Mardi tourisme: el palacio de Cortes

Après une pause, on repart au Mexique, et plus précisément à Cuernavaca, qui est la capitale de l’état de Morelos, à moins d’une centaine de kilomètres au sud de Mexico. Cuernavaca est connue, entre autre, pour le palais que Cortès y a fait construire dès 1523, sur les ruines d’un temple aztèque, forcément. C’est à la fois le plus vieux bâtiment espagnol du Mexique et l’un des symboles de la colonisation. Cortès l’a d’ailleurs fait construire pour ça, c’était sensé montrer son pouvoir et assoir sa domination sur la population. Il essayait d’un côté d’en imposer, et de l’autre, de bien faire comprendre tout son mépris pour la culture locale, tout juste bonne à servir pour les fondations de son palais. Sans oublier qu’il fallait aussi qu’il se protège, vous savez ce que c’est, quand on se fait coloniser, on peut mal le prendre et tenter d’aller se venger sur le colonisateur en chef, si c’est pas mesquin… bref, Cortès voulait marquer les esprits et c’est vrai que son palais n’a pas l’air particulièrement accueillant. On sent de suite tout le caractère guilleret du conquistador à peine sanguinaire.

En vrai, Cortès n’a presque pas vécu à Cuernavaca, mais sa femme a bien résidé dans son palais après sa mort. Leur fils, Cortès Junior (oui bon, officiellement c’est Martin Cortès, deuxième marquis de Oaxaca, mais je trouve que Cortès junior, ça lui va mieux) a fini par abandonner peu à peu l’endroit. Au fil du temps, le palais du conquistador s’est transformé en atelier textile, en prison (notamment pendant la guerre d’indépendance), en préfecture, en palais impérial (Maximilien y venait en week end) et finalement en musée. ça tombe bien, non seulement on peut y admirer des tas de reliques pré colombiennes, mais aussi des fresques peintes par Diego Ribera.

Cela dit, ce musée ne m’a pas plus marqué que tous les autres musées que j’ai pu visiter au Mexique. Ce que j’ai préféré, et dont je garde un souvenir encore ébloui, c’est la végétation assez grandiose. Cuernavaca est réputée pour son climat et son agriculture, on comprend pourquoi. J’ai aussi été étonnée du nombre de touristes locaux, bien plus nombreux que les touristes étrangers pour une fois. Je ne sais pas si c’est toujours le cas, mais j’avais trouvé curieux qu’il y ait autant de descendants d’indiens qui visitent le palais de Cortès transformé en musée à la gloire de leur héritage. Je n’ai pas osé demander quel symbole ils y voyaient. Peut être que c’est simplement un peu en dehors des circuits touristiques traditionnels, du coup, on y voit moins d’étrangers.

Mais mon souvenir le plus vivace du palais de Cortès, c’est le passage obligé et très encombré par la galerie vitrée là haut. Il est visiblement de bon ton d’admirer la vue, il n’y a pas intérêt à déroger à la règle quand une foule compacte vous plaque pratiquement contre la vitre. Il n’y a aucun espoir non plus de pouvoir reculer à contre courant le plus loin possible du vide, on est obligé de suivre le mouvement général. Je rappelle que j’ai le vertige sur un tabouret…alors là, je n’ai pas apprécié du tout. C’est bien simple, j’ai failli faire un malaise dans le palais de Cortès et je ne dis pas ça pour la rime. Mais sinon, c’était très sympathique, comme petite visite!

Publié dans Tourisme | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Sunny Monday 2021 #4

