Friday Feelings #291

Finalement, même pendant les vacances scolaires, j’ai du mal à être en avance pour les états d’esprit (créé par ma copine Zenopia). Ça ne va pas s’arranger la semaine prochaine.

Fatigue: je suis joie! Marcel a froid, il hiberne, même la nuit. Pas de vocalise intempestive dans la cage d’escalier depuis deux nuits, youpidoo!

Condition physique: fraîche et pimpante du coup…non, je plaisante, toujours avachie et échevelée.

Humeur: halloweenesque. Je ne céderai pas.

Esprit: bouh!!!! (C’est la dernière)

Culture: je ne vous ressors pas l’histoire d’halloween, mais c’est parce que j’ai peur de lasser. Cela dit, le premier qui vient encore me sortir « fête américaine commerciale », je le mords, en gaélique. Non mais.

Boulot: quand je disais que ça ne s’annonçait pas bien pour notre expo…on continue quand même à bosser, chacun chez soi. C’est très peu pratique.

Avis perso: il faudrait confier la direction de l’ONU à tous ces experts auto proclamés qui pullulent sur les RS et les plateaux télé, puisqu’ils savent tout (et son contraire). Ou les envoyer en mission dans l’espace, loin, très loin. Je suis sûre qu’ils seraient volontaires.

Message perso: bon courage, on pense très fort à vous.

Loulous: L’Ado et GeekAdo n’ont donc plus cours qu’en distanciel. J’avoue très égoïstement que ça me rassure. Ils le vivent plutôt pas mal. GeekAdo commençait juste à se faire des potes à Lille, L’Ado adorait vadrouiller dans Paris, mais ils s’inquiétaient quand même tous les deux, surtout à l’idée de contaminer leurs grands-parents (L’Ado reste dormir chez papi et mamie quand il a cours deux jours de suite). Bref, ils prennent assez bien ce nouveau confinement. MangaGirl par contre, est absolument dégoûtée: pourquoi on ne ferme pas les lycées? Elle est outrée. PrincesseChipie est au contraire rassurée: elle veut aller en cours, absolument. Wizzboy s’en fiche un peu, de ces histoires de grands, et puis d’abord, il a des supers masques de camouflage, ça va être trop cool de montrer aux copains. Comme quoi, les enfants s’adaptent bien plus que les adultes.

Divers: Wizzboy hésite encore entre footballeur-vampire, footballeur-zombie, footballeur-Frankenstein ou savant fou (sur une idée de PrincesseChipie). Parce qu’on va faire Halloween chez nous, entre nous, et qu’on en est très content.

Amitié: c’est officiel, pas de resto à Lille avant un bon bout de temps.

Love: il refuse de se déguiser! Mais comme c’est lui qui a le briquet pour allumer mes Jack O lantern, il participe quand même.

Penser à : rien, éperdument.

Courses: c’était la folie mercredi à la boulangerie et à la boucherie du village. Sérieusement, pourquoi? Ils restent ouverts. Ça s’est très bien passé la première fois. Je ne comprends pas ces gens qui remplissent leur congélateur à raz bord de choses qu’ils finiront de toute façon par jeter quand ça se sera périmé, d’ici un an ou deux. Et sinon, mes tonnes de pommes de terre tout à l’heure, c’est juste pour la semaine, hein, entre les 4 kilos de frites (si, si, 2 pour GeekAdo, le reste pour nous) et la purée maison…je ne fais pas de stock! De toute façon, même si je voulais, je ne pourrais pas: mes morfales se jettent sur tout ce qui est comestible et tout disparaît très vite.

Sorties: bon, je vais supprimer cette rubrique pour les prochaines semaines. Ça ne fera pas une grande différence avec d’habitude de toute façon.

Envie de: ignorer ce qui se passe dehors, résolument.

Pic: pumpkin pie in progress

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , , | 8 commentaires

Misanthropie et confetti

Il y a vraiment des jours où j’hésite à prendre le clavier. Beaucoup. Je ne sais plus quoi écrire ni pourquoi. Pandémie, attentat, pandémie, Trump, attentat, pandémie…Est-ce que je cède à la panique, ou est-ce que je continue dans le léger, à essayer de (me) faire sourire, parce que ça ne sert à rien de se morfondre non plus? Je ne sais pas. J’ai envie de ne plus rien voir, rien entendre, rien savoir (de l’actualité) et de me blottir dans ma bulle familiale, de ne plus mettre le nez, même virtuellement, dehors où on croise des gens.

