Friday Feelings #314

Le vendredi, c’est états d’esprit (imaginés par ma copine Zenopia).

Fatigue: ça va. Ça me surprend toujours d’écrire ça…

Humeur: variable, comme la météo.

Condition physique: aie…comme Wizzboy est intenable, même avec les températures sibériennes qu’on subit, je suis obligée de l’amener jouer dehors. Pendant qu’il court comme un dératé derrière un ballon avec Marcel, je tente de jardiner vaguement, pour m’occuper. Et bien, les rosiers sont hargneux, ils n’hésitent pas à se rebiffer. Et ils ont des épines acérées, ces sales bêtes. D’où le « aie » du début.

Esprit: pschiiiit!

Estomac: vive les fraises!

Culture: c’est désolant comme je n’ai rien à dire dans cette rubrique…

Boulot: et dans celle-là non plus d’ailleurs.

Avis perso: si ça continue comme ça, niveau météo, je refuse de sortir de dessous ma couette!

Message perso: joyeux anniversaire en retard T et en avance Tata F!

Loulous: L’Ado a décidé de cuisiner dimanche soir, pour me faire plaisir, c’est trop gentil. Vraiment. Il pensait faire une tortilla espagnole, il a pris 6 œufs. On est 7 dont GeekAdo qui compte triple, tu vas faire quoi avec tes 6 oeufs, une mini entrée? Il est reparti chercher des œufs. GeekAdo a commencé une partie des partiels à distance, mais il n’a toujours aucune confirmation pour les autres: presentiel ou distanciel, c’est le mystère. MangaGirl est très contente de ces vacances avancées, elle a repris ses horaires habituels, on ne la voit pas avant midi. PrincesseChipie a fait des courses, presque toute seule, grande première, à l’épicerie du bout de la rue et sous la supervision de L’Ado. Elle en gloussait de fierté. Elle a acheté un truc mais c’est pas pour ton anniversaire, maman, c’est juste un truc, hihihihi. J’en frémis d’avance. Wizzboy est donc débordé, il court, saute, court, rebondit, court, escalade, court, détale…je n’en peux plus, que tous ceux qui m’ont dit un jour « il se calmera à l’école et/ou en grandissant » se dénoncent et se portent volontaires pour le garder!

Divers: ce qui nous a plu, entre autres, quand on a choisi cette maison, c’est le voisinage: un champs, le terrain de foot municipal et le parking qui va avec. Il y a un match tous les 36 du mois qui accueille à peine assez de participants pour faire une équipe, ça n’est pas gênant. Mais on avait oublié une chose. Un terrain de foot, il faut le tondre. A 7 heures du mat donc, en pleines vacances. Rhaaa.

Amitié: merci pour le paquet que je n’ai pas pu ouvrir, puisque Wizzboy me l’a confisqué jusqu’à dimanche!

Love: il est tout content de lui, il a caché des tas de cadeaux dans le bureau pour mon anniversaire. Hiiii.

Penser à: avoir l’air surprise quand il me les donnera (en vrai, je n’ai pas triché, je n’ai rien ouvert à l’avance, donc je serai peut être bien très surprise!)

Course: il va falloir que je me traîne chez le boucher, malgré le froid…

Envie de: chaleur, chaleur, chaleur! A force de me répéter, ça va bien finir par arriver, non?

Pic: sérieusement, c’est encore loin, le printemps, le vrai, pas celui du calendrier, celui des températures printanières?

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , | 6 commentaires

Thursday Thunder: and Northern Ireland again…

Les habitués le savent, Marichéri et moi sommes arrivés à Dublin en 1997, on y a passé plus de 10 ans et on est profondément attaché à ce pays qu’on considère un peu comme le notre, 3 de nos enfants en ayant la nationalité. Alors ce qui se passe aujourdhui dans l’indifférence générale de Londres me révulse.