Pour ce dernier lundi argenté du défi de Bernie, je vais faire beaucoup moins grandiose. On ne va pas en Espagne mais dans ma salle à manger, de suite, c’est moins fun. Mais je suis très contente des placards de chaque côté de la cheminée. Ils sont d’origine, et on a poussé des cris de joie quand on a retrouvé par hasard les portes vitrées qu’un précédent propriétaire gougnafier avait démontées et planquées au fin fond du grenier. Après nettoyage, ponçage, nettoyage, peinture, nettoyage et vernis, elles ont repris leur place. Par contre, on a débattu longtemps pour le papier peint, lui aussi d’origine, et qui a un jour, recouvert les murs et même le plafond de la salle à manger et du salon (il y était toujours quand on est arrivé), c’est dire si c’était pimpant. Les petites roses sont apparement peintes à la main, ce qui donne une idée de l’âge de la chose. Du coup, pour ne pas déranger un si vieux papier, on s’est décidé à le laisser dans nos placards, et je me suis empressée d’y caser mes vieilleries de brocante pour lui tenir compagnie. En l’occurrence, c’est la maman de Marichéri qui a trouvé ce chandelier, et il est bien argenté, je suis dans le thème! On a fini par y arriver, ouf.

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , | 3 commentaires

Projet 52 en 2021: hiver

J’avoue que je cherchais une excuse pour poster la photo que j’ai mis pour illustrer le thème choisi par Ma’ cette semaine. Je suis en plein dedans puisque la photo date de samedi dernier, quand on a eu de la neige. C’est bien hivernal, non? Mais ce n’est pas la neige qui m’amuse dans cette photo, c’est évidemment Marcel face au mulot sur son buisson. Je précise aussi que dès la photo prise, Marichéri s’est précipité pour sauver le rongeur qui s’en est sorti sans égratignure. Marcel était très contrarié, du coup, il a essayé d’attraper les flocons, ça l’a bien occupé aussi. On en revient à la neige et à l’hiver!

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , | 8 commentaires

Friday Feelings #302

Le vendredi, c’est états d’esprits (imaginés par ma copine Zenopia)

Fatigue: hurlements stridents de Wizzboy en pleine nuit, il réveille même les ados. On se précipite tous, complètement affolés, c’est la cohue devant la porte de sa chambre. On a été accueilli par un petit garçon de très mauvaise humeur, ça va pas de le réveiller comme ça, qu’est-ce qui nous prend? Des cris, quels cris? Il n’avait aucun souvenir de l’incident ce matin, alors que ses frères et sœurs sont épuisés…moi aussi, mais ça a quand même un petit goût de vengeance!

Humeur: je sais pas trop, j’hésite…

Condition physique: depuis qu’on m’a obligée aller dehors sous la neige, je ne décongèle plus, c’est psychologique.

Esprit: congelé aussi, mais ce n’est pas une question de température.

Estomac: le repas médiéval ayant été un succès retentissant, je récidive ce week end, en m’attaquant à deux nouvelles recettes. Je songe à investir dans un livre de recette latine aussi, tant que j’y suis.

Boulot: c’est le calme plat.

Culture: j’ai passé la semaine plongée dans des archives de presse régionale, c’est captivant. Vous saviez qu’un cycliste français dont le nom m’échappe mais il portait tous les espoirs du pays sur ses épaules, a sottement perdu le Tour de France en 1929 en rentrant dans une pauvre femme qui traversait la route? Il n’y a pas à dire, c’est fascinant tout ça.

Avis perso: les rétropédalages désespérés et paniqués de certains commentateurs et responsables politiques anglais sur Trump, sont assez amusants à voir. Une fois qu’on fait abstraction du fait qu’ils n’ont pas hésité à soutenir un fasciste tant qu’ils pensaient en tirer un bénéfice bien sûr (en l’occurrence, un accord commercial post brexit permettant de compenser un peu les pertes liées à leur départ de l’UE).

Message perso: bon courage pour ta première semaine.

Loulous: L’Ado commence à avoir des notes…ça lui fait bizarre qu’elles soient en chiffre et pas en lettres! Alors maman, 15, ça correspond à un A ou un B? Bonne question…aucune idée. GeekAdo se passionne aussi pour mes recettes médiévales, c’est lui qui a choisi celles de ce week end. Il y a du canard et du vin dedans, il est confiant, ça ne peut pas être mauvais. MangaGirl est déçue: elle rentre en bus scolaire quand elle finit à 18h, elle a une jolie attestation, dont elle est très contente puisque ça prouve son statut de lycéenne (le collège finit une heure plus tôt, PrincesseChipie n’a pas besoin d’une attestation. L’attestation, c’est pour les presque adultes, tu vois quoi), et bien, elle n’a même pas été contrôlée! C’est un scandale. PrincesseChipie s’en fiche. Elle n’a pas besoin d’attendre le bus sous la pluie, elle, et toc. Wizzboy s’est totalement éclaté dans la neige, il est très déçu que tout ait fondu aussi vite, même son bonhomme de neige!

