Friday Feelings #224

Pas facile de taper les états d’esprit de Zenopia et Postman avec un chaton qui veut absolument participer…bref, si il y a encore plus de fautes et de typos que d’habitude, ne vous étonnez pas, Marcel est persuadé qu’il doit sauter sur le clavier dès que je bouge un doigt.

Fatigue: Non! Ahaha, c’est rare alors j’apprécie. Wizzboy grandit, il commence à comprendre qu’on n’est pas obligé de se lever à 6 heures tous les matins …

Humeur: ronronnante, forcément.

Condition physique: bon là, j’avoue, j’ai mal partout. Mais je progresse à vue d’œil dans cet escalier.

Estomac: comme dit PrincesseChipie, c’est sympa d’aller au marché, avec tout ce qu’on goûte, on a mangé pour la journée.

Esprit: entre les poussières de la ponceuse et l’odeur de la cire d’antiquaire, il est de plus en plus vaporeux. Je vais finir par voir des chatons roses tiens…(on n’en est pas encore aux éléphants).

Boulot: je disais donc que j’avance sur le deuxième escalier. Mais on sent que les précédents propriétaires s’étaient donné à fond. Visiblement, leurs immondes demi cercle de moquette sur chaque marche tenaient mal, ils les ont recollés. Plusieurs fois. Avec tout ce qui leur tombait sous la main, de la glue, du goudron, des déchets radioactifs…rhaaa.

Culture: je continue à en apprendre plus sur la vie de notre nouveau village pendant la première guerre mondiale. Je fais des recherches, je contacte des gens officiellement en plus, enfin, municipalement, en Angleterre… Et voilà que j’ai été invitée à me joindre à une association britannique connue qui perpétue le souvenir des anciens combattants. C’est très gentil de leur part, ils sont d’ailleurs charmants dans tous leurs messages. Ils ont plein d’infos historiques captivantes, des choses qui intéressent de très près mon village. Mais je sais aussi que c’est un repère de brexiters (même si tous ne le sont pas). Ça me pose problème. Beaucoup. Ils me trouvent très sympathique depuis mon village en France, mais si j’étais restée en Angleterre, ils ne m’inviteraient pas à les rejoindre. Au contraire, ils seraient les premiers à vouloir me foutre dehors.

Avis perso: les concombres, c’est pas des gens comme nous.

Message perso: bon anniversaire!

Loulous: L’Ado a trop chaud. Il bosse 40 h par semaine. Il est crevé. Il n’a même pas le temps (ni l’argent) pour se balader au 4 coins de l’Espagne le week-end…bref, son été à Madrid est moins fun que ce qu’il croyait. Ben oui, un job d’été, c’est pas des vacances. GeekAdo m’aide pour l’escalier, sans se moquer parce que lui atteint sans effort la poutre là haut, celle que je n’arrive pas à toucher même en sautant comme une mite saoule depuis une demi heure. MangaGirl hiberne. En plein été, je ne vois que ça. Elle émerge péniblement à midi, alertée par les hurlements de Wizzboy. Elle continue sa nuit dans son assiette, la mèche grasse dans son verre et s’exprime par grognements…j’ai l’impression de revoir L’Ado. Cela dit, il suffit de le lui faire remarquer pour que la gamine se redresse d’un coup, outrée qu’on ose la comparer à son frère. Ça me fait bien rire. Les ados sont des sources inépuisables d’amusement. PrincesseChipie fabrique maintenant des cartes de joyeux départ en vacances…il faudrait peut être que je contacte hallmark et les boites comme ça, je suis sûre qu’ils n’y avaient pas pensé. Wizzboy continue à s’éclater avec Marcel. Il partage même son croissant avec le chaton! Tous les deux trouvent profondément injuste que Marcel n’ait pas encore le droit d’aller jouer au foot dehors. Wizzboy ne voit pas pourquoi, alors que PrincesseChipie y va et elle est trop nulle avec un ballon.

Divers: le hareng fumé, arme politique. Il fallait y penser. Ou pas. Bref, le débat s’élève en Brexitland: on en est à brandir des poissons crevés en plein meeting, pour débiter des insanités en plus. Pauvres bêtes (je parle des harengs, pas des brexiters).

Amitié: ça fait du bien de reprendre nos conversation Skype!

Love: ce n’est pas qu’il compte mais bon, encore deux semaines avant les vacances.

Penser à: passer à la bibliothèque avant qu’elle ferme pour les vacances.

