes et un chien ». D’ailleurs, il a appelé les gays des « tank top bum boys », c’est très frais.

3- On sent le journaliste qui a le sens de la formule. Il a comparé l’union Européenne à Hitler, les français à des merdes, Erdogan à un zoophile, Hilary Clinton à une infirmière psychiatrique sadique, les pro palestiniens à des universitaires gauchistes en jeans en velours, les italiens à des « petites bites », les africains à des incapables ne pouvant être sauvés que par un nouvel empire colonial, Sirte (en Syrie) à une ville charmante « une fois qu’on aura nettoyé tous les cadavres »…je pourrais continuer encore et encore, mais j’ai des nausées.

2-En tant que ministre des affaires étrangères, il aurait dû tout faire pour obtenir la libération d’une britannique d’origine iranienne, emprisonnée à tort par Téhéran qui accuse cette pauvre femme d’espionnage alors qu’elle rendait visite à sa mère. Au lieu de ça, il a jeté de l’huile sur le feu en affirmant, on ne sait pourquoi, qu’elle était en Iran pour former des journalistes…elle a aussitôt été accusée de propagande contre le régime. Non seulement elle est toujours emprisonnée, mais Johnson a tellement pourri la situation avec ses gaffes inexcusables qu’on ne voit pas quand ni comment elle sera libérée.

1-J’ai beaucoup hésité pour le numéro un, vu tout ce qu’il y a au dessus, mais c’est ce qui a déjà fait de multiples ravages et va causer encore plus de dégâts. Johnson a délibérément menti pendant la campagne du référendum. Il a parcouru le pays dans un bus affichant comme slogan : donnons plutôt au NHS (le système de santé) les 350 millions de livres qu’on envoie par semaine à Bruxelles. Non seulement le chiffre est totalement inventé, mais dès l’annonce de la victoire du Brexit, il se répandait déjà sur toutes les télés pour dire que le NHS ne toucherait pas un centime. Le brexit a gagné par moins de 52% et beaucoup ont admis avoir voté pour justement à cause de ce mensonge énorme de Johnson. Aujourd’hui, alors que le NHS est au bord du gouffre, Johnson plaide pour le remplacer purement et simplement par un système d’assurances privées à l’américaine.

On rajoute à tout ça sa gestion désastreuse de la crise covid, les millions et millions d’argent public versés à des entreprises appartenant à des proches, en toute illégalité, le mensonge d’état qui consiste à affirmer que la campagne vaccinale britannique est la plus performante au monde ( sauf qu’au mépris des avertissements du corps médical, seule 1,3 % de la population a reçu deux doses, c’est à dire moins qu’en France), l’eugénisme à peine voilé (les personnes âgées et/ou handicapées ont été contraintes de signer une autorisation de « do not resuscitate » sans même la comprendre), le bidouillage continu des chiffres sur la mortalité (les décès en maison de retraite s’évaporent bizarrement) ou la réalité économique, et plus encore sur les effets délétères du brexit…Bref, comme je le disais donc hier à cette amie, je regrette énormément notre vie anglaise pré 2016, mais je suis bien persuadée qu’on a pris la bonne décision en partant.

Publié dans Les colères, Les tops 10 | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Jours de vacances

Notre zone est enfin en vacances, et ça vaut aussi pour les deux étudiants qui de toute façon, n’ont pas remis les pieds à l’université depuis un bon moment. Mais là, pas de cours en Visio, ils peuvent dormir jusqu’à midi. Enfin non d’ailleurs, parce que GeekAdo ne l’a jamais fait, il refuse ce genre de laissez-aller et parce que Wizzboy a prévu un programme serré pour L’Ado. C’est le plus jeune qui fait le planning des vacances pour ses frères et sœurs et ça ne rigole pas, WizzBoy is the boss!

Avec la complicité de Marcel et de Capucine, qu’il n’hésite pas à balancer directement dans la chambre de L’Ado toutes griffes et miaulements stridents dehors, WizzBoy se charge du réveil de la tribu. En désespoir de cause, il va piquer la cloche qui sert à sonner les repas, et l’agite fraternellement à trois millimètres de l’oreille des récalcitrants endormis. Voilà, c’est bon, on va pouvoir attaquer le petit dej. Il veut un chocolat et GeekAdo a rangé les bols trop haut et je refuse qu’il escalade un tabouret qu’il a préalablement installée sur un demi pied sur le plan de travail. C’est clair, je l’empêche de s’exprimer, à ce charmant enfant. Et il paraît que seule MangaGirl, qui pourtant dort toujours subrepticement derrière ses mèches grasses et son air avenant d’amibe enragée, est capable de doser correctement le banania. Par contre, il hurle à la mort, pour la plus grande joie de ceux qui tentaient de se recoucher, si elle essaie de lui réchauffer son bol, ça va pas non, il est plus un bébé, il sait se servir du micro ondes. Il se propose même de réchauffer tous les bols, et ce n’est pas du tout ça faute si ils fuient et il a pas le droit de se servir de la serpillère, mais tu peux le faire toi, vas-y.

Une fois les dégâts nettoyés le petit déjeuner avalé Wizzboy laisse un instant de répit aux grands pour qu’ils vaquent à leurs ablutions mais attention il les chronomètre, pas question de se rendormir dans la salle de bain. Il faut attaquer les activités de plein air. Il a prévu basket avec GeekAdo, rugby avec L’Ado, trampoline avec PrincesseChipie, foot avec tout le monde, plus diverses activités de jardinage consistant principalement à essayer d’embrocher un de ses frères et sœurs avec un râteau en plastique. Avec la complicité de Marcel, ravi d’aller jouer dehors avec les humains. Pour se remettre après le déjeuner, WizzBoy sort les jeux de société dont il a adapté les règles parce qu’il est sûr que les autres trichent en profitant qu’il est plus petit. Les traîtres. C’est bien simple, si il ne gagne pas, c’est qu’on s’est trompé dans le jeu, ça ne peut pas être ça. Bon, il serait temps de refaire une partie de foot, pour se mettre en appétit avant le goûter, non? Il enchaîne avec jeux vidéos avec L’Ado, legos avec GeekAdo, activités manuelles avec PrincesseChipie ou redécoration complète de la chambre de MangaGirl qui se met aussi à pousser des glapissements aigus.

Enfin bref, Wizzboy prend sur lui d’occuper les grands pendant ces vacances. Clairement, sans son aide, ils courent le risque de s’ennuyer et même de s’étioler. Alors que là, pas de danger, WizzBoy les rapprochent même puisque les quatre, pourtant très différents les uns des autres, sont tous d’accord: « WizzBoy, lache-nous un peu ». Ce qui produit l’effet inverse, mais c’est pas grave, le charmant bambin s’éclate. Avec tout ça, on pourrait croire que je suis tranquille, mais pas du tout. Il faut bien un arbitre/nettoyeur/médiateur à tout ce petit monde.

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Mardi tourisme: colchester

Je me suis rendue compte que je n’ai jamais fait de billet tourisme sur notre ancienne ville. J’ai évoqué son passé quelques fois, puisque Colchester s’enorgueillit d’être la plus ancienne ville d’Angleterre et d’avoir été la première capitale, bien avant Londres, du temps de la conquête romaine. J’ai montré des bouts, par ci par-là, mais je n’ai jamais fait un récapitulatif. Alors voilà, direction Colchester, à moins d’une heure au Nord Est de Londres.

Déjà, je précise qu’on va parler de la ville même, et non du borough council (un peu comme une communauté de communes) qui est tellement étendu qu’il déborde même dans le comté suivant. On va se concentrer sur le centre ville. Je suis bien obligée de commencer par les vestiges romains. On ne peut pas y échapper, on retrouve même Colchester dans Astérix chez les Bretons, sous son nom latin de Camulodonum. Malheureusement, les normands se sont un chouïa servis des ruines du temple de Claudius pour construire leur forteresse, mais on voit encore la limite entre les vestiges romains et le château « moderne ». On retrouve comme ça des marques de la présence romaine éparpillées un peu partout dans les bâtiments de la ville, des bouts de murailles, des restes demosaïques et parfois même des bijoux. Le musée dans le château propose une exposition extrêmement bien faite (je conseille le simulateur de courses de char qui a fait le joie de mes enfants comme de Marichéri ou mon papa). Pour plus de détails sur Camulodonum, j’en ai parlé ici.

On passe ensuite au moyen âge. Avant l’arrivée des Normands, Colchester et son marché était un bourg saxon assez important. On a donc la chance de pouvoir admirer Market Church qui date de 1050 et qui accueille aujourd’hui une brocante et un salon de thé. Les saxons étaient probablement des gens charmants, mais très pointus. Ils ne connaissaient pas la clé de voûte, ce qui explique la porte triangulaire. La partie haute du clocher et la nef ont été reconstruite par les normands, beaucoup plus ronds eux. Comme d’habitude à Colchester, ils se sont servi des briques et pierres romaines qui traînaient, tout comme pour le château qui accueille donc le musée. Toute cette partie du centre a conservé de nombreux vestiges médiévaux, y compris le monastère de Saint Botolph, construit en 1093. D’ailleurs, il n’y a pas une maison qui ne penche pas. Le Lion’s walk qui va de l’église à la rue principale est absolument charmant (et couvert, ce qui ne nuit pas vu le climat légèrement humide).

La rue principale, avec le Town Hall, la mairie et sa tour qui ressemble aux beffrois du nord pas de calais, est plus récente, plutôt late Tudor et Regency. Elle est parsemée d’une foultitude de pubs, et elle amène directement au château, mais aussi au musée d’histoire naturelle dans une église, et au Hollytrees muséum dans la maison du même nom qui date de 1718 et qui retrace la vie quotidienne de ses habitants.

Bref, c’est comme partout: quand on vit à Colchester, on ne se rend pas compte qu’il y a tant à voir. Après, il ne faut pas oublier non plus que c’est dans l’Essex, ce merveilleux comté peuplés de…et bien, d’Essex girls (synonymes, en anglais courant, de poufiasses) et d’Essex boys. Il n’y a pas à dire, ça a bien baissé, depuis l’époque romaine!

Publié dans Tourisme | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Sunny Monday 2021 #8

Pour ce dernier lundi de février, je ne vous amène pas à la montagne, mais je reste bien dans le thème choisi par Bernie, puisque je vous montre un morceau de montagne, et même un plus précisément un morceau de volcan. Ce caillou fait une douzaine de centimètres, c’est déjà pas mal, et vient directement de l’Etna, en passant par le sac à dos de L’Ado. Il en était très content et moi aussi, ça n’est pas si souvent qu’il nous ramène un souvenir!

Bonne semaine à tous.

Publié dans Tourisme | Tagué , , , , | 3 commentaires

Projet 52: fleurs séchées

Pour le thème choisi par Ma’ cette semaine, je vous amène dans ma salle à manger. Cela dit, ça aurait pu être dans une autre pièce, mais quand la maman de Marichéri m’a offert ce pot, je l’ai spontanément posé sur le bahut. C’est normal, il s’agit d’une antiquité familiale aussi, c’est à dire un vieux pot en verre hérité d’une pharmacie oubliée. Vous allez me dire, quel rapport avec les fleurs séchées? Et bien, il en est plein! Plus précisément, il est rempli de lavandes et les quelques brins que j’ai répandu dans le couvercle pour prendre la photo dans un effort artistique raté, embaument encore. Je ne sais pas depuis quand cette lavande séchée est là, mais elle n’a pas perdu de son parfum.

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , | 9 commentaires

Friday Feelings #306

Comme tous les vendredis, c’est états d’esprit (imaginés par ma copine Zenopia).

Fatigue: ça se maintient, vacances scolaires ce soir, youpidoo!

Humeur: je disais donc, vacances scolaires ce soir, pas de school run, pas besoin de se lever ni de sortir dans le froid et/ou la pluie…et deux semaines avec, à temps complet, des ados grincheux, un gamin assez énergique qui s’ennuie (et prend sur lui de se réveiller encore plus tôt que quand il a école), une pré ado tout aussi active et rebondissante, bref, on va dire humeur mitigée.

Condition physique: je dégèle à peine de la semaine dernière.

Esprit: alors là par contre, ça part dans tous les sens!

Estomac: tiens, je vais commander du chocolat, pour affronter sereinement les deux prochaines semaines. Et je le cacherai dans la boîte pour les capsules nespresso, non pas pour être sûre que de petits morfales n’iront pas se servir ( je ne suis pas du tout comme ça, du tout), mais parce que c’est logique, vu que je prends un carré avec mon café. Voilà. C’est simplement pour être pratique.

Boulot: j’en suis rendue aux croisades, je sens que j’arrive au bout des archives.

Culture: j’ai bien dormi devant un documentaire sur les trous noirs qui a captivé Marichéri, alors que franchement, le vide sidéral comparé à l’état de mon cerveau à ce moment là, c’était du pipi de chat.

Avis perso: vive l’adolescence. Ou pas. Ça aiderait peut être si j’en étais complètement sortie aussi…

Message perso: bonne fête!

Loulous: L’Ado, qui vient juste de reprendre les cours (en distanciel), est donc en vacances ce soir comme les autres. GeekAdo aussi, mais il a eu ses résultats de partiels avant, et il est très content. Pour une première, c’est plutôt très réussi, après ça l’aide bien d’avoir choisi un cursus où la quasi totalité des cours sont dispensés en anglais. Comme il dit, c’est plus facile de répondre quand on comprend la question. MangaGirl peaufine son dossier de projet professionnel (rien que l’intitulé de la chose nous fait hurler de rire, à Marichéri et moi, c’est sûr qu’en seconde, on a un projet professionnel), elle peaufine donc en ne faisant strictement rien et en attendant que je craque et que je le fasse pour elle (j’ai eu de très bonnes notes à ses rapports de stage). PrincesseChipie est à la fois surexcitée être en vacances et désespérée de ne pas pouvoir aller en cours pendant deux semaines. Ne sachant plus quoi faire pour occuper Wizzboy, je l’ai abonné à un kit mensuel pour enfant très connu, mais comme je ne suis pas une blogueuse qui fait des tests, je ne vais pas m’amuser à leur faire de la pub. Cela dit, le premier kit a eu un succès retentissant, littéralement, puisque Wizzboy a pu construire un volcan et surtout faire une explosion de lave (en farine et bicarbonate de soude). Ses hurlements de joie ont dû s’entendre jusqu’à l’autre bout du village. Il attend le prochain kit avec impatience. Ma cuisine un peu moins, on n’aurait jamais dû laisser 3 murs en blanc.

Divers: j’ai déjà exprimé ma haine viscérale des tronçonneuses municipales? Ces immondes machines à faire du bruit n’avaient pas fini de débroussailler autour du terrain de foot. J’attends que dans un élan d’enthousiasme, elles attaquent les buts par mégarde, ça devrait les calmer. Non mais.

Amitié: je me repère, mais vraiment, vive Skype, surtout en ce moment.

Love: tiens, ça fait un petit moment que je n’ai pas dit que c’était mon super héros…

Penser à : faire les prochains kits de Wizzboy dans le jardin, ça sera plus sûr.

Courses: ça existe, un silencieux pour tronçonneuse?

Envie de: aaargh!

Pic: la dure vie de chat…

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , , | 7 commentaires

Thursday thunder: settle status propaganda

Même trois ans après notre brexodus, je continue à suivre l’actualité britannique, souvent plus que la française d’ailleurs, qui me déprime profondément mais pas pour les mêmes raisons. Je fais toujours partie d’un groupe de défense des intérêts des européens en UK, je lis la presse anglaise et j’écoute la radio un peu aussi. Ce qui fait que je suis soumise, à moindre échelle que si j’étais encore concernée, aux merveilleuses communications du gouvernement de Johnson, qui s’adressent aux européens. Alors je veux bien qu’il s’agisse juste d’informer, et qu’il était temps de le faire, mais j’imagine l’état de nerfs dans lequel ces « pubs » m’auraient mise, il y a trois ans.

Source

Dans sa grande générosité, le gouvernement britannique a décidé de tolérer la présence des européens qui se sont installés en UK de façon parfaitement légale et depuis des années. C’est tellement gentil de la part de Boris, de les laisser rester chez eux, avec leur famille britannique et de ne pas les rejeter directement à la mer. Mais attention, il faut que ces dangereux migrants demandent la permission de rester, même si ils ont déjà obtenu ce droit il y a des décennies, avant que leur pays d’origine ne fasse partie de l’UE par exemple. Ils avaient un permis de résidence permanent? Haha, bienvenu en Brexitland, où permanent ne veut plus rien dire! Bref, des millions de personnes ont jusqu’à la fin juin pour pouvoir continuer à, je cite, « avoir le droit de vivre, de travailler, de se faire soigner en uk ». Si il y a des retards de traitement, des bugs, des délais aléatoires, et qu’ils n’ont pas la réponse à temps même si ils ont fait la demande depuis des semaines, ça ne peut être que leur faute, pas celle de l’administration voyons.

Et donc, des gens qui depuis presque 5 ans sont soumis à des campagnes de presse ignobles, sont traités de tous les noms, y compris par le gouvernement, sont accusés de tous les maux par les médias comme par les politiques, sont jetés en pâture à la vindicte populaire, vivent dans l’incertitude administrative, subissent insultes racistes, discriminations institutionnelles et le hostile environment (et ses dérivés successifs) créé par May pour justement bien faire comprendre aux étrangers qu’ils ne sont pas les bienvenus, ces gens ne peuvent plus allumer la radio sans entendre qu’ils risquent de perdre tous leurs droits. Et ceux de leurs enfants par la même occasion, puisqu’il y a un spot dédié uniquement aux enfants. De suite, ça fait chaud au cœur, on se sent intégré. Ou pas. Vous allez me dire, il faut bien informer les gens. Tout à fait, mais le choix du vocabulaire compte: entre « protégez vos droits en » et « vous allez perdre vos droits si », le résultat administratif est peut être le même, mais l’impact psychologique est différent, surtout quand c’est martelé à longueur de coupure publicitaire, plusieurs fois par émission.

Et après, on se demande pourquoi un million et demi sont déjà partis, d’après le Financial Times qui est peu porté à l’exagération. Et pourquoi la santé mentale des européens en UK est alarmante (d’après the Guardian, le nombre d’européens UK soufrant de dépression a été multiplié par 15 depuis 2016), rajoutez y la gestion désastreuse de la pandémie, le royaume uni combinant le pire taux de mortalité et la plus grande récession, et les effets économiques du brexit, ça fait rêver…welcome to Brexitland!

Publié dans Les colères | Tagué , , , , , , | 5 commentaires

Wednesday throwback: battle of the bands

Il y a quelques années, quand L’Ado était encore un lycéen en Angleterre, il se piquait de musique. Il continue, mais en free-lance maintenant, ce n’est plus son ambition première, et on en est soulagé. Mais avant qu’il change d’avis sur sa future carrière, nos tympans ont bien souffert…je ressors donc un billet sur sa participation à une battle of the bands locale.

Les avis divergent concernant le talent musical de L’Ado. Lui prétend qu’il est génial, opinion visiblement partagées par les chattes, qui ne manquent jamais d’accompagner de miaulements stridents de scies éméchées, les cris de douleur de sa guitare électrique. Je trouve que les sons de cornemuse épileptique dégénérée qui sortent de sa chambre sont une insulte à mes tympans pourtant très peu musicaux. Quant à Marichéri, qui lui est vraiment musicien (il a fait le conservatoire), il souffre, et pense que ce devrait être interdit par la convention de Genève, de torturer ainsi une pauvre guitare innocente, une guitare de gaucher en plus, qui coûte trois fois plus cher qu’une standard. Marichéri qui est gaucher aussi, n’a qu’une envie : aller sauver la pauvre bête le malheureux instrument qui appelle très clairement au secours en l’arrachant de force des mains de son bourreauL’Ado. C’est terrible pour Marichéri qui a toujours essayé d’inculquer un soupçon de culture musicale dans cette famille. Il a très vite renoncé avec moi, qui ne fais pas la différence entre un solo de batterie et une corne de brume, et il était très déçu quand il a dû admettre que GeekAdo a hérité de mon talent musical. Mais il était plein d’espoir avec L’Ado. Cet enfant a le même don que son père pour rejouer parfaitement un morceau après l’avoir entendu une seule fois sur à peu près n’importe quel instrument (guitare, piano, mandoline, chat…). L’Ado a commencé le piano à sa demande à 4 ans, et il passait allégrement deux ou trois diplômes par an au lieu d’un, avant d’arrêter vers 11 ans malgré nos encouragements pour nous reprocher aujourd’hui de ne pas l’avoir forcé à continuer (ben tiens…j’ai payé 6 mois de cours pour rien avant de me rendre compte qu’il n’y allait plus) . Marichéri en père attentif, a peaufiné l’éducation musicale de son gamin en lui faisant écouter des classiques (Anthrax dès le berceau…) et voilà, malgré tous ses efforts, c’est raté.

Enfin bref, L’Ado lui est très content des râles infâmes qu’il arrive à faire pousser à sa guitare. Il a même monté un groupe avec des potes tout aussi talentueux que lui, dont un qui fait du ukulélé (précision importante pour la suite). Au départ, il y a 4 ou 5 ans ça s’appelait les cereals killers, mais ils changent le nom toutes les semaines et L’Ado ne m’informe plus de ses activités depuis longtemps. Il faut dire aussi que je ne demande pas, moins j’entends parler de son groupe, mieux mes tympans se portent. Mais là, manque de chance , il y a eu une Battle of the bands organisée dans une salle de concert locale…il fallait passer des auditions pour avoir le droit de participer, L’Ado et ses potes (the strangling cats assassins? ) se sont inscrits. Youpidoo. La bonne nouvelle, c’est que le lycée dans sa grande mansuétude, a mis à leur disposition une salle de spectacle pour les répétitions. C’est très gentil, j’aime beaucoup ce lycée. Malheureusement, L’Ado est un perfectionniste, il a décidé de s’entraîner aussi en solo, dans sa chambre qui se trouve être chez nous. A portée d’oreilles. C’est un problème. Cela dit, quand il est parti pour son audition, j’étais confiante. Vu les sons de hyène asthmatique qu’il arrive à produire, et en sachant que de son propre aveu, il est le seul du groupe (electrical yoddleling maniacs?) à savoir lire une partition, je ne voyais pas comment ils pouvaient réussir. En plus, L’Ado avec son sens de l’organisation inné (ça, ça lui vient plutôt de sa mère) avait tout prévu: il est parti au lycée à 8 heures, pour remettre sa guitare à un pote, pour repartir à Londres (il avait une journée découverte à l’université, il ne sait pas si ils ont une salle de concert), en faisant un crochet pour déposer son ampli chez un autre copain, pour revenir à la gare le soir, pour prendre le bus jusqu’à chez son premier pote pour récupérer sa guitare, puis un autre train pour aller à l’audition et retrouver son ampli. En toute logique, il aurait dû soit se perdre, soit paumer son matériel. Ben non. Ce fut un échec complet, ils ont été retenus pour Battle of the bands. J’en aurai pleuré. De fierté bien sûr, où sont les boules quies? Et les calmants?