Divers: Marcel réclame à manger, je vais lui en donner. Ça réveille quelque chose dans le cerveau de Penny qui se rend compte soudain qu’elle a faim aussi. Elle se jette sur la gamelle de Marcel, qui ne se laisse pas faire. Je la prends et la pose gentiment devant sa propre gamelle où il y a exactement la même chose que dans celle de Marcel. Elle l’ignore et continue à vouloir piquer la bouffe de Marcel, qui le prend de plus en plus mal. Je la repose plus énergiquement devant sa gamelle. Elle repart devant celle de Marcel, se prend une peignée, et je la remets fermement devant la sienne pour la troisième fois donc…et c’est reparti pour un tour. J’en ai eu marre, je les ai laissés se débrouiller entre eux. Marcel a fini et il a demandé à sortir, et Penny est toujours assise devant sa gamelle, à laquelle elle n’a pas touché et qu’elle regarde avec l’air de se demander ce qu’elle doit faire avec. Penny, la Rantanplan des félins.

Amitié: vive Skype!

Love: lui aussi a bien joué dans la neige, il était aussi excité que Wizzboy.

Penser à : acheter des gants imperméables, au cas où…

Courses: ça ne va pas du tout, je suis toute perturbée…un des commerçants du village m’a traité de « dame ». Si. Moi qui porte des docs à fleurs! Ne me cachez rien, j’ai pris un coup de vieux là, non?

Envie de : j’ai déjà dit soleil, chaleur et tout ça?

Pic: il n’y a pas que les vieilles enseignes dans la vie et dans la ville (pour ceux qui ne suivent pas sur FB, j’adore les veilles enseignes, je prends une photo des que j’en trouve une), il y a aussi les façades…avec une vache (et des moutons)!

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , | 6 commentaires

Thursday thunder : le manteau violet

Ça risque de surprendre, mais je vais piquer une colère…à propos de l’inauguration de Joe Biden et de Kamala Harris. Enfin, une colère sur le traitement médiatique de la chose. Encore une fois, je n’ai strictement aucune opinion, ni sur Biden ni sur Harris, je suis juste immensément soulagée du départ de Trump. Mais ça n’est pas ce qui m’agite aujourd’hui. Non, ce qui me défrise, ce sont les commentaires. Vous avez vu une ligne quelque part sur la cravate de Joe Biden? Non. Vous avez entendu une phrase sur le manteau du mari de Kamala Harris? Non plus. Par contre, depuis hier, ça se répand de partout sur les tenues de la vice présidente et de la femme du président. Et ça, ça m’énerve!

Source

Déjà, qu’on attribue d’office un rôle de potiche à la conjointe d’un président, ça me contrarie vivement, mais c’est le jeu, aux US comme en France d’ailleurs. Sauf que cette fois, la potiche a un doctorat, est prof et surtout entend bien le rester. Jill Biden a continué à enseigner quand son mari était vice président, tranquillement, et elle a annoncé qu’elle n’allait pas changer. Bref, elle a une vie et une carrière, elle n’est pas juste « femme de ». Elle existe par elle même. Si on veut parler de symbole, c’est quand même autrement plus important que la couleur de sa robe! Mais bon, on sait très bien comment sont les médias…la conjointe d’un président doit sourire pour la photo et faire coucou gentiment pendant qu’il bosse, c’est comme ça. C’est le rôle marketing des conjoints. Sauf que visiblement, ça n’est valable que pour les conjointEs.