Course: faites. J’ai failli prendre du hareng chez le poissonnier, par solidarité avec la pauvre bête qui a été humiliée en public par Boris Johnson, mais je me suis rappelé à temps que je ne suis pas fan (du hareng. De Boris Johnson non plus d’ailleurs).

Sortie: à la jardinerie (c’est fou, on a une vie trépidante), et selon la météo après.

Pic: on va avoir des noisettes!

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , | 2 commentaires

Thursday Thunder: the world is going backwards

J’en ai marre. Je n’en peux plus. Ça suffit. Je vis dans une angoisse sourde permanente, au gré…des news. Je n’ai aucun autre sujet sérieux de contrariété (rien que de le dire, ça me stresse: c’est pas normal, ça doit cacher quelque chose…). Mais je suis absolument terrorisée par l’actualité. Oh, pas le gloubi-boulga de faits divers, promos déguisées et autres polémiques sans importance, qui tiennent lieu d’informations en France. Le nombrilisme et la nullité abyssale des « journalistes » français qui ont depuis longtemps oublié d’informer et préfèrent divertir, me désolent, certes, mais il n’y a pas de quoi s’angoisser. Enfin si, parce qu’ils m’obligent à aller voir ailleurs pour être un tant soit peu informée. Et ailleurs, c’est pas beau à voir.

Source

Ailleurs, un futur premier ministre, qui sera désigné et non élu, fait campagne en promettant de suspendre le parlement. Et ça ne choque personne. Ailleurs, un président fait publiquement chanter des slogans racistes à ses supporters, après les avoir Twitter. Et ça passe. Ailleurs, un ministre revendique de laisser des êtres humains se noyer parce qu’ils viennent d’un autre pays plutôt que de les autoriser à accoster. Et il est applaudi par d’autres apprentis fascistes qui rêvent de faire la même chose chez eux. Ailleurs, le racisme et l’intolérance s’affichent, s’étalent, prennent le pouvoir. Ailleurs des démocraties vacillent, des dictatures s’affirment. Ailleurs, on remet en cause les droits des femmes, les droits des minorités ethniques et/ou religieuses, les droits des homosexuels. Enfin, quand ils ont des droits….et il ne faut pas rêver, ces ailleurs qui me terrorisent, fascinent bien des gens ici aussi.

Comme tous les gens de ma génération (non, je ne suis pas vieille! Même Wizzboy peut parler des gens de sa génération si il veut), j’ai été émue en apprenant la mort de Johnny Clegg. J’ai montré les vidéos à mes enfants. Et encore une fois, je me suis pris une énorme claque. Qu’est-ce que mes enfants pourront montrer plus tard? Quand j’avais l’âge de GeekAdo, Mandela était libéré. Le mur de Berlin tombait, l’URSS disparaissait…j’avais l’impression d’entrer dans un monde apaisé, libre, ouvert, tolérant, généreux, plein de possibles et de rencontres. Peut-être que c’est juste une question d’âge, on est probablement plus optimiste naturellement à 17 ou 18 ans qu’après. On n’avait pas internet non plus, on ne savait pas ce qui se passait aux US ou ailleurs en temps réel. Peut-être que je ne voulais voir que le positif (en même temps, ça m’étonnerait. Je suis pessimiste de naissance). Il y avait bien des guerres (aaah, les reportages en Irak sur France Info…), des famines, des catastrophe, mais on avait l’impression que le monde avançait cahin-caha dans la bonne direction. Alors que là, quand GeekAdo me dit que j’ai eu de la chance de voir la libération de Mandela, je me demande ce qui marquera son adolescence, ce qu’il pourra monter à ses enfants? Les bébés enfermés dans des cages par Trump? Quand L’Ado compare la Grande Bretagne à l’Allemagne de 1930, je ne crois pas qu’il puisse dire que le monde avance dans la bonne direction, comme moi à son âge!

j’en ai marre de ces news effroyables, de ces déjà vus qu’on croyait consignés aux livres d’histoire, de cette boue, de cette haine. Je veux voir des news avec des photos de chatons, des rires, et de belles rencontres. Je ne sais pas ce que ma génération a merdé pour qu’on en arrive là, on a peut-être été trop optimiste, on ne s’est pas méfié. Mais ça suffit, je veux que mes enfants aient aussi de belles choses à garder en souvenir.