Source

Le problème, c’est que je suis de plus en plus misanthrope. Oui, j’y vais carrément, pas la peine de se cacher derrière des euphémismes et autres « asociale contrariée ». Mais en même temps, j’aime parler aux gens, découvrir, rencontrer, échanger. Je suis d’un côté, persuadée comme Marichéri que « les gens sont cons » et de l’autre que tout le monde, même le pire des cretins, a au fond de lui (très profond parfois, il faut vraiment chercher) quelque chose d’intéressant ou de surprenant à dire. Pourtant je passe ma vie sur les RS (par obligation, pas par plaisir, pour une association de défense des Européens en UK) et c’est pas beau à voir. C’est même à vomir, c’est terrifiant tellement ça suinte de bêtise crasse, d’intolérance et d’inhumanité. C’est pas mieux dans les médias où l’on tend complaisamment micros et caméra à ceux qui dégoulinent de haine, de mauvaise foi, d’incompétence, de récupération politique, de complotisme, de racourcis, de populisme, et de conneries toutes plus grosses les unes que les autres. Et ça continue IRL. L’égoïsme, le nombrilisme, l’incapacité à se remettre en cause, l’abêtissement total, l’absence assumée de réflexion. Cons et fiers de l’être, cons et le criant sur les toits, cons et menaçant tous ceux qui osent ne pas penser comme eux. Rhaaa. C’est pas possible, les gens sont de plus en plus cons ou c’est moi qui suis de plus en plus intolérante et misanthrope?

À côté de ça, je me délecte des petites bulles de conversations anodines entendues dans la rue. Je ramène à la maison, la moindre anecdote glanée au détour d’une discussion, comme une petite friandise. Marichéri, écoute ça! Je lui rapporte les derniers potins du village, des anecdotes, des petites histoires… Il s’en fout totalement, mais mon enthousiasme l’amuse. Je suis tout excitée d’en savoir plus sur l’histoire locale, sur les traditions mais aussi sur la vie des gens. J’ai gardé un côté expat qui découvre un nouveau mode de vie et j’adore ça. Un rien m’intéresse. Par exemple, pourquoi la fête de l’ail? Pourquoi cette rue a été baptisée comme ça? Pourquoi un fricandeau mais une fricadelle (ça se mange)? J’ai des tas de questions et les réponses chargées d’anecdotes de mes voisins me ravissent. Mais on est loin de l’actualité et des sujets qui fâchent. J’esquisse les conversations quand ça commence à partir en vrille. Parce que ça part immanquablement en vrille. Je suis en plein émerveillement sur les pigeons voyageurs (grande tradition locale toujours vivace) et paf, les confettis s’évaporent et la conversation dérape. Le charmant vieux monsieur avec ses oiseaux, se transforme aigri abruti de complots débiles au détour d’une simple phrase. Et ma misanthropie qui s’était éclipsée un instant, revient en force me gâcher la vie. Ah ben, j’avais pas vu l’heure, allez je vous laisse , au revoir cher voisin, et je cours me réfugier dans ma bulle, loin des gens.

Je sais que je suis privilégiée. Que j’ai une chance folle et que ces gens qui me hérissent, n’ont simplement pas eu la même vie que moi. Ils n’y sont pour rien. Mais ça n’excuse pas tout, tout le monde a un cerveau et le droit de s’en servir. Je sais aussi que je suis ridicule à me plaindre de l’intolérance des autres alors que je n’ai plus aucune patience (Déjà que je n’en avais pas beaucoup au départ). Je retourne dans ma bulle, avec mes chats, mes enfants et Marichéri. C’est lui qui a raison. Il a une autre maxime, en plus de « les gens sont cons ». Il dit aussi : « ce n’est pas que j’aime pas les gens, c’est que je n’en ai pas besoin ». Il le vit très bien, et je vais bien finir par y arriver aussi, en me forçant un peu…

Publié dans Les colères | Tagué , , , , | 15 commentaires

Halloween tag reloaded

Évidemment, il n’y aura pas de trick or treat cette année, et pas seulement parce qu’on est maintenant en France, même sans confinement, on ne s’y serait pas risqué. Alors que j’avais bien commencé à convertir pas mal de monde…mais bon, justement, je ne sais pas vous, mais j’ai vraiment besoin d’escapism en ce moment, de fuir la réalité, de fantaisie, de diversion, de rires, de me changer les idées. Rien de tel qu’halloween, le vrai, celui qu’on fêtait en Irlande pas la version immonde et télévisuelle qu’en ont beaucoup de français. Alors on creuse nos Jack o lantern, on se déguisera, juste entre nous. PrincesseChipie a prévu de faire trick or treat en passant de chambre et chambre, elle a convaincu les grands de jouer le jeu en préparant des « tricks » pour jouer à se faire peur. Ceux qui aiment, mangeront (je déteste ça) la traditionnelle pumpkin pie. On a la chance d’être tous les 7 (dont trois irlandais quand même), on va faire Halloween chez nous, entre nous, comme on veut, sans être embêté par tous ceux qui n’ont pas encore compris que ce n’est pas une horrible fête commerciale américaine, mais une tradition celte vieille de 3000 et très sympathique. Où est passé Penny, qu’on lui flanque un chapeau de sorcière (fait maison par PrincesseChipie). entre les oreilles, pour l’ambiance? En attendant, je ressors mon halloween tag, n’hésitez à jouer aussi!