Non parce que si on admet que les conjoints des politiques ne sont que des accessoires muets qui ne sont là que pour faire joli à côté, pourquoi le mari de Kamala Harris ne subit pas le même traitement que Jill Biden? Pourquoi on ne s’extasie pas sur sa coiffure ou la marque de son costume? Pourquoi on parle encore du manteau de la vice présidente et pas de celui de Doug Emhoff, alors qu’on ne dit pas un mot sur celui du président? Évidemment, la question est réthorique, mais ce sexisme ordinaire m’horripile, d’autant plus quand il est pratiqué par des femmes journalistes. La même chose m’avait énervé quand Theresa May est devenue première ministre. Le moins qu’on puisse dire, c’est que je ne l’appréciais pas, mais j’ai bondi quand la seule chose que les médias ont trouvé à dire sur sa nomination, c’était son goût pour les imprimés léopard. Pas ses idées, son programme, son parcours (et là franchement, il y aurait eu de quoi dire et critiquer). Alors que son successeur peut toujours avoir l’air de s’être habillé dans une lessiveuse et de s’être coiffé avec une moissonneuse-batteuse ou l’inverse, personne ne dit rien. Tout comme personne ne s’est jamais préoccupé des goûts vestimentaires du mari de Zaza alors que l’imprimé de la robe de la pouffe actuelle de Johnson, pour son entrée à Downing Street, a été scrutée en detail.

Alors il est bien possible que Kamala Harris, Jill Biden ou même Michèle Obama aient effectivement voulu faire passer un message avec leur manteau, mais parce qu’elles n’ont pas le choix puisqu’il n’y a que ça qui intéresse les commentateurs. D’ailleurs, entre ceux qui disent que la tenue violette de la nouvelle vice-présidente des États-Unis est un hommage aux suffragettes, ceux qui y voient un message d’unité (mélange du rouge et du bleu, les couleurs des républicains et des démocrates) et ceux qui trouvent qu’en fait, ça tire plutôt sur le bleu, ça ne serait pas plus simple d’écouter ce que Kamala Harris a à dire plutôt que de la réduire, littéralement au rôle de porte-manteau? Il y en a combien, parmi ces spécialistes du symbole vestimentaire qui ont osé des analyses aussi poussées sur la cravate d’un homme politique? Et juste un petit rappel: cette fois, le conjoint-potiche-qui-sert-juste-à-faire-coucou, c’est l’autre. Celui dont personne n’a pensé à décrire le manteau pendant que sa femme devenait vice présidente.

Publié dans Les colères | Tagué , , , , , , , | 13 commentaires

Il y a 3 ans…pourquoi un brexodus?

Je continue les souvenirs de notre départ d’Angleterre. Suite à la reprise du billet sur notre brexodus la semaine dernière, je ressors un de ceux où j’explique pourquoi on est parti. Je suis d’autant plus persuadée que c’était la bonne décision quand je vois les effets du brexit en trois semaines.


Source 

A l’époque, j’avais reçu plein de messages, aimables, curieux, encourageants, et d’autres plutôt désagréables, voire grossiers. Beaucoup, en Angleterre comme nous, m’ont dit que leur vie n’avait pas fondamentalement changé, qu’on n’était peut-être simplement pas au bon endroit dans l’Essex. C’est vrai, en apparence notre vie n’a pas tant changé et effectivement, il y a des endroits beaucoup plus accueillants que l’Essex qui est un des bastions du brexit. Mais on ne part pas à cause de notre voisin qui préfère les anglais blancs (et le clame haut et fort), ou des abruties à l’école qui en ont marre des étrangers (et sont venues me l’expliquer devant mes enfants). Le brexit aura (a déjà) des conséquences nationales, sociétales et culturelles, peu importe qu’on vive dans une ville majoritairement sympathique et tolérante ou au fin fond de l’Essex. Sans parler de l’économie. Je ne vais pas vous embêter avec des choses désopilantes comme les taux directeurs ou l’endettement des ménages, mais ça va faire mal (édit: 3 ans après, alors que le brexit n’est efffectif que depuis 3 semaines, ça fait effectivement très mal, entre les rayons vides des supermarchés et les exportations, notamment de poissons mais pas que, qui ne passent plus). Contrairement à ce qu’affirme la presse locale dont les connaissances en macro économie sont aussi développées que l’intégrité journalistique de la BBC, ça va très mal.

