Throwback Thursday Thunder : les obtus professionnels

Il y a quelques temps, j’avais piqué une colère sur les know-it-all (c’est ici), ces gens persuadés de tout savoir sur tout et mieux que nous. Mieux que les experts. Et bien sûr, ils tiennent à nous faire part de leurs lumières, puisqu’ils savent, eux. Je ne compte plus le nombre de fois, IRL ou sur les RS où on m’a expliqué ma vie en prétendant savoir mieux que moi. Mais ce qui est fascinant aussi avec ces gens infichus de dire qu’ils ne savent pas, c’est leur incapacité totale à reconnaître qu’ils ont tort. Ils préfèrent s’enferrer dans leurs erreurs en hurlant toujours plus fort comme si le volume sonore masquait leur connerie, plutôt que d’admettre qu’ils se sont trompés. Ça ne peut pas venir d’eux voyons, puisqu’ils ont la science infuse, c’est forcément la faute de leur interlocuteur ou de la réalité qui refuse bêtement de se plier à leurs élucubrations.

Un ami expat a eu comme ça un échange hallucinant avec une française de France (je veux dire pas une expat, et il n’y a aucun jugement de ma part, c’est purement descriptif). Pour une raison obscure, dans une conversation complètement banale, cette brave dame soutenait, comme si sa vie en dépendait, que Lime tree veut dire « arbre à citron vert » (déjà, c’est original, mais passons…) et pas tilleul. Plus la conversation durait plus il devenait évident que un, elle n’avait aucune connaissance en anglais, que deux, elle s’adressait à quelqu’un de parfaitement bilingue et qui maîtrise le sujet pour raisons professionnelles, et que trois, elle se plantait donc lamentablement (oui, la blague est voulue, arbre, plantation, tout ça…). En toute logique, elle s’est donc entêtée et a insulté copieusement mon pote, qui avait l’outrecuidance d’avoir raison. Ahaha. On pourrait penser qu’une personne un chouïa développée aurait reconnu son erreur manifeste et surtout serait rapidement passée à autre chose, parce que franchement, ça n’a strictement aucune importance de ne pas savoir traduire lime tree. Mais non, confrontée à la réalité de son ignorance en anglais et en botanique, cet énergumène a préféré devenir extrêmement vulgaire et agressive et a rejeté la faute de sa propre erreur sur quelqu’un qui lui a juste donné innocemment un renseignement, sans penser à mal, pour aider. Ça a atteint des proportions ridicules, parce que la dame en question refusait de lâcher, insistait, revenait, s’entêtait, et voulait absolument qu’on lui dise que ok, elle avait raison, en dépit de la réalité, juste parce qu’elle gueulait comme un putois. C’est sidérant. Comme un adulte peut-il trouver normal de se comporter comme ça?

Il n’y a aucune honte à dire je ne sais pas et encore moins à reconnaître qu’on s’est trompé. Il n’y a non plus aucun intérêt à s’obstiner quand on a la preuve de son erreur en face de soi (surtout en l’occurrence sur un truc aussi ridicule et sans importance). Sérieusement, qu’est-ce qui peut bien se passer dans la tête de certaines personnes pour qu’ils aient des réactions aussi disproportionnées et je reste polie? Qu’est-ce qui peut leur faire croire que c’est une insulte personnelle quand la réalité ne se plie pas à leurs fantasmes incultes? La terre fait exprès de ne pas être plate juste pour se moquer d’eux et ils vont la mater en bramant des insultes? La 5 G ne donne pas de virus (ça ne serait pas tellement terrifiant, que quelqu’un puisse croire une telle aberration, que ça me ferait hurler de rire de l’écrire) pour les moquer, juste eux là avec leurs chapeaux en papier alu, et ils vont retenir leur respiration jusqu’à ce qu’on les croit quand même?…en même temps, c’est une idée ça tiens, on devrait leur suggérer. Mais je suis taquine…alors que eux non, ils ne sont pas taquins, ils sont enragés. Et ça ne leurs vient pas des vaccins, de leur compteur électrique, de Bill Gates, ou de la traduction de lime tree. Ils sont enragés juste parce qu’ils sont irrationnellement entêtés et pathologiquement incapables de reconnaître leurs erreurs. 