1-ta chanson préférée d’halloween?

Le générique de Barney, the purple dinosaur. On ne rigole pas, c’est absolument terrifiant. Même des années après (L’Ado était fan) j’en tremble encore. Cet espèce de gros niais décérébré et ses gamins abrutis…brrrr!   D’ailleurs, les américains s’en servaient contre leurs malheureux prisonniers  à Guantanamo, quand je vous dis que ça fait peur.

 2. Nomme quelque chose sur laquelle tu ne voudrais pas tomber dans une forêt sombre ou une bâtisse abandonnée ?

Un brexiteur. Parce que c’est méchant de taper sur les gens. Mais bon, si il n’y a pas de témoin…quelqu’un a une pelle?

3. As-tu déjà joué avec une planche de Ouija ?

Non. Je suis bêtement terre à terre et cartésienne (je sais, ça ne saute pas forcément aux yeux quand on me lit). Non seulement je ne crois pas à toutes ces fumisteries, ouija, divination et autre astrologie, mais ça ne me fait pas rire. Ça m’énerve même. Comment peut-on accorder le moindre crédit à ce genre de chose? Bon par contre, je crois toujours au père  noël, mais ça n’est pas le sujet. 

4. Quel est ton monstre ou vilain de film d’horreur préféré ? 

Rhaa…je ne regarde jamais de film d’horreur…et on en est juste à la question 4, je sens que c’est pas gagné finalement comme tag. 

5. Quelle est la chose la plus effrayante qui te soit arrivé quand tu étais seule ?

C’est une blague? J’ai 5 enfants et trois chats, je ne me souviens même pas de la dernière fois où j’ai pu aller faire pipi toute seule…

6. Si tu étais mise au défi de passer la nuit dans une « maison hantée » le ferais-tu ?
Non! J’habite le village à côté de Coggeshall, qui se vante d’être le bled le plus hanté d’Angleterre, et j’ai bien vu, les maisons qui sont sensées avoir des visites intempestives de fantômes sont dans un sale état. Alors certes, je ne crois pas aux fantômes, mais par contre, je crois fermement aux toitures qui fuient et aux courants d’air. Je ne vois pas pourquoi j’irais choper la crève pour faire ma maligne.

7. Es-tu superstitieuse ? 

Pas du tout. Je suis réaliste pessimiste , je ne pense pas qu’une chose quelconque puisse porter malheur. Plus que tout le reste je veux dire.

8. Est-ce que tu vois parfois des «choses» dans ta vision périphérique ?

Ahaha, déjà que je ne vois pas mes pieds sans mes lunettes,  ça ne risque pas! 

9. Quelle légende urbaine t’effraies le plus ? 

Je n’en connais pas. C’est désolant, je suis sûre que ça peut être drôle! 

10. Préfères -tu les films « gores » ou « thrillers » ?

Aucun

11. Est-ce que tu crois que notre monde a plusieurs dimensions ?

Ben oui, 3. Si il n’y en avait que 2,  on serait tout aplati, non? 

12. As-tu déjà fait une potion ou un sort ? 

Moi non, mais Marichéri a essayé de faire de la paella une fois…

13. Es-tu facilement effrayée ?

Oui!..vous ne vous attendez pas à ce que je mette des exemples quand même? Je suis peureuse mais aussi méfiante. Je ne vais pas non plus donner des idées à des petits malins qui voudraient me faire peur.

14. As-tu déjà joué à Bloody Mary ? 

Uniquement sous forme liquide.

15. Crois-tu au diable ou aux démons ? 

Non mais seriously?!?

16. Tu es seule dans la maison mais tu entends des pas, que fais-tu ?

Ben je marche sinon il n’y aurait pas de bruit de pas…je sens que je casse un peu l’ambiance là.

17. Si tu étais prisonnière d’un film d’horreur, lequel choisirais-tu ? 

Vu que je n’en connais pas ça va pas être facile…

18. Si tu pouvais porter seulement un costume d’Halloween pour le reste de ta vie, quel serait-il ? 

Un déguisement de Morticia Adams, sans hésitation.

19. Irais-tu dans un cimetière la nuit ? 

J’y allais deux fois par jour pour aller à la preschool de WizzBoy, derrière l’église. Ça finissait à midi, la nuit tombe tôt en Angleterre, mais pas à ce point.