Source

Ça ne faisait que quelques mois qu’on était en Irlande, en république d’Irlande, quand la télévision locale, RTE a interrompu ses programmes: une bombe avait explosé un samedi à Omagh, dans le Nord donc, dans la rue principale, alors que les gens faisaient leurs courses, tout simplement. Ça a été un carnage. On a donné une journée de salaire, comme tous les irlandais du sud, pour aider les survivants. C’était presque banal. Et puis il y a eu ces images affreuses de petites filles, toutes petites filles de 4 ans que les caméras ont suivi jour après jour sur le chemin de leur école catholique, en passant par une rue protestante, se frayant péniblement un chemin entre deux haies d’adultes vociférants. Des gamines de 4 ans couvertes d’insultes immondes, extrêmement violentes, de crachats, de haine par des adultes éructants de bêtise crasse sans aucune retenue, à peine bloqués par la police pour éviter qu’ils passent des mots aux actes. Je n’imagine même pas les dégâts psychologiques sur ces pauvres gosses…Et puis il y avait cet ami, de notre âge, qui avait grandi à Belfast et qui nous a raconté, entre deux anecdote désopilantes sur son boulot et sa vie de famille comme il a vu mourir devant lui un de ses copains alors qu’ils jouaient au foot dans la rue, comme n’importe quel gamin de 10 ans. Une balle perdue donc…pour les irlandais, tous les irlandais, c’était la routine tout ça, une routine très présente et qui les faisait trembler, mais dont ils ne voyaient pas comment sortir. Des centaines d’attentats, de morts, de familles endeuillées, d’un côté comme de l’autre, la violence et la haine permanente pendant des décennies et des décennies sans qu’on en imagine la fin.

Et puis le good Friday agreement a changé les choses, et je peux vous assurer qu’on ressentait presque physiquement le soulagement et l’espoir dans tout le pays, d’un côté comme de l’autre de la frontière, qu’on pouvait d’ailleurs enfin traverser sans problème. C’était pratiquement palpable dans l’air. Seulement le good Friday agreement tient sur un équilibre fragile, très fragile et il est basé sur la législation européenne. Dublin, Bruxelles, et des experts internationaux qui savent de quoi ils parlent, ont prévenu maintes fois Boris Johnson que le brexit allait faire voler en éclats la paix Nord Irlandaise. Soit il ne les a pas crus, soit plus probablement, il s’en fiche. Après tout, sa ministre de l’intérieur a proposé de refaire crever de faim les irlandais si ils devenaient gênants et son ex conseil très spécial, Cumming, a expliqué que les irlandais pouvaient disparaître dans la mer, ça n’était pas le problème de Londres. Sauf que Londres est responsable de la situation actuelle.

Parce que ça n’a pas loupé. L’Irlande du Nord brûle à nouveau. Les attentats et les affrontements reprennent, dans l’indifférence totale de Johnson and Co. Les médias s’en foutent aussi: on ne peut pas parler de ces sauvages de Nord irlandais ni de quoi que ce soit d’ailleurs, alors que le décès du prince Philip monopolisent les antennes 24/7. Un peu de décence voyons, Johnson ne va quand même pas se préoccuper du carnage annoncé qu’il a provoqué par étourderie, incompétence ou pire, de l’autre coté de la mer d’Irlande. Il a consenti à jeter une obole aux unionistes fâchés de s’être fait rouler dans la farine par le brexit, pour qu’ils la ferment et rangent leur cocktails Molotov et puis ça ira bien comme ça. Et si ça ne va pas, il s’en fout, les médias anglais s’en foutent et Dublin n’a qu’à se débrouiller pour régler les problèmes des Nord irlandais alors que justement, un des problèmes en question est bien que l’Irlande du Nord ne fait pas partie de la république d’Irlande et que Dublin n’en est pas responsable! C’est sidérant de cynisme, mais Johnson n’est plus à ça près.

Et pendant ce temps, l’Irlande du Nord brûle encore…

Publié dans Les colères | Tagué , , , , , , , | 10 commentaires

Le roi d’Angleterre, le teenager et un énorme raté

Je voulais écrire un énorme râteau, mais je ne sais pas si l’expression s’utilise encore. J’ai un français qui date d’avant notre expatriation, et je ne me suis toujours pas réadaptée. Je sens que je ne suis pas claire…il se trouve que PrincesseChipie se rapproche dangereusement de l’adolescence et ses camarades de classe avec elle. Et que les relations entre garçons et filles évoluent très vite à cet âge: on est passé de « fille ou garçon, c’est pareil, on est copain », à « c’est beurk les filles/garçons », à « tiens, c’est très intéressant finalement les filles/garçons/autres ». Ce soudain intérêt pas toujours réciproque, provoque parfois de légers malentendus.

Source

On voit bien qu’un camarade de PrincesseChipie est entré dans la troisième phase, celle du « tiens, c’est très intéressant finalement les filles »…surtout une, puisque ça tombe, littéralement, sur ma gamine, qui elle, n’a pas saisi. Du tout. Il faut dire que le pauvre gamin s’y prend avec toute la subtilité et le charme inerrant à un garçon de son âge. Il a commencé par pousser légèrement PrincesseChipie pour la taquiner et lui faire savoir qu’il existe. Ça n’a pas loupé, elle a le sens de l’équilibre et la grâce de sa mère, elle est tombée. Comme elle est de bonne composition, elle a très bien compris qu’il n’a pas fait exprès et elle ne lui en voulait pas. Sauf que, toujours avec la subtilité d’une enclume boutonneuse qui débute dans les relations de ce type, le pauvre garçon passe son temps à s’excuser, à vouloir porter son cartable, à s’excuser, à lui tenir les portes, à s’excuser, à lui laisser sa place dans la file pour la cantine, à s’excuser, à se rouler par terre dans la boue pour éviter qu’elle y marche, à s’excuser…ça dure depuis des semaines (au moins, il n’est pas doué, mais il est persévérant), elle n’en peut plus. Elle qui est généralement sympathique avec tout le monde, commence à haïr ce pauvre garçon beaucoup trop envahissant. Elle n’a toujours pas compris ce qu’il lui veut, il est pénible.

Arrive le nouveau confinement, toute la classe crée un groupe WhatsApp pour communiquer. Ça se passe bien jusqu’à ce que Philip meurt. Si, si, vous allez voir, il y a un lien. On a vu débarquer dans le salon une PrincesseChipie furieuse, et il faut le faire, à peine dix minutes après l’annonce du décès du duc d’Édimbourg. Son pauvre camarade enamouré lui a téléphoné. Déjà, c’est quoi cette histoire téléphoner, c’est carrément préhistorique. Il pensait enfin avoir trouvé une ouverture, il a foncé: il voulait la consoler puisqu’en tant qu’anglaise, elle devait forcément être éplorée par la mort du roi d’Angleterre (qu’elle ignorait d’ailleurs à ce moment là). Et voilà comment une gamine qui est vraiment gentille comme tout naturellement, a probablement torpillé la vie amoureuse d’un pauvre petit teenager pour des années, le temps qu’il s’en remette. Il n’y a pas de roi en Angleterre, c’est le mari de la reine, il était pas sympa, et je m’en fiche complètement et ça va pas bien de m’ennuyer avec ça au téléphone? Elle était outrée, mais sérieusement qu’est-ce qui ne va pas avec ce garçon? Alors comment dirais-je, ma chérie….

Évidemment, elle ne m’a pas cru, je suis préhistorique moi aussi, mais elle s’est renseigné: c’est de notoriété publique dans toute la classe, ce pauvre garçon est transi d’hormones admiration depuis des mois et il ne sait plus quoi faire pour qu’elle s’intéresse à lui. Tout le monde était au courant, pensait qu’elle savait et faisait juste exprès de l’ignorer. Bref, elle est partagée depuis. D’un côté, elle est désolée d’avoir probablement fait de la peine à quelqu’un. De l’autre, elle est atterrée. Il est très bête quand même…Non mais seriously, maman, les garçons deviennent moins bêtes en grandissant, non? Euh…je vais laisser ton père répondre…

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , , | 4 commentaires

Mardi Tourisme: le Colisée et le Forum

J’imagine que tout le monde a des envies de voyages en ce moment, en tout cas, c’est mon cas. Et de voyages de préférence ensoleillés et chauds. Du coup, je vous ramène à Rome, qui nous a tellement enthousiasmé qu’après des vacances à deux, on y est retourné avec les enfants, alors que d’habitude on essaie toujours de découvrir de nouvelles destinations.

On a fait comme tous touristes et on a été voir le Colisée. C’est impressionnant le nombre démentiel de gens qui visitent ça, alors que d’après WizzBoy, c’est une arnaque. Ce château est tout broken, et on lui avait dit qu’il y avait des lions dedans, c’est raté. Il a à peine croisé un aigle. C’est une mouette mon chéri. Noooo! It’s an eagle. Ok…à part ça, le Colisée a été construit vers l’an 70, sous l’empereur Vespasien et oui, WizzBoy voulait faire pipi. Il n’est pas rond, mais ovale (le forum, pas WizzBoy qui est plutôt bondissant, physiquement) et accueillait en moyenne 65 000 enthousiastes pour des spectacles charmants certes, mais un chouïa sanglants et gores aussi. Wizzboy a trouvé ça très surfait, heureusement, ses frères et sœurs ont été impressionnés.


On enchaine par le forum et ses pavés glissants, même en pleine canicule. Je n’y reviendrais pas. Vraiment pas. Quand on arrive à ne pas s’étaler bêtement, s’exploser les lèvres, les genoux et les épaules (je suis très forte comme ça…), et à fendre la foule, on reste béât d’admiration. Déjà, on a une vue sublime sur la ville, en arrivant. Et forcément, on ne peut pas s’empêcher de lever les yeux sur les magnifiques colonnes des temples. Alors qu’on ferait mieux de regarder où on met les pieds, mais j’ai dit que je n’y reviendrai pas…On peut aussi admirer l’arc de triomphe de Septimii Séveri qui n’est pas un méchant dans Harry Potter mais un empereur romain du début du troisième siècle. Enfin bref, je ne vais pas recopier tout mon guide touristique, de toute façon, c’est connu et approuvé par WizzBoy, qui a trouvé ça cool bien que ce soit encore broken.

On termine pour aujourd’hui avec la colline Palatine. On y accède par la même entrée que pour le forum, mais il faut monter ce qui permet à la fois un point de vue magnifique sur Rome et d’éviter le gros des touristes, qui restent agglutinés en bas. Le site est immense et magnifique mais j’ai dit que je n’allais pas recopier mon guide. La colline palatine se vante d’être le berceau de Rome et elle est vite devenue le quartier chic, où les empereurs faisaient construire leurs palais. J’aime beaucoup, surtout qu’à l’ouverture, il n’y a pratiquement personne. WizzBoy a adoré courir partout au milieu des ruines comme un dératé, pas du tout ému de fouler le même sol que des romains deux mille ans avant lui. De toute façon, il n’y avait pas de lion non plus…

Bref, même avec Wizzboy qui non seulement ne s’est pas calmé depuis cette visite mais a beaucoup plus de vocabulaire, je serais très contente de retourner à Rome dès que possible!

Publié dans Tourisme | Tagué , , , , , | 1 commentaire

Sunny Monday #15

Grâce au thème choisi ce mois ci par Bernie, je continue à sortir mes photos de vieilles enseignes sûr des bâtiments qui n’ont plus la même utilisation. Ce café est aujourd’hui une maison particulière, et je ne suis pas du tout jalouse de leur jolie enseigne.

Bonne semaine à tous!

Publié dans Tourisme | Tagué , , , , | 1 commentaire

Projet 52: Poésie

Je n’ai pas hésité pour le thème choisi par Ma’ cette semaine, je savais de suite quelle photo choisir. On a eu la chance de visiter le prieuré de Saint Cosme, à côté de Tours, où Ronsard a passé ses dernières années. Non seulement c’est charmant, mais on y trouve la tombe du poète, d’où la photo. Il y est inscrit ce poème, qui prouve que si Ronsard ne brillait pas par sa modestie, il avait tout prévu.

Ronsard repose icy qui hardy dés enfance
Détourna d’Helicon les Muses en la France,
Suivant le son du luth et les traits d’Apollon :
Mais peu valut sa Muse encontre l’eguillon
De la mort, qui cruelle en ce tombeau l’enserre.
Son ame soit à Dieu, son corps soit à la terre.

Publié dans Tourisme | Tagué , , , , | 13 commentaires

Friday Feelings #313

Le vendredi, c’est états d’esprit (imaginés par ma copine Zenopia) et le vendredi avec école à la maison , c’est meme « états d’esprit en retard ».

Fatigue: ahaha, qu’est-ce qu’on rit! Nerveuse donc, la fatigue. Les Zooms avec 26 petits gamins surexcités qui hurlent en continu m’ont beaucoup plu. Ou pas.

Humeur: ce soir, va-can-ces!

Condition physique: mes tympans n’en peuvent plus.

Esprit: en grève pour protester contre ses conditions sonores de travail.

Estomac: se console en nageant dans les fraises à la chantilly. C’est important de manger des fruits.

Boulot: impossible. Vive l’école à la maison, entre les aventures du loup trop gourmand, les fractions et le passé simple en espagnol, je n’ai plus un neurone en état de marche : El lobo comió unas fracciones y se murió envenenado, et toc, bien fait pour lui. Non mais. Je vais très bien.

Culture: on ne dira jamais assez à quel point les aventures du loup trop gourmand sont culturelles. Sérieusement, on ne le dira pas.

Avis perso: après, l’histoire du géant égoïste, c’est au moins aussi bien que celle du loup. C’est dire si c’est captivant.

Message perso: je râle, mais en vrai, je suis béate d’admiration devant la disponibilité et le dévouement professionnel de tous les enseignants de mes enfants. Ça m’étonnerait qu’ils me lisent ( j’espère vraiment qu’ils ne me lisent pas, ça ne serait pas bon pour mon anonymat et surtout celui de mes enfants), mais je les remercie vivement.

Loulous: L’Ado est outré, voilà qu’il a plein de zooms lui aussi, sous prétexte qu’il va falloir faire les partiels à distance. C’est bien simple, il doit pratiquement bosser un jour sur deux (en vrai, il travaille tous les jours sur son mémoire, mais il peut le faire quand il veut, y compris en pleine nuit, pas besoin de suivre un emploi du temps). GeekAdo est très content que ses sœurs aient cours à la maison aussi, ça lui permet d’être un peu tranquille: il se trouve que Marcel le chat adore participer aux cours en Visio et qu’il squattait devant l’écran de GeekAdo. Cette semaine, le chat a été débordé, il est passé de chambre en chambre pour s’incruster dans les zooms de tout le monde. MangaGirl a donc dû présenter Marcel à tous ses profs (ses camarades le connaissaient déjà depuis l’année dernière). Le lendemain, Capucine étant jalouse des cris d’adoration sortant de l’ordinateur, c’est elle qui s’est incrustée, en boudant. MangaGirl a dûrassurer sa prof de français: non, on n’a pas assez de chats pour qu’elle en ait un différent sur les genoux à chaque cours. PrincesseChipie est en manque d’école, c’est horrible elle n’en peut plus, même en faisant les devoirs de sa sœur. Wizzboy était très motivé en début de semaine, beaucoup moins depuis que je refuse de lui donner un œuf en chocolat à chaque exercice réussi. Mais-euh, mamaaaan, à l’école, la maîtresse, elle donne des bons points, j’ai droit à une récompense! D’accord, tiens voilà un bout de papier. Il paraît que je suis nulle, je comprends rien.

Divers: Wizzboy a lui aussi, montré Marcel à ses copains, ce qui a provoqué une déviation de l’axe de rotation de la terre, par ondes sonores, et c’est donc pour ça qu’il fait un temps pourri. Je ne vois que ça. J’ai déjà dit que je n’ai plus de tympan?

Amitié: on Skype mercredi?

Love: il n’accepte de sortir de son bureau que pour les repas, après avoir vérifier, auditivement, que les zooms de Wizzboy sont bien terminés.

Penser à : aller chercher le gâteau au chocolat commandé pour dimanche. Ben quoi, WizzBoy l’a dit, quand on a bien travaillé, on mérite une récompense!

Courses: d’ailleurs, il n’y a déjà presque plus de chocolat de Pâques…

Envie de : ne plus me geler sous mon plaid. C’est quand, le printemps?

Pic: on s’éclate.

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , , , | 1 commentaire

Reloaded Thursday thunder: chère météo…

…il faut qu’on parle. Du coup, je ressors en partie et en la réactualisant une précédente colère provoquée par la météo contrariante du moment. Parce que je suis certes débordée par l’école à la maison, mais aussi très contrariée. Je suis même sûre que je supporterai mieux ce nouvel épisode d’école à la maison si le printemps consentait à démarrer. Alors que là, il a neigé deux fois cette semaine! Non mais, WTF?!? Bref, j’ai décidé de me plaindre directement à la météo, ça ne peut plus durer comme ça!

Source

Chère météo,

Tant pis pour les formes, j’attaque directement, parce que ça devient sérieux. C’est quoi ce temps pourri?!? Tu joues à quoi exactement? On est en avril et je t’écris depuis mon canapé à côté du radiateur, emmitouflée dans non pas un mais deux pulls! Non seulement on gèle littéralement mais en plus, dès qu’on essaie de mettre un orteil (chaussé d’après-ski, pour ne pas tomber), on se prend des trombes d’eau diluviennes sur la tête, des bourrasques de vent sibérien et des tombereaux de neige verglaçante. Si ça continue, on va développer des pieds palmés. Et se déplacer en pingouin. C’est un scandale. Il va falloir revoir tout ça, chère météo, c’est inadmissible. En cette période de bulletin scolaire, il serait temps que tu fasses des efforts si tu ne veux pas finir avec un redoublement conseillé…ou alors, c’est déjà le cas, et tu nous refais un coup d’automne sans être passé par la case été? Je ne dis pas, je sais que je vis dans le Nord Pas de Calais, je ne m’attends pas à une météo saharienne, mais il y a des limites.

Soyons clairs, je viens du Sud (ouest, qui sans chauvinisme aucun-ce n’est pas mon genre- est le meilleur genre de sud). J’ai grandi sous les pins qui gardent bien la chaleur l’été, quand il fait 40 à l’ombre, mais qu’il n’y a pas d’ombre. Et ça me plaît. Je suis cette folle qui va se poser dans un patio écrasé de soleil en pleine canicule romaine. Celle qui se prélasse sur les toits andalous à l’heure de la sieste. Attention, je ne suis pas inconsciente, je me protège du soleil. J’ai chapeau, lunettes de soleil, vêtements blancs amples et couvrants, de quoi m’hydrater et je n’y reste pas des heures non plus…je ne cherche absolument pas à bronzer, au contraire. Je profite juste du soleil et de la chaleur presque liquide qui m’enserrent. Pour un peu, je ronronnerais en m’étirant, tellement je me sens bien…alors que là, maintenant, je suis recroquevillée sous mon plaid en claquant des dents! Pourtant j’ai survécu à dix ans de météo irlandaise, qui m’ont presque arrachée des larmes (gelées) tellement il y fait vivifiant et humide. J’ai supporté 11 étés anglais, quand les locaux se baladent en nudistes alors que je songe juste à troquer ma doudoune pour un pull plus léger. J’ai ri de la célèbre blague irlandaise: tu te souviens de l’été dernier? Oui, c’était un mardi. J’ai subi stoïquement les unes idiotes des tabloïds anglais qui titrent surexcités dès que la température dépasse les 25 degrés qu’il fait plus chaud à Londres pour une journée d’avril égarée qu’à Sidney ( en même temps, ils sont pas sensés être en automne dans l’hémisphère sud quand c’est le printemps en Angleterre? Je dis ça comme ça…). Mais maintenant ça suffit! Je ne demande pas des températures torrides, juste normales pour la saison. J’ai bien vu l’année dernière, il peut faire très agréable dans le Nord Pas de Calais au printemps. J’ai des preuves photographiques. Comme quoi, tu peux le faire chère météo. Alors qu’est-ce que tu attends?

Bon, maintenant qu’on a mis les choses au point, je compte sur toi, ma petite météo. Tu nous arranges tout ça et tu commences le printemps dès demain, d’accord? C’était gentil, ton petit échantillon vite passé la semaine dernière, mais maintenant, il faut vraiment y aller à fond!

Publié dans Les colères | Tagué , , , , , | 5 commentaires

Oxbridge boat race

Comme je suis toujours engluée dans l’école à la maison, je ressors un très vieux billet tout actualisé pour vous parler de la célèbre course d’aviron entre Cambridge et Oxford qui a eu lieu le week-end dernier que la Tamise, à Ely dans le Cambridgeshire et sans public en raison des conditions sanitaires.

Source

La première boat race a eu lieu en 1829 et elle se court, pardon se rame tous les ans depuis 1856 le dernier week end de mars ou le premier week end d’avril, qu’il pleuve, grêle, neige ou qu’on soit en pleine pandémie. On ne va pas se laisser abattre. Étant de nature curieuse, j’ai voulu comprendre ce qui peut bien poussé des jeunes gens apparemment normaux à pagayer comme ça avec fougue, généralement sous des trombes d’eau pendant 4,2 miles (6,8 km) au lieu de rester au sec, à boire de la bière comme n’importe quel autre étudiant moyen, et juste sortir cinq minutes pour aller encourager les rameurs à grands cris. Et bien, je n’ai pas vraiment trouvé! En 1829 Charles Merivale, étudiant à Cambridge et Charles Wordsworth d’Oxford ont décidé d’organiser ça, comme ça, sans raison apparente. On peut éventuellement penser qu’un autre liquide que de l’eau était à l’origine de leur idée…

Quelque soit sa raison d’être, la boat race est un grand moment, avec ses supporters, ses controverses (en 2012, un manifestant aquatique est venu perturber la course en nageant entre les avirons…), et ses touristes. Il arrive quelques fois que les bateaux coulent! Parfois même avant le départ, comme celui d’Oxford en 1951, c’est ballot. Ou que les deux bateaux coulent simultanément, c’est arrivé en 1912. Les étudiants n’en ont pas perdu leur flegme pour autant et ont recommencé le lendemain. A ramer bien sur, pas à couler. Les équipes de Cambridge, en bleu clair, sont surnommées les blues, et celles d’Oxford’ en bleu foncé sont appelées les…ben, les blues aussi. Ça aide clairement à la compréhension de la chose. Il y a des courses masculines, des courses féminines, mais aussi des équipes mixtes pour que la première femme a avoir participé, en 1981 était dans l’équipe masculine d’Oxford. L’année précédente, c’est Hugh Laurie (dr House) qui perdait pour Cambridge alors que le premier (et seul pour l’instant) étudiant français a participé pour Oxford a gagné en 2006.

Mais je suis sûre que le résultat vous captive, je ne fais pas durer le suspens plus longtemps, c’est Cambridge qui a gagné les courses masculines et féminines cette année. On est bien content pour eux, je vais rester au sec pour fêter ça, tiens.

Publié dans société | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Ecole à la maison: le retour de la vengeance!

Pas de mardi tourisme, je suis débordée par le retour momentané de l’école à la maison. Alors évidemment par rapport à l’année dernière, non seulement je n’ai plus que trois enfants à gérer (GeekAdo, en étudiant à distance aguerri, est entièrement autonome), mais je suis entraînée. Ça devait donc être de la rigolade. Raté. Parce que les enfants aussi, le sont. Entraînés je veux dire.

Source

Déjà, on sent que leurs enseignants n’attendaient que ça, ils étaient prêts depuis des mois et ils peuvent enfin se lâcher (sérieusement, ils font un boulot formidable et je les remercie). On a reçu à peu près 25 millions d’émail par enfant et par heure depuis vendredi avec planning zoom, devoirs, leçons, et exercices dans tous les sens. C’est incompréhensible, surtout qu’aucun ne prend la peine d’indiquer la classe concernée. Ahaha, PrincesseChipie, un message de Madame Profdemaths, c’est pour toi, tu l’as en cours? Ben oui, mais MangaGirl l’a aussi, celle-là. Bon, on se calme, tu comprends ce qu’elle demande, ça a l’air d’être pour toi ou pas? Ça devrait être facile à identifier, des exercices de maths de cinquième par rapport à ceux de seconde. Sauf que ça ne marche pas, vu que PrincesseChipie maîtrise très bien les exercices de sa sœur, qui elle refuse de comprendre quoique ce soit, niveau seconde, niveau cinquième ou niveau n’importe quoi, les maths, c’est fasciste. Mais enfin, c’est pour qui, cet e-mail? Les filles, faites un effort! Comme je disais au début, elles sont entraînées pour l’école à la maison maintenant. Elles font donc exprès de m’enfumer après s’être mises d’accord dans mon dos pour que l’une, qui est déjà en manque d’école, fasse tous les devoirs de maths y compris ceux qui ne lui sont pas destinés, et que l’autre, glandeuse professionnelle à faire passer L’Ado au même âge pour un stakhanoviste des devoirs légèrement moins motivée, ne fiche rien. Ça commence fort.

Bon allez, tout le monde dans la salle à manger, avec iPads, cahiers et bouquins, on va bosser et on arrête de rigoler. MangaGirl hurle au scandale, je suis clairement fasciste, elle est au lycée maintenant, elle n’a pas besoin de supervision! Il faut que j’arrête de la traiter comme ça, je suis un bourreau d’enfant. Donc, tu admets que tu es une enfant? Silence vexé de la gamine, un point pour moi. Non mais. PrincesseChipie arrête de faire les devoirs de physique de ta sœur en douce! Wizzboy ne mange pas ta gomme. Rhaa, pourquoi ton cartable saute?!? Marcel, sort de là! Tout va bien, on se calme et on reprend. Bon alors ce matin, on a les photons, les pluriels en -aux et Philippe Auguste. Ça va le faire. C’est très simple Philippaux Guste était lumineux, voilà. Je vais m’en sortir, ce n’est que pour une semaine. Marcel s’est endormi sur le livre de maths, WizzBoy met des X partout sur les cahiers de ses sœurs et elles s’échangent leurs cours pendant que je m’agite dans l’indifférence générale. Youpidoo.

Enfin bref, il est possible que je ne sois pas trop présente cette semaine. Si je ne réponds pas aux messages, c’est que les enfants et Marcel auront gagné. On respire, ça va aller…

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , , | 8 commentaires