Je comprends que ça puisse énerver, d’avoir tort sur quelque chose, quoique, ça prend pour certains des proportions qui me laissent pantoise. Mais justement, le remède à leur problème, c’est d’arrêter de s’obstiner quand on peut éventuellement, peut être, possiblement, apprendre quelque chose en essayant d’écouter quelqu’un qui sait et qui veut bien partager ses connaissances. Ils devraient essayer, c’est agréable. Personnellement, je n’y connais rien en arbres, c’est à peine si je peux distinguer un sapin d’un bananier, et je le vis bien. Quand quelqu’un m’explique, vu que vraiment, je suis d’une ignorance crasse sur le sujet, je ne le prends pas comme une insulte et ça ne me provoque pas d’éruption de grossièretés. Au contraire

Publié dans Les colères | Tagué , , , , | 4 commentaires

La phrase du mercredi #39

Le week end dernier, pour une raison qui m’échappe, Marichéri m’a traînée dans une sorte de sous vide grenier. Soyons clairs, autant j’adore les vraies brocantes, autant là, je ne vois pas…j’arrive pourtant à m’extasier sur une vieille gouttière cabossée qui ferait un très joli porte parapluie, une chaise louis Philippe éventrée à trois pattes ou une ancienne porte cassée et irrécupérable mais qui a une jolie poignée. Mais là, j’étais juste éberluée par l’état de ce que les gens osent vendre. Maricheri a bien ri devant ma tête effarée, quand on a entendu une dame tres motivée qui essayait d’appâter le client:

Parce que donc, l’affaire en question, c’était un portait d’un mètre de long de Michael Jackson, au canevas. Avec des fils brillants. Si. j’ai failli vomir…Maricheri qui est un vrai comique a voulu aller discuter avec le vendeur d’un portait aussi immense de James Dean, dans les tons orangeatres cramés exclusivement, en « diamond painting ». Et ça l’amuse. Alors oui, je suis posh, coincée, voire une sale snobinarde. C’est sûr. Mais la prochaine fois que Maricheri propose ce genre de sortie, je mords!

Publié dans brèves | Tagué , , , , | 6 commentaires

King Charlie top 10

Pour célébrer dignement la prise de poste de Charlie, qui était en apprentissage depuis soixante ans (avant, il était trop jeune), je ressors un petit top 10 actualisé de ses déclarations (il y a du nouveau, Charlie parle beaucoup). Avec ce nouveau roi, on sent de suite que ça va décoiffer en UK.

10- En visite officielle à Hong Kong en 1997, il compare les dirigeant chinois à des vieilles poupées de cire. C’est sur, ça a du leur plaire. Et ça a eu des répercutions inattendues, puisque Madame Tussaud, l’équivalent londonien du musée Grevin dévoilait quelques jours après les effigies de la famille royale…ils n’ont pas osé y mettre la poupée de Charles!

9-Cette visite ne lui a décidément pas plu, dans l’avion du retour, il a pondu un mémo de 3000 mots pour se plaindre de l’inconfort de son siège, et du fait que les ministres britanniques l’accompagnant, voyageaient en classe affaire, juste derrière lui: « c’est la fin de l’Empire! » . C’est vrai ça, l’obliger à côtoyer des manants, franchement!

8- Ayant convoqué la presse pour annoncer son mariage avec Camilla, il oublie malencontreusement que son micro est encore branché, et dit en montrant les journalistes « je hais ces gens…Bloody people. Je ne supporte pas celui là, il est affeux ». Celui là, c’était le correspondant royal de la BBC, payé pour faire des reportages aussi lénifiants que flatteurs à longueur d’année sur Charles et compagnie. C’est d’autant plus surprenant qu’en grand technicien, il avait précédemment qualifié le micro de « grosse saucisse qui enregistre tout ». C’est une image.