20. Dans un apocalypse zombie, quelle arme choisirais-tu ?

Le Tabasco. Une bonne couche de Tabasco et je suis sûre que ça fait éternuer n’importe quel zombie qui essaie de me croquer. Forcément, sous le choc il perd un œil, ou deux et peut être même un pied. Et allez retrouver un œil à l’aveugle en tâtonnant bêtement à cloche pied, c’est pas facile. Le pauvre zombie en a pour des heures, ça me laisse le temps de fuir. Je sais de quoi je parle, impossible de remettre la main sur mes lunettes quand elles profitent lâchement que mon petit orteil se suicide contre le pied du lit pour tomber par terre. Ou alors je compatis, j’aide le zombie et on devient pote….ça me fait penser que je dis depuis le début que je n’ai jamais vu de film d’horreur mais pas du tout, j’étais à côté de L’Ado (avec mon iPad, faut pas pousser non plus) quand il a regardé un truc débile avec Brad Pitt (qui m’a toujours fait penser à de la charcuterie pas fraîche, du coup je n’ai pas été surprise de le voir dans un film de zombies). Z World War, c’est d’un ennui mortel, sans jeu de mot. Sérieusement, au bout de même pas 5 minutes, j’étais clairement du côté des zombies. Bon sang, mais achevez-le, qu’on en finisse! 

21. Préfères-tu aller dans un party d’Halloween ou ramasser des bonbons ? 

Ahaha, il m’arrive de faire les deux! Par contre, je ne comprends pas pourquoi je suis la seule adulte déguisée…

22. Tu es dans un film d’horreur. Es-tu la survivante, la première personne à mourir, la comique, la septique, l’intello ou le tueur ? 

Le tueur. Les autres sont totalement crétins. 

23. Est-ce que tu dois regarder quelque chose de joyeux après avoir regarder un film d’horreur pour arriver à dormir ? 

Je serais honnête. Je me suis endormie devant Z world War. C’est Marichéri qui m’a réveillé en hurlant de rire. L’Ado est formel, ses parents ne sont pas cinéphiles. C’est curieux on pense la même chose de lui, toujours depuis ce même film. 

24. Pendant que tu regardes un film d’horreur, es-tu la personne qui crie aux personnages, la personne qui se couvre les yeux ou la personne qui s’endort ? 

Voir au dessus .

25. Es-tu la personne qui a peur ou la personne qui fait des choses apeurantes ?

Visiblement, je terrorise très bien ma fille en faisant la reine de cœur d d’Alice aux pays des merveilles, mais sans faire exprès. Je me fais peur moi même aussi. Régulièrement. Mais on s’éloigne encore du sujet… 

26. Ton livre d’horreur préféré ?

Euh?!?…de manière générale, j’aime beaucoup le romantisme pur et dur, quand le héros se traîne une poisse pas possible dès la première page et que tout finit dans un bain de sang. 

27. Quel âge avais-tu lorsque tu as vu ton premier film d’horreur ? 

88 ans et demi…ça me laisse le temps de me préparer!

28. Quel était ton costume d’Halloween préféré ? 

C’est la même question que la 18, non?  En tout cas, ma réponse est la même.

29. Que fais-tu pour l’Halloween cette année ?

Voir l’introduction.

30. Si tu pouvais avoir un animal « d’Halloween » (chat noir, hibou, chauve-souris, rat, loup), lequel choisirais-tu ?

J’ai déjà! En plus, elle fait double emploi, chat noir et gremlin. Là, c’est la fois où elle a décidé de renverser et bouffer du pot pourri alors que sa gamelle était pleine.

Publié dans société, vie de famille | Tagué , , , , , | 2 commentaires

Mardi Tourisme: Cambridge

Je suis un peu obligée de vous ramener à Cambridge après avoir fait un billet sur Oxford…et surtout, j’en avais parlé il y a treeees longtemps, aux débuts du blog, à l’époque où je galerais pour mettre péniblement trois photos. Cambridge mérite mieux que ça! Je me suis donc replongé dans les archives photos de Marichéri et cette fois, je vais vraiment vous montrer Cambridge! Comme quoi, j’ai encore des restes de chauvinisme de l’east anglia, après avoir passé plus de 10 ans dans le comté voisin du Cambridgeshire.

Cambridge est une très jolie cité médiévale. Il y a une ambiance très jeune et multi-culturelle, c’est une ville très agréable.

Il n’y a pas que des bâtiments universitaires médiévaux (qu’on appelle collèges) à visiter, la vieille ville est à voir aussi. On peut s’y ridiculiser en demandant pourquoi il y a une statue de pigeon dans l’église ronde du St Sepulchre, une église qui date de 1130, qui est bien sûr classée, une église qui est un des trésors de l’architecture médiévale anglaise, une église ornée entre autres d’une représentation de St Jean L’évangéliste. Avec son aigle donc, pas son pigeon. Ce n’est quand même pas ma faute si la sculpture s’est un peu émoussée depuis de 12 eme siècle! Et c’est quoi, cette discrimination anti-pigeon?

Dans le dédale de petites rues, on tombe sur des maisons historiques à chaque pas. Il y a des coffee shops adorables, des petites boutiques toutes mignonnes. Ça parle toutes les langues possibles et imaginables. Il y a un petit côté Harry Potter aussi, on croise des professeurs pressés, des étudiants à cartables. Les bouquinistes côtoient les salons de thé, c’est un bonheur!