La situation se détériore à une rapidité extraordinaire même si les effets ne se font pas encore sentir ( enfin pas trop…) au niveau micro économique. Je ne parle même pas de la situation administrative et des discriminations anti européens que le gouvernement met en place peu à peu, et qui frapperont tout le monde, dans tout le pays. Pour chaque Européen qui peut prétendre à la naturalisation, il y en a au minimum un autre qui ne rentre pas dans les cases de plus en plus restrictives du ministère de l’intérieur. Il se trouve que malheureusement ou heureusement, je ne sais pas, Marichéri et moi avons accès facilement à tout un tas d’infos notamment économiques et qu’on les  comprend (sérieusement les taux directeurs, c’est captivant) assez pour ne pas avoir envie d’assister au naufrage. On ne veut pas vendre notre jolie maison, faire changer nos enfants d’école, d’environnement, bâtir une nouvelle vie ailleurs en Grande Bretagne pour se rendre compte dans un an ou deux que ça ne va pas le faire et qu’il faut recommencer. Marichéri (probablement par déformation professionnelle) a fait des analyses, des statistiques, des listes objectives, ça a été très scientifique: pour notre famille (j’insiste, ce qui est bien pour nous ne l’est pas forcément pour d’autres. Chacun sa vision des choses), le mieux c’est de partir.  

Quand j’ai expliqué qu’on avait choisi le nord de la France, j’ai encore eu des messages, certains adorables et d’autres non (que je n’ai toujours pas laissé passer. Je dis ça pour ceux qui s’obstineraient à m’envoyer leur logorrhée, ce n’est pas la peine d’insiter). Mais tous m’ont mis en garde contre un « retour » en France. Pas de soucis, on ne rentre pas en France. On a choisi une destination selon une liste de critères objectifs très précis (notamment la distance par rapport à Londres et les facilités de transport, mais pas uniquement), sans tenir compte de ce qu’il y avait marqué sur nos passeports. Si on voulait « rentrer » quelque part, on irait en Irlande. On ne connaît plus la France, on ne s’attend pas à retrouver celle de notre enfance (et on n’en a aucune envie). En fait, on n’a aucune attente, aucun a priori. Je sais que c’est difficile à imaginer puisqu’après tout on est français, mais on considère vraiment que c’est une nouvelle expatriation, pas un retour. Bien sûr que ce sera difficile, qu’il y a des tonnes de démarches administratives, qu’il faudra s’adapter, que certaines choses nous surprendront, nous déplairont…c’est comme ça quand on débarque dans n’importe quel pays! On l’a déjà fait, on n’a jamais été aussi bien préparé (ça fait des mois qu’on se renseigne) et ça ne nous inquiète pas plus que ça. Au contraire. Plus on se rend compte qu’on ne connaît pas la France d’aujourd’hui, moins notre départ nous apparaît comme un échec. Voilà, on ne s’y attendait pas, mais on a fait le tour de ce que l’Angleterre pouvait nous offrir, on va voir ailleurs. Comme on est parti d’Irlande volontairement. C’est juste une nouvelle étape.

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Mardi tourisme: Washington

Avant toute chose, une precision: je n’ai jamais mis les pieds à Washington. Vous allez me dire, pourquoi je fais un billet dessus alors? En fait, c’est plutôt Marichéri qui fait un billet…déjà, à part pour les billets mexicains (on ne se connaissait pas encore!), c’est Marichéri le photographe attitré du mardi tourisme. Et bien cette fois, les descriptions et anecdotes aussi sont de lui , racontées à ma sauce certes, mais d’après ce qu’il m’a dit. Puisque lui, Washington, il connaît. Pour le boulot, d’accord, mais il faut bien s’occuper entre deux réunions et faire un peu de tourisme. D’habitude, c’est là que je râle mais pas cette fois. Je n’ai aucune envie d’aller à Washington en ce moment, ça risque d’être encore un chouïa agité demain et peut être même les jours suivants, la bande de décérébrés complotistes, neo nazis et armés jusqu’aux dents, qui a servi d’électeurs à Trump risque encore de faire des siennes. Mais bon, comme je rêve quand même d’y aller un jour, après la pandémie et lorsque le climat politique américain sera un peu tranquille, je me suis dit que ce serait une bonne idée de donner la parole à Marichéri et de vous montrer ses jolies photos, histoire de faire passer le message, subtilement.

On commence par le Lincoln mémorial et son célèbre bassin sur National Mall, avec le Washington monument au fond. Déjà, j’ai appris qu’on peut non seulement y entrer (je croyais bêtement que c’était une sorte d’obélisque plein) mais aussi y monter! Marichéri n’a pas eu le temps, mais il était content de me l’apprendre. Le Washington monument a été construit en 1848…enfin, on a commencé la construction en 1848, mais déjà à l’époque, les US étaient assez agités politiquement, et il a fallu attendre 1884, après la guerre de sécession donc, pour le finir. On y trouve aussi le Jefferson mémorial, et clairement, comme dit Marichéri, le petit Thomas s’est fait avoir comparé à Lincoln. Déjà, il est en plein courants d’air lui, c’est ballot. Il faut dire aussi que le Jefferson mémorial a été construit pendant la deuxième guerre mondiale, on n’avait pas que ça à faire. Cela dit, le Lincoln mémorial a été édifié pendant la première. Guerre mondiale je veux dire. Décidément, c’est une manie! Vous allez voir que pour commémorer la possible guerre civile trumpienne, on va édifier une décharge publique ou un monument en plumes de pintade, un truc comme ça…

On continue avec le Capitol, la petite masure blanche où un extrémiste orange s’agite encore pour quelques heures et tout le quartier de Pennsylvania Avenue. Marichéri a trouvé très drôle la voiture des services secrets: c’est moyennement discret! Il s’est demandé si il avait le droit de prendre la photo, mais ça n’a posé aucun problème, pour un peu, ces rois du secret prenaient la pose. Je doute qu’ils soient aussi aimables et accueillants avec les touristes en ce moment.

Il y a évidement beaucoup d’autre chose à voir à Washington, ça prouve bien que Marichéri a besoin d’y retourner. Avec moi donc. Puisqu’il n’a pas le temps et bien, pendant qu’il ira faire des réunions, je pourrai prendre des photos pour lui. Voilà, on y croit!

Publié dans Tourisme | Tagué , , , , , , | 1 commentaire

Sunny Monday 2021#3

On est toujours en argent pour le défi de Bernie, et je reste en Espagne, mais à Madrid cette fois. Je vous amène voir les magnifiques serres du Parque del Buen Retiro (le bon repos), connues sous le nom de Palacio de Cristal. Elles datent de 1887 et c’est superbe et donc, étincelant.

Bonne semaine à tous!

Publié dans Tourisme | Tagué , , , | 1 commentaire

Projet 52 en 2021: au hasard

Je dis souvent que je n’ai aucune idée au départ quand je découvre le thème hebdomadaire choisi par Ma’, mais je crois bien que cette fois, ça a été pire! J’en étais à me demander si je n’allais pas prendre une photo au hasard dans les archives, mais j’ai de grandes chances de tomber les enfants, ça ne va pas le faire. Je errais lamentablement dans toute la maison, téléphone à la main, prête à photographier n’importe quoi quand je suis arrivée devant la bibliothèque et l’étagère où je range tous les bouquins régionaux. C’est à dire que j’ai acheté pas mal de guides, d’ouvrages touristiques, insolites ou historiques quand on a déménagé, pour découvrir notre nouvel environnement. Dans le tas, il y a une charmante petite brochure intitulée « le Nord Pas de Calais 100% vintage à travers la carte postale ancienne ». Le titre rentre à peine sur la couverture, mais c’est très mignon. Ça m’a donné le début du commencement d’une vague idée. Je n’ai pas été déçue, j’ai trouvé! Bon alors, évidemment, une photo d’une photo, ce n’est pas génial, mais au moins, je n’ai pas besoin d’expliquer le jeu de hasard représenté puisque tout est déjà indiqué.

Publié dans brèves | Tagué , , , | 5 commentaires

Friday Feelings #301

Le vendredi, c’est états d’esprit! (Imaginés par ma copine Zenopia)

Fatigue: pas plus que ça, c’est à dire que je râle parce que je ne vois pas pourquoi on ne me laisse pas hiberner tranquille.

Humeur: ronchon…ca sert à quoi qu’on se gèle si il n’y a pas un flocon de neige, hum? Il neige dans toute la région, partout autour de chez nous, mais pas ici. Alors certes, je n’aime pas la neige, c’est juste de la pluie qui fait sa maligne, c’est froid et mouillé, mais ça nous aurait fait une bonne excuse pour ne pas aller à l’école. Dans le froid. Beuh.

Condition physique: sans commentaire.

Esprit: refuse de travailler dans ces conditions. Je suis du sud, moi. Du Sud Ouest où il fait bien meilleur en vrai que dans le Sud Est, c’est juste qu’il y a une propagande météorologique outrageuse pour faire croire le contraire, mais on ne s’y trompe pas, dans Les Landes. On est aussi un peu chauvin, mais je m’éloigne du sujet.

Estomac: a décidé de se réconforter en testant le nouvel appareil à raclette.

Boulot: c’est au point mort, cette expo…

Culture: on est obligé de continuer à manger des galettes des rois, pour tester toutes les traditions: la classique à la frangipane, la dunkerquoise avec de la crème au beurre, la briochée du Sud Ouest…c’est bien culturel, non?

Avis perso: le principe de précaution, c’est bien, mais c’est un peu ballot quand on se rend compte qu’il n’y a pas l’ombre du soupçon du commencement d’un début de flocon et qu’on a donc suspendu tous les transports en commun, y compris scolaires, pour rien. C’est les écoles qui sont contentes.

Message perso: joyeux anniversaire!

Loulous: L’Ado est toujours en vacances, la vie d’étudiant, c’est vraiment l’horreur. GeekAdo a fini ses partiels, moitié en distanciel, moitié en presentiel. Pour se remettre, il a une semaine sans cours. Tu veux dire une semaine de vacances? Mais non, ça n’a rien à voir, tu n’y comprends rien, et puisqu’on te dit que la vie d’étudiant, c’est vraiment l’horreur. Ah. Le lycée vient juste de se rendre compte qu’effectivement, ce n’est peut être pas la période idéale pour trouver un stage… MangaGirl et ses camarades peuvent donc remplacer le rapport de stage par un dossier de, je cite, « projet professionnel ». Soyons clairs, à 15 ans, son projet professionnel consiste essentiellement à savoir comment dormir jusqu’à midi sans être déranger. PrincesseChipie a trouvé la parade aux travaux de groupe que ses profs s’obstinent à imposer: elle se met volontairement avec les moins motivés en leur proposant de lui laisser faire tout le boulot. Tout le monde y gagne: eux sont contents de ne rien faire et d’avoir un 20, elle est sûre que personne ne l’ennuie et que c’est bien fait. Tu veux dire que c’est fait à ta façon? Oui, c’est ça, à ma façon bien faite. Je crois qu’elle n’a pas encore exactement saisi le concept de travail de groupe. Wizzboy est dégoûté par la mauvaise volonté de la neige qui ne fait rien qu’à tomber ailleurs. Il est plein d’espoir tous les matins, et non, encore raté c’est juste gely, terme franglais et familial construit sur le mode de frosty, pour dire qu’il y a du gel partout, c’est logique.

Amitié: Skype la semaine prochaine?

Love: il est débordé…sérieusement, ceux qui pensent qu’en télétravail on ne fiche rien, devraient venir faire un tour chez nous.

Penser à: c’est quand, les prochaines vacances déjà?

Courses: j’investirais bien dans une troisième doudoune, mais ça va finir par faire bibendum, à force de les empiler..

Envie de: soleil et chaleur!

Pic: penny et son air intelligent quand on lui demande avec insistance si elle veut manger. Alors que Capucine et Marcel sont capables d’accourir au galop depuis le fond du jardin si on murmure le mot « gamelle » dans la maison.

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , | 9 commentaires