À partir de là, on a eu droit à des séances intenses de répétitions continues. Jours et surtout nuits, L’Ado n’ayant pas du tout les mêmes horaires que les gens normaux. Les répétitions au lycée ne suffisant plus, le groupe (strident horns exterminators?) a décidé de s’entraîner chez les uns et les autres. On a vu partir avec soulagement L’Ado, son ampli sous le bras. Tout à sa joie à l’idée d’un peu de calme, son père lui a proposé de le déposer chez son pote:

-ouais, mais non, coin, c’est pas cool, là, tu vois. Non, mais quoi, pffff, ça craint d’arriver avec son père, là. meuh.

-tu vas marcher en portant ton ampli comme ça pendant trois kilomètres? 

-euh…non mais ouais, coin, tu peux m’amener, c’est cool aussi. Ça te rappellera quand t’étais jeune et tout ça, meuh. Un peu, non mais enfin ouais, tu vois, parce que nous, on fait de la vraie musique, meuh, tu peux pas comprendre, non mais ouais meuh, pas des trucs de vieux comme toi. Coin.

-finalement, vas-y plutôt à pied. Ça fera plus cool et jeune.

On a eu droit à des visites de clones de L’Ado, tous chevelus, boutonneux et avec des instruments divers et bruyants. Les chattes ont été embauchées comme chanteuses. Wizzboy, qui se dévouait pour donner un avis éclairé, en tant que hurleur professionnel, a été éjecté…un pur bonheur auditif. J’en ris encore. Nerveusement. Marichéri voulait monter une opération commando pour exfiltrer la guitare martyre de la chambre de L’Ado. C’est une mission de sauvetage, on ne peut pas rester sans réagir pendant qu’elle crie de douleur. Que fait l’ONU?


Source : hiiiii, c’est beau Google quand même…J’ai trouvé une photo de la soirée! Je ne crois pas que ce soit L’Ado en train de faire le guignol là, il est beaucoup plus chevelu, mais ça a l’air bruyant sympa.

Jeudi dernier, c’était le grand jour, enfin soir, et la Battle of the bands. Des groupes s’affrontent devant un jury, un public en délire comprenant essentiellement eux-même et leurs congénères lycéens, plus deux ou trois parents durs d’oreille inconscients…j’ai bien pensé y aller, juste pour lui coller la honte et venger mes tympans martyrisés depuis des semaines (Hello, my little baby, give mummy a smile!), mais je n’ai pas eu le courage de m’extraire du silence merveilleux et retrouvé de mon salon. En plus, c’était payant. J’ai juste tenté une interview le lendemain pour savoir comment ça s’était passé, en amadouant L’Ado qui boudait, avec de la nourriture:

-non mais coin, mais ça va là, pfff. Quoi? 

-j’ai des cookies au chocolat .

-ouais, cool. Meuh, ben on a pas gagné. Coin.

-triples pépites de chocolat.  

-non mais ouais, ok, tu vois, coin, c’est dégeu, on est passé en avant dernier. Non mais ouais, quoi, le jury, y dormait déjà.

-c’est pas grave, tu réveillerais un mort avec ta guitare. J’ai de la confiture de fraises aussi.

-c’est carrément pas juste, là, coin, je peux tremper les cookies dans la confiture? Ouais? Cool. Non mais tu vois, c’est nul, c’est un groupe de reggae qui a gagné, la honte quoi. 

-il reste du saucisson…

-ouais, non enfin, quoi, nous, on est cool, punk-métal tu vois. Meuh. Il reste du camembert aussi pour la confiture? Non mais, on été super applaudis, coin. C’est nul. Meuh, c’est carrément pas juste. J’ai faim. Quoi?

Voilà, l’aventure musicale de L’Ado s’arrête là. On est soulagé. Cela dit c’est quand même un peu dommage parce que lui et son groupe ( screaming hurricane?) auraient pu révolutionner la scène londonienne. Avec leur punk métal au ukulélé.

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Mardi tourisme: museo Reina Sofia

On repart à Madrid, au musée de la reine Sophie que j’adore. Je ne parle pas que des collections, d’ailleurs de ce côté là, je préfère celles du Prado, étant une adoratrice inconditionnelle de Goya (ne me lancez pas, je peux ennuyer n’importe qui en parlant pendant des heures). Mais il se trouve que j’apprécie particulièrement le musée lui-même, le bâtiment je veux dire.

J’ai souvent du mal avec les mélanges anciens et modernes, sauf quand s’est bien fait, et là, en l’occurrence, c’est superbe. Le bâtiment ancien était au départ un hôpital, construit au dix-huitième siècle, avec une cour intérieure magnifique. L’extension moderne qui date de 2002/2005 est l’œuvre de Jean Nouvel (enfin, c’est lui l’architecte, il n’a pas monté tout ça lui-même). C’est une réussite totale.

Je suis aussi très sensible à la scénographie, à la mise en lumière littéralement, des œuvres. La différence par rapport à beaucoup de musées historiques, c’est que l’aménagement intérieur a été conçu pour ça lors de la rénovation, c’était destiné à être un musée. Tout est fait pour mettre les œuvres en valeur. C’est extrêmement bien conçu (Sans parler bien sûr des salles dédiées à Guernica, qu’on ne peut pas photographier). D’ailleurs, sur Guernica en particulier et Picasso en général, je peux aussi assommer n’importe qui pendant des heures, tellement j’ai à dire. C’est grâce à Guernica que je me suis lancée pour la première fois en espagnol en oubliant d’être timide: j’étais perdue chez ma correspondante près de Pampelune, en pleine fête de famille, personne ne parlant un mot de français. J’essayais de me faire oublier dans un coin, terrorisée à l’idée que quelqu’un m’adresse la parole quand ma correspondante m’a présenté à sa tante, prof de dessin, en lui disant que je prenais des cours au musée de ma ville. La brave dame m’a sauté dessus et on a passé l’après midi à moquer furieusement tous ces béotiens qui n’ont rien compris et osent comparer un Picasso à un dessin d’enfant! Voilà, l’anecdote n’a strictement aucun intérêt, mais ça m’a marqué.

Je sens que je me suis légèrement éloigné du sujet…attention, je peux vous raconter comment j’ai pleuré d’émotion devant certains Goya au Prado, et ne me parler même pas du musée d’Orsay (j’ai un très gros faible pour Monet)…je suis pénible comme ça, c’est mon côté fausse intello mais vraie prétentieuse tête à claque. Tout ça pour dire que le musée Reina Sophia vaut une visite, le restaurant et la boutique sont très bien aussi.

Publié dans Tourisme | Tagué , , , , , , | 1 commentaire

Sunny Monday 2021 #7

Comme on est toujours en montagne pour le défi de Bernie ce mois ci, je vous propose la suite de la semaine dernière. C’est à dire qu’après une vue d’ensemble du cirque de Gavarnie, je vous amène au pied de la cascade , pratiquement au centre. Elle tombe sur 422 mètres, éclaboussant tous ceux qui viennent la voir de près.

Bonne semaine à tous!

Publié dans Tourisme | Tagué , , , , | 3 commentaires