C’est pratique aussi, la plupart des collèges sont en enfilade, les uns après les autres. Tous ont de grands portails, qui donnent sur une immense cour, puis toute une suite de bâtiments qui s’etirent jusqu’au canal. Au bout de trois ou quatre, on en a plein les pieds, on se dit que ça va bien comme ça. Ils se ressemblent tous de toutes façons, ces collèges. On va s’arrêter là, on va juste jeter un œil sans s’arrêter en passant devant l’entrée du suivant…oh, c’est encore plus joli! Bon, on y va, mais c’est vraiment le dernier….jusqu’au prochain donc.

Les premiers étudiants ont débarqué à Cambridge en 1206, après s’être fait jetter dehors par les habitants d’Oxford pour avoir fichu la pagaille. On est beaucoup moins sectaire, dans l’East Anglia, ils ont été accueillis à bras ouverts, et les collèges ont commencé à pousser comme des champignons. Le collège le plus ancien encore debout, Peterhouse date de 1248. Le king’s collège est le plus connu. La Chapelle est absolument sublime. On a eu la chance, complètement par hasard d’assister à une répétition de la chorale du King’s collège. Je vous le conseille.

Les rues plus modernes et juste commerçantes sont beaucoup moins intéressantes, mais on y trouve un Disney store. C’est parfait pour les parents qui culpabilisent assez de sortir sans les enfants pour leur ramener des cadeaux, mais pas trop non plus…en tout cas pas au point d’arrêter de se balader tous seuls!

Publié dans Tourisme | Tagué , , , , , | 3 commentaires

Sunny Monday #44

Pour ce dernier lundi en rose pour le défi de Bernie, je n’avais aucune idée. Je vais rester dans le classique, on ne peut pas se tromper avec des fleurs après tout!

Bonne semaine à tous!

Publié dans brèves | Tagué , , | 2 commentaires

Projet 52: chiffres

J’ai beaucoup hésité pour le thème choisi par Ma’ cette semaine. Finalement, je me suis décidée pour une photo récente, prise lors de notre visite au musée de la vie rurale de steenwerck. Je cherchais quelque chose qui ne peut pas fonctionner sans chiffre. Avec cette ancienne pointeuse, c’est en plein dans le thème! Les fiches sont à gauche, il fallait les insérer dans la petite fente, tout en bas de l’horloge pour y imprimer les chiffres de l’heure d’arrivée et celle de sortie.

Publié dans Tourisme | Tagué , , , | 12 commentaires

Friday Feelings #290

La pression monte, je sens qu’il va falloir que je trouve une introduction pétaradante pour marquer la trois centième des états d’esprit (crées par ma copine Zenopia) qui se rapproche. C’est pas gagné…

Fatigue: comme je disais la semaine dernière, va-can-ces-sco-lai-res. En plus, on ne peut pas sortir les enfants (ailleurs que dans le jardin), c’est dire si on s’éclate.

Humeur: se maintient. Je ne céderai pas devant quelques paillettes hargneuses et très collantes.

Condition physique: pailletée. Comment font ces saletés pour s’accrocher comme ça dans mes bouclettes?

Esprit: je disais donc, bouh!!!! (Pour Halloween)

Estomac: tiens, si j’allais faire un café? Non parce que là, clairement, c’est un peu mollasson tout ça.

Boulot: je passe un temps fou dans les archives, si jamais notre nouvelle expo (qui doit en principe avoir lieu au printemps) est annulée, je vais mal le prendre. On a le temps, mais le doute grandit de semaine en semaine.

Culture: et petits pois. Je ne sais pas du tout pourquoi j’ai eu envie d’écrire ça, mais c’est bien d’être spontanée, non? J’ai peut être abusé sur la caféine, finalement…

Avis perso: franchement, le couvre feu dans notre village, ça ne va pas changer quoi que ce soit…enfin si, d’après les conversations à la boucherie, ce sera une très bonne chose: on n’aura peut être plus de fetards égarés entre Lille et Calais, traversant à toute allure et en voiture le village, musique à fond, à 3 heures du mat. En même temps, on a plus de chance de croiser une poule ou une chèvre égarées (c’est du vécu) qu’un fétard dans la rue principale, mais bon…

Message perso: bon retour!

Loulous: L’Ado avait cours cette semaine, sauf mercredi bien sûr (il est à La Sorbonne). Il est en vacances ce soir. Pareil pour GeekAdo qui en plus, est parti faire sa journée dépendance et citronnade aujourd’hui. Pardon, je voulais dire sa journée défense et citoyenneté, c’est une allusion subtile à celle de L’Ado, à l’ambassade de Londres, qui avait été épique et aspergée d’orangeade. GeekAdo avait réussi à y échapper jusqu’à présent, son dossier s’étant égaré quelque part dans la Manche entre l’ambassade et ici, et puis paf, ça lui tombe dessus, juste le jour où il a cours de stratégie du management, c’est ballot. MangaGirl profite des vacances à fond: on ne la voit pas avant midi, heure à laquelle on lâche Wizzboy dans sa chambre pour la réveiller. Il est très efficace. PrincesseChipie et lui continuent leurs œuvres, ça les occupe et ils arrivent à ne pas se disputer. C’est déjà ça.

Divers: Penny a décidé de dormir dans l’herbe, devant la maison. Même quand il tombe des trombes d’eau. Surtout quand il tombe des trombes d’eau. Marichéri s’inquiétait, il est sorti armé d’un parapluie pour récupérer la chatte et la mettre à l’abris. Elle l’a mal pris. Elle a chouïné devant la porte jusqu’à ce qu’on lui ouvre et elle est repartie sous le déluge, se remettre en boule sur les mêmes brins d’herbe trempés. Marcel a regardé ça depuis le pas de la porte, bien au sec, visiblement aussi ahuri que nous.

Amitié: bon, disons qu’on va attendre quelques mois avant de se voir…

Love: il est partagé, pendant les vacances scolaires pas besoin de perdre un temps fou en aller-retour à l’école, mais pas une minute de silence dans la maison non plus. Il ne sait pas ce qui est mieux, pour télétravailler. Mais il est toujours aussi content d’être là à temps plein. Je partage son enthousiasme.

Penser à : finir les cadeaux de noël. Je suis affreusement en retard selon les standards anglais et totalement en avance pour les français apparemment.

Envie de: rester dans ma bulle, sous un plaid de préférence.

Courses: j’ai beaucoup apprécié les décorations d’halloween chez le boucher.

Sorties: encore moins que la semaine dernière.

Pic: ça va en faire, des pumpkin pies!

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , | 8 commentaires

Thursday thunder: a sense of humour

Il y a des fois où, devant l’actualité, je ne sais plus quoi dire, quoi écrire. Où je ne me sens aucune légitimité à apporter ma toute petite voix au débat, parce que c’est tellement inutile et presque indécent. J’étais un peu perdue devant mon clavier, et j’ai eu le réflexe saugrenu de regarder ce que j’avais posté en janvier 2015, après les attentats…je crois que c’est le moment de le ressortir et de m’en tenir là, pas la peine d’en rajouter.

En anglais, on dit « get a sense of humour! » à quelqu’un qui ne rit que quand il se coince les doigts dans une revue satirique, à quelqu’un qui ne trouve pas ça drôle, quelque soit le ça. A sense of humour, pas the sense of humour. Parce qu’il n’y a rien de plus subjectif que l’humour, il n’y a pas l’humour en général mais des humours.

Jamais je n’ai lu Charlie Hebdo, ce n’est pas du tout mon style d’humour. Pourtant j’ai été abonnée, il y a 20 ans à Fluide Glacial, on y trouvait les mêmes dessinateurs. J’ai du mal avec un humour militant, ça me parait antinomique. J’ai du mal avec l’humour politique, ce n’est pas mon sens de l’humour (ni mon sens politique), mais c’est celui de quelqu’un d’autre, et d’un autre, et encore d’un autre, et de vous aussi peut-être. Franchement, pourquoi le fait que quelqu’un rit de ce que je ne trouve pas forcément drôle devrait me gêner? Rire, c’est méchant?

Quand je traduis la blague de Mitchell dans QI, je comprends que ça laisse beaucoup de francophones perplexes. Personnellement, quand je l’ai entendu, j’en ai pleuré de rire:
-fish don’t have teeth. If a fish bites you, it’s a lion.
(Les poissons n’ont pas de dents, si un poisson vous mord, c’est un lion.)

En France, on appelle ça l’humour britannique. L’humour britannique n’est pas toujours subtil ou délicieusement absurde. Il se moque des gens (et même des français, si.). Mais vous croyez vraiment qu’il n’y a qu’un humour par nation? (C’est une question réthorique, pas un sondage!) Que les Monty Python ont quelque chose à voir avec Mr Bean? Que Desproges a un rapport avec pif gadget? N’empêche, ils font tous rire, mais pas forcément les même personnes. Il y a des stand up qui s’agitent à profusion, brassent de l’air, font des tas de grimaces et sont systématiquement en dessous de la ceinture. Ils ne me font pas rire. Il y a des stands up qui partent dans des délires à propos d’un simple pot de yaourt. Ils me font hurler de rire. J’ai un sens de l’humour.

Avoir un sens de l’humour, ça ne veut pas dire rire de tout. On peut avoir des goûts en matière d’humour comme pour le reste. Vous ne trouverez peut-être pas la blague drôle mais vous savez que c’est une blague. Avoir un sens de l’humour ne fait de mal à personne. Ne pas en avoir par contre, ça fait très mal. Aux autres.

Publié dans Les colères, société | Tagué , , , | 4 commentaires

Paillettes et coussinets

Les vacances scolaires ont démarré, avec une météo bien pourrie, une pandémie et globalement une ambiance extérieure au mieux morose, qui ne donne pas du tout envie de sortir. Il faut donc occuper les enfants dedans pendant deux semaines. Les ados se débrouillent très bien seuls, avec le wifi. Par contre, PrincesseChipie, alias la reine des paillettes, refuse obstinément de se conformer aux clichés pré ado et de céder aux appels de la technologie à la pomme. Elle veut faire des bricolages avec maman (en vrai, j’en suis toute émue). Wizzboy ne tient toujours pas en place et il peut être très inventif, c’est donc préférable d’encadrer ce qu’il fait, plutôt que de le laisser sans supervision dans sa chambre voir si on peut toucher le plafond (à 3m20 de haut) en rebondissant du lit au baby foot en passant par la penderie et en se propulsant à l’aide du plafonnier sans passer par la fenêtre. Quant au dernier arrivé, Marcel le chat, il aime bien participer à toutes les activités du petit humain (lui a atteint le sommet de la penderie, mais il a loupé le plafonnier, malgré les encouragements extrêmement vocaux de Wizzboy). C’est prudent de savoir où il est aussi. Sans compter que Marichéri télétravaille et il a beau se barricader fermement dans le bureau, certains cris intempestifs et autre écroulement de penderie viennent quand même perturber ses appels téléphoniques et c’est un problème. Bref, dans la joie, la bonne humeur, un calme très relatif et beaucoup d’avance, PrincesseChipie, Wizzboy, le chat et moi faisons atelier bricolages de noël dans la salle à manger tous les après midi. Youpidoo.

On commence par tapisser la table de papier journal. Comme ça, Marcel peut se vautrer dedans, le déchiqueter, s’en accrocher sur la queue et répandre des confettis mâchouillés dans toute la pièce, toujours encouragé par Wizzboy qui trouve ça fun et lance des bouts de papier partout pour aider. Je sens comme un début de migraine…PrincesseChipie, très organisée, ne se laisse pas démonter et sort la peinture, les paillettes et tout le matériel. Marcel se précipite pour tester la comestibilité des sapins en polystyrène, pendant que Wizzboy vérifie l’étanchéité des pots de peinture.

-Ah ben, le blanc, il fuit partout, mamaaaan regarde!

– Montre-moi ça…

Pschiiittt!

-Oh, maman t’es rigolote avec du banc sur le nez et les lunettes. Ah ben non, t’en a mis sur mon sapin! Il est tout blanc et je voulais le peindre en vert…bon, c’est pas grave, je vais l’essuyer avec mon pull. Mince, j’en ai plein les mains, je vais les frotter sur les chaises…

Rhaaaa! bon, on se calme. Wizzboy arrête de répandre de la peinture partout et fait attention à ton chat qui est en très de bouffer des pompons en feutrine (paillettée). Ne renverse pas la chaise. Marcel, pas dans la peinture! PrincesseChipie, dégage moi ce tube qui fuit. Wizzboy, la chaiiiiiiseeeeeuh! Tout va bien, on reprend… Non, Marichéri (il est sorti de son antre bureau inquiet, apparemment on est bruyant, je ne vois pas…), personne n’est blessé. On fait juste du bricolage dans le calme, la sérénité et l’inspiration artistique. Si. Avec un chat et deux gamins hystériques. Et une mère au bord de la crise de nerfs.

Une heure plus tard, mes deux artistes ont pondu de magnifiques sapins paillettés verts avec à peine un peu de blanc qui ressort, mais on dirait que ça serait la neige et que ça serait fait exprès. Ils contemplent leurs chefs d’œuvre, heureux et tranquilles. Marcel se lèche les coussinets, assis dans un coin. Tout est calme. C’est juste que la table est couverte de paillettes et de gommettes brillantes. Il y a deux chaises par terre, dont une entortillée dans de la feutrine rouge. La colle, renversée goutte par terre, sur les empreintes vertes de coussinets qui forment des cercles bizarres sur tout le parquet. Le vase sur la table est à l’envers, mais intact. Il faut dire que ses nouvelles décorations en pompons ont amorti le choc. Et sont irrémédiablement collées dessus. J’ai des bouts de polystyrène dans les bouclettes et de la peinture sur les lunettes. Marichéri veut savoir depuis quand les tornades se forment dans notre salle à manger et pourquoi il pleut des paillettes. Ahaha. Où sont les nurofen, que j’en bouffe une poignée, pour me remettre.

Heureusement maintenant qu’ils sont assez grands, les enfants m’aident à réparer les dégâts ranger. C’est à dire qu’ils s’agitent partout en mettant encore plus de bazar jusqu’à ce que je craque et les renvoie dans leur chambre, pour finir toute seule. Ils sont partis, vexés avec leurs sapins sous le bras, dans une nuée de paillettes, Marcel trottinant derrière pour mieux en répandre dans l’escalier. Et donc, on sait maintenant que, quand on lance un sapin en polystyrène sur une penderie et qu’il rebondit sur le bureau, ça fait peur à Marcel qui fait pipi de trouille. Ahaha. Demain, on attaque la fabrication du calendrier de l’avent, je suis sereine.

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , , , | 18 commentaires

L’origine des Jack o’ Lanterns

Pas de mardi tourisme cette semaine, pour de sombres histoires d’ordinateur récalcitrant…évidemment, ça ne m’énerve pas du tout, je suis toujours très calme et sereine, mais juste pour essayer d’égayer un peu mon humeur légèrement contrariée quand même, je compense en parlant encore d’halloween. Comme tous les ans. Je ne céderai pas, halloween est une merveilleuse tradition irlandaise et pas une horrible fête commerciale américaine. Non mais. Enfin bref, j’ai commandé deux énormes citrouilles à creuser chez notre maraîcher, et bien sûr, on m’a demandé pourquoi, comment et ben ça alors. Donc je ressors l’histoire des Jack o lanterns, vous allez voir que ce n’est pas récent comme tradition, ça date de la préhistoire.

Cela dit, il n’y avait pas de citrouille à la préhistoire sur les îles britanniques. Mais les celtes préhistoriques creusaient déjà des légumes, des racines comme les betteraves surtout et y façonnaient des têtes monstreuses pour faire fuir les mauvais esprits lors du Samhain (Halloween en gaélique), il y a plus de 3000 ans.

Source

Et voilà tout à coup que les romains débarquent en Angleterre (à Colchester d’ailleurs, qui était la capitale). On ne dira jamais assez tout le mal que les romains ont pu faire. Certes, ils ont légèrement massacré la population locale qui refusait bêtement de se laisser conquérir civiliser, fait cramer un ou deux ou des centaines de druides, trucider la reine Bouddica… Mais surtout, ils ont amené avec eux des navets. Franchement, introduire sauvagement un légume aussi insipide que ça, sans aucun égard pour les tribus locales…enfin bref, les celtes anglais ont trouvé les navets romains tellement indigestes (on les comprend), qu’ils se sont mis à y creuser leurs têtes de monstres pour Halloween.

Ces figures légumières ne s’appellaient pas encore Jack o’ Lantern, et elles n’étaient pas éclairées. Il faut attendre pour ça les tribulations d’un certain Stingy  Jack (Jack le radin). Ce méchant bonhomme viendrait des alentours de Limerick, en Irlande. Jack, qui s’ennuyait ferme, en tout cas il avait des idées bizarres quand même, invite le diable au pub. Comme ça, en toute intimité. On se demande bien pourquoi. Mais au moment de payer, Jack refuse et suggère au diable de se transformer en piece de monnaie pour régler lui-même la note. Soit Jack est sérieusement bourré et a des hallucinations, soit le diable n’est pas très futé. Parce qu’évidemment,  Jack ne paie pas. Il empoche la piece-diable qu’il dépose sur une croix en argent pour empêcher le diable de reprendre sa forme première. Cela dit Jack est aussi assez simple. Il  finit par libérer le diable en lui faisant promettre qu’il ne viendra pas embêter  Jack pendant un an et qu’il ne le laissera pas aller en enfer après sa mort. L’année suivante, toujours pour Halloween, le diable revient pour se venger, mais il est décidément complètement crétin puisqu’il se fait encore avoir. Jack l’envoie en haut d’un arbre. Ben tiens. Pendant que le diable fait le singe dans son arbre,  Jack sculpte une croix dans le tronc et cet imbécile de diable se retrouve coincé pour  10 ans.

Finalement, Jack meurt pour Halloween, c’est fou les hasards du calendrier quand  même. Le diable tient parole lui, et ne le veut pas en enfer, mais Dieu  le refuse aussi au paradis. Ça va pas non, une espèce de voyou radin et menteur comme ça? Du  coup, Jack  est condamné à errer éternellement sur terre, avec seulement un morceau de charbon incandescent pour s’y retrouver. Il est donc à l’origine des légumes illuminés, notamment les navets,  qu’on appelaient au départ des Jack of The lantern.

Mais allez creuser un navet, ce n’est pas uniquement traditionnel, c’est surtout sportif. Le navet est traitre et refuse de se laisser vider sagement. Les irlandais qui ont émigré en masse en Amérique au 18 et 19 eme siecle sont alors tombés sur des espèces de gros machins ronds et oranges déjà à moitié creux. Ils ont donc décidé de laisser tomber leurs navets récalcitrants et de creuser les Jack o’lanterns dans des citrouilles. C’est beaucoup plus facile. Tellement que c’est maintenant la tradition. On allume sa citrouille pour dire qu’on est à la maison et qu’on est ravi de distribuer des bonbons, pas de citrouille, les enfants ne sonnent pas, tout simplement!

Publié dans Les leçons d'histoire(s), société | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire