Friday Feelings #318

Le vendredi, c’est états d’esprit (imaginés par ma copine Zenopia).

Fatigue: pourquoi les chats veulent jouer la nuit?

Condition physique: vaccinée, d’une dose, c’est un début (et non, je n’ai pas un âge canonique, je rappelle que c’est ouvert au plus de 18 ans, non mais).

Humeur: chocolatée, c’est encore mieux.

Esprit: essaie d’apprendre la patience, ce n’est pas gagné.

Estomac: voir humeur.

Boulot: forcément pas débordée cette semaine, ça va bien avec ma motivation.

Culture: j’hésite à acheter le bouquin de Barnier sur les négociations du brexit. D’un côté, je suis curieuse de voir comment ça s’est passé de l’intérieur, de l’autre je soupçonne le pamphlet politique et ça ne me tente pas du tout. Si quelqu’un l’a lu et a un avis, ça m’intéresse.

Avis perso: les ponts de jours fériés à la française, c’est une excellente idée.

Message perso: joyeux anniversaire 🦄

Loulous: L’Ado est dégoûté, il avait trouvé THE job d’été parfait, mais il ne peut pas, ça ne colle pas avec ses dates de cours. Qui propose un stage qui empiète de plus d’un mois sur la rentrée universitaire, franchement? GeekAdo a enfin reçu des consignes de l’université: partiel en presentiel toute la semaine prochaine, il est moyennement enthousiaste, ça n’aide pas son niveau de stress. MangaGirl est une martyre, au moins, elle est retournée au lycée pour deux jours et demi et sera à nouveau en distanciel à partir de lundi. On ne se rend pas compte les efforts qu’elle a dû faire pour être à temps à l’arrêt de bus, sa vie est un enfer. J’en ris encore. PrincesseChipie est une grande sentimentale, ses copines l’ayant surprise avec une fête qui l’était aussi (surprise), elle en a pleuré de joie, c’est mignon. Wizzboy se prépare mentalement à tester le club de rugby local (j’ai été surprise, mais il semblerait que le rugby soit populaire chez les ch’tis, j’en suis ravie). On essaie de tempérer son enthousiasme. Vu sa carrure et sa détermination, j’ai peur qu’il défonce ses camarades. Ben oui, maman, comme Chabal, yeah!

Divers: on a provoqué un tel vent de panique chez la réceptionniste du centre de vaccination, où on a fait d’un coup chuter la moyenne d’âge de 80 ans, à peu près, qu’elle s’est inquiétée de savoir si j’étais enceinte. Ah non, quand même pas!

Amitié: on va pouvoir commencer à réfléchir à ce resto à Lille!

Love: il est dégoûté, pas de pont ni de jour férié pour lui…il se rattrape le dernier week end de Mai.

Penser à : passer à la pâtisserie. Il y a des priorités dans la vie (et un Pascalino triple chocolat qui est remarquable).

Courses: toujours accompagnée de Wizzboy (et son chariot) qui a battu son record de remontée de la rue chargé et qui tenait à le partager dans le z’internet de maman.

Sortie: j’hésite à remettre cette rubrique…

Envie de: ça va vous lasser, si je chouine encore à propos de la météo?

Pic: heureusement, il y a enfin des fleurs auxquelles je ne suis pas allergique dans le jardin et qui sentent bon. J’adore le lilas!

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , , | 1 commentaire

Thursday Thunder: le bon age

Voilà que je viens d’apprendre qu’on est à la fois trop jeune et trop vieux pour être les parents de nos enfants! Nous voilà bien. Et encore, pas tout le temps, c’est dire si c’est évident tout ça. Ou plutôt cela dépend de l’enfant. On est trop jeune pour être les parents de L’Ado et trop vieux pour Wizzboy, mais pour les trois autres au milieu, ça va à peu près, on les a pondu au bon moment. Non mais, seriously?!?

Source

Déjà, c’est quoi ce besoin de se mêler de la fécondité et de la vie sexuelle des autres, hum? En quoi ça regarde qui que ce soit d’autre que nous? Et vous voulez nous faire part de vos considérations debiles pourquoi exactement? Vous vous attendez à quoi? Qu’on demande à L’Ado de rajeunir et à Wizzboy de prendre deux ans à chaque anniversaire, pour le rattraper? Non seulement ce genre de remarques est totalement déplacé (et je reste polie, ça risque de ne pas durer d’ailleurs) mais elles sont ainsi d’une stupidité sans nom. On ne peut pas changer nos dates de naissances! C’est quoi tous ces connards (ah tiens, je le sentais venir mais je m’attendais à pire) qui viennent se mêler de la vie des autres et veulent tout formater selon leurs petits préjugés étriqués?

Certes, on a remarqué depuis longtemps qu’on passe pour de dangereux pervers juvéniles à côté des parents des copains de L’Ado qui ont tous une bonne dizaine d’années de plus que nous, mais c’est quand même relatif. Quand L’Ado est né, en Irlande et au siècle dernier, une sage femme s’est étonnée qu’on n’en soit qu’au premier gamin (il faut dire qu’à cette lointaine époque, l’Irlande avait un gros problème de teenage pregnancies). Après, effectivement, quand je me suis rendue compte que Wizzboy squattait entre mes abats, j’ai eu peur qu’il y ait des complications vu mon âge et la docteure remplaçante qui m’a reçue, a hurlé de rire: au cinquième, ça l’étonnerait, et de tout façon, elle-même a eu son premier à 42 ans, je ne suis qu’une gamine et toc. Tout ça pour dire qu’au moment de l’arrivée de L’Ado et de celle de Wizzboy, il s’est trouvé quelqu’un pour redire sur notre âge, mais en nous trouvant très vieux pour le premier et très jeune pour le dernier et pas l’inverse. Ils ont quoi à répondre à ça, les ayatollahs de la parentalité au bon âge (c’est à dire celui auquel ils sont pondu eux mêmes bien sûr).

C’est quand même impressionnant le nombre de réflexions aussi inappropriées que débiles qu’on se prend en tant que famille nombreuse: on n’a pas le bon nombre d’enfants (le consensus étant qu’on en a trop, certes, mais ça varie sur combien de trop), pas le bon écart d’âges entre eux, pas la bonne répartition filles/garçons ( WTF?!?! On parle d’une famille, pas d’un élevage de bichons frisés ou d’un arrangement floral!) voilà maintenant que c’est notre âge qui ne va pas non plus…et ma main dans la gueule, elle a le bon nombre de doigts? Non mais.

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , , | 12 commentaires

The hug

On est tout excité de l’autre côté de la Manche: à partir de la semaine prochaine, on pourra à nouveau faire des hugs, qui étaient interdits à cause de la pandémie. Un hug, d’après Google translate, c’est une étreinte. Avant d’aller voir, j’aurais dit une embrassade, littéralement, puisque ça consiste à enserrer mollement quelqu’un dans ses bras, parfois à coup de tapotements dans le dos, ce qui n’arrange pas les choses. Je n’ai jamais compris cette manie de sauter comme ça au cou des gens de la part d’anglais qui se disent interloqués par la bise française.

Source

Soyons clairs, j’ai un gros problème avec la bise aussi, surtout que j’en ai perdu l’habitude depuis presque 25 ans et elle ne me manque pas du tout en ce moment. Ça m’a plongé dans des angoisses pas possibles à notre retour en France: à qui faire la bise? Combien de bises? Quand? Comment? Pourquoi? (Surtout pourquoi, parce que bon, ça rime à quoi ce air kissing obligatoire?) La moindre interaction sociale devenait une épreuve. Et bien en Angleterre, le pays du personal space (et j’en suis une trèèès grande fan!), on n’est jamais à l’abri de quelqu’un qui se jette sur vous bras en avant pour dire au revoir mais pas que, et que ça s’éternise au moins trois secondes, c’est dire si c’est horrible. Si. Ça m’a toujours pris par surprise, même de la part d’une amie qui semait des hugs de partout. Rhaaa, mais pourquoi? Non je n’ai aucune envie de te tapoter le dos aussi, laisse-moi tranquille! Marichéri et ses 6 m 08 avaient la chance d’y échapper la plupart du temps, mais pas toujours et il a failli envoyer valser dans le mur, par réflexe, une connaissance qui a soudain voulu l’encercler avec les bras au lieu de se contenter de dire goodbye comme une personne civilisée. Non mais.

Le pire, c’est donc entre amis, puisque les hugs se distribuent aussi facilement que les tasses de thé, sous n’importe quel prétexte, une bonne nouvelle, une mauvaise, un problème de santé, une nouvelle coiffure, allez hop, un hug. Ton poisson rouge a raté son cours de natation? Un hug de consolation. Tu as trouvé une plante qui ne crève pas dès que tu la regardes? Allez, un hug pour fêter ça. C’est l’anniversaire de ton déménagement? Un hug. Tu as perdu une barrette? Un hug. Wizzboy t’a réveillé à 4 heures? Un hug. Non mais ça va pas, dangereux sociables?!? On ne m’approche pas. Autant je couvre mes enfants de câlins, un peu trop même d’après certains (je ne vise personne, mais L’Ado est pénible à toujours râler, franchement on se demande de qui il peut bien tenir ça) autant je suis extrêmement mal à l’aise avec les hugs anglais. Pourquoi les anglais éprouvent le besoin de se jeter les uns sur les autres dans de grandes embrassades intempestives et follement envahissantes qu’ils distribuent comme des tas de petits continentaux extravertis à la moindre occasion? Rhaaa, c’est quoi cette agression amicale inattendue? Le pire, c’est que la plupart de mes connaissances ayant fini par comprendre que je n’aimais pas du tout le thé, elles se sentaient obligées de le remplacer par encore plus de hugs. C’est gentil merci, mais ça ira…j’étais aussi à l’aise que si un requin vampire à Velcro s’était agrippé à moi à chaque fois, raide comme un piquet asocial en attendant que ça passe.

Enfin bref, je voulais juste prévenir les continentaux qui risquent de croiser des anglais dans les prochains jours: pour des gens qui ont bâti toute leur réputation sur leur flegme et leur rigidité en public, ils sont en fait de dangereux huggers, méfiez-vous! Tout ça pour me défouler râler un peu alors qu’on n’est même pas jeudi, pfff…

Publié dans société | Tagué , , , , , , | 1 commentaire

Mardi Tourisme : Monasterboice et Mellifont Abbey

Comme Maricheri me faisait remarquer qu’on a un printemps irlandais météorologiquement parlant (il pleut et on se gèle), je ressors les jolies photos prises par Marichéri pendant nôtre pèlerinage nos vacances, qui marquaient notre retour en Irlande après 10 ans en Angleterre. L’Ado, pour ses dernières vacances familiales, avait exprimé le désir de revoir je cite « le pays de son enfance ». On en a été ravi. Je rappelle qu’on a vécu 10 ans près de Dublin (on a déménagé plusieurs fois, mais jamais à l’autre bout du pays), et qu’on est des irlandais honoraires (C’est ce que considèrent les collègues irlandais de Marichéri en tout cas, sans qu’on est rien demandé) puisqu’on en a fabriqué 3. Bref, comme tous les prétextes sont bons, je vous ramène à Monasterboice et à Mellifont Abbey, qui est pratiquement à côté, c’est pratique. C’est au nord de Drogheda (la ville de naissance de MangaGirl) au sud du country Louth, lui-même au nord du country Dublin. C’est très clair.

Monasterboice est paumé en pleine campagne et pourtant il y a toujours des touristes, qui viennent admirer les grandes croix celtes. Le monastère a été fondé par Saint Buithe (je ne sais absolument pas comment ça s’éternue se prononce) à la fin du cinquième siècle. On s’amusait bien à cette époque en Irlande, à construire des églises de partout! Marichéri a dû ruser comme un fou pour éviter les touristes ébahis et le guide, plantés devant la Muiredach’s high cross, la croix à côté de la tour ronde. Elle est sublime et date du dixième siècle. On peut admirer ses sculptures exceptionnelles retraçant des scènes de la bible… En même temps, je ne vois pas ce que les moines auraient pu y mettre d’autre, il y avait quand même peu de chance qu’ils y gravent leur liste de courses ou l’annuaire local. En tout cas, c’est à cause de cette croix (qui est vraiment magnifique) que Monasterboice attire toujours autant de monde, y compris des motocyclistes belges extrêmement bruyants, alors que c’est tout petit et toujours en exercice. C’est à dire qu’on y croise aussi des Mrs Doyle, des mamies irlandaises à bonnet fleurissant des tombes, discutant passionnément météo avec la premier famille Franco-irlandaise venue et comparant les mérites des messes du coin. Bref, Monasterboice, c’est typique!

Mellifont est aussi un monastère, mais plus moderne. Mellifont a carrément remplacé Monasterboice en 1142, comme le centre monastique à la mode, c’est dire. L’abbaye a été fondée par Saint Malachy, qui était débordé et c’est la toute première cistercienne d’Irlande, d’ailleurs elle suit fidèlement le plan de son modèle français. Au temps de sa gloire, Mellifont logeait 300 moines, qui s’occupaient des malades et blessés dans leur grand hôpital. Et puis paf, Henry VIII décide de changer de religion pour de vagues considérations matrimoniales et financières et il dissout une tripotée d’abbayes dont Mellifont, qui se reconvertit en château secondaire pour nobles anglais. C’est comme ça qu’elle sert d’état majeur à Guillaume d’Orange pendant la bataille de la Boyne, c’est une manie chez les anglais, de venir flanquer la pagaille en Irlande! Mellifont est toujours connue, surtout grâce à son superbe lavabo octogonal. C’est charmant, et bien plus grand que Monasterboice, mais comme il n’y a pas de croix celtes, on n’y rencontre que très peu de touristes. C’est une bonne chose. Vous avez aussi un petit musée sur la gauche et une chapelle minuscule et adorable perchée sur un monticule d’où on a une très jolie vue sur le site et la campagne environnante.

L’Ado qu’on a pourtant traîné voir Monasterboice et Mellifont des centaines de fois dans sa petite enfance (on habitait à 10 minutes) ne s’en souvenait absolument pas. Par contre il s’est très bien rappellé qu’il avait failli se flanquer dans la rivière à Mellifont en voulant traverser pour aller caresser les moutons. Il a d’ailleurs été très ému que WizzBoy perpétue la tradition…

Publié dans Tourisme | Tagué , , , , , , | 2 commentaires

Sunny Monday #19

On est toujours en rose pour le défi de Bernie, et je suis juste sortie à côté du porche, en bas des marches. Ce n’est pas très original mais je suis tellement contente de cette plante, dont j’ignore totalement le nom, que je ne résiste pas à vous la montrer. Non seulement elle est en pleine forme (alors que c’est moi qui l’ai plantée et vu mes talents horticoles, c’est déjà un exploit), mais surtout elle a pris place là où il y avait une jungle sauvage qu’on a mis des semaines et des semaines à déblayer. Bref, on aime beaucoup ces petites fleurs roses qui s’agitent dans le vent du Pas de Calais. Elles nous montrent à chaque fois qu’on passe la porte d’entrée à quel point on a progressé aussi sur l’extérieur de la maison du petit requin. Il n’y a pas que l’intérieur qu’on a rénové. Bon, certes, il reste un boulot monstre dans le jardin, mais on y arrive!

Bonne semaine à tous!

Publié dans vie de famille | Tagué , , , | 8 commentaires

Projet 52: porte-bonheur

Le thème choisi par Ma’ cette semaine aurait dû me poser problème : je ne crois pas aux portes-bonheurs et à ce genre de choses…pourtant j’ai eu une idée de suite. Il se trouve qu’on a bien un porte-bonheur dans la maison, il nous suit même depuis plusieurs déménagements. Il nous a été offert par une amie bulgare en Angleterre, c’est traditionnel. Il s’agit d’une Martenitsa, un porte-bonheur qu’on offre le premier mars en Bulgarie en souvenir de khan Asparukh (le fondateur du pays en 681 quand même). Il aurait chargé un pigeon de prévenir sa femme qu’il avait gagné une bataille en lui nouant un fils blanc à la patte (celle du pigeon je veux dire, pas de sa femme!). Et comme il s’était légèrement blessé, une partie du fil s’est taché de sang, d’où le rouge, c’est très frais. La vache n’a rien à voir avec le sujet, c’est cadeau.

Publié dans brèves | Tagué , , , , | 1 commentaire

Friday Feelings #317

Le vendredi c’est états d’esprit (imaginés par ma copine Zenopia)

Fatigue: toujours pas, ça devient inquiétant.

Humeur: lasse, très, très lasse. Pour citer une de mes idoles absolues, Pierre Desproges « Je me heurte parfois à une telle incompréhension de la part de mes contemporains qu’un épouvantable doute m’étreint: suis-je bien de cette planète? Et si oui, cela ne prouve-t-il pas qu’eux sont d’ailleurs? ». Vous avez trois heures.

Condition physique: toujours aussi frigorifiée, c’est encore loin, le printemps?

Esprit: pfff…cela dit, j’ai bon espoir de devenir extralucide ou télépathe ou un truc comme ça après la vaccination. En tout cas, d’après ce qu’on lit sur les RS, et même ce qu’on entend dans des médias dits sérieux, je dois forcément en ressortir avec un super pouvoir, non? Comme a fait remarqué L’Ado: si le vaccin lui garantit bien la 5G dans notre coin paumé, il veut le faire de suite, laissez-le passer!

Estomac: heureusement que ça ne me coupe pas l’appétit, tiens.

Boulot: Ce que c’est que d’être la plus jeune (alors que bon, d’après L’Ado, je commence à rentrer dans l’âge mou, pour ne pas dire pré moisi), je suis la seule non vaccinée! Si ça se trouve, ils s’envoient des ondes télépathiques pendant les réunions et je loupe toute la discussion. C’est pas malin, je suis sensée faire des comptes rendus, je fais comment, hum?

Culture: alors que je désespère de l’état du monde, de la connerie ambiante, et tout ça, je suis plongée dans la presse des années trente en ce moment. Ça fait relativiser. Certes, on nageait encore plus que maintenant en plein populisme mais les différents politiques ne se réglaient pas à coup de mensonges éhontés mais de pistolets, c’est un autre style. Bref, je m’éclate.

Avis perso: tout va bien…alors donc, juste pour la journée d’hier, j’ai appris que Londres veut déclarer la guerre à la France (c’est à la une de tous les journaux, ce n’est pas une de mes exagérations), que la Caroline du Sud propose désormais aux condamnés à mort de choisir entre la chaise électrique et le peloton d’exécution, qu’une trumpiste à l’extrême limite du complotisme a gagné haut la main les élections régionales madrilènes, que les français sont les européens les plus anti vaccins et de loin, et que le prix des abricots va flamber cet été…bref, je suis lasse.

Message perso: sérieusement?

Loulous: L’Ado était effondré par le niveau des arguments madrilènes. C’est là qu’on a appris qu’il envisage de s’installer de façon permanente dans la capitale espagnole. C’est une excellente idée, je suis pour, je préfère nettement aller passer mes vacances lui rendre visite à Madrid qu’à Irkoutsk (c’est un exemple au hasard, je n’ai rien contre la Sibérie, juste contre le froid). GeekAdo se demande d’ailleurs si erasmus fonctionnera bien dans deux ans et si oui, où il peut aller. MangaGirl retourne enfin au lycée lundi. Pour deux jours. Elle en est épuisée d’avance. PrincesseChipie est ravie d’avoir retrouvé le collège, ses camarades et ses profs. Wizzboy apprend la relativité: il ne voit pas le problème quand il se lève 10 minutes plus tôt que le réveil. Ça va, maman, 10 minutes, c’est pas beaucoup. D’accord donc à partir de maintenant, tu te couches 10 minutes plus tôt, tu goûtes 10 minutes plus tard, tu éteins ta switch 10 minutes plus tôt, tu restes 10 minutes de plus à l’école…finalement, il trouve que 10 minutes, c’est beaucoup.

Divers: je suis lasse. Oui je sais, je me répète et ça n’a rien à faire dans cette rubrique, c’est dire ma lassitude.

Amitié: à mardi sur messenger, à mercredi sur Skype…on finira bien par se voir irl!

Love: lui par contre, c’est toujours mon super héros, il n’a même pas besoin de vaccin pour ça.

Penser à: rien. Voilà.

Courses: le regard de désespoir de la pauvre vendeuse à la boucherie a failli me réconcilier avec le genre humain, elle était face à un client euh…spécial…je ne veux pas juger quelqu’un en 5 minutes, mais réussir à être aussi grossier, sexiste et un peu raciste tant qu’on y est, juste en achetant des merguez, il faut le faire.

Envie de: un bazooka. Ça va avec tout, non?

Pic: bon allez, un peu de douceur parce que je sens bien que j’ai cassé l’ambiance aujourd’hui. FB a quand même un intérêt, celui de nous rappeler de bons moments, comme cette photo, prise il y a exactement trois ans au détour d’une petite route tout près de chez nous où on on continue à passer, quitte à faire un detour, juste pour voir les vaches.

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , , | 3 commentaires

Thursday thunder: Jersey War

J’ai l’impression de radoter. Tous les 4 matins, Johnson qui est englué dans un énorme scandale de papier peint corruption et a désespérément besoin de détourner l’attention, menace de déclarer la guerre à la France, à l’Espagne (à cause de Gibraltar, qui n’a rien demandé), à la France, à l’Allemagne (probablement par habitude), à la France, à l’Irlande (quand il arrive péniblement à se souvenir que ce n’est plus une colonie britannique) et donc à la France. Après tout, c’est pratique, on est voisin, autant se rendre ce genre de petits services. Rhaaa.

Source j’ai préféré la sobriété factuelle du Guardian au déversement de haine anti française des tabloïds.

Cette fois, le prétexte est une vague dispute entre pêcheurs autour de Jersey, qui ne bouleverse absolument personne de ce côté-ci de la Manche, d’ailleurs on n’en parle pratiquement pas, mais qui est devenue une affaire d’état, une crise diplomatique majeure, et une cause de déclaration de guerre de l’autre côté. Ah. Ça ne rigole pas, Johnson envoie carrément la Royal Navy, avec roulements de tambour martiaux et trompettes patriotiques, mais aussi dans l’indifférence totale de l’ennemi français qui n’est même pas au courant du problème, c’est à quel sujet? Une possible rixe entre pêcheurs vous dites? Parce que personne n’est fichu de comprendre les nouvelles règles mises en place à votre demande exprès, à cause du brexit? Et donc, plutôt que d’admettre que vous vous êtes bien moqués de vos pêcheurs et qu’ils peuvent crever la bouche ouverte grâce à vos talents hors pair de négociateur et que vous vous en foutez, vous préférez noyer le poisson (oui, un rien m’amuse) en menaçant de déclarer la guerre à un allié et partenaire économique et diplomatique pour trois sardines (ou autre, je ne suis pas allée vérifier quelle sorte de poisson on pêche à côté de Jersey, ça ne m’intéresse pas)? Sérieusement? Je rappelle qu’on est en 2021, pas en 1421, la guerre de 100 ans, c’est fini. Et de toute façon, c’était pour savoir qui monterait sur le trône de France pas pour la nationalité d’un poisson mort. Ça avait quand même plus d’importance!

Non mais vraiment, on en est là, en 2021? En pleine pandémie, crise économique mondiale, réchauffement climatique, brexit calamiteux? En pleine montée du populisme?…ah oui, tiens, ça doit être ça. En pleine montée du populisme effectivement. Rien de tel qu’une bonne guerre pour assoir le pouvoir de tout apprenti dictateur ou parti unique. Effectivement, en 2021, plus un discours politique est illogique, mensonger, totalement cretin économiquement et diplomatiquement, plus ça plait. Effectivement, en 2021, il suffit de sortir des navires de guerre parés de l’union jack pour faire oublier le pire taux de mortalité covid au monde, l’inflation, les entreprises qui vont s’installer en EU, les banques alimentaires au bord de la rupture, l’érosion des droits sociaux, la corruption qui s’étale sans vergogne dans les médias et les scandales financiers au plus haut sommet de l’état (Johnson certes, mais ses ministres aussi).

J’ai l’impression de radoter et je fatigue. Je fatigue d’autant plus quand j’entends à peu près le même genre de discours ici. Pas sur les poissons de Jersey, certes mais sur n’importe quel prétexte aussi abscons et instrumentalisé qui fera une semaine dans les médias avant d’être oublié et remplacé aussitôt, mais qui cristallise les pires déclarations pendant ce temps bref…2021 me fatigue. Finalement, quitte à ce que Londres fasse la guerre toute seule à la France (qui n’a pas l’air de vouloir répondre, mais ça ne gêne pas les rodomontades de Johnson qui s’agite, non pas contre des moulins à vent, mais comme un moulin à vent), je crois que je préférais la version 1421, tiens!

Publié dans Les colères | Tagué , , , , , , , , | 4 commentaires

Le conducteur de char(iot)

Parce qu’il en avait marre de m’entendre râler à chaque fois que je dois charrier les quintaux de nourritures nécessaires à rassasier ma tribu (surtout GeekAdo, à côté de qui Obelix a un appétit d’oiseau en plein régime) quand je vais chez les commerçants locaux, Marichéri donc, m’a acheté un chariot ou un caddy, un truc en toile à roulettes. Vous voyez, ces espèces de machins, généralement très moches, qu’on associe aux petites mamies qui vont faire leurs courses? Ben voilà, j’en ai un maintenant. Marichéri était très content de lui et attendait impatiemment de pouvoir se poster sous le porche pour rire un bon coup en me voyant partir au ravitaillement avec mon engin à roulettes. Raté!

Source

Il se trouve que je fais ma tournée des commerces du village le mercredi avec WizzBoy. Ça fait double emploi, ça permet de le promener aussi. Il a poussé des cris de joie la première fois que j’ai sorti le fameux chariot: c’est quoi? c’est pour lui? il peut essayer? wizzzz, et il est parti comme un dératé en poussant la chose devant lui, zigzagant à toute vitesse sur le trottoir. Tu es sensé le tirer pas le pousser. Pas du tout, je n’y connais rien, il sait mieux que moi, ça va beaucoup plus vite comme ça, taïaut. Bref, WizzBoy et son chariot animent le village tous les mercredis. Il fait des figures artistiques, tourne autour des lampadaires, bat des records de vitesse, évite de justesse des chiens, c’est un pro, qui fait l’admiration de tous les commerçants (sans compter qu’avec les sommes démentielles qu’on leur laisse, ils nous trouvent forcément sympathiques), des autres clients et même des passants qui sourient de son enthousiasme et de sa dextérité dans le maniement du chariot.

Wizzboy en est très content. Il était tout fier ce matin qu’une dame à la boucherie, le félicite de conduire aussi bien. Avec son chariot, il se sent à la fois investi d’une mission (il est, je cite, « chef de ramener à manger ») et grand sportif, pour ne pas dire pilote de courses. Il ne voit pas du tout en quoi ça peut bien faire petite mamie. C’est sûr qu’à la vitesse à laquelle il court avec son chariot à roulette, il faut suivre! Ça a donné des idées à PrincesseChipie, qui a voulu essayer aussi. Résultat, ils se sont disputés pour savoir qui aurait le droit de prendre le chariot, pour le plus grand ébahissement de Marichéri qui n’avait pas pensé à ça. PrincesseChipie a tenté de battre le record de vitesse de remontée de rue avec chariot chargé, et elle a lamentablement échoué (on se demande pourquoi ce n’est pas encore une discipline olympique, tiens…). Par contre, WizzBoy a bien voulu admettre qu’en descente de rue à vide, elle s’en sort pas mal. Mais elle est nulle en slalom. Comme il est serviable, il a proposé de l’entraîner. Mais pas trop non plus, ça reste son chariot à lui quand même!

Bref, Marichéri a encore eu une très bonne idée (ça lui arrive très souvent), je n’ai plus besoin de porter les courses. Ni de les tirer ou les pousser d’ailleurs, WizzBoy, conducteur de chariot émérite, est ravi de le faire pour moi. Et quand Wizzboy n’est pas là, c’est Marichéri qui s’y colle!

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , | 8 commentaires

Mardi Tourisme: Puebla

Après les superbes photos romaines de Marichéri, j’ai un peu honte de ressortir mes vieilleries mexicaines, mais au moins, ça nous fait voyager, y compris dans le temps! On part à Puebla, qui est une des premières villes que j’ai visitée quand j’ai commencé à m’aventurer hors de la capitale. C’est à peine à une centaine de kilomètre au sud de Mexico, c’est à dire à l’époque presque trois heures de bus défoncé, au milieu des poules caquetantes, avec des cartons accrochés avec des tendeurs en guise de plancher et des fenêtres tenues par des fils de fer, on peut faire l’aller retour dans la journée. C’était donc dans mon budget.

Il paraît que depuis, Puebla est devenue très mode et est envahie de touristes, j’ai eu la chance d’y aller avant que ce soit la ruée. Puebla est la capitale de l’état homonyme, c’est pratique. Son nom historique est Puebla de Los Angeles, puis c’est devenu Heroica Puebla de Zaragoza après une révolution quelconque (sérieusement, au Mexique, il y en a eu une tous les 4 matins), mais on est entre nous, on va se contenter de son diminutif de Puebla. Comme toutes les villes mexicaines, elle s’étale autour de son Zocalo, sa place centrale qui accueille le palais du gouvernement local et la cathédrale, dont la construction a débuté en 1575 et qui est un chouïa chargée baroque. En débarquant de la gigantesque Mexico, ça m’avait paru charmant et provincial, pour ne pas dire petit, alors qu’il y a quand même plus de 3 millions d’habitants!

En fait Puebla, à la différence de beaucoup de villes mexicaines construites sur et avec les ruines indiennes, est une création des conquistadores, d’où son style typique colonial qui fait qu’elle est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Les espagnols n’ont pas eu à pousser qui que se soit, il n’y avait personne. Du coup, pour s’occuper, ils ont construit une jolie ville toute neuve. En se promenant dans le centre, on tombe sur des rues colorées, des places, des fontaines, des églises du plus pur style baroque espagnol, et des maisons charmantes recouvertes de stuc, (je conseille la casa de alfenique, la maison du sucre d’orge, surnommée ainsi à cause de sa décoration).

Bref, Puebla est très sympathique. Mais il ne vaut mieux pas la visiter pendant la saison des pluies, quand on passe, sans y être préparée du tout, d’un grand soleil radieux à un déluge torrentiel en trente secondes, surtout si on attend le bus à l’extérieur…je dis ça comme ça, sans penser à mal. C’est bien simple, alors que Puebla est au pied du Popocatepetl, les nuages arrivent à le cacher avant de se déverser sur le crâne des touristes innocents et de repartir comme si de rien n’était, en laissant à nouveau la place au soleil. Mais à part ces légers désagréments météorologiques, je garde un très bon souvenir de Puebla et ses environs!

Publié dans Tourisme | Tagué , , , , , , | 6 commentaires