Publié dans Les colères | Tagué , , , , , | 3 commentaires

Le jour où j’ai parlé comme une adulte

Je me suis un petit peu laissée déborder aujourd’hui, par les enfants, les copines des enfants, les chats, l’escalier, la ponceuse, les associations municipales, et les texts de L’Ado…bref, je ressors un vieux billet toujours d’actualité qui parle de lui. Un peu. L’Ado était en vacances, il s’éclatait.

L’Ado sort avec ses potes. On ne le voit jamais sauf quand on le croise par hasard au lever, vers 16 heures et qu’on le retrouve en train de ronfler dans le frigo parce que coin, non mais tu vois quoi, il a super mega bûché là, meuh, il doit décompresser. Bien sûr. En même temps, il décompresse depuis fin juin quand même…il va finir à l’état de baudruche avachie. On est évidement ravi de vendre un rein pour lui payer ses études (et encore ça ne couvre que la première année…il en a pour 4 ans ça ne va pas le faire. Il va falloir trouver autre chose), mais bon d’un coup d’un seul on en a eu marre avec Marichéri, de cette larve chevelue qui pille nos réserves avec des grognements de chameau qui se dégonfle, on a décidé de prendre les choses en mains. 


Source je crois que tous les autres gens de mon âge sont adultes alors que moi, je fais juste semblant

Bref hier, on a parlé à L’Ado. C’est décidé, il faut qu’il se trouve un  job d’étudiant. Hop. On ne dit pas ça uniquement parce qu’on est des parents ignobles et qui ne pensent qu’à l’argent (oui, et bien tu ferais bien d’y penser un peu aussi…ouch! qu’est-ce que j’ai dit là? on dirait  mon père! Premier coup de massue sur mes bouclettes qui se croyaient encore juvéniles, ça fait mal). C’est très mal vu ici de ne pas avoir un boulot le week-end quand on est étudiant. Ça compte énormément sur les CV pour la première ‘vraie’ embauche. Et là, on collerait un gros néon avec marqué glandeur sur le CV de L’Ado, ça serait pareil. Ça serait faux aussi, il a quand même bossé un peu,  mais ça n’est pas vendeur…bref, ça ne va pas le faire. Donc hier, Marichéri a décidé d’agir (il repart au boulot demain, dans la joie. Presque). Il a réveillé tout doucement son fils pratiquement au milieu de la nuit,  à 10 heures du matin (tu vas te bouger, feignasse!). On l’a assis gentiment à table devant un café (on n’est pas des monstres quand même). Beuh, non mais ouais, coin, k’ess kiya? (Si,si, ça fait du sens). Alors, L’Ado, qu’est-ce que tu comptes faire de ta vie? 

L’Ado, il va falloir te prendre en main. Meuh? Il faut commencer à avoir le sens des responsabilités. C’est pour ton bien. Tu crois que tu sais, mais tu n’y connais rien, on va t’expliquer. Tu dois apprendre à travailler. La vrai vie, ce n’est pas comme à l’école. Plus tard, tu nous remercieras….rhaaa, je me sens mal! L’Ado était vert, totalement effondré devant nos discours moralisateurs. Il n’a même pas eu la force de nous traiter de fascistes, c’est dire comme il se sentait faible, d’un coup. Et bien, c’était du pipi de chat comparé à moi! J’ai eu un grand moment mystique, où je me suis sentie sortir  de ce corps d’adulte qui débitait des lieux communs avec l’air sentencieux d’un hibou constipé.  » Tu dois investir dans ton avenir » (…j’ai fait une école de commerce, j’ai des restes, je peux vous en balancer plein, des comme ça. On va permuter l’interface paradigmale,  ça va fusionner. Il y a même un terme technique pour désigner ce genre de discours en anglais: le bullshit.). C’est qui cette vieille pie fasciste qui raconte n’importe quoi?…Au secours, c’est moi! 

On est ressorti de là  effondré tous les trois. L’Ado est parti réécrire son CV (‘tu dois valoriser tes compétences’). Marichéri et moi déprimions comme des hannetons suicidaires…on a parlé comme des adultes, rhaaaa! Et c’était L’Ado le jeune, pas nous! On a fait style: on est responsable et on sait. On s’est même moqué avec des rires compassés de la naïveté désarmante de L’Ado qui croit si il va dégoter le job de ses rêves, payé à prix d’or juste comme ça, grâce à son sourire éclatant (c’est une image, vue sa coiffure on ne distingue pas vraiment son sourire derrière ses mèches grasses). Nous, des rires compassés.  Alors que pas plus tard que la veille on s’est tapé une crise de rire tellement délirante sur l’anatomie des bonhommes en papier (ne cherchez pas…vraiment j’insiste, ne cherchez surtout pas) que j’en ai attrapé le hoquet et Marichéri a failli vomir tout son goûter, à force de s’esclaffer. Et bien tout ça, c’est fini, ça y est, on a été vieux…je ne m’en remets pas. C’est la faute de L’Ado, qui passe son temps à grandir bêtement. Il va finir par être plus âgé que moi, à ce rythme. Fils ingrat. C’est trop injuste, je veux avoir 4 ans et demi…

 En attendant, L’Ado cherche un job, de préférence dans les langues. Il ne nous croit pas qu’on lui dit qu’il ne trouvera  que caissier à Lidl ou responsable des extincteurs muraux au McDo (j’ai des références quand même. Pour ceux qui n’en ont pas, c’est du Gaston Lagaffe. Pour ceux qui ne connaissent pas Gaston Lagaffe, je ne peux rien pour vous)…ça y est, je me remets à penser comme une adulte…je n’en peux plus, au secours!.

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , | 1 commentaire

Marcel’s catward

Il y a très longtemps, ma copine Carrie et sa majesté féline Queen Muppet avaient très gentiment envoyé un tag à mes poilues…Capucine (et notre regrettée Chaussette) et Penny ont répondu. J’ai d’ailleurs constaté en relisant que Penny chaton était beaucoup plus agréable que maintenant, elle était même sympathique, câline et joueuse. Ce n’est pas qu’elle soit antipathique maintenant, c’est qu’elle est apathique. Penny a la vivacité d’un coussin comateux. Elle est, mais elle ne fait rien. Si on la pose quelque part, non seulement elle ne réagit pas, mais elle y sera toujours des heures après. Elle ne se pousse même pas pour laisser passer l’aspirateur, elle reste étalée où elle est, quitte à se faire pousser par la machine. Comme on dit en anglais, il n’y a personne sous son crâne. Marichéri pense qu’elle ne s’est jamais vraiment réveillée après notre déménagement. Le veto les avaient endormies toutes les deux pour passer sous la Manche. Capucine s’en est très bien remis, mais pas Penny. La dose devait être trop forte, 18 mois après, ça agit toujours. Ou alors c’est du gâtisme précoce. Penny ( qui n’a que 3 ans) arrive à se faire pipi dessus dans son sommeil et à continuer à dormir dans la flaque…Enfin bref, je me suis dit que Marcel devait en faire autant. Participer au catward je veux dire, pas devenir incontinent.

1 quelle est ta marque de croquette préférée?

Les petites. Je suis petit, je dois manger des croquettes chaton, mais les deux grandes n’arrêtent pas de me les piquer, sauf si on les met dans leurs propres gamelles. Je m’en fiche, je suis allé goûter leur nourriture aussi. C’est un peu gros pour moi, c’est pas pratique à manger…en même temps, c’est pas grave, j’ai bien compris qu’il pleut de la nourriture sous la chaise du petit humain, j’y vais aussi, comme les deux grandes. Et quand je me frotte en miaulant aux grands humains, ils me font goûter des miettes aussi. J’ai découvert la brioche ce week end, c’est une amie. Vive la brioche.

2-Et tu penses quoi de la litière parfumée

J’ai une grande litière pour moi tout seul! Capucine va dehors et Penny partout à côté. Je ne comprends pas très bien pourquoi, on a une super litière. Des fois, Penny me regarde bizarre quand j’y vais et après elle fait pipi devant. C’est peut-être une coutume locale…mais bon, les humains ont l’air très content, ils me félicitent, alors je continue à aller dans la litière. J’ai bien vu que Penny s’est faite gronder tout à l’heure, elle avait fait pipi devant le frigo, et elle attendait dans sa flaque.

3 tu as les coussinets de quelle couleur?

Noir et rose. C’est parce que je suis un mutant, un mâle écaille de tortue mais ça ne veut pas dire que j’ai des ancêtres marins. J’ai deux chromosomes XX et un Y. Je ne sais pas ce que c’est, mais ça va, ça a pas l’air grave.

4 est-ce que tu pues du bec?

Non, mais je peux sentir la camomille. Quand je suis arrivé chez mes nouveaux humains, j’avais des croutes dans le cou parce que je m’étais un peu battu avec mes anciennes sœurs chats (pas Penny et Capucine, qui ne m’approchent pas, malgré mes tentatives, celles d’avant). Mes humains m’ont amené voir une dame pas très sympa qui fait des piqûres et qui s’intéresse à mes chromosomes (quand même, j’aimerais bien savoir ce que c’est…). Elle leur a donné de la crème à la camomille pour me mettre sur les croûtes. Elle leur a dit que ce n’est pas toxique. Je ne sais ce que ça veut dire, mais ça a un drôle de goût. Ben oui, il a bien fallut que je lèche un peu le couvercle, pendant que les humains courraient partout avec les mains en l’air (à cause de la crème à la camomille sur leurs doigts) et essayaient de me rattraper en déplaçant le canapé alors que j’étais déjà arrivé sur la table. Bon après, ils me repéraient à l’odeur, ça a été plus difficile de leur échapper. La camomille, ça ne vaut pas la brioche. Tiens, il faudrait que je vois si il en reste pas un peu…

5-As tu deja pris une douche?

Non, c’est quoi? Ça se mange?

6-Préfères tu boire au lavabos ou dans ton bol?

On peut boire dans le lavabo? On peut grimper dans le lavabo? Wow, c’est génial, il va falloir que j’essaie.

7 Combien coûte l’objet le plus cher que tu aies détruit?

Je débute, je ne fais que des petites bêtises pour l’instant, mais mes humains m’empêchent d’exprimer toute ma créativité. Ils refusent que je mange les câbles dans le bureau, que je casse le grand vase dans le salon (ce vase me provoque depuis que je suis arrivé, c’est très clair), que je saute sur l’ordinateur, que je fasse Tarzan dans les rideaux…ils sont rabats joie quand même ces humains!

8-Aimes tu te nettoyer les fesses?

Ça va, j’y arrive bien. Par contre, j’ai remarqué que Penny ne sait pas faire…ou alors c’est encore une de ces coutumes locales bizarres que je ne comprends pas, parce que du coup, les humains donnent des bains à Penny.

9-Est-ce que tes humains t’ont déjà offert des vêtements?

Non, c’est quoi? C’est comme la couverture que j’ai piqué au petit humain, mais il n’est pas fâché?

10-Quel est ton plus grand fantasme?

La brioche. Avant, c’était d’aller voir dehors, mais j’ai essayé, c’est surfait. Méfiez vous. Si votre humain vous amène dehors, c’est une ruse, c’est pour aller voir celle qui fait des piqûres. Et si vous sortez tout seul, vous risquez de vous faire attaquer par tout un tas de monstres féroces, des brins d’herbe, une feuille qui vole, une Capucine qui vous dénonce aux humains…je préfère rester dedans. Avec la brioche.

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , | 6 commentaires

Sunny Monday #28

Attention les yeux! Pour continuer avec les azuléjos pour illustrer le thème bleu choisi ce mois-ci par Bernie, je ressors une photo très floue, mais j’ai des excuses, pour une fois! Elle a presque 25 ans, elle était dans un sale état. Il a fallu la scanner et franchement, on ne peut pas en tirer mieux. Vous allez me dire, pourquoi mettre cette photo alors? Et bien parce que je suis têtue j’avais promis des azuléjos d’un troisième pays après les photos prises par L’Ado au Portugal et en Espagne. Il n’y a pas que lui qui a profité de la vie étudiante…je râle quand il me nargue avec son Erasmus, mais il y a 25 ans, mes études m’ont fait atterrir plusieurs mois à Mexico, c’est pas mal aussi! Alors c’est extrêmement flou, mais tant pis. Ça m’a donné l’occasion de me replonger dans les souvenirs et Maricheri pense même réussir à sauver quelques photos qui étaient moins mal prises au départ ont moins souffert du temps. En attendant, voici la très bleue casa de los azulejos dans le quartier du Zocalo, c’est à dire juste derrière l’immense place où on trouve le palais présidentiel, la cathédrale et des hordes de touristes.

Bonne semaine à tous!

Publié dans Tourisme | Tagué , , , , , | 2 commentaires

La phrase de la semaine #35

Wizzboy a cru comprendre que c’est la fête de la France, ou un truc comme ça aujourd’hui. En tout cas, on lui a promis des feux d’artifices, c’est intéressant. Mais Wizzboy, en grand scientifique, aime comprendre. Il s’agit de quoi exactement? Ça a un rapport avec le foot? Non. Ah…il a réfléchi et il a eu une illumination:

Évidemment, ça doit être l’anniversaire du petit poulet, celui qui a son portrait sur les maillots de foot! Quand même, il est populaire, ce poulet. On le met partout et en plus on fait une fête pour son anniversaire. D’ailleurs Wizzboy veut savoir si il peut avoir des feux d’artifices pour le sien aussi?