7- Cela dit, on sent bien que Charlie et Camilla sont faits l’un pour l’autre, ils ont la même descente le même hobby. Ce qui les met en joie d’ailleurs.

6- Charlie a bien retenu les leçons de papa Philou, qui était aussi connu pour ses blagues sexistes que pour ses sorties racistes. En rencontrant une starlette quelconque moyennement vêtue, Charlie a rappelé: « Père m’a toujours dit que si je voyais une femme avec une robe décolorée comme la vôtre, je devais la regarder bien dans les yeux ». Quel pervers charmeur, quand même.

Source and Source 

5- Il se pique d’histoire aussi, puisqu’il affirme que « on peut quand même reconnaître une chose en faveur de l’aviation allemande, quand ils ont bombardé Londres pendant la guerre, on moins, ils n’ont laissé que des gravats derrière eux. Ils n’ont pas remplacé les bâtiments détruits par des horreurs architecturales. Non, ça ce sont les britanniques qui l’ont fait eux mêmes. » Quel patriote, ce Charles Windsor, de son vrai nom Charles Saxe-Coburg und Gotha, je le rappelle.

4-Il est doué en pédagogie, il a déclaré qu’il avait appris son rôle de Royal comme les singes apprennent, en regardant ses parents…franchement, ça se passe de commentaire, non?

3- Charlie est un fin tacticien politique: « il n’y a rien de mieux qu’une bonne gentille catastrophe pour faire bouger les gens ».

2-Charles est même venu à Colchester (on vivrait dans le borough council de Colchester), en 2008 pour remettre un prix d’architecture, gagné par le concepteur d’un des nouveaux bâtiments universitaires. Charles s’est bien tenu, jusqu’à ce qu’on lui demande ce qu’il en pensait: « on dirait une poubelle ». En même temps, il n’a pas forcément tort.

1-Un bref éclair de lucidité, ou un grand moment de déprime, on ne sait pas mais Charles a déclaré en 1977 en Australie: « qu’est ce que l’Autralie fait avec nous (la famille royale)…on est complètement dépassé! » (j’ai eu du mal à traduire: Why Australia bother with us…we are really yesterday’s news)

Publié dans Famille royale, Les tops 10 | Tagué , , , , | 2 commentaires

Ma semaine en images #23

Cette semaine passée, on a fêté dignement la fin des études de L’Adulte. On est très fier de lui, évidemment.

Cette semaine Maricheri a aussi eu l’idée saugrenue de me traîner dans une animation de village (pas le notre, dont les animations sont très bien, un village un peu plus loin): ça confirme que je suis très posh et je le vis bien. Plus ou moins.

Mercredi dernier, Wizzboy a repéré un nid sous un lampadaire. Depuis, ça l’inquiète: comment font les oiseaux pour dormir avec la lumière allumée toute la nuit? Je l’ai rassuré, les oiseaux ont déjà déménagé, ouf.

Bonne semaine à tous!

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , | 6 commentaires

Projet 52: quand il pleut

Alors là, on peut dire que Ma’ a choisi un thème qui me parle. Certes, je n’aime pas la pluie, mais j’ai tendance à vivre dans des endroits connus pour leur taux d’humidité: j’ai fait ma prépa au pays basque, j’ai été étudiante à Dunkerque, j’ai vécu la saison des pluies au Mexique, on a passé 11 ans en Angleterre, on vit aujourd’hui dans le Pas de Calais…mais tout ça, c’est ridicule, niveau pluviométrie, comparé à l’Irlande. Je l’ai déjà raconté, mais on est arrivé en octobre (en 1996, ouch!), il pleuvait. Non stop. Ça s’est arrêté en mai. Voilà. C’est très vert l’Irlande, mais on comprend vite pourquoi. Même cet été, où on a été aussi surpris que les locaux des quelques jours de plein soleil qu’on a eus, il n’y avait aucun risque de sécheresse. Bref, quand il pleut, ça me fait forcément penser à l’Irlande, je mets donc une photo prise depuis un très joli cottage, en plein mois d’août au nord ouest de Dublin.

Publié dans brèves | Tagué , , , , , , , | 12 commentaires

Friday Feelings #386

Le vendredi c’est états d’esprit, imaginés par ma copine Zenopia .

Fatigue: bof

Condition physique: froid, chaud, froid, chaud…

Humeur: c’est officiel, c’est l’automne.

Esprit: enrhumé, au propre comme au figuré. D’ailleurs, j’aurais peut être dû mettre ça dans condition physique, c’est dire si j’ai l’esprit clair.

Boulot: ça n’avance pas

Culture: avec des années de retard, dûes au fait que je n’étais pas en France et que je ne savais même pas que ça existait, j’ai vu l’auberge espagnole. Apparemment, ça a beaucoup marqué ici. Ah. Alors je ne dis pas, c’est tout à fait ça, je me suis totalement reconnue: les étudiants tête à claque nombrilistes de partout, les rencontres bizarres, la découverte (très limitée et artificielle, la vie étudiante, c’est pas la vraie vie) d’un autre pays, les anecdotes fumeuses et les beuveries, le retour crève-coeur où on se sent bizarre et décalé, tout ça, c’est très bien décrit, je m’y suis revue. Mais c’est quoi l’idée en fait? Pourquoi ce film? Ça aurait dû me rendre nostalgique, ça m’a juste vaguement agacée, c’est tout. Clairement, il y a un truc qui m’échappe, c’est frustrant…ou alors je suis devenue trop anglaise culturellement, parce que je ne vois pas.

Avis perso: peut être que la caricature de l’anglais bien lourd, ça m’a refroidie aussi…

Message perso: tu es libre pour Skype?

Loulous: L’Adulte est diplômé brillamment! Et comme il ne veut pas faire de doctorat, ça y est, celui là est fini. Champagne! GeekAdo se renseigne justement pour partir en Erasmus, avec tous mes encouragements, parce qu’en vrai, c’est génial, d’aller dans un autre pays quand on est encore étudiant. Mangagirl est soudainement ravie d’avoir un bac à préparer: c’est grâce à ça que les terminales sont dispensées de participer au cross de l’école (qui va donc de la maternelle au lycée, même les petits courent un peu). Princessechipie, qui va devoir se taper 2 kilomètres en soufflant, trouve ça scandaleux: on devrait dispenser aussi ceux qui préparent le brevet! Wizzboy doit faire 500 mètres et la classe s’entraîne. Selon ses récits, l’odyssée à côté, c’est du pipi de chat, mais il en est très content.

Divers: Gladys et Millicent se disputent en ce moment. Millicent veut absolument piquer la place de Gladys pour pondre. Elle a l’air de penser qu’on ne peut pondre que là, mais ça contrarie beaucoup sa copine.

Amitié: bon courage pour le voyage scolaire!

Love: il essaie de restaurer un vieux magnétophone à bandes de son année de naissance, pour le fun.

Penser à: réserver pour la semaine prochaine

Envie de: réserver pour la semaine prochaine. C’est logique non?

Pic: Marcel monte la garde

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , , | 10 commentaires

Throwback Thursday thunder : misanthropie et confettis

Il y a vraiment des jours où j’hésite à prendre le clavier. Beaucoup. Je ne sais plus quoi écrire ni pourquoi. Pandémie, guerre, brexit, Trump, guerre, Poutine, pandémie, guerre…Est-ce que je cède à la panique, ou est-ce que je continue dans le léger, à essayer de (me) faire sourire, parce que ça ne sert à rien de se morfondre non plus? Je ne sais pas. J’ai envie de ne plus rien voir, rien entendre, rien savoir (de l’actualité) et de me blottir dans ma bulle familiale, de ne plus mettre le nez, même virtuellement, dehors où on croise des gens.

Source

Le problème, c’est que je suis de plus en plus misanthrope. Oui, j’y vais carrément, pas la peine de se cacher derrière des euphémismes et autres « asociale contrariée ». Mais en même temps, j’aime parler aux gens, découvrir, rencontrer, échanger. Je suis d’un côté, persuadée comme Marichéri que « les gens sont cons » et de l’autre que tout le monde, même le pire des cretins, a au fond de lui (très profond parfois, il faut vraiment chercher) quelque chose d’intéressant ou de surprenant à dire. Pourtant je passe ma vie sur les RS (par obligation, pas par plaisir, pour une association de défense des Européens en UK) et c’est pas beau à voir. C’est même à vomir, c’est terrifiant tellement ça suinte de bêtise crasse, d’intolérance et d’inhumanité. C’est pas mieux dans les médias où l’on tend complaisamment micros et caméra à ceux qui dégoulinent de haine, de mauvaise foi, d’incompétence, de récupération politique, de complotisme, de racourcis, de populisme, et de conneries toutes plus grosses les unes que les autres. Et ça continue IRL. L’égoïsme, le nombrilisme, l’incapacité à se remettre en cause, l’abêtissement total, l’absence assumée de réflexion. Cons et fiers de l’être, cons et le criant sur les toits, cons et menaçant tous ceux qui osent ne pas penser comme eux. Rhaaa. C’est pas possible, les gens sont de plus en plus cons ou c’est moi qui suis de plus en plus intolérante et misanthrope? 

À côté de ça, je me délecte des petites bulles de conversations anodines entendues dans la rue. Je ramène à la maison, la moindre anecdote glanée au détour d’une discussion, comme une petite friandise. Marichéri, écoute ça! Je lui rapporte les derniers potins du village, des anecdotes, des petites histoires… Il s’en fout totalement, mais mon enthousiasme l’amuse. Je suis tout excitée d’en savoir plus sur l’histoire locale, sur les traditions mais aussi sur la vie des gens. J’ai gardé un côté expat qui découvre un nouveau mode de vie et j’adore ça. Un rien m’intéresse. Par exemple, pourquoi la fête de l’ail? Pourquoi cette rue a été baptisée comme ça? Pourquoi un fricandeau mais une fricadelle (ça se mange)? J’ai des tas de questions et les réponses chargées d’anecdotes de mes voisins me ravissent. Mais on est loin de l’actualité et des sujets qui fâchent. J’esquive les conversations quand ça commence à partir en vrille. Parce que ça part immanquablement en vrille. Je suis en plein émerveillement sur les pigeons voyageurs (grande tradition locale toujours vivace) et paf, les confettis s’évaporent et la conversation dérape. Le charmant vieux monsieur avec ses oiseaux, se transforme aigri abruti de complots débiles au détour d’une simple phrase. Et ma misanthropie qui s’était éclipsée un instant, revient en force me gâcher la vie. Ah ben, j’avais pas vu l’heure, allez je vous laisse , au revoir cher voisin, et je cours me réfugier dans ma bulle, loin des gens.

Je sais que je suis privilégiée. Que j’ai une chance folle et que ces gens qui me hérissent, n’ont simplement pas eu la même vie que moi. Ils n’y sont pour rien. Mais ça n’excuse pas tout, tout le monde a un cerveau et le droit de s’en servir. Je sais aussi que je suis ridicule à me plaindre de l’intolérance des autres alors que je n’ai plus aucune patience (Déjà que je n’en avais pas beaucoup au départ). Je retourne dans ma bulle, avec mes chats, mes enfants et Marichéri. C’est lui qui a raison. Il a une autre maxime, en plus de « les gens sont cons ». Il dit aussi : « ce n’est pas que j’aime pas les gens, c’est que je n’en ai pas besoin ». Il le vit très bien, et je vais bien finir par y arriver aussi, en me forçant un peu…

