Project 52 II #39

Attention, je crois qu’il va y avoir beaucoup de petits animaux cette semaine pour le rendez-vous de Ma’! Elle a choisi comme thème : mignon, ça devrait le faire. Je ne pense pas qu’il n’y ait que moi qui craque devant les bébés animaux. J’ai hésité entre un agneau, un bébé sanglier (c’est adorable), un petit lapin…mais bon, j’ai un chaton sous la main, autant que ça serve.

  
Voici donc Penelope, encore, après un partage de cookies au chocolat avec WizzBoy, ils sont aussi répugnants l’un que l’autre. Je n’arrive toujours pas à me décider sur la prononciation de son nom. A la française? Penh-élopy, à l’anglais? Ou le diminutif, Penny? WizzBoy a choisi de l’appeler Pénopy,  c’est plus simple. Elle joue beaucoup avec lui volontairement en plus,  ce qui l’enchante. Surtout que Capucine le fuit systèmatiquement. Penelope campe sur le château en carton qu’on a fabriqué cet été avec des boîtes de wiskas d’ailleurs. Elle monte la garde, et se défend contre les assaillants emmenés pas un WizzBoy casqué et armé d’une épée en mousse. Il est secondé par deux girafes Playmobil dans un camion de Fireman Sam et d’un T-rex en plastique fluo. Penelope a réussi à décaniller une girafe, mais elle a lâchement abandonné son poste quand le camion a déclenché sa sirène par surprise. Elle s’est repliée stratégiquement sous un fauteuil, pendant que WizzBoy entame une danse de la victoire autour du château. Et là, paf, c’est la contre-attaque. Le chaton se rue sur les chaussettes du gamin qui hurle et essaie de l’embrocher avec son arme en mousse que la bestiole mordille aussitôt, en ronronnant. WizzBoy est hilare, Pénopy,  elle est fun. 

Publié dans vie de famille | Tagué , , , | 26 commentaires

Friday feelings #80

Bon, de toute façon Fédo/Zenopia (elle n’a pas un dédoublement de la personnalité, mais c’est comme ça avec les blogueuses, on raffole des pseudos) m’a assuré qu’il n’y a pas d’horaire précis pour les états d’esprit du vendredi de Zenopia donc et Postman. Voilà, je commence quand je veux et je termine quand WizzBoy veux bien me laisser le temps (il n’a pas preschool le vendredi. C’est pas faute de faire des caprices pour y aller, mais c’est fermé. Ça me donne envie de pleurer aussi). C’est beaucoup mieux comme ça, pas de raison de se presser. Non parce que le matin, c’est toujours un peu la folie ici. Il faut envoyer GeekAdo et PrincesseDiva dehors à temps pour le bus alors que l’un à mal au ventre, à la gorge, aux oreilles, à l’orteil droit (rayez les mentions inutiles) et l’autre a des problèmes de chignon. Il faut s’occuper de PrincesseChipie, qui est encore petite et l’amener à l’école en maîtrisant WizzBoy qui a vu un chien et veut l’attraper…en plus ce matin, j’ai eu la surprise de revoir L’Ado devant la machine à café, je ne savais même pas qu’il était rentré cette nuit. Non mais coin tu vois, meuh, le café soluble, c’est carrément dégeu. Ça fait chaud au coeur, ce qui manque à ce fils indigne, ce n’est pas sa maman, mais sa dose de caféine! Il ne faisait que passer, il repart faire la fête s’intégrer à l’université et ne reviendra pas avant demain après-midi, mais comme il n’avait pas encore complément dessaoulé était d’humeur sociable, il a voulu communiquer. Bref, je suis débordée.  Youpidoo. 

10h06

Fatigue: c’est épuisant cette freshers week. On ne sait jamais quand L’Ado va rentrer, ce n’est pas que je m’inquiète et que je ne ferme pas l’œil de la nuit mais bon…

Humeur: beuh.

Estomac: n’a pas attendu L’Ado pour savoir que le café soluble, c’est le mal.

Condition physique: je me prépare à hiberner. 

Esprit: tortueux 

boulot: je fais un truc…impossible de trouver un nouvel angle pour mon guide, alors j’ai commencé autre chose. On verra bien. C’est fou comme j’ai l’air enthousiaste et sûre de moi, non? 

Culture: discuter des mérites comparés de Garcia Marquez et Borges au petit dej’ avec un ado à moitié bourré, c’est fun. Je sens que je vais bien aimer ses cours en fait. Il va étudier Dante aussi. On va bien s’amuser. 

Message perso: things will get better soon, you deserve it. 

Avis perso: comment une grande bavarde comme moi a pu oublier des rubriques?  Je ne comprends pas…Je suis passée à côté d’une occasion de me répandre encore plus en insanités pendant des semaines. Ça confirme ma théorie du trou dans l’espace temps dans ma cuisine, je le savais. Il a absorbé les rubriques ‘envie de’ et ‘divers’ avec ma patience, une cargaison de hot dogs, l’acné de L’Ado qui s’éclaircit, ma santé mentale, et une poignée de poils de chats (la petite nouvelle est très fluffy, moitié persan, moitié angora, moitié mammouth laineux bonsaï) 

Divers: je ne comprends pas cette passion anglaise pour les fenêtres à croisillons, vraiment ça me dépasse. Enfin bon, on a une nouvelle porte, payée et choisie par l’assurance. Avec des croisillons. Alors qu’on avait bien dit qu’on n’en voulait pas. 

Loulous: L’Ado est donc officiellement étudiant. Il a vu les chambres et conditions de vie de ses potes qui n’ont pas des parents fascistes et vivent sur le campus, eux. Finalement, pour nous faire plaisir, il va se contenter de son petit confort à la maison, il reste du camembert? Pour aller avec son vrai café? GeekAdo s’est inscrit à un sport, on est très inquiet. Il a décidé de faire de l’escrime,  alors qu’il a la souplesse et l’aisance de mouvement d’un char d’assaut en fonte amidonnée. PrincesseDiva était toute contente, elle a une sortie scolaire. Bon, la sortie en tant que telle, elle s’en fiche, c’est juste qu’elle pouvait y aller en civil. Il lui a fallu une demi heure pour choisir sa tenue…PrincesseChipie était jalouse, elle n’a pas encore eu de non uniform day. WizzBoy s’est bien habitué au nouveau chaton, il a enfin compris que ce n’est pas un lapin. En plus elle participe à ses jeux, il est ravi. 

Amitié: demain!

Love: j’ai déjà dit qu’il avait un sens de l’humour pétaradant? 

Course: faites.

Envie de: si je commence à faire une liste, ça va être long! 

Pic: je ne fais plus de billet tourisme sur l’Irlande pour le moment, parce que ça me déprime, mais je vous mets quand même une photo. C’est à Portmarnock dans le county Dublin ( et ça se prononce Pormanock, faut pas chercher).


11h01

Publié dans vie de famille | Tagué , , , | 31 commentaires

Thursday Thunder: so what If We don’t fit in? 

Ce n’est pas une allusion à la taille de Marichéri (6m08) mais au fait que malgré les apparences on ne rentre pas dans les cases dans lesquelles certaines personnes veulent absolument coller tout le monde. On sent que ça les contrarie vivement quand quelqu’un dépasse, ils ont l’air de prendre ça pour une attaque personnelle. En temps normal, je me contrefiche éperdument de ce que ce genre d’étriqués intolérants pensent, mais il leur arrive de me faire savoir leur réprobation de manière plus ou moins subtile. Il paraît qu’on ne correspond pas à l’image qu’on leur donne, et qu’on fait donc exprès pour les narguer. Ahaha. Cette étroitesse d’esprit doublée de cette arrogance satisfaite m’horripile.  


Source 

Tant qu’on n’ouvre pas la bouche, on passe pour anglais, et puis paf, notre accent nous trahit. C’est affolant, on vit comme des anglais, on ressemble à des anglais  (je m’habille chez Boden, je suis potelée comme une anglaise…), on a les mêmes références culturelles que des anglais mais c’est une ruse pour tromper de pauvres racistes innocents qui se rendent compte trop tard qu’on est en fait de sales migrants européens. Vous voyez, ces mêmes dégénérés du cerveau qui hurlent parce que les étrangers ne s’intègrent pas?  Voilà qu’ils nous trouvent trop intégrés en fait! C’est pas juste, on a l’air plus anglais que la reine qui elle-même est d’origine allemande. C’est fâcheux tout ça, voilà que ces braves gens se retrouvent  à discuter météo avec moi parce qu’avec tout mon cynisme d’étrangère je n’ai pas un gyrophare sur la tête pour prévenir à l’avance que malgré les apparences, je ne suis pas anglaise. En plus à part l’accent, je parle très bien anglais, mieux qu’eux parfois, c’est un comble! (C’est malheureusement vrai, l’essexien est bourré de fautes de grammaire qui me font grincer des dents).

On est donc de sales expats (c’est fou, entre les insultes des uns et des autres, on va finir par s’installer au milieu de la Manche…ça me fait penser que je n’ai pas encore demander le passeport sealandais. Elle serait pas à vendre, leur plateforme en mer du Nord? ). Mais on n’est pas des évadés fiscaux, et on ne hait pas la France du tout. On ne vit pas comme des clichés mais comme des locaux, (je rappelle d’ailleurs que j’attends toujours pour la femme de ménage…). On ne ‘rentre’ pas en France à la moindre  occasion, je n’abandonne pas Marichéri ici tous les étés pour squatter chez mes parents avec toute la tribu pendant qu’il bosse. On ne critique pas systématiquement tout en disant que c’est mieux en France. Déjà, on est parti depuis trop longtemps pour avoir la moindre idée de comment ça se passe en France. Mais on ne renie pas du tout nos racines et on ne prétend pas non plus que tout est forcément mieux ici, avec le zèle un chouïa crispant de certains nouveaux arrivants. Bref, on ne fait aucun effort pour choisir un camps.

On a une ribambelle d’enfants qui vont à l’école…enfin non qui vont dans des écoles. Là encore, on fait exprès pour tromper les honnêtes gens. Parce que ça ne se voit pas tout de suite, effectivement on n’attend pas tous les 7 en troupeau devant la sortie du primaire ou du collège. On ne va pas faire les courses avec les plus  grands. On ne les amène pas à la ferme ou au zoo non plus quand on y va avec les plus  jeunes.  Comment voulez-vous que le dévoué donneur de leçon se rende compte qu’on a 5 enfants? Heureusement qu’il peut se rattraper une fois  qu’il a découvert notre infâme secret! De toute façon, c’est évident, puisqu’on est d’horribles migrants européens, c’est pour les allocs. Ben non, on n’a jamais touché un penny. Et avant que vous me parliez du NHS, j’ai un obstétricien privé dont je suis très contente, merci. Ça n’empêche qu’apparemment, on est trop jeune  pour  avoir un fils à l’université et trop vieux pour en avoir un en preschool. Ou alors c’est une famille recomposée? Toujours pas non, et on se fiche de vos opinions sur l’âge idéal pour procréer. Non mais. 

Je pourrais continuer longtemps comme ça. On a toutes apparences de la famille (trop) nombreuse middle class et puis paf, on gâche tout avec de petits détails qui clochent. Marichéri écoute de la musique de fou, par choix. J’assortie ma marinière Boden parfaite, très Kate Middleton chez les ploucs aux champs, avec des chaussures démentielles de goth attardée. On ne suit pas les modes (en matière d’éducation, de voyages, de décoration…) . Ou alors par hasard. Parce que ça nous plait, pas pour cocher la bonne case. Mais on ne cherche pas non plus à être rebelles, originaux ou quoique ce soit. Non, on n’a pas décidé de contrarier volontairement tous ces connards coincés pauvres malheureux et de les narguer personnellement en étant juste à côté de leurs cases (visiblement, c’est encore pire que d’en être complètement éloigné). Par contre, si ils insistent pour me faire part de leurs remarques, là effectivement, je ne dis pas, je cherche bien à les vexer. Non mais sérieusement, ils ont déjà croisé quelqu’un qui y rentre bien dans leurs cases? Si le monde entier le faisait, ils n’auraient plus personne à critiquer. Et oui, ils n’y ont pas pensé à ça, hum?   Ils s’étioleraient bêtement. Ils seraient obligés de vivre leur vie plutôt que de juger celle des autres. Ils risqueraient sûrement une explosion du cerveau…alors que grâce à des gens comme nous, ils peuvent s’épanouir pleinement dans toute leur mesquinerie sanctimonieuse. Bref, on leur rend service. C’est décidé la prochaine fois qu’on me fait une remarque désagréable, je réponds « you’re welcome!  » 

 

Publié dans Les colères, vie de famille | Tagué , , , , | 32 commentaires

Music learners

Marichéri est très musical. Il a fait le conservatoire, il entretient dans son bureau un troupeau  de guitares diverses et variées mais aussi tout un tas d’autres instruments bruyants musicaux d’une trompette à un tambour irlandais (bon, ça c’est moi qui lui ai offert. Et une mandoline aussi, parce que c’est joli, visuellement parlant je veux dire). Je ne parle même pas des monceaux de matériels qui vont avec, micros, amplis de 15 tonnes (chacun) et autres boîtiers à boutons et voyants lumineux dont l’utilité m’échappe toujours complètement malgré les explications de Marichéri. Remarquez, c’est pratique, quand PrincesseDiva a  voulu épater ses copines fêter son anniversaire avec ses copines en enregistrant une poignée de chansons, elles ont pu faire ça dans le bureau puisque Marichéri a tout ce qu’il faut. Les gamines sont reparties avec un CD chacune immortalisant leurs meuglements stridents et la ferme conviction que le papa de PrincesseDiva était un producteur de célébrités. Notre fille était ravie. Et Marichéri au bord de la crise de nerfs.  Bref pour lui, la musique c’est important, mais pour moi, beaucoup moins. 


Quand on a quitté la France pour l’Irlande, j’ai embarqué un exemplaire des fleurs du mal illustré par Matisse et mon chevalet, Marichéri avait sa guitare classique. A part nous faire passer pour deux têtes à claque culturellement snobs, ça montre bien qu’on est légèrement different, musicalement parlant. Il s’enthousiasme pour la musique dodécaphonique, le rock alternatif serbo-croate et le jazz expérimental, je ne sais pas faire la différence entre une cornemuse qui agonise et un solo de grosse caisse. Ce n’est pas de la mauvaise volonté,  j’en suis totalement incapable, c’est physique. Il doit me manquer un truc essentiel dans les oreilles, qui permet de distinguer un éboulement de casseroles trouées d’une symphonie. Pour moi, ça reste du bruit. Mais Marichéri est passionné et d’une patience rare. Il a essayé de m’apprendre. Ce fut un échec. Du coup, il s’est rabattu sur les enfants. A chaque gamin qu’on a pondu, il a espéré que le gosse hériterait de ses gènes musicaux et a essayé de reconnaître une harmonie quelconque dans leurs hurlements de nouveau nés. Ça a bien commencé avec L’Ado. A deux ans et demi, il tapotait bruyamment sur un petit clavier jouet, ça faisait pouet pouet. Je trouvais ça pénible mais bon tant qu’il fait ça il n’essaie plus de nourrir le magnétoscope avec ses legos (L’Ado est vieux, il date du siècle dernier, il a connu les  magnétoscopes. Ses soeurs ne rient encore, quel fossile cet Ado!). Marichéri s’est précipité, en transe:

-aaaaaah c’est génial, c’est toi qui lui a appris? 

-quoi?

-à jouer sur le clavier?

– uh? (Je ne suis pas uniquement amusicale, j’ai aussi un sens inné de la répartie)

-mais t’entends pas, il joue frère Jacques, tout seul! 

Bref, L’Ado est comme son père. Il  est capable de jouer n’importe quel morceau sur à peu près n’importe quel instrument simplement parce qu’il l’a entendu une fois. On a inscrit notre futur Mozart au piano. Marichéri était tout ému et ce fut un succès. L’Ado adorait. Et puis d’un coup, vers 11 ans, il a arrêté net. Maricheri était désolé, mais voilà-t-il pas  que L’Ado s’est pris de passion pour la guitare électrique deux ou trois ans après. Et là, Marichéri hésite entre la joie d’avoir quand même un fils musical et le désespoir absolu devant les sons infâmes que L’Ado produit, sous pretexte que c’est cool, tu vois, coin. Entre temps Marichéri a essayé d’enrôler GeekAdo qui pour copier son père, voulait prendre des cours de guitare classique. GeekAdo est très studieux et très appliqué, mais ressemble à sa mère musicalement parlant. D’ailleurs, il dessine plutôt bien. 

Heureusement pour Marichéri, PrincesseDiva a pris la relève. Elle a voulu faire du piano. Marichéri en était très content jusqu’à ce qu’il se rende compte que la motivation première de la gamine,  ce n’était surtout pas de faire ses gammes pour progresser, mais de se produire en public. Bref à part une prestation remarquée de au clair de la lune à la fête de l’école, la carrière musicale de PrincesseDiva a été de courte durée. Enfin depuis, elle s’est mise au chant, elle prend même des cours et répéte bruyamment, d’où l’anniversaire passé à enregistrer de la daube avec des cris de hyènes prépubères (comme je n’y connais rien, je reprends les termes techniques utilisés par Marichéri). Évidemment, Marichéri aurait préféré qu’elle joue d’un instrument mais c’est déjà ça, surtout qu’elle a l’air relativement douée (je n’en ai aucune idée, mais on me l’a dit. Ou alors c’était pour être poli…). Et puis, O joie, PrincesseChipie a décidé elle aussi de se mettre à la guitare cette année. Elle s’entraîne tous les jours en rentrant de l’école. On a droit à une demi heure quotidienne de tziiiing-cick-pffffïïÏÎïïgG. Il parait que c’est normal et qu’elle s’en sort très bien. Bon. En même temps, la peinture à l’huile, c’est artistique aussi. Et silencieux. 

Pour l’instant Wizzboy n’ a pas l’air de vouloir jouer d’autre chose que du tambour en plastique ou du chat-qui fait-pchittt-quand-on-s’assoit-dessus. Mais j’ai peur. Marichéri qui espère toujours monter un orchestre avec ses enfants parle de rachèter une batterie. 

Publié dans vie de famille | Tagué , , | 47 commentaires

Freshers week

L’Ado commence ses études supérieures cette semaine comme tout un tas de jeunes britanniques…ou pas d’ailleurs, les universités ici accueillent encore pas mal d’étudiants étrangers. Je dis encore, parce qu’avec le Brexit, ça risque de changer. Déjà, les universités ont signalé qu’elles avaient entegistré une baisse de demande d’inscriptions venant de l’union européenne, et qu’elles ont maintenant du mal à recruter des profs et chercheurs étrangers. Sans compter les trous béants dans leur budget, par manque de subventions européennes. C’est bien simple, certaines universités pensent carrément à se délocaliser sur le continent! Mais je m’éloigne  du sujet. On parlait de freshers week, c’est à dire la première semaine d’université pour les petits nouveaux. C’est très studieux. Ou pas.  L’Ado est à fond.


Source 

Les cours n’ont pas encore commencé, c’est juste une semaine de beuveries infâmes d’accueil et d’orientation . Ils finissent de choisir leurs options, rencontrent les profs, visitent le syndicat étudiants, et font connaissance avec leur futurs camarades, en tout bien tout honneur. Ben voyons. J’aime bien quand L’Ado nous prend pour de vieux cons naïfs. Certes, il part dans sa nouvelle vie d’étudiant avec un handicap rédhibitoire, c’est à dire des parents ignobles. Qui refusent de lui payer une chambre sur Londres sous prétexte qu’il a moins d’une heure de commute pour aller en cours depuis la maison. Le pauvre petit est obligé de rentrer cuver dormir ici. En même temps,  il y a des trains toute la nuit et on lui a dit qu’il pouvait rester dormir chez un pote ou ailleurs,  on ne veut pas savoir les détails. On veut juste qu’il prévienne avant, la maison, notre maison  c’est pas un hôtel non plus. Bizarrement ce libéralisme parental (si tu veux pas rentrer pendant la freshers week, tu dors où tu veux mais tu ne viens pas nous téléphoner à trois heures du mat parce que tu es coincé dans une gare paumée quelque part entre ici et Londres ), ça l’a déçu. On n’est pas à la hauteur de notre réputation de parents fascistes et tortionnaires, ça doit cacher quelque chose.

Je me suis renseignée, son université a mis un guide de la freshers week en ligne. C’est parce que je suis curieuse bien-sûr et que j’aime bien me renseigner sur les us et coutumes de mon pays d’accueil,  pas parce que je n’ai pas confiance (mais je n’ai pas confiance non plus). Il y a bien les dernières inscriptions à finaliser, pour les cours du semestre et les options (il sont déjà inscrits dans leurs facultés respectives et on a déjà vendu un rein payé). Il va effectivement avoir droit à des conférences très sérieuses sur comment gèrer son budget, dans quel ordre choisir ces fameuses options (ce qu’il ne fait pas cette année, il le fera en deuxième ou troisième année). Il va avoir droit à un parcours d’orientation, au propre, pour s’y retrouver sur le campus et au figuré. Il va pouvoir assister à des pièces de théâtres et autres spectacles charmants montés par les étudiants. Le syndicat organise des barbecues. C’est très civilisé tout ça. Il va aller à la Freshers fayre, où les clubs et associations sportives tentent de recruter de nouveaux membres. Ben, tu vois, quoi, t’es super suspicieuse quand même, meuh. C’est super sérieux, coin…non, mais ouais quoi. Euh, bon ben coin…je rentre pas ce soir, ni demain. Ni vendredi. Ouais, non mais c’est juste pour rencontrer les autres, meuh, tu vois ce qui seront en cours avec moi. Tu veux pas que je me fasse des copains dans ma nouvelle école? Petit crétin. Et puis, de qui il tient ce sourire niais aussi? Il se prend pour qui, ce sale gosse, il ne sait pas que pas plus tard qu’hier ou presque, c’était son père et moi qui rentrions à l’université? Enfin, j’ai fait une école de commerce. Je vois très bien ce que ça peut donner, sa freshers week, très, très bien. Sauf que nous, on appelait ça un week-end d’intégration et que nos beuveries étaient des « opérations marketing sponsorisées  » sur la brochure. 

C’est tellement studieux cette freshers week que le guide en ligne de son université précise bien qu’il ne faut pas oublier d’aller aux entrevues avec les profs et tuteurs, et d’être pas trop bourré présentable. Ça fait mauvais genre de louper ces rendez-vous dès la première semaine ou de vomir sur le bureau des profs, ils se vexent pour un rien franchement. C’est sûr, ça met en confiance. 

Publié dans société, vie de famille | Tagué , , | 54 commentaires

Zeppelin anniversary

Pour une raison qui m’échappe totalement, mon comté de l’Essex a célébré ce week-end avec effervescence le centenaire du crash de deux Zeppelins allemands qui se sont écrasés dans le coin, en rase campagne près de Billericay pour l’un et Colchester (c’est chez moi!) pour l’autre. C’est festif. Déjà, je n’ai jamais éprouvé la moindre fascination pour ces espèces de suppositoires gonflables géants. Mais de dangeureux aerophiles leur vouent une passion folle. Ça me dépasse. En plus, les deux volatiles en question venaient quand même de bombarder Londres (ben oui, il y a 100 ans, on était en pleine première boucherie mondiale). C’est sûr que c’est joyeux. Vous allez me dire, ils ont été descendus par l’armée britannique, c’est une grande victoire c’est normal de fêter ça.  Je ne veux pas chipoter, mais bon,  deux Zeppelins c’est peu. J’ose espérer pour elle que l’armée britannique a remporté de plus grandes batailles, parce franchement, ça fait petit. Limite mesquin. Même localement, je suis sûre qu’on peut trouver mieux. Rien que pendant la deuxième boucherie mondiale, des centaines et des centaines d’avions allemands (on s’était rendu compte que c’était plus pratique les espèces de pachydermes de l’air) ont survolé l’Essex, y larguant même une partie de leurs bombes, il n’y a pas de raison que seule Londres joue. Et bien, l’armée britannique en a quand même abattu quelqu’uns et on ne le fête pas! (Je pourrais chercher le chiffre exact, mais je refuse, pas par paresse mais antimilitarisme).


En plus le premier Zeppelin  s’est complètement crashé, tuant tous occupants. D’accord, c’était des ennemis, mais quand même. C’est très frais. Tous les soldats allemands du second, le L 33 ont survécu et ont été fait prisonniers. Le capitaine du L 33 avait décidé de mettre le feu à son zeppelin probablement pour que les anglais ne rigolent pas devant ne s’emparent pas de cette technologie brillante. Pour être sympa, il a voulu prévenir les habitants du coin avant, au cas où il y aurait eu des dégâts collatéraux. Et bien ces crétins ont refusé de lui ouvrir ou même de l’écouter quand il a tapé aux portes pour les avertir. Je reconnais bien là toute la présence d’esprit et le sens de l’accueil des esséxiens, devant ce qu’ils ont sûrement pris pour de dangeureux migrants européens. Cela dit, le capitaine Bocker était peut-être poli, mais il n’avait l’air d’être très malin non plus. Il a réussi à s’échapper avec ses hommes mais il s’est paumé dans la campagne et a été fait prisonnier parce qu’il s’est fait repérer en demandant son chemin à un passant. C’est ballot. Les policiers qui les ont capturé ont même reçu une montre commémorative en récompense. Il n’y a pas à dire , on nage en plein évènement glorieux et essentiel, militairement et historiquement parlant. Ça vaut vraiment la peine de marquer le coup et de célèbrer tout ça. Ou alors, c’est en hommage à la médiocrité universelle, on est pas du même pays, mais on est tous un peu limité, youpidoo. 


Honnêtement, je ne comprends pas pourquoi les esséxiens se sont soudain pris de passion pour cette anecdote guerrière qui n’a rien changé au cours de l’histoire, même localement.  Mais ça les amuse. Ils se sont donc éclatés avec le ‘festzep’ ce week-end, il y avait des machines volantes, c’était sympa, bon enfant, familial (et payant) selon les organisateurs. Bon, on a quand même pensé à célèbrer une messe pour les 22 soldats allemands qui ont cramé dans leur Zeppelin. 

Les photos viennent de BBC.co.uk

Publié dans brèves, Les leçons d'histoire(s) | Tagué , , , | 8 commentaires

Sunny Monday #39

L’automne arrive, il n’y a pas le moindre rayon de soleil pour le rendez vous en orange de Bernie. Du coup, on repart dans les archives de Marichéri et à Rome. Il a même mis un joli cadre noir. Bon, le batiment n’est pas exactement orange, mais ça reste dans le ton. Et surtout, le soleil brille!

Bonne semaine à tous!

Publié dans Tourisme | Tagué , , , | 13 commentaires

My Own ABC 38

Je reprends le cours de mon abécédaire bordélique. D’ailleurs on en était à K.

K comme…

Keats John: on commence par du culturel. Parce qu’après, ça va dégénérer je préfère prévenir de suite. C’est un poète romantique, que dis-je c’est le poète romantique anglais. Surtout qu’il a poussé le dévouement jusqu’à mourir affreusement jeune et à n’être reconnu comme un génie qu’après sa mort, c’est dire tout son attachement au romantisme pur et dur. Keats nait à Londres en 1795. Son père meurt bétement en se pétant la figure sur un cheval, et le petit John se retrouve chez sa grand-mère, pendant que sa mère agonise aussi et meurt alors que ce pauvre garçon a tout juste 15 ans. De suite, on sent le type prédestiné pour faire carrière dans le romantisme littéraire…qu’est-ce qu’on s’amuse. En plus, il décide de faire des études de médecine et pour gagner sa vie, il devient assistant chirurgien alors que franchement au début du 19ieme, c’est assez gore. Keats publie son premier poème à 19 ans et c’est un échec total, il est descendu en flamme par la critique ce qui ne peut que le conforter dans son choix de carrière litteraire. C’est logique. Je rappelle pour ceux qui ne sont pas versés dans le romantisme (personnellement, j’adore, c’est mon côté guillerette), que ça n’a rien à voir avec des bluettes infâmes bouillies à l’eau de rose au contraire, c’est grandiose et tragique. Surtout tragique. Un bon héros romantique a non seulement une poisse incroyable mais il doit aussi finir dans un bain de sang. Et bien Keats maîtrise son sujet à fond. Il a une vie amoureuse qu’on peut qualifié de moyennement réussie pour être polie, et il meurt de la tuberculose à 26 ans, complètement fauché parce qu’il s’est fait entubé par l’exécuteur testamentaire de sa mère et avant que son genie n’ait été reconnu par qui que ce soit. Depuis, on s’en est rendu compte et son œuvre n’est pas un trésor de la littérature britannique, mais de la littéraire mondiale. 


Source 

Kipling: non pas Rudyard, cet auteur britannique légèrement facho lui, mais Mr Kipling, la marque de gâteaux! Mr Kipling vend des gâteaux depuis 1967 dans tous les bons supermarchés britanniques. C’est une référence, demandez à mes enfants. Les petits anglais grandissent en s’empiffrant d’angel cakes et autres battenbergs de Mr Kipling, qui sort même des gâteaux verts pour Halloween et des mince pies pour Noël. J’ai appris en cherchant une photo pour illustrer tout ça qu’il n’y a jamais eu de vrai Mr Kipling, c’est juste le nom de la marque,  une invention marketing quoi. Je suis déçue. Et oui, je crois toujours au père Noël, pourquoi? Enfin bref, ce faux Mr Kipling fournit toutes les birthday parties,  pas mal de coffee mornings,  Halloween parties, et autres on ne peut pas y échapper. C’est sucré, mais typique. 


Source 

Killing joke: il faut que j’arrête de demander à Marichéri si il a des idées pour mon ABC. Parce qu’après, il s’enthousiasme et veut absolument me faire écouter. L’Ado connaissait aussi, mais pas GeekAdo qui a trouvé ça ‘intéressant’, ce qui pour lui est un grand compliment en parlant musique. Alors donc Killing joke est un groupe londonien formé en 1979 par des gens dont je n’avais jamais entendu parler avant mais c’est parce que je suis d’une inculture crasse musicalement parlant, Marichéri et L’Ado étaient horrifiés. On se demande pourquoi, ils devraient être habitués.  D’après Wikipedia, killing joke était à la pointe de l’industrial rock (non, je ne savais pas non plus que ça avait existé), mais a évolué vers l’electronic et le gothic rock. Voilà. Bon, je vous mets un lien, ce sera plus simple. C’est guilleret aussi. Vous croyez que Keats, si il était né plus tard aurait fait carrière dans le gothic rock? Je sens que je m’éparpille. 

Kensington palace: c’est une petite masure, découpée en tout un tas d’appartements royaux, mais dont une partie est ouverte au public, qui sert à loger une tripotée de Royals. Ça fait carrément HLM pour Windsor, mais c’est coquet. On a réussi à y caser William-and Kate et leur progéniture, Harry et ses conquêtes diverses, le duc et la duchesses de Gloucester et ceux de Kent (aucune idée, c’est peut-être des cousins ) et la princesse Michael of Kent ( à ne pas confondre avec les  précédents donc…je ne sais pas non plus). Le palais original à été construit en 1605 en plein dans Kensington village qui n’était pas encore un des quartiers chics de Londres. Le palais a été la résidence préférée de tout un tas de monarques successifs, avant qu’ils ne préfèrent y caser leur famille. C’est même là qu’on avait parqué logé Diana. C’est très touristique, il paraît que les jardins sont charmants.


Source 

Keeping up appearances : une série télé très drôle du debut des années 90, mais qui a un peu vieilli. Patricia Routlegde, qui joue le personnage central de Hyacinth Bucket (qui insiste pour qu’on prononce son nom « bouquet » à la française) est absolument géniale et à hurler de rire. Hyacinth est une affreuse snob dont les efforts désespérés pour paraître « upper class » échouent lamentablement. Elle est infecte, mais hilarante. C’est une vraie plaie pour son pauvre mari, sa malheureuse voisine, et même le vicaire qu’elle harcèle littéralement. Sa famille est la plus white Trash possible, et Hyacinth fait tout pour les éviter. C’est très british et d’autant plus amusant que des Hyacinth Bucket, ça existe vraiment ici. Je ne citerai pas de nom mais bon…


Source « Richard, tu sais que j’aime ma famille, mais ce n’est pas une raison pour admettre que je les connais en public« .

Publié dans société | Tagué , , , , , , , , | 40 commentaires

Project 52 II #38

Cette semaine, attention je ne vais pas dans les archives! J’ai pensé à prendre une photo de « chemin » , le thème choisi par Ma’, en début de semaine. Bon, c’était facile. Ce chemin, WizzBoy et moi le prenons 4 fois par semaine pour aller à la preschool. 

  
Je ne m’en lasse toujours pas. Sur la droite, c’est le cimetière, ce n’est pas très gai, mais sinon, le chemin est charmant. La preschool est attenante à l’église, juste derrière. C’est même la salle paroissiale, qui sert aussi à tout un tas de choses, des kermesses aux mariages en passant par les réunions des scouts et la sunday School. WizzBoy est déçu, on ne peut pas rentrer dans l’église (qu’il prend pour un château fort) par là pour atteindre la preschool, il faut faire le tour, et passer par la sacristie (je ne sais pas si on dit sacristie  pour une Church of England..). Ici, l’église (le bâtiment) est ouverte pour tout et n’importe quoi, c’est vraiment le coeur de la communauté, et ça n’a bizarrement rien de religieux. Ça surprend quand on arrive de France au début. La paroisse s’occupe aussi bien du club de foot que des cours de wine tasting. Il y a même un groupe vaguement musical et hard rock de jeunes agités locaux (pas L’Ado, il répète chez un pote) qui s’y produit de temps en temps. Je ne sais pas pour l’acoustique, mais l’insonorisation est parfaite. L’église sert quand même d’église le dimanche, mais depuis que j’ai vu le vicaire imiter la méduse épileptique en twistant comme un dératé, je me demande ce qu’ils y font vraiment. Je me suis un peu éloignée du chemin. C’est un bonheur d’y passer tous les matins de preschool. J’aime bien.

Publié dans vie de famille | Tagué , , | 40 commentaires

Friday feelings #79

Je précise de suite que c’est encore le matin ici, en Angleterre quand je commence ce billet. Je dis ça comme ça. De toute façon, c’est les états d’esprit du vendredi de Zenopia et Postman, pas les états d’esprit du vendredi matin. On peut faire ça quand on veut… Enfin, je crois, Fédo? Cette fois, mon retard est pour la bonne cause, j’étais invitée à un café francophone, avec une française je veux dire. Vu que je fais de plus en plus de fautes, tout ce qui peut me faire parler français est une bonne chose, non? (Avec Marichéri, on parle franglais). En plus, je viens de me rendre compte que depuis des semaines, peut être même des mois, les rubriques ‘divers’et ‘envie de’ se sont totalement évaporées …je ne sais pas ce que j’en ai fait, c’est sûrement parce que j’essayais d’être matinale, ça n’allait pas.  

11h32

Fatigue: qu’est-ce qui pousse un enfant à se lever à 5 heures du matin, sérieusement? Surtout que dans 10-12 ans, je suis sûre qu’il n’y aura pas moyen de le tirer du lit avant midi. Beuh.

Humeur: francophile

Estomac: caféiné. Avec un vrai café, pas un infâme breuvage fabriqué à partir de mort au rats  granules solubles. C’est l’avantage de faire des rencontres françaises .

Condition physique: j’ai faim, c’est pas malin.

Esprit: confus 

Boulot: on ne va pas casser l’ambiance, comme ça,  d’un coup.

Culture: un peu de lecture, merci Carrie. 

Message perso: c’est le début, tout va finir par aller mieux.

Message perso 2: merci à tous pour vos messages dimanche et après.

Avis perso: quelqu’un qui vous met un chaton tout ébouriffé dans la main, en sachant que vous êtes faible émotionnellement parlant en ce moment, on est bien d’accord que c’est pour s’en débarrasser absolument et vous le refiler, non? Et qu’on n’a pas le choix, on se retrouve à adopter cette pauvre bestiole, même si on a le coeur en miettes en pensant à Chaussette? 

Divers: on a donc une nouvelle arrivée, une petite chatte de 6 semaines et pas 8 contrairement à ce que nous a soutenu sa « human mummy » comme elle se définissait. Je maintiens qu’on s’est fait arnaquer. On ne voulait pas d’autre chat aussitôt après Chaussette mais comment ne pas recueillir cette pauvre petite bête…Je n’ai aucune confiance dans sa « human mummy ». Comme a dit PrincesseDiva, Chaussette était le meilleur chat du monde, on ne l’oubliera jamais et on l’aimera toujours, aucun chat ne prendra sa place, mais ce n’est pas la faute de Penelope (j’ai du mal…en plus,  je ne sais pas si on doit le prononcer à la française ou à l’anglaise). C’est vrai que Penelope est adorable, et pas finie du tout la pauvre. On a réussi à la faire manger, ça va elle a bien compris ça. On lui a montré sa litière. Elle l’a mangée aussi. Là, elle dort sur mon épaule. 

Loulous: Glandeur L’Ado va enfin commencer l’université, lundi, et donc, il va pouvoir prendre le train le matin avec son père, il est ravi. C’est là qu’il regrette d’habiter aussi près de Londres. On est évidemment des parents ignobles qui font exprès d’habituer à côté de la gare pour lui gâcher la vie. Et on est bien sûr qu’un abonnement tarif réduit pour le train,  c’est moins cher qu’une chambre d’étudiant à Londres? Ahaha. GeekAdo et PrincesseDiva ont toujours des problèmes de cohabitation, en plus PrincesseDiva chante, je veux dire en public, elle s’est inscrite dans la troupe du collège pour se produire devant des gens. Même des copains de GeekAdo qui ne comprend pas ce besoin qu’elle a de se faire remarquer. Si au moins elle prenait un pseudo…PrincesseDiva et PrincesseChipie ont beaucoup pleuré Chaussette. On a fait des dessins et des poèmes, je leur ai dit de penser à tous les bons moments qu’on a eu avec Chaussette…mais elles sont ravies du chaton. Wizzboy aussi, même si il a décidé que Penelope est en fait un lapin. Enfin tu vois bien que c’est un kitten, un  bébé chat. Nooooon, Penope, rabbit, rabbit funny. Bon. Il réclame Chaussette aussi, on lui a dit qu’elle était partie, sans plus. 

Amitié: je crois que je me suis faire une nouvelle copine aujourd’hui…j’en suis très contente. Elle ne m’a pas raconté ses accouchements (pour ceux qui ne comprennent pas, voir le billet de hier) 

Love:  lui qui jurait que plus jamais…il gatouille complètement devant Penelope. 

Courses : bien arrivées. On a pris du lait spécial chaton.

Envie de : cocooning

Sorties: tiens, ça fait longtemps qu’on n’a pas vu de stand up…

Pic: donc voilà…c’est un peu bittersweet de vous mettre une photo de chaton juste après Chaussette. Penelope ne lui ressemble pas du tout, c’est déjà ça. Elle n’est pas noire, la photo rend mal, mais un espece de brun roux  très foncé. Et elle est toute mimi. 

 
12h26

Publié dans vie de famille | Tagué , , , | 44 commentaires