Royal jewellery top 10

Toujours pour détendre l’atmosphère et parce que vraiment ça n’a rien à voir avec ce qu’on vit en ce moment, (donc ça permet de se changer les idées), je ressors un top 10 des bijoux de la famille royale. Pour le fun, c’est tout, mais c’est une raison valable non?

10-On commence par bague de fiançailles de Kate, qui n’est pas mal, mais c’est très frais. Parce que c’était celle de Diana. Alors déjà Willie n’a même pas été fichu de trouver quelque chose tout seul, il a attrapé la première vieillerie qui traînait dans ses coffres. Mais en plus il refile à cette pauvre Kate la bague d’une fille pas très futée que son père a épousé parce qu’il fallait le caser. Une fille assez hystérique et carrément nunuche connue pour avoir eu un mariage de merde et qui a fini encastrée dans un poteau sur le périf’ devant les caméras du monde entier. C’est sûr, ça donne envie. On nage en plein fétichisme glauque romantisme là.

9- Il ne faut pas croire que tous les bijoux chez les Royals valent une fortune. Pas du tout, certains comme ce magnifique bracelet sont même fait en pâte à modeler. Si ça se trouve, c’est même Béatrice qui l’a réalisé toute seule comme une grande et après on dit qu’elle n’est pas dégourdie!

8- En même temps, elle a bien raison Béatrice de faire ses décorations elle même, parce que c’est peut être économique de recycler ses bijoux de génération en génération, mais c’est aussi dangereux. Je ne dis pas que ce collier soit forcément laid, quoiqu’il a un côté caniche prétentieux, mais clairement, il est en train d’étrangler cette pauvre Anne! Soit il est trop petit, soit il a la rage, je ne vois que ça.

7-Dans le style bijou de famille sympa, cette pauvre Camilla a hérité d’une broche avec la tête de sa belle mère dessus. C’est très chou, très discret, pas du tout kitsch. Je ne sais pas si c’était pour fayoter qu’elle portait ça ou si elle a juste des goûts de chiotte particuliers mais je tiens à prévenir de suite la maman de Marichéri (je sais qu’elle me lit), il est hors de question que je fasse comme Camilla. Je pense d’ailleurs que ça ne peut que rassurer la maman de Marichéri.

6-Encore Camilla, avec sa jolie broche et son bavoir…

5-Chez les Royals c’est bien connu, on adore les chapeaux. Mais bon, un chapeau à l’intérieur, ça fait mauvais genre, du coup, on se rattrape avec une tiare. C’est impressionnant le nombre de décorations clinquantes que les Royals féminines tiennent à se coller sur le crâne! En même temps, je n’imagine pas non plus Philou ou Charlie avec ça sur la tête…quoique ce serait une idée, parce que eux n’ont plus de cheveux. Au moins, une tiare leur servirait, un peu comme un bonnet. Parce que là, je ne vois pas l’utilité de la chose…un expemple au hasard, avec ce truc sur la tête de la queen mum, la maman de Lizzie… bon d’accord, c’était en 1928, mais sérieusement, c’est quoi? Une couronne de laurier qui a mal tourné? Un bout de lustre rococo qui s’est détaché du plafond et a atterri là par hasard? Ou alors c’était pour un pari?

4-Dans le style horreur tiare, cette pauvre Kate participe aussi. Alors soit elle a vraiment une petite tête (ce n’est pas une allusion à ses capacités intellectuelles, je ne suis pas comme ça…de toute façon, ça n’est pas le propos) soit on a voulu lui faire une blague… Je suis formelle, Maricheri et moi avons reçu une espèce de corbeille à fruits exactement comme ça, mais retournée, en cadeau de mariage. Si ça peut aider Kate, nous on l’a volontairement malencontreusement égaré dans un déménagement…ou alors Kate s’est bêtement retrouvée sans rien sur le crâne pour un dîner officiel. Si ça se trouve, elle avait oublié de se laver les cheveux en plus. Du coup, elle a habillement improvisé avec la décoration de table.

3- Lizzie quand elle avait trouvé la fève…

2-Lizzie et son imitation de l’arbre de Noël de Buckingham…je commence à fatiguer en fait, ça fait mal aux yeux tout ça, ça brille trop. Et puis franchement à son âge, on est obligé de lui faire porter des décorations de trois tonnes? Après, on s’étonne que Lizzie soit petite, mais forcément, sous le poids de tout ça, elle se tasse. C’est un cercle vicieux, plus elle se rapetisse, plus on en rajoute, façon gyrophare, pour ne pas la perdre dans la foule.

1-Bon, ça n’est pas drôle mais je suis bien obligée de finir avec Lizzie et sa couronne. Je ne dirais pas que ça fait coussin pour chien ou antenne satellite, c’est une couronne monument historique. Et puis ce n’est pas la faute de Lizzie, ça fait partie de l’uniforme de reine. Lizzie est comme les lunch ladies à cantine avec leurs filets dans les cheveux ou les gendarmes avec leur képi, elle n’a pas le choix. C’est une bonne excuse.

Publié dans Famille royale, Les tops 10 | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Apprendre moyennement l’histoire anglaise en s’amusant : épisode 7

Toujours dans l’espoir de détendre l’atmosphère à ma petite échelle, je continue à massacrer l’histoire de l’Angleterre, sans aucune compétence ni prétention autre que celle de faire rire un peu. On arrive doucement à 1066, où il s’est passé des tas de choses en Angleterre. L’industrie du tourisme par exemple n’y avait jamais été aussi florissante, ace l’arrivée soudaine d’une foultitude de français en vacances…

Les nationalistes anglais se gargarisent avec leur 1066, en affirmant que c’est la dernière fois qu’ils ont été envahis…je ne veux pas insister, mais il y a plus de chance qu’ils descendent des envahisseurs que des saxons, eux-mêmes venus d’ailleurs. Remarquez, ils n’ont pas tout à fait tort, l’Angleterre est plus connue pour envahir les autres que l’inverse. Mais je ne suis pas sûre qu’il y ait vraiment besoin de se vanter des famines provoquées en Irlande, des massacres en Afrique et des boucheries en Indes. Je sens que je m’éloigne du sujet. Revenons à 1066.

Le petit Harold est roi d’Angleterre, par hasard ou presque. Il n’a régné que quelque mois, du 6 janvier 1066 au 14 octobre de la même année donc. Dans le civil, il s’appelait Harold Godwinson ou Godpinson. Personnellement, je préfère la deuxième version, c’est plus pimpant. Cuicui. Harold nous bassine avec la défense héroïque de son trône, mais globalement, il n’avait pas plus de raison de devenir roi que Guillaume, mon beau-frère, ou la concierge. Quand Édouard le Confesseur meurt sans héritier, les barons saxons se réunissent et votent pour se choisir un nouveau monarque. Ça tombe sur Harold. Certains prennent d’ailleurs très mal la chose, comme un certain Harald (avec un a) Hardrada. (J’adore, ça a un petit côté Lord of the rings…). D’ailleurs pour le plaisir, je ne résiste pas à vous donner les noms des parents de Harold (avec un o): son papa, c’est Godwin Earl of Wessex, sa maman répond au doux nom de Gytha Thorkelsdottir. Harold épouse Ealdgyth, fille de Aelfgar, et ils nous pondent une fille qu’ils baptisent hardiment Gunhild (ou bien c’est la fille de sa maîtresse, ce n’est pas clair). C’est charmant tout ça.Je ne sais pas vous, mais j’ai soudainement la migraine. Je vous aurais bien parlé de la généalogie fascinante de Harold plus longtemps, mais je sens que ça va vous lasser. Harold est le deuxième fils dans une famille de 9 enfants et serait né vers 1020. Comme il est ambitieux, il devient directeur régional de l’East Anglia vers 25 ans. Il en profite pour sauter sur Ealdgyth (pas sa sœur, une autre, ils avaient des prénoms très rigolos, les saxons mais pas d’imagination apparemment) qui est l’héritière de l’Essex. Ah ben, c’était chez moi!

Sinon, Harold et sa famille ne font rien qu’à se disputer avec le pouvoir en place qui change d’ailleurs tous les 4 matins. Comme avant la mort d’Édouard, Harold s’était bien fait remarquer avant en pétitionnant à coup de révoltes et autre légers massacres contre l’influence normande, il est populaire auprès des autres seigneurs. C’est d’ailleurs ses prises de positions politiques clairement fascistes contre les immigrés Normands qui lui ont valu son élection. De là à dire que Harold, ce n’est rien que le précurseur du UKIP…Une fois roi, Harold s’éparpille un peu partout, en traînant son armée derrière lui. Il se bat contre tout ce qui bouge pendant les quelques mois de son règne, un coup dans le nord du pays, un coup en mer, un coup au Sud…Toute cette agitation contrarie grandement Guillaume-pas-encore-conquérant qui ne s’attaque pas à l’Angleterre par hasard. Le roi Edward, celui que Harold a remplacé et qui soit disant est mort sans héritier, était son cousin germain. Guillaume estime donc que le trône doit lui revenir et qu’Harold n’est qu’un usurpateur mal embouché. Ça se tient comme raisonnement, et ça a le mérite de rappeler que Edward était un chouia normand aussi. Et quand Guillaume-pas-encore-conquérant s’énerve, ça risque de chauffer…

Je sens bien que le suspens est insoutenable, mais je vous propose quand même de parler de la bataille de Hastings dans l’épisode suivant, parce que là, j’ai toujours la migraine à cause de la généalogie de Harold. Le petit usurpateur. Non mais.

.

Publié dans Les leçons d'histoire(s) | Tagué , , , , | 1 commentaire

Apprendre moyennement l’histoire anglaise en s’amusant : épisode 6

Toujours dans l’espoir de détendre l’atmosphère à ma petite échelle, je continue à massacrer l’histoire de l’Angleterre, sans aucune compétence ni prétention autre que celle de faire rire un peu. On s’était arrêté à la fin des royaumes saxons au début du dixième siècle, et franchement, il était temps que ça se termine. Les noms saxons, c’est comme les barbes à papa, c’est rigolo au début et puis ça devient écœurant. Là, on va y voir plus clair, puisque les anglais se décident enfin à avoir un pouvoir plus ou moins central…mais bon soyons clair, avant que les français viennent mettre de l’ordre dans tout ça, ça reste des amateurs. Franchement, ça a du mal à se mettre en place tout ça…

Source

Alfred le grand de Wessex avait été un précurseur, se proclamant roi à la risée générale des autres chefs saxons dès 886. Son fils reprend la boutique, toujours sous les quolibets des autres chefs qui ne comprennent rien à toute cette modernité. Il faut attendre son petit fils Aelthelstan pour que la famille Wessex installe un vrai pouvoir stable sur tout le pays…enfin plus ou moins. Non parce qu’à partir de là, on se tape quand même une douzaine de rois en un gros siècle. Je veux bien que l’espérance de vie était moyenne à l’époque mais ça fait beaucoup! Ou alors, c’était des rois de mauvaise qualité, qui s’épuisaient vite …déjà, on n’est même pas sûr du nombre, vu que certains disent que si, ils ont été rois et c’est que des mauvais langues, ceux qui disent que c’est pas vrai et que c’était eux les vrais rois et c’est celui qui dit qui y est. Non mais ça suffit, c’est quoi ce bazar?!? On avait dit que ça serait plus clair et c’est pire qu’avec les royaumes saxons! En fait, deux dynasties se disputent le trône anglais pendant un siècle, les descendants des Wessex et ceux d’immigrés danois. Et comme tous les grands seigneurs s’en mêlent et donnent leur avis, surtout quand on ne leur demande pas, ça change tout le temps. On a par exemple le petit Sweyn Forkbeard, de l’équipe des danois, qui réussit l’exploit de se hisser sur le trône en profitant d’un moment d’inadvertance des l’équipe adverse, mais qui n’y reste que 41 jours avant d’être renversé et exilé (en Normandie d’ailleurs) en 1013. L’équipe des Wessex reprend la main et case deux rois de suite jusqu’en 1016 avant que les danois ne marquent trois rois d’affilée dont le célèbre Canute. A la mi temps, en 1042, on en est à 11 (ou 10. Ou 9…on ne sait pas trop, c’est dire si les panneaux d’affichage des stades étaient mal réglés au dixième siècle rois) à 4 pour les Wessex.

Heureusement, un Wessex décide de siffler la fin de à récréation et de mettre de l’ordre dans tout ça. C’est très gentil de sa part, je commençais à perdre patience. Edward le Confesseur ou Eadweard en Saxon a été roi d’Angleterre de 1042 à 1066…non, ce n’est pas lui qui a joué à se planter une lance dans l’œil pour ne pas voir le triomphe de Guillaume, c’est son successeur, Harold qui n’a donc régné que quelques mois, on y reviendra. Alors donc Eddie nait en 1003, ce qui déjà est pénible, il aurait pu faire un effort pour aider les écoliers anglais et arriver trois ans plus tôt. C’est le fils de Aelthered qui devait être comique et de Emma de Normandie, qui n’avait aucun sens de l’humour, c’est banal comme nom. On pourrait dire que c’est pratiquement le cousin de Guillaume le conquérant, tiens… D’ailleurs il a été élevé en Normandie, sa maman se lassant rapidement des bagarres anglaises à répétition, et rentrant chez sa mère avec ses gosses sous le bras. Vu que c’est à nouveau la pagaille générale en Angleterre et que tout le monde se bat comme des chiffonniers, les normands décident de jouer aussi et d’aider Edward à conquérir le trône. Ça rate lamentablement dans un premier temps, mais il finit par y arriver tout seul. Il essaie bien de faire son roi énergique et qui commande, mais vous savez ce que c’est, les mauvaises habitudes sont dures à perdre et les barons anglais continuent à s’étriper joyeusement pour conquérir le pouvoir en ignorant somptueusement ce pauvre Edward. Du coup, vexé, il se réfugie dans la religion. C’est toujours mieux que de sombrer dans la débauche ou l’alcoolisme. Mais il est aussi susceptible et il préfère retourner bouder en France pendant que tous les barons saxons essaient de devenir roi à sa place, Finalement, Édouard rentre de vacance après 25 ans d’exil, il a réussi à la surprise générale à remettre en place le pouvoir royal, et hop, il meurt sans héritier, à temps pour laisser la place à Harold et à Guillaume. Ses aventures ne s’arrêtent pas là, il sera canonisé en 1166 et deviendra même patron d’Angleterre avant de se faire piquer la place par St George en 1350. Edouard est quand même remarquable parce qu’il est toujours fêté par les catholiques comme les protestants, ce qui n’est pas courant pour un saint.

Je ne sais pas vous, mais je trouve que, malgré les efforts louables d’Edouard, ça manque encore de français, cette histoire d’Angleterre…heureusement que ça va changer. Et si on parlait de 1066 demain?

Publié dans Les leçons d'histoire(s) | Tagué , , , , | 2 commentaires

Sunny Monday #15

Pour avril, Bernie a choisi brun. Je vous amène à Grenade en Espagne, grâce à L’Ado: il y a du brun, du soleil et une bonne dose de dépaysement qui fait du bien surtout en ce moment.

Prenez bien soin de vous!

Publié dans Tourisme | Tagué , , | 2 commentaires

Projet 52: vers le bas

J’ai failli mettre une photo de mes pieds, pour illustrer le thème choisi cette semaine par Ma’, mais j’ai préféré faire un tour dans les archives. Ça m’a permis de retomber sur la série de photos que Marichéri avait faite depuis la Tour Eiffel. Je précise que Marichéri, lui, n’a pas le vertige. Ça ne le dérange pas du tout de pointer comme ça son appareil vers le bas. Un instant, rien qu’à regarder la photo, je me sens mal…beuh. Enfin bref, quand on monte au premier étage (j’ai refusé d’aller plus loin) et qu’on regarde vers le bas de la Tour Eiffel, ça donne ça. Je reconnais que la photo est intéressante, mais vraiment, j’ai des nausées…

Publié dans Tourisme | Tagué , , , | 7 commentaires

Friday Feelings #261

C’est parti pour les états d’esprit avec le retard spécial école à la maison!

Fatigue: je suis crevée, intellectuellement parlant. L’école à la maison va m’achever. Programme du jour: les logarithmes, Antigone, l’Union européenne, ce qui flotte et ce qui coule…alors donc Antigone coule à pic, attachée à un logarithme européen, ou un truc comme ça.

Condition physique: en voie de liquéfaction pédagogique. Sinon, ça va.

Humeur: aucune idée, c’est fluctuant.

Esprit: alors là, par contre, ça ne fluctue pas du tout! C’est le calme plat, pour ne pas dire le vide absolu.

Estomac: dans confinement, il y a confit.

Boulot: avec tout ça, je passe mes nerfs sur le jardin. Ma jungle va finir par ressembler aux parterres de Villandry, taïaut. De toute façon, j’ai arrêté toute activité villageoise, comme tout le monde.

Culture: semaine chargée, Anouilh, Cervantes, Victor Hugo, Nietzsche…rhaaa!

Avis perso: le pollen des bouleaux devrait être confiné aussi, c’est pas juste!

Message perso: bon anniversaire quand même!

Loulous: le rapatrié va bien. Il dort jusqu’à midi travaille comme un fou pour ses partiels à distance. Il pille le frigo toutes les nuits fait du sport autour du jardin. GeekAdo s’est posté, livide, limite bleu, devant la conférence de presse de Blanquer. Il était en apnée. Il tremblait, il défaillait, il était au bord de la syncope. Sa mère aussi. Et puis on s’est sauté dans les bras en hurlant, yeaaaaaaaah! Bref, le bac au contrôle continu, c’est la joie. La très grande joie vu ses notes jusqu’à présent. GeekAdo a repris vie d’un coup, il est tout rose, pimpant, et rasséréné. Sa mère aussi. Ouf! MangaGirl regardait la conférence de presse d’un œil dédaigneux, elle est vaguement concernée, mais bon de toute façon le brevet, c’est fasciste. Peut être, mais pour l’instant, ça passe aussi. Youpidoo. PrincesseChipie s’en fiche de tout ça, elle songe à attaquer les maths de seconde maintenant, tellement elle s’ennuie. Cela dit, on est bien content de ne pas avoir accepté qu’elle saute une classe, elle aurait eu une demi sixième, quelques semaines de cinquième et direct la quatrième en septembre. Alors elle assomme peut être ses profs même à distance, mais on ne regrette pas. Elle non plus, elle veut retrouver ses copines. Wizzboy a perdu son belge.

-Pardon, tu as perdu quoi?!?

-Mon belge! Il est où mon belge?

-…

-mais -euh! Maman-euh! J’ai perdu mon belge-euh!

-…ton quoi exactement ? Parce que belge, c’est pour les habitants de la Belgique…

-nooon, ça c’est belgicain! Belge, c’est mon crayon qui est comme marron clair!

Divers: pendant que les humains sont confinés, les chats s’éclatent. Marcel le chaton a enfin le droit de sortir. Et de rentrer. Puis de ressortir. Pour rerentrer…ah non, il repart dehors…ahaha, c’était une ruse, il rentre. Non…si…peut être…fichu chat!

Amitié: prenez bien soin de vous, partout dans le monde.

Love: il est débordé (vraiment), mais il trouve le temps de m’aider avec l’école à la maison. Non parce que les logarithmes, on a été potes il y a longtemps, je m’en souviens vaguement, mais c’était plus par politesse qu’autre chose, je ne voulais pas les vexer. Alors que Marichéri les trouve toujours très sympathiques.

Penser à : toujours rien, résolument.

Course: en sa qualité de préposé au ravitaillement, Marichéri se fait plaisir. On en est à une demi tonne de cornichons en trois semaines.

Envie de: banalité.

Pic: Bon, tu m’ouvre cette porte, oui?

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , | 6 commentaires

L’école à la maison de la terminale au CP, dans la joie. Ou pas.

Tous les parents sont englués dans les joies de l’école à la maison en ce moment, je ne fais pas original. Mais avec une famille nombreuse aux âges éparpillés, c’est encore plus rigolo. Ou pas. Un grand stressé en terminale scientifique, une artiste inspirée mais pas du tout motivée en troisième, une surdouée en manque d’école en sixième et une espèce de tornade en CP….sans compter L’Ado rapatrié de Londres, qui tient absolument à faire relire ses essais avant de les envoyer, puisqu’il fait ses partiels à distance. Je m’éclate. Littéralement. Là par exemple, je suis écroulée dans l’herbe avec les graces d’un nain de jardin aérophagique en plein coma éthylique. C’est la « récréation », il faut aérer Wizzboy. Et mes quelques neurones qui surnagent. Rhaaa.

Source

Soyons clairs, la motivation s’effrite. Et je ne parle pas de celle des enfants. Au départ, ça allait. Je reconnais même qu’on est chanceux: le lycéen et les deux collégiennes ont l’habitude de travailler sur iPad et leurs profs aussi. Il y a déjà tous les cours, les exercices, tout le monde maîtrise et ça marche très bien. L’instit de Wizzboy n’a eu qu’à intégrer le système (c’est une école privée, de la maternelle au bac). Ça roule, youpidoo. Et puis, enseigner, ça a été mon boulot en Angleterre. J’ai encore des notions de mes cours de pédagogie, de tenue de classe, tout ça. J’étais réputée pour ma discipline « à la française »…oui ben, je suis formelle, c’est beaucoup plus facile de tenir trente gamins qui ne sont pas les miens, dans une vrai salle de classe, qu’un petit garçon qu’on peut qualifier de dynamique, dans mon salon, alors qu’il n’a pas envie de réviser le son [gn]. Mais-euh, maman-euh! Je veux un cookie d’abord-euh! Non, Wizzboy, pas [eu], c’est [gn]…J’ai le choix, soit je m’énerve, ce qui n’est pas du tout productif, soit je cède et je noie mes dernières illusions de pédagogue ratée dans les cookies au chocolat. Avec pépites de chocolat.

Sérieusement, je finis les journées avec l’air pimpant et énergique d’une palourde bouillie. Non seulement ça ne finit jamais (on attaque à 8h30 tous les matins), mais il faut passer du coq à l’âne en continu (non Wizzboy, ce n’est pas la leçon sur les animaux de la ferme, c’est une expression): de Kant aux aventures de Timioche le petit poisson, des équations en maths au passé simple en espagnol, de la distillation en troisième aux dictées de sixième….et en sautant constamment de niveau, donc en devant adapter la façon de travailler, d’expliquer, de motiver à chaque âge. C’est épuisant. Encore une fois, je n’ai jamais eu aucun problème pour passer des petits de 4 ans en réception (première année de primaire anglais) aux « grands » de 11 ans. Mais c’était dans la même matière, que je maîtrisais un peu (le français langue étrangère donc) et l’amplitude est moins grande que du CP à la terminale! On n’explique pas du tout les subtilités du son [gn] à un petit comme les mystères des ondes gravitationnelles à un ado moyennement convaincu. C’est dommage d’ailleurs parce que je maîtrise plus le son [gn]. J’ai l’impression de réviser pour le bac, pour la licence et le brevet en même temps. Sans compter les essais de L’Ado. Autant j’arrive vaguement à suivre en espagnol, autant je ne comprends pas un mot en italien…et puis clairement, j’ai des lacunes en literature sud américaine de mi 1923 à 1937 (jusqu’à la deuxième quinzaine d’août, par là).

Pour l’instant, les enfant bossent encore à fond, chacun à sa manière. PrincesseChipie épuise ses profs à distance et moi avec. Elle est en manque, elle a besoin de compliments, de notes, d’évaluations. MangaGirl apprécie très moyennement d’avoir sa mère sur le dos. Visiblement, je suis encore plus fasciste que les profs, c’est dire. Oui, je vois bien que tu as fini ton exercice d’espagnol, mais on pourrait en profiter pour revoir le passé simple (oui bon, ça va, vous croyez que ça lui vient d’où, PrincesseChipie?). Je me saoule moi-même. GeekAdo lui est dans un état de nerfs ridicule (comme sa mère…quand je vous dis que je me fatigue toute seule), à cause du flou autour du bac. Il faut le rassurer, l’entourer, le cajoler. Il bosse comme un fou, motivé par le stress. Mais il s’épuise. Enfin bref, on tient comme on peut, en se disant que c’est bientôt les vacances scolaires et qu’on va pouvoir tous souffler un peu…alors quand on a entendu parler de « vacances apprenantes » , on a tous hurlé! Apprendre quoi déjà? Wizzboy est à jour, PrincesseChipie attaque le programme de math de troisième, pour s’occuper, MangaGirl, épuisée par sa fasciste de mère est au bord de tout envoyer balader, GeekAdo est en apnée…ils ont besoin de repos. Moi aussi.

Ça servirait à quoi, de continuer sur le même rythme pendant les vacances, si ce n’est à creuser les inégalités qui s’accumulent avec les enfants qui n’ont pas la chance de pouvoir suivre l’école à la maison, ceux qui n’ont pas de connexion, pas d’imprimante, ceux dont les parents ne maîtrisent pas le français (je parle en tant que ex maman française en Angleterre, vous croyez que c’est facile à suivre quand on vient d’ailleurs?), et j’en passe. Les vacances approchent et les enfants, la boîte à cookies au chocolat et moi les attendons avec impatience.

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , , | 8 commentaires

Apprendre moyennement l’histoire anglaise en s’amusant, épisode 5

Comme je l’expliquais hier, dans l’espoir de détendre l’atmosphère à ma petite échelle, je continue à massacrer l’histoire de l’Angleterre, sans aucune compétence ni prétention autre que celle de faire rire un peu. Alors, on en était où déjà? Ah oui, l’heptarchie! Si. C’est un truc de saxons. Il va y avoir des tas de noms remarquables.

Source

Alors donc, l’heptarchie se compose évidemment de sept royaumes, c’est important d’aller voir ça de plus près. On commence par le Wessex, l’ancien royaume des Saxons de l’ouest qui comme son nom l’indique était bien à l’ouest mais pas complètement non plus, un peu au milieu. On aurait pu dire almost Messex…enfin bref, le royaume de Wessex a été fondé en 519 (à peu près) par Cédric premier, qui franchement ne fait aucun effort pour un saxon, c’est quoi ce nom banal? Heureusement, Cenwalh arrive, avec un nom bien pimpant lui, et il convertit gentiment à coups de glaive dans la tête tout son petit monde au christianisme. Du coup sur sa lancée, il s’en prend aussi aux royaumes voisins, dont l’Essex (C’était chez moi). Ce sont les saxons de l’est, à droite sur la carte…on aurait pu dire les rissex (pour right, droite en anglais…je sens que je m’éparpille). Ses successeurs (vous voulez des noms? J’en ai! Allez hop, dans le désordre: Bretwalda, Aelthelfred, Caedwalla, Aethelflaed) grignotent peu à peu et avec des succès intermittents tout le sud de l’Angleterre (le Sussex, ça existe vraiment) et remontent même jusque vers le royaume de Mercia plus au nord. Et puis paf, vers 800, les rapports de force basculent et c’est tout à coup le royaume de Mercia justement qui devient le plus fort. Le Wessex végète. Il se fait même piller non plus par des saxons d’à côté, venus en voisin (neighbour en Anglais….des nessex donc) mais des touristes danois qui étaient en croisière sur la Tamise. Mais le Wessex prépare sa vengeance…

Le nouveau royaume dominant Mercia, est déprimant, pardon je veux dire : c’est au centre de l’Angleterre. Au temps de leur apogée, Ethelbald, Aelfwynn et autres rois de Mercia avaient étendu leur territoire sur une grande partie du pays en contrôlant tout par là au milieu, où malheureusement, il n’y avait pas grand-chose non plus. L’activité  économique se répartie plutôt sur les côtés, dans les ports et tout ça, à cette  époque où les moyens de communications sont quand même assez rudimentaires…soyons clairs, le royaume de Mercia est considéré comme un gros plouc bouseux par les autres royaumes saxons. Déjà, il n’a été christianisé que bien après tout le monde, espèce de païen arriéré et anti modernité. Franchement, le royaume de Mercia et ses rois successifs n’ont aucun intérêt. Bref, on s’ennuie ferme. Et puis paf, au neuvième siècle, les vikings s’en mêlent et commencent à grignoter les terres de Mercia, jusqu’à complètement annexer le royaume et à l’incorporer dans une nouvelle région, baptisé cette fois Daneslaw (la loi des danois). Ceowulf II, le dernier roi indépendant de Mercia meurt en 879 et on en parle plus.

Allez, on va faire un tour dans le Kent maintenant, il n’y a pas de raison qu’on ne se promène pas avec les saxons. Ça va être vite fait cela dit, parce que le Kent se fait vite dépasser par les autres royaumes saxons. Le seul roi marquant est le petit Mul qui est évidemment le frère de Caedwalla (J’adore!), lui-même roi de Wessex vers 686 (on ne va pas chipoter, de toute façon ils ne savaient sûrement pas compter). En fait Caedwalla fait la guerre à tout ce qui bouge autour de lui, et donc renverse le roi du Kent et décide d’installer son petit frère Mul à la place, c’est sympa de faire un petit cadeau comme ça à son cadet. Manque de chance, les habitants du coin sont revêches et se rebellent bêtement contre Mul qu’ils font cramer un an plus tard. C’est tout. La chose n’a même pas été immortalisée dans la presse locale, c’est dire si tout le monde s’en fiche de ce pauvre Mul. Je suis déçue. Bon je vous fais grâce des autres royaumes, on a déjà une bonne idée de la pagaille ambiante chez les saxons comme ça.

Comme si ça ne suffisait pas, les vikings et autres danois décident donc de se joindre à la foire d’empoigne saxonne. Il n’y a pas de raison qu’ils ne jouent pas aussi, qu’est-ce qu’on s’amuse en Angleterre au haut moyen âge ! Les vikings commencent à venir rendre visite, amicalement bien sûr, aux anglais dès le huitième siècle, en passant par l’Ecosse et dans le nord-est de l’Angleterre. Comme ils sont taquins, ils font cramer monastères, villages et un peu les habitants aussi. Ils pillent tout sur leur passage et provoquent la terreur… on s’éclate. Mais bon, ils ne font que leur boulot de massacreurs qu’en saisonniers, un raid par ci, une mise à sac par-là, et ils rentrent chez eux. Soyons clairs, ils y perdent en productivité. Finalement en 850, une armée viking en a marre de perdre autant de temps dans les transports et finit par s’installer. Les envahisseurs conduits par Ivar the boneless, Halfdan ou encore Ubbi s’installent un peu partout notamment dans le yorkshire et en East Anglia où ils prennent la place des rois saxons, mais c’est pas grave, ils ont de très jolis noms aussi. Peu à peu, ils s’emparent de tous les royaumes saxons sauf le Wessex, et vu la suite, c’est ballot de leur part. Au nord, les vikings vivent tranquilles et au sud, ils ne font que perpétuer la tradition saxonne de se battre entre voisins à tout bout de champs pour conquérir et reconquérir le moindre lopin de terre. En gros, ils s’intègrent. Sauf dans le Wessex donc, qui ne veut rien savoir. Cela dit, pour le paysan qui se retrouve coincé entre les guerres, les épidémies et les famines, être trucidé par un cavalier saxon ou un descendant d’envahisseur viking, c’est pareil.

Bref, ça part dans tous sens tout ça. Eghbert de Wessex en a marre aussi de ce bazar, et tente de mettre tout le monde d’accord en 829 en s’autoproclamant roi de tout le pays. Ça fait hurler de rire les autres chefs saxons et vikings et tous ces joyeux lurons continuent à s’étriper tranquillement. Mais l’idée d’un pouvoir central et unique est lancée. Alfred The Great (qui est décevant parce que les autres avaient des noms beaucoup plus rigolos) décide à son tour de s’autoproclamer roi des anglo-saxons, vers 871, trucidant gentiment ceux qui n’étaient pas d’accord au passage. C’est beau, cet esprit d’entreprise, mais ça ne convainc pas entièrement tous ses petits copains saxons et vikings. Les Wessex se vexent (j’essaie de le placer depuis le début) qu’on ait rejeté d’un revers d’épée leur brillante idée d’unification et leur roi Edward reprend en 918 toutes les conquêtes perdues. Son fils Aelthelstan finit même par s’emparer de tout le pays en 927 et devient le premier vrai roi d’Angleterre. Il était temps, on s’y perdait. Ça va être beaucoup plus clair à partir de maintenant.

Publié dans Les leçons d'histoire(s) | Tagué , , , , , | 2 commentaires

Apprendre moyennement l’histoire anglaise en s’amusant, épisode 4

Toujours dans l’espoir de détendre l’atmosphère à ma petite échelle, je continue à massacrer l’histoire de l’Angleterre, sans aucune compétence ni prétention autre que celle de faire rire un peu. Dans l’épisode précédent, les romains ont lâchement abandonné les pauvres Britons, au prétexte qu’ils avaient pas que ça à faire, avec leur empire qui chutait de partout. On arrive donc aux saxons.

Bon alors attention, à partir de maintenant, ça va être un bazar pas possible. C’est bien simple, il y a une invasion barbare tous les matins au petit dej. C’est là que je me dis que vu ma tendance naturellement bordélique, ça ne va pas être simple de s’y retrouver… en même temps, la pagaille générale qui règne dans toute l’Angleterre (c’est sportif en Ecosse aussi d’ailleurs), après la chute de l’empire romain, ça ne peut que m’inspirer. Les saxons sont des bandes d’infâmes migrants Nord européens, pour ne pas dire presque allemands (je dis ça uniquement parce que je sais que ça énerve les brexiters, je suis mutine…). Ils arrivent par vagues et par la mer (c’est logique) à partir du cinquième siècle. Honnêtement, une fois les romains partis, les britons se sont laissés aller. C’est pas brillant. J’irais même jusqu’à dire que le pays périclitait lamentablement, livré à lui-même. En fait, heureusement que les saxons et leurs potes, les angles sont arrivés.

Les saxons commencent à faire de la navigation côtière près des plages anglaises dès le début du 4eme siècle mais ça reste suffisamment sporadique pour qu’on n’y prête pas plus attention que ça. Ils crament bien quelques baraques de pécheurs, mais c’est plus pour les taquiner qu’envahir le pays, on ne va pas s’embêter avec ça. Par contre à partir de 440, on ne rigole plus. Les saxons, les angles et autres Jutes passent vraiment à l’action. En moins d’un siècle, ils s’emparent de tout le pays, sauf un petit coin vers les Cornouailles (Pendant ce temps, le Pays de Galles leur échappe, lui). On peut les comprendre, les Cornouailles, c’est certes très beau, mais il fait un temps qu’on peut qualifier de capricieux si on est aquaphile. C’est bien simple, l’été vous avez l’impression qu’il fait presque chaud, c’est pratiquement méditerranéen, vous allez bêtement à la plage et hop, vous vous prenez des trombes d’eau torrentielles sur la tête. Je sens que je m’éparpille…je disais donc que les saxons s’installent comme chez eux. Ils mettent en place des royaumes structurés, créent des villes, organisent la société, développent le commerce, l’industrie (oui bon, on ne parle pas de centrales nucléaires mais plutôt de ferronniers ou de tisserands, des trucs comme ça, très fête de l’artisanat), la culture, l’art…tout en se tapant dessus entre eux mais quand même! Bref, un peu comme les romains avant eux, ils font tourner le pays. De là à dire que sans les migrants européens, les Britons ne s’en sortent jamais…Les saxons ont même réussi à unifier le pays, juste à temps pour que de nouveaux migrants reprennent la boutique, en 1066. Je dis ça comme ça.

Les saxons mettent en place l’Heptarchy: je sens que vous ne vous y attendiez pas…c’est tout bête, l’heptarchy, c’est le nom donné collectivement aux 7 royaumes saxons (en gros: East Anglia, Essex, Kent, Mercia, Nothcumbria, Sussex et Wessex) qui passaient leur temps à se faire la guerre entre eux se sont répartis joyeusement au gré de légères disputes diplomatiques l’Angleterre puis le pays de Galles. C’est marrant de s’entretuer sauvagement pour gagner trois centimètres carrés de territoire sur le royaume d’à côté, Eorpwald contre Sigeberd the good, Ecgberht I contre Coenwulf ou encore Frihtuwald contre Beorhtric mais au bout d’où moment ça va bien comme ça, mon correcteur d’orthographe pête les plombs…J’adore les noms saxons, j’en ai plein en réserve si ça vous intéresse: Saexburg? Aethelstan? Alchiwfrid? … Bon d’accord, j’arrête pour aujourd’hui. Juste pour laisser mon correcteur d’orthographe se reposer un peu, demain, ça sera pire. Vive les noms saxons!

Publié dans Les leçons d'histoire(s) | Tagué , , , , | 1 commentaire

Sunny Monday #14

J’avoue que j’en suis réduite à racler le fond de nos archives photos pour ce dernier lundi en magenta pour le défi de Bernie. C’est un peu capilotracté, mais on est d’accord qu’il y a comme une pointe de magenta dans les lueurs du soleil couchant sur Budapest, non? A défaut d’être parfaitement dans le thème, ça a au moins le mérite de nous faire voyager virtuellement, ce qui est bienvenu en ce moment.

Prenez bien soin de vous!

Publié dans Tourisme | Tagué , , , | 3 commentaires