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , | 4 commentaires

Projet 52: amusant

Je suis un peu en retard, pourtant le thème proposé par Ma‘ cette semaine, nous a de suite inspiré. Tellement inspiré qu’on a décidé d’un commun accord que c’était l’occasion rêvée de caser une photo qu’on essaie de poster depuis des années, mais qui ne colle jamais au thème. Il fallait donc aller la chercher dans les archives, et c’est là qu’on a eu un problème technique qui explique donc mon retard. Mais Marichéri est un petit (6m08) futé, il a retrouvé notre photo! C’est captivant tout ça…je ne suis pas sûre non plus que personne d’autre que nous, trouve la photo amusante. Quand on a vu cet écriteau d’une logique implacable sur une cabane de pêcheur du bassin d’Arcachon, on a beaucoup aimé. On s’amuse d’un rien…

Publié dans Tourisme | Tagué , , , , , | 7 commentaires

Friday Feelings #223

Je n’ai toujours aucune idée d’intro pour les états d’esprit de Zenopia et Postman. Il faudrait que j’arrive à trouver une phrase récurrente…

Fatigue: c’est mignon, un chaton, mais c’est presque pire qu’un bébé la nuit!

Humeur: relativement bonne mais impatiente en attendant les vacances de Marichéri.

Condition physique: aérée. Je jardine beaucoup, forcément c’est à l’air libre. Enfin, je débroussaille l’arrière du jardin, qui n’a pas été entretenu depuis 120 ans, à peu près.

Estomac: très content, j’ai découvert un noisetier tout au fond du jardin!

Esprit: pschiiiit.

Boulot: j’ai mal partout, mais je ne vais pas me laisser battre par de bêtes ronces, probablement carnivores, en tout cas très aggressives. Taïaut. Sinon, j’attaque la rampe du deuxième escalier. C’est fou comme je déborde d’énergie dès qu’il y a un brin de soleil. Ça me fait peur moi même.

Culture: je me suis trompée à la bibliothèque, j’ai pris un livre à la va vite (Wizzboy menaçait de réorganiser tous les rayonnages), je croyais prendre un bouquin sur des anecdotes historiques peu connues et je suis tombée sur un espèce d’annuaire de fantômes historiques. J’ai bien ri. Mais ça va bien 5 minutes, j’ai arrêté au bout du troisième revenant.

Avis perso: la déliquescence politique de la Grande Bretagne fait peur. Très peur.

Message perso: tu m’appelles quand tu rentres?

Loulous: L’Ado est épuisé, 40 h par semaine, c’est dur. GeekAdo est encore sous le choc de ses résultats au bac de français…ou alors il cuve son champagne. Il n’arrive pas à s’en remettre, c’est officiel, il parle français. On est tous très fier de lui, sauf MangaGirl: Il lui met la pression pour le brevet l’année prochaine, il va falloir qu’elle travaille maintenant. C’est là que j’ai pris conscience que l’année prochaine, on va avoir le brevet de MangaGirl, le bac S de GeekAdo, et les derniers examens de L’Ado pour sa double licence. Ahah, je stresse d’avance. PrincesseChipie ne comprend pas pourquoi on ne fait pas de cartes de 14 juillet, avec des paillettes tricolores. Toute les occasions sont bonnes pour se noyer dans les paillettes. Wizzboy joue avec Marcel. Ils sont potes. Wizzboy construit des châteaux forts et Marcel va dedans. Wizzboy lance une balle et Marcel court après. Wizzboy regarde le foot et Marcel s’assoit sur lui…bref, c’est le grand amour entre le petit garçon et le petit chat.

Divers: Penny (3 ans et demi) est toute bouleversée. Elle a vu Marcel (2 mois) aller à la litière. Aaaah, c’est à ça que ça sert? On a eu une lueur d’espoir qu’elle l’imite, mais pas du tout, elle a fait à côté. Et s’est couché dedans.

Amitié: on compte les jours avant les vacances

Love: il a beau dire, il est encore plus gâteux que moi avec Marcel. Il vient d’alléger lui acheter des jouets, dont un mini hérisson en peluche.

Penser à: racheter du vinaigre. J’asperge l’allée de vinaigre et gros sel en continu en espérant faire crever tout ce qui s’obstine bêtement à pousser au milieu des graviers. C’est très moyennement efficace, par contre, ça empeste la vinaigrette à des kilomètres à la ronde.

Courses: faites, c’est calme sur le marché.

Sortie: on est obligé d’aller voir le feu d’artifice, Wizzboy attend avec impatience.

Envie de: trouver un désherbant naturel miracle…j’ai bien pensé à une chèvre ou un petit mouton, mais Maricheri n’est pas convaincu.

Pic: allez, je vous en mets encore une avec Marcel, pour le fun…il fait du tambour irlandais.

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , | 11 commentaires

Thursday Thunder: the brexit show

C’est beau la démocratie en action. Vraiment, c’est magnifique, un pays qui se libère de l’esclavage européen (selon une sombre conne sénile députée) pour reconquérir son empire colonial éblouir le monde entier ébahi devant autant de démocratie. Ou pas. Quelqu’un peut m’expliquer en quoi c’est démocratique que seul 0,3% du corps électoral ait le droit de désigner le nouveau chef du gouvernement, issu d’un parti qui n’a pas la majorité (les conservateurs ont dû passer un accord de coalition avec les fachos unionistes Nord irlandais pour accéder au pouvoir) et qui est arrivé quatrième lors des dernières élections? Vraiment, je ne comprends pas en quoi c’est plus démocratique que l’élection du parlement européen. Mais je ne suis pas brexiteuse non plus, c’est peut être ça. Comme l’a dit Boris Johnson, le grand gourou et favori des adeptes de la secte brexiteuse, il n’y a pas d’explication à donner, c’est comme ça, il suffit de croire. Le brexit, religion d’état.

Source

Tous les sondages sont formels, une majorité de britanniques ne veut pas ou plus du brexit. La moitié de la population, affolée par les dernières prévisions et les débuts de pénurie de médicaments vitaux, fait des stocks. Les conservateurs se prendraient une claque historique si il y avait des élections générales demain. Un ancien premier ministre (John Major), pourtant toujours très modéré dans ses propos, voire transparent, est vent debout contre le futur chef du gouvernement, issu du même parti. Il menace de le traîner en justice. Qu’est-ce qui a pu énervé quelqu’un d’une discrétion absolue, qui a depuis des décennies, la réputation d’avoir la personnalité d’une endive bouillie? Qu’est-ce qui pousse des députés conservateurs à déposer proposition de loi sur proposition de loi pour contrer un premier ministre du même parti qu’eux? Oh, un tout petit rien. Une broutille. Comme les brexiters et Boris Johnson sont très attachés à la démocratie parlementaire britannique, à la démocratie tout court, ils menacent juste de suspendre le parlement pour brexiter tranquillement. C’est tout. Comment ça, un coup d’état législatif? Mais pas du tout, puisqu’on vous dit que c’est pour le bien la démocratie britannique! C’est évident, pour défendre quelque chose, il faut l’écraser sans pitié. Il y a des précédents historiques, en Allemagne par exemple. Si vous n’êtes pas d’accord, pas de soucis, on vous fera disparaître dans la grande purge qui a déjà commencé. L’ambassadeur de la Grande Bretagne aux USA a été démissionné pour avoir fait son job par quelqu’un ( Johnson) qui est pas encore officiellement au pouvoir pour faire plaisir à Trump. Tout va bien. C’est ça, « reprendre le contrôle » à la façon des brexiters, c’est obéir sans broncher comme un gentil petit toutou aux dictats d’un dirigeant étranger plutôt que de participer aux prises de décisions d’une alliance avec ses voisins.

Sérieusement que se passerait-il en France si le président de la république était désigné par les membres extrémistes d’un parti minoritaire, sans que les électeurs soient consultés? Si il annonçait son intention d’éradiquer le parlement? Si les hauts fonctionnaires étaient choisis, ou du moins cooptés par Trump? Si le chef du gouvernement reconnaissait que pour promouvoir son idéologie minoritaire pourrie, il fallait mettre à genoux l’économie pendant 30 ans, faire exploser le chômage, et céder un tiers du territoire national? Parce que le concurrent de Boris Johnson, Jeremy Hunt, le dit aussi. Pour brexiter, c’est pas grave de se séparer de l’Ecosse et de l’Irlande du Nord. C’est pas grave que des centaines de milliers de pauvres malheureux se retrouvent au chômage, que d’autres meurent parce qu’il n’y a plus de médicaments. Ce sont des sacrifices qu’ils sont près à faire, bien au chaud dans leur résidence de Downing Street pour atteindre le glorieux brexit. Ce ne sont pas des sous entendus, des confidences en off. C’est le discours politique assumé, télévisé, claironné haut et fort par les deux prétendants au trône brexiteur dont l’un sera premier ministre d’ici quelques jours. C’est hallucinant. Et personne ne manifeste. Rien. Même ceux qui sont persuadés d’aller au chaos, continuent d’avancer sans broncher…pourquoi? C’est sidérant.

Peut-être que John Major arrivera à bloquer son successeur à temps, peut-être que les députés résisteront, peut-être que les anglais se réveilleront de leur torpeur passive. Peut-être pas. J’ai très peur pour mon Angleterre qui n’a jamais été aussi près du précipice. Welcome to Brexitland.

Publié dans Les colères | Tagué , , , , , , , | 3 commentaires

Les vieilles dames

J’ai une tendresse particulière pour les très vieilles dames. En tout cas, je les attire. Les plus anciens se souviennent peut être de Dorothy, cette vieille dame anglaise presque centenaire que je croisais plusieurs par semaine en rentrant de déposer Wizzboy à l’école. Elle attendait son bus, et peu à peu, on avait plus ou moins sympathisé. Elle adorait Wizzboy qui lui rappelait son arrière petit fils. Personne ne s’arrêtait pour lui parler alors qu’elle avait une vie extraordinaire à raconter (pour ceux que ça intéresse, j’en ai parlé ici). J’ai croisé plusieurs vieilles dames dans le village ici, je leur dis toujours bonjour. Certaines me reconnaissent maintenant et me répondent avec de vrais sourires, d’autres sont encore étonnées: elle sort d’où celle-là, elle n’est pas d’ici.

Source

Ce matin, j’ai eu droit à un échange captivant sur le soleil qui va se lever dans l’après midi (et il l’a fait!) à la boulangerie avec une très vieille cliente qui me reconnaît et en a l’air très contente. Mais c’est tout. J’ai plongé dans des abîmes de perplexités deux mamies à l’allure centenaire qui discutaient devant le buraliste. Elles m’ont déjà vu, c’est sûr, mais elles n’arrivent pas à me situer. Alors que j’étais toute émue de leur tablier. Elles sortent tous les jours faire leurs courses, avec leur panier en osier, et elles portent ces espèces de blouses par dessus leur robe…j’ai l’impression de croiser ma grand mère! Il y a aussi cette toute petite dame, encore plus décrépite, qui observe la rue depuis un carreau qui s’ouvre dans sa porte d’entrée, en essayant de ne pas se faire repérer. Quelque soit la météo, elle est fidèle au poste, tous les matins. Je la croise quand je rentre de l’école. Au début, elle essayait de se cacher derrière le rideau quand je lui faisais coucou, mais maintenant, elle me fit un signe de la tête en souriant. Si ça l’amuse de regarder passer la vie comme ça, par son petit carreau, ça ne me dérange pas!

Il y a aussi les vieux messieurs, ceux des charitables que Wizzboy a pris pour des pirates avec leur grande cape noire et leur bicorne et qui continuent à perpétuer une tradition médiévale en assurant les cérémonies d’enterrement des pauvres. Il y a le vieux monsieur des anciens combattants. Au début, je me méfiais un peu, je suis profondément antimilitariste. Mais il est charmant, octogénaire plus proche des 90 que des 80 ans et médecin à la retraite mais chut, il ne faut pas le dire, il soigne toujours ses patients. D’ailleurs, si on n’a besoin, il ne faut pas hésiter…mais attention hein, c’est un secret. Il se fait payer en poulets et en sourires. Il y a cet ancien mineur qui ne s’est pas remis de savoir qu’on habitait dans la maison du docteur qui l’a sauvé enfant. Il y a aussi ce couple adorable de passionnés d’histoire. Ils approchent tout deux du centenaire, c’est un objectif, ils en parlent comme de grands sportifs qui visent une médaille olympique. Ils ont d’ailleurs une forme olympique. La boulangère m’a raconté que le village vient tout juste de connaître sa première centenaire, et que ça a suscité des vocations. Il y a une bonne vingtaine d’habitants qui s’en approchent d’après elle.

Je ne sais pas pourquoi j’éprouve une sympathie particulière pour tous ces gens. J’ai l’impression qu’il suffirait de les faire parler un peu pour qu’ils aient des choses captivantes à raconter. On ne traverse pas presque un siècle de vie sans avoir quelque chose à dire.

Publié dans société | Tagué , , , , | 6 commentaires