Publié dans Les colères | Tagué , , , , | 5 commentaires

La phrase du mercredi #38

Comme les enfants ne sortent pas tous à la même heure (c’est apparement pour éviter les contacts à cause du Covid, c’est raté), il y a toujours un attroupement devant l’école. Les élèves qui ont des frères et sœurs encore en classe attendent avec les parents et jouent, sautent, courent et discutent. Ça nous a permis d’entendre cette remarque très pertinente hier:

C’est une très bonne idée. Quand Wizzboy est enfin sorti, je lui en ai parlé, il est convaincu aussi. C’est vrai ça, c’est quoi cette école qui prend du temps sur les heures de jeux, hum? En plus, on sent la gamine consciencieuse: elle ne veut pas supprimer l’école, juste rétablir rapport temps libre/travail plus équitable. Maricheri songe à élargir l’idée d’ailleurs, pourquoi se limiter à l’école?

Publié dans brèves | Tagué , , , | 2 commentaires

Promenade Dublinoise

Je vous amène faire un dernier petit tour à Dublin, jusqu’à notre prochaine visite. Cette ville et toute l’Irlande occupe une place importante dans notre vie: c’est là qu’on a commencé notre vie adulte, qu’on s’est marié, qu’on est devenu parents, qu’on a vécu pendant 10 ans. On commence notre balade par la Liffey bien sûr.

On retourne dans Grafton Street, la rue piétonne et commerçante qui va jusqu’à St Stephen’s green. On y trouve brown Thomas, grand magasin emblématique, le bewley’s café, et sur le côté, la galerie marchande de Powercout house. C’est dans grafton street qu’on a acheté ma bague de fiançailles et nos alliances. On est retourné dans la même bijouterie, et quand on a expliqué, il a fallu serrer la main à tout le monde, on y serait encore si on n’avait pas dit qu’on voulait aussi retrouver un restaurant qui nous rappelait des souvenirs.

On a joué aux vrais touristes et on est allé voir la statue un chouïa sexiste de Molly Malone et les pubs bien sur. On a toujours eu un problème avec les pubs : Maricheri ne boit pratiquement pas d’alcool et je déteste la bière en général et la Guinness en particulier. On avait beaucoup ri à cette blague d’un comique irlandais qui ne buvait pas et à qui on demandait « mais tu fais quoi du coup? »: I remember things! Cela dit, je conseille le Snake’s bite, c’est très dublinois aussi: bière blonde, cidre et liqueur de cassis.

On s’est baladé dans les rues, on a été jusqu’a Merrion square et ses maisons géorgiennes aux portes colorées typiques aussi, mais c’était pour revoir le national maternity hospital à Holles Street où L’Ado et GeekAdo sont nés.

On a flâné dans St stephens green, qu’on n’avait jamais vu sous autant de soleil. On s’est demandé pourquoi Michael Collins avait une tête de poisson, et on a ri devant un poste de la Garda, la police locale: tu te souviens quand on savait pas le prononcer, Ahaha? (Ça se dit gardi).

On a bien vu et visité quand c’était possible, les églises, les bâtiments officiels, la banque d’Irlande…bref, on a profité à fond de ce retour de quelques jours, avec la ferme intention de revenir très vite. Après tout, on connaît aussi bien le chemin que le chauffeur de taxi qui nous a trouvé curieux: c’est pas commun, des touristes qui lui indiquent la route. Ben non, mais on ne sera jamais tout à fait des touristes à Dublin,

Publié dans Tourisme | Tagué , , , , , , | 3 commentaires

Ma semaine en images #22

La semaine passée, l’automne est arrivé, et la pluie commence déjà à effacer les décorations estivales sur les pavés du nord.

D’ailleurs, Marcel entame une reconversion professionnelle: il fait essuie glace maintenant.

Cette semaine passée, j’ai pris de l’avance. C’est mon côté anglais. Et on n’y touche pas pour l’instant. J’ai rangé tout ça dans les placards avant de ressortir les bricolages pour les prochaines vacances, ça occupera Wizzboy et Princessechipie.

Bonne semaine à tous!

Publié dans brèves, vie de famille | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire