Sunny Monday #49

Pour ce dernier lundi en noir du rendez-vous de Bernie, je remets une vache, certes, mais une vache de noël! Elle est noire et blanche, en plein dans le thème donc, et elle annonce bien le xmas addict qui commence demain, non? (N’hésitez pas à m’envoyer vos photos, la nouvelle adresse mail est dans « me contacter », je compte sur vous). J’ai tout un magnifique troupeau dans le sapin grâce à Carrie, et j’en suis très contente.

Bonne semaine à tous!

Publié dans xmas | Tagué , , | 3 commentaires

Projet 52 : partager

Encore une fois, j’ai pas mal hésité devant le thème proposé par Ma’ cette semaine. Et puis, en traînant dans mes photos, j’ai trouvé! Du coup, c’est flou, mal cadré et tordu, puisque c’est moi qui l’ai prise et non Marichéri, mais je suis en plein dans le thème. Voilà un partage de café Franco-britannique que j’ai trouvé très touchant.

Publié dans brèves | Tagué , , , | 13 commentaires

Friday Feelings #295

Le vendredi, c’est états d’esprit (imaginés par ma copine Zenopia)…il a fallu attendre la 295ieme pour que je me rende compte que ça rime vaguement. Et après, on me demande si je suis du matin…

Fatigue: même pas, c’est mon état habituel.

Condition physique: alors là, j’ai un pull, une veste en grosse laine et je suis sous un plaid, voilà, ça se passe de commentaire. Sinon, le chauffage marche très bien et Marichéri m’informe qu’il fait bon.

Humeur: caféinée.

Esprit: bon d’accord, c’est un peu tôt, mais ça va faire du bien, allez hop, esprit de noël!

Estomac: voit (oui, je sais, ça fait un estomac avec des yeux, c’est un peu gore…) les provisions pour Noël arriver et en est très content.

Culture: justement, puisqu’on est dans la bouffe, L’Ado a voulu savoir si il y avait quelque chose de particulier pour la sainte Catherine et la saint Nicolas dans le coin, vu qu’on les fête ici. Et bien, non seulement c’est sans alcool (il était très déçu), mais il n’y a aucun spécialité culinaire non plus. Pour le consoler, je lui ai ramené une coquille de noël, c’est à dire une brioche qui est sensée être en forme de Jesus emmailloté. Réponse de L’Ado, en trempant la chose dans son café: c’est limite du cannibalisme, ce truc, heureusement que ça a plus la forme d’un étron que d’un bébé. Voilà, et bon appétit bien sûr.

Boulot: pffff…Gallica (le site de la bibliothèque nationale) est mon amie. Ou pas. Mais je persiste. J’adore quand exactement la même recherche donne un jour 85679 résultats et 3 le lendemain.

Avis perso: c’est très bien d’avoir mis plein de sapins partout en ville, mais il fait les décorer.

Message perso: happy birthday!

Loulous: L’Ado est très content, ses partiels de janvier sont officiellement annulés. GeekAdo aimerait bien savoir ce qu’il en est pour les siens, les avis des profs sont contradictoires et ça le stresse légèrement. MangaGirl, qui je le rappelle est une grande artiste incomprise, tu vois, quoi, en rébellion contre la société en général et les traditions infantilisantes et petites bourgeoises en particulier, tu-peux-pas-comprendre, et refuse de participer aux activités familiales qui sont trop fascistes, MangaGirl donc, veut savoir ce qu’il y aura comme chocolat dans le calendrier de l’avent. Ah ben, ça t’intéresse ça?…il paraît que je suis trop nulle. Je le vis bien. PrincesseChipie est décidée à aller négocier avec son prof de sport qui fait outrageusement baisser sa moyenne, il ne se rend pas compte. Ça avait marcher la dernière fois…Wizzboy est déjà totalement hystérique en mode pré noël. Ça va être très long. On a promis de mettre les décorations dimanche, je crains à lever à l’aube.

Divers: on a un corbeau dans le village! Je sais, c’est un peu glauque, mais ça nous a fait rire. On a tous reçu dans les boîtes aux lettres, un joli polycopié comme je n’en avais plus vu depuis l’école primaire, accusant le maire de tous les maux, sans préciser exactement lesquels, et signé un/e habitant/e. Je ne sais pas quel était le but de la manœuvre, mais ça a amusé tout le monde.

Amitié: à mardi en virtuel

Love: il compte les jours avant les vacances de noël

Penser à : euh…je suis à fond…

Courses: partiel. A fond aussi.

Envie de: cocooning

Pic: c’est brumeux tout ça, vivement les photos du xmas addict!

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , | 11 commentaires

Thursday thunder: lawyers for sexist stereotypes

Le sexisme revient souvent dans mes colères du jeudi, et comme c’était hier la journée de lutte contre les violences faites aux femmes, j’aurais pu m’énerver sur le fait qu’il faille une journée pour ça….mais le sexisme ne concerne pas que les femmes. Les hommes en sont victimes et c’est tout aussi atterrant.

Source

Il se trouve que j’écoute la radio anglaise, et donc les pubs anglaises. En Grande-Bretagne, il n’est pas rare que les chaines de cabinets d’avocats (ce sont des franchises, comme ce qu’on a en France pour les opticiens par exemple), style Lawyers for you fassent de la pub: on appelle ces parasites sans scrupule, ces charmants professionnels des « ambulance chasers”, des chasseurs d’ambulance, vous voyez le genre? Des immondes vampires qui courent derrière les ambulances au cas où ils pourraient convaincre une victime d’accident de porter plainte contre quelque chose. Vous avez eu un accident de voiture sans dommage il y a moins de 5 ans? Vous avez déjà acheté quelque chose quelque part? Vous marchez, vous nourrissez, respirez? Appelez-nous, il doit bien y avoir moyen de porter plainte contre quelqu’un et de se faire du fric, on partagera. Bref, ça ne m’a pas surprise plus que ça d’entendre une pub d’avocats, mais ce qui m’a fait bondir, c’est le slogan: « just for men » juste pour les homme. Ah, voilà autre chose, tiens. Il faut des avocats juste pour les hommes maintenant? Il faut obligatoirement un chromosome Y pour se faire entuber aider par un avocat? Si une femme appelle, l’avocat explose? Non parce que dans ce cas, ça peut m’intéresser…

Du coup, j’ai voulu en savoir plus, et j’ai tendu l’oreille à la coupure de pubs suivante. Ça n’a pas loupé, les avocats pour hommes sont revenus. C’est encore plus précis que ça, ce sont des avocats spécialisés dans les divorces et juste pour hommes. Parce que figurez-vous que c’est terrible un divorce, ça peut affecter les finances de ces pauvres petits hommes et même, horreur, impacter leur carrière. Si. C’est quoi ce delire?!? Déjà, niveau impact financier d’un divorce, je crois que les femmes auraient des choses à dire, mais passons. Je ne parlerai même pas des couples d’hommes, ça risque de faire encore exploser ces chers avocats pas du tout rétrogrades. Ni des couples hétéros où la femme gagne plus que l’homme. Ni des papas au foyers…mais sérieusement, ces génies du droit familial et du marketing réunis, pensent vraiment qu’en cas de divorce, un homme ne se préoccupe que de son compte en banque? C’est bien connu, un homme, ça a un portefeuille, pas des sentiments. Et pas d’enfant non plus visiblement ou alors il s’en fout, puisque la pub n’en parle pas mais insiste sur la carrière. Non seulement ça réduit les femmes à des espèces de sangsues assoiffées d’argent et prêtes à tout pour détruire la « carrière » de leurs ex, mais ça fait des hommes de sombres cretins sans coeur, sans cerveau, sans sentiments, des machines à faire du fric dont la seule raison d’exister se mesure à leur boulot….En entendant ça, j’avais en tête ces caricatures ambulantes des années 80, ces pauvres types en chemise rayée et bretelles rouges qui se prenaient pour Michael Douglas dans Wall Street alors qu’ils étaient vendeurs de chaussures dans l’Essex et qui oubliaient comment finit le film.

Comment ce genre de cliché peut-il encore exister? En tant que fille, épouse, et mère de trois garçons, je suis profondément vexée qu’on réduise à l’état de néandertalien bas du front et insensible mon père, mon mari, et mes fils. Non mais. J’aime bien recaser souvent « women are people too », les femmes sont des gens comme les autres, et bien les hommes aussi! Ils ont le droit d’avoir des sentiments, d’être fragiles, de pleurer, d’avoir peur, de ne pas vouloir faire de « carrière », d’être papa au foyer et d’envoyer balader tous les clichés sexistes aussi.

Publié dans Les colères | Tagué , , , , , | 7 commentaires

La crise de jalousie

Maintenant qu’il fait officiellement froid (c’est à dire que je me gèle depuis des semaines, mais maintenant, les locaux trouvent aussi qu’il commence à faire frisquet), Capucine la teigneuse daigne mettre un coussinet à l’intérieur. On est ravi mais cette intrusion intempestive perturbe Marcel.

En été, Capucine vit dehors et n’apparaît que un milliard, 2500 quelques fois par jour, en nous gueulant dessus sauvagement avec des grâces de gorgone enragée pour qu’on remplisse sa gamelle. Elle nous couvre d’insultes quand on ne va pas assez vite, puis elle nous ignore totalement dès qu’elle a insurgé une demi bouchée avec un air dégouté, on est trop nul, c’est pas ça qu’elle veut, elle ne se dévoue à manger que par pure bonté d’âme, pour nous faire plaisir, mais elle nous hait. D’ailleurs, elle nous grince une dernière fois dessus en repartant, royale, dans le jardin, pour bien nous signifier tout son mépris. Sale bête. La comédie recommence 20 minutes après, et c’est comme ça toute la journée. Et la nuit. C’est impressionnant de gueuler aussi fort en étant aussi petite…enfin bref, là, l’acariâtre féline a froid et elle s’est souvenu que les humains ne sont pas que des distributeurs de bouffe, ils peuvent aussi faire chauffage. Elle a donc décidé de venir faire un tour dedans, d’y rester et de squatter sur des genoux qui trainaient. Elle pousse même jusqu’à ronronner…bon, la mise en route a été difficile, ça faisait plus moteur enrayé que ronronnement, mais on y arrive.

A côté de ça, on a Marcel, alias le pot de colle. Il va bien jouer dehors, mais c’est pour aller chasser les mulots dans le champs derrière la maison. Il s’empresse de venir nous les offrir, avec des joies de chien qui ramène la balle. D’ailleurs, Marcel joue à fetch: il court après les bâtons que lui jettent les enfants, comme un chien donc. Il adore les humains, lui. Il ne supporte pas d’être seul dans une pièce, il a besoin d’être collé à nous, il ne risque pas de nous abandonner comme le fait Capucine. Il nous montre constamment à quel point il nous aime, non seulement il ronronne comme une turbine, mais il a toujours la queue en l’air quand il nous voit, il en frétille même de plaisir, il nous lechouille, il vit sur nous…on n’a jamais eu de chat aussi collant sympa. Enfin, sympa jusqu’à ce que Capucine rentre.

Dehors, Marcel voue une admiration évidente à Capucine: il la suit, il la copie et il lui obéit. Quand il a réussi à se coincer dans un arbre et qu’on n’arrivait pas à le faire descendre, Capucine est arrivée, majestueuse, et elle a juste miaulé un ordre à Marcel qui est descendu sans moufter, puis elle est repartie, l’air de rien. On était très impressionné. Mais visiblement, il ne se souvient plus qu’elle était rentrée aussi l’hiver dernier…au départ, il était content de la voir arriver: enfin une camarade de jeux à l’intérieur parce qu’il faut pas compter sur Penny, certes elle ne met pas un coussinet dehors, mais elle a la vivacité d’une moule cuite. Allez viens Capucine, on va jouer! Sauf que Capucine n’a pas eu un regard pour cet excité de Marcel et qu’elle s’est donc posé sur moi. Et là, Marcel est devenu fou. On aurait dit un gamin hyperactif: regarde moi, regarde moi, regaaaarde moaaaa! Il sautait sur place, il me donnait des coups de pattes, il faisait le beau…je suis sûre que capucine, vicieuse comme elle est, se marrait intérieurement de voir ce pauvre Marcel en pleine crise de jalousie.

Depuis, ça recommence à chaque fois qu’elle rentre. On la soupçonne même de rentrer plus souvent juste pour faire enrager Marcel qui ne sait plis quoi faire pour attirer l’attention dès qu’elle est là. J’ai l’impression d’être revenue au temps des crises de jalousie des filles quand elles étaient petites (maintenant, c’est plus calme, elles boudent. Ça me va très bien). L’hiver va être long…

Publié dans vie de famille | Tagué , , , | 9 commentaires

Mardi Tourisme : la place des 3 cultures

J’avais promis de varier les destinations (je pensais notamment à Washington), et pourtant je reviens encore à Mexico. Je me suis rendue compte que j’aime bien revisiter mes (vieux) souvenirs, malgré l’état de délabrement des photos, et ça plait à mes enfants! Alors je persiste, mais je vous amène ailleurs la semaine prochaine. On va donc rester à Mexico DF, districto fédéral, c’est à dire la capitale, pour un endroit très particulier: la plaza de las tres culturas, place des trois cultures, dans l’arrondissement de Cuauhtemoc, au nord de la ville. A l’échelle du gigantesque Mexico, c’est assez petit. Mais on trouve, rassemblés sur un périmètre relativement restreint, des ruines précolombiennes, une église construite par les conquistadores et des bâtiments modernes du Mexico d’aujourd’hui. D’habitude, je ne suis pas fan des mélanges, mais j’aime bien la symbolique de cette place.

Les ruines datent du quatorzième siècle. Il y avait là une petite ville, Tlatelolco, construite en 1337 par les aztèques, en périphérie de la grande Teotihuacàn et connue pour son marché. Évidemment, il n’en reste pas grand chose aujourd’hui, et on peut se demander pourquoi de si modestes ruines sont aussi connues: et bien c’est ici précisément que Cuauhtemoc, le dernier empereur aztèque, s’était retranché et qu’il a livré et donc perdu, son ultime bataille face aux espagnols. La place des trois cultures est le dernier bastion de résistance indigène et mes collègues étaient encore fiers 500 ans après, de la bravoure de leurs ancêtres face aux colonisateurs. Cela dit, sans couloir les vexer, ils avaient autant d’ancêtres d’un côté que de l’autre…voire même plus du côté espagnol d’ailleurs. Et même européen, je pense notamment à un petit blondinet gringalet aux yeux bleus, plus pâle que moi et répondant au surprenant prénom d’adolfo…je ne veux pas m’avancer trop, mais je doute que ce pauvre garçon est eu le moindre ancêtre, aztèque ou espagnol, sur la place des trois cultures en 1521. Ni même à Mexico avant 1945, par là… Je m’éloigne du sujet. Revenons aux aztèques. Après une dernière boucherie où plus de 40000 aztèques ont été massacrés, Cuauhtemoc a capitulé à cet endroit même, le 13 août 1521…de suite, cette petite place prend toute son importance dans l’imaginaire national mexicain. On voit encore les restes du templo mayor, la grande pyramide centrale et ceux du palais de Cuauhtemoc.

Comme à leur habitude, les conquistadores se sont empressés de massacrer tous ceux qui bougeaient encore démolir tout sur leur passage et d’utiliser les pierres aztèques pour construire une église, pile sur les ruines. Cela dit, je suis obligée de préciser que les prêtres de Tlatelolco n’hésitaient pas à sacrifier des centaines d’enfants et mêlés de bébés, sur les autels de leurs pyramides. Même les archéologues les plus blasés ont été abasourdis par l’étendue de la chose. Vous voyez le puit, sur la photo à droite au dessus? …Bref, vu comme ça, le site, entre les massacres des conquistadores et les sacrifices humains des aztèques, fait un peu froid dans le dos…On va passer à la suite. L’église de Santiago et le collège de Santa Cruz ont été inaugurés en 1533, les espagnols n’ont pas perdu de temps. Ce collège était le premier établissement d’enseignement supérieur de toute l’Amérique latine …on est en plein dans la deuxième culture de la place.

Et puis, au début des années soixante, le gouvernement mexicain décide d’y faire construire plusieurs bâtiments administratifs ultra modernes, c’est le nouveau Mexico, apaisé, indépendant, où héritages indigène et colonial se mélangent, où une nouvelle culture apparaît…mais bon, cette place à l’histoire assez sanglante, n’avait pas dit son dernier mot. C’est ici aussi que les étudiants mexicains ont manifesté le 2 octobre 1968, et qu’ils ont été chargés par l’armée qui a fait des dizaines de victimes (on m’avait dit entre 60 et 200, ça reste vague)…ce nouveau massacre a beaucoup marqué la scène culturelle mexicaine et de nombreux artistes et intellectuels (notamment Octavio Paz) y ont fait référence, plus ou moins explicitement dans leurs œuvres. Bref, la place des trois cultures, avec toutes ses symboliques différentes, est un incontournable. Sans compter que c’est quand même très joli aussi.

Publié dans Tourisme | Tagué , , , , | 1 commentaire

Sunny Monday #48

Je continue avec des petits bouts de chez nous pour le thème du mois: Bernie a choisi noir en novembre. Forcément, il fallait bien que je finisse par mettre une des vaches de ma collection, et ça tombe bien, j’en ai une noire et blanche. Je tiens beaucoup à celle-ci, c’est une antiquité que Marichéri m’a offerte. Il s’agit d’une tirelire victorienne, elle est mignonne, non?

Bonne semaine à tous!

Publié dans vie de famille | Tagué , , | 7 commentaires

Projet 52: empilement

J’avoue que j’ai encore hésité pour le thème choisi cette semaine par Ma’…qu’est-ce que j’empile? Les enfants? Les chats? Les assiettes? Les livres anciens? Mais il se trouve que Marichéri et moi sommes en pleine opération de tri des archives photos (c’est quoi cette manie d’Apple d’importer les photos en double?). Je suis retombée sur Bath et des empilements beaucoup plus anciens, ceux de l’hypocauste des thermes romains. Il s’agit de piles de briques carrées en terre cuite, qui donc gardent bien la chaleur et qui permettaient de surélever le sol des bains (mais aussi d’autres bâtiments publics et des villa) pour faire circuler de l’air chaud produit par un foyer. L’hypocauste est un véritable système de chauffage central par le sol. Avec le temps humide et froid qu’on a en ce moment, j’aime bien ces empilements!

Publié dans Tourisme | Tagué , , , , , | 13 commentaires

Friday Feelings #294

C’est parti pour les états d’esprit (imaginés par ma copine Zenopia.)

Fatigue: pas plus que d’habitude

Humeur: frigorifiée…ça y est il gèle, je ne suis plus seule à avoir froid. Si, si, c’est une humeur.

Condition physique: éparpillée.

Esprit: j’attends avec impatience de pouvoir mettre « de noël ».

Estomac: très content d’avoir trouvé des châtaignes. C’est toute mon enfance, les châtaignes grillées dans la cheminée!

Boulot: on ne m’arrête plus, je deviens une pro des recherches dans les archives en ligne. Enfin, disons qu’au bout de quelques heures à m’énerver toute seule dans les méandres de sites faits par des vicieux qui font rien qu’à perdre les utilisateurs (je ne veux pas insister lourdement, mais vraiment, la BNF, ça ne va pas du tout), j’arrive parfois à trouver ce que je cherche. Voire ce que je ne cherche pas.

Culture: James O’Brien a sorti une suite à « how to be right » , logiquement intitulée « how not to be wrong ». Je lis ça et je vous dis, mais j’avais beaucoup aimé le premier. C’est un journaliste qui anime un émission devenue culte sur une radio britannique. Il discute de l’actualité avec des auditeurs assez téméraires pour l’appeler. Son éviscération verbale des brexiters est toujours un plaisir à entendre. Il a le don de renvoyer ces gens à leurs contradictions.

Avis perso: là comme ça, d’un coup, j’ai eu un blanc…pas d’avis sur quoique ce soit à mettre. Ça m’inquiète.

Message perso: je compte sur vous tous pour m’envoyer des photos pour le Christmas addict, et j’en profite pour rappeler aux habituées qu’il y a une nouvelle adresse mail (dans la rubrique « me contacter »). Je n’ai plus accès à l’ancienne.

Loulous: L’Ado continue à découvrir avec surprise les us et coutumes de l’enseignement universitaire français. Là, il vient d’apprendre qu’il ne vaut mieux pas appeler les profs par leur prénom…non mais, sérieux?!? Et oui! GeekAdo s’éclate en zoom: c’est génial, il peut participer à des travaux de groupe sans avoir à voir des gens IRL. Ça y est, c’est sûr, MangaGirl a hérité du sens de l’orientation de sa mère. C’est à dire que quelque soit l’endroit où on se gare quand on vient la chercher, elle part systématiquement dans la direction opposée. Alors qu’elle a notre localisation sur son téléphone ( l’app « find my friend » sur iPhone, pour les parents que ça intéresse, ça nous permet de géo localiser tous nos enfants). PrincesseChipie trépigne, l’avalanche de paillettes est pour bientôt. Wizzboy croit toujours au père noël. Je n’aurais pas cru et j’en suis toute émue. Il faut dire aussi que ses frères et sœurs entretiennent bien la chose, je crois que ça les touche autant que moi. Alors que L’Ado s’était fait un plaisir d’informer GeekAdo (quand il a eu l’âge de Wizzboy maintenant), qui à son tour, avait vendu la mèche à MangaGirl qui s’était ensuite vengée sur PrincesseChipie. Pour Wizzboy, ils font tous très attention et même, en rajoutent dans la magie de noël. Je trouve cette conspiration fraternelle très mignonne.

Amitié: bien sûr qu’on ne se lâche plus, même virtuellement!

Love: son cadeau en provenance d’Allemagne est bien arrivé! (Voir billet d’hier pour ceux qui veulent comprendre).

Penser à : envoyer mes derniers paquets de noël…en fait, ça ne me change pas beaucoup par rapport à toutes nos années d’expatriation, je devais m’y prendre à l’avance pour être sûre que des gens que je ne pouvais pas voir à noël auraient bien leurs cadeaux à temps. On a aussi passé pas mal de noëls juste entre nous, de l’autre côté de la Manche. Du coup, on est habitué.

Envie de : paillettes! … je n’arrive pas à traduire escapism, je trouve qu’évasion manque de panache à côté.

Courses: je fais des stocks!…de champagne. Pour le réveillon. Et pas beaucoup non plus. Mais ça compte quand même, non?

Pic: Marcel, chat de garde…attention, il est féroce, si vous approchez trop, il ronronne.

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , | 13 commentaires

Thursday Thunder: le erhu, Google translate et moi

Je sens que le titre n’est pas très clair. J’avoue que je n’avais jamais entendu parlé de erhu avant de rencontrer Marichéri. Je rappelle qu’il a une passion pour tout ce qui est musical, avec une préférence pour les instruments à cordes, dont il arrive toujours à se servir. Du coup, depuis quelques années, je prends un malin plaisir pour Noël, à agrandir sa collection. C’est une sorte de double défi qui nous amuse: trouver original pour moi, arriver à maîtriser l’instrument en un minimum de temps pour lui. Après la harpe irlandaise et la mandoline, j’ai voulu frapper fort avec un erhu , une sorte de violon chinois bizarre (je mets une photo, ça sera plus simple). Et bien, le erhu n’est pas mon ami. En tout cas, il n’a pas daigné venir jusqu’ici.

Source

J’ai commandé la chose sur Amazon. Parce que bon, soyons clairs, je veux bien soutenir les petits commerces locaux mais allez trouver un erhu chinois dans une boucherie du Pas de Calais ou chez un fleuriste nordiste…d’habitude, j’évite les vendeurs du bout du monde, mais là, un fabricant chinois pour un instrument de musique traditionnel chinois, ça m’a au contraire, inspiré confiance. C’était une ruse. L’erhu a d’abord été retardé. Bon. Il a peut-être eu du mal à coiffer ses cordes, soyons patients. Puis Amazon m’a informé qu’il s’était perdu, ça n’a vraiment aucun sens de l’orientation, un erhu, et que je devais contacter le vendeur pour me faire rembourser. Le vendeur chinois donc. C’est là qu’entre en jeu Google translate.

Ne maîtrisant pas du tout le chinois, j’ai pris la peine d’écrire en anglais. J’ai reçu une réponse en euh..euh…frangle? gooçais?…bref, un truc traduit automatiquement, une espèce de gloubi-boulga confus d’où il ressortait que je pouvais toujours attendre, je n’aurais droit ni au erhu ni au remboursement. Ça m’a contrarié. Après avoir exprimé le fond de ma pensée en français et anglais à ce vendeur, en me disant qu’avec un peu de chance, les traductions automatiques recoupées des deux donneraient bien quelques insultes en chinois, et laissé une critique très énervée, j’ai contacté Amazon europe directement (et en anglais). Alors je sais que beaucoup ne les aiment pas, mais le service client d’Amazon a été juste parfait. Ils m’ont répondu très aimablement en français, et ont exigé que le erhutier, erhuteur, fabricant de erhus me rembourse, probablement en chinois, parce que eux ont réussi à se faire comprendre. Cette extraordinaire capacité de traduction n’a pas plu, le erhutaire l’a mal pris et a tenté de me faire du chantage: ok pour envisager peut être de vous rembourser, à condition que vous retiriez votre critique d’abord (en s’y reprenant à trois fois, la première traduction automatique aurait aussi bien pu être une recette de nouilles chinoises qu’une réponse à ma demande de remboursement). Ahaha, c’est mal connaître mon entêtement (stubbornness en anglais, aucune idée en chinois…). J’ai laissé ma critique et transmis le tout à Amazon, prête à aller attaquer moi-même tous les vendeurs chinois à coup de erhus aiguisés si ça n’était pas réglé dans la demi-seconde. Ça l’a été. Encore une fois, le service client de Amazon a été très bien.

Cela dit, il paraît que le erhu peut encore arriver, et que je n’ai pas besoin de renvoyer mon remboursement si c’est le cas. C’est mieux comme ça, parce qu’à ce stade, à part y foutre le feu en faisant des incantations à Google translate, je ne vois pas ce que je pourrais en faire…sinon, j’ai commandé un autre instrument rigolo pour Marichéri, toujours en ligne mais pas chez Amazon. Ça doit venir d’Allemagne cette fois (mais ce n’est pas le pays d’origine, je sais que Marichéri me lit, et qu’il essaie de deviner…ahah, c’est encore moins connu que le erhu). Quelqu’un a un dico français-allemand, au cas où?

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , | 8 commentaires