Sunny Monday #48

On est toujours en noir pour le rendez-vous de Bernie, comme le ciel. On ne peut pas dire qu’il y ait beaucoup de soleil. Je vais plutôt essayer du trouver du noir à l’intérieur…

A l’intérieur d’une cloche même, à l’intérieur du clocher, à l’intérieur de l’église. J’aurais bien casé un intérieur de plus mais je suis à court d’idée.

Bonne semaine à tous!

Publié dans Tourisme | Tagué , , , | 3 commentaires

Very British presents top 10

Bon, il faut être sérieux 5 minutes, c’est quand même bientôt Noël. Il est temps de penser aux cadeaux. Comme tous les ans, par pur dévouement, au cas où vous chercheriez des idées pour votre grand tante Marceline-Therese, qui refusait de vous donner des bonbons quand vous étiez petits, ou pour votre voisin, celui qui vous réveille tous les matins avec sa trompette, j’ai fait une sélection de cadeaux culturels puisque typiquement British, si. Après c’est vous qui voyez, je ne suis pas responsable…

10-Le parapluie Union Jack…certes il pleut beaucoup ici, mais sérieusement, pourquoi?

Source

9-Un top 10 de cadeaux British n’est pas complet sans un tea cosy, cet espèce de bonnet pour théière. J’ai fait sobre cette année, mais c’est quand même spécial…de toute façon, je n’aime pas le thé et je suis bien contente quand je vois ça…

Source

8-Le cadeau utile et de bon goût qui ne peut que faire plaisir, la cale de porte en forme de Jack Russel qui est déjà le chien britannique par excellence, mais en plus avec l’union jack de partout…ou alors c’est le chien qui a des problèmes pileux inquiètants. Je ne sais pas si il y a des vétérinaires dans la salle, mais c’est normal comme pelage? Non parce que la cale de porte en chien qui a la peste bubonique géométrique, je ne suis pas sûre que ça fasse accueillant dans une entrée…

Source

7- si votre mamie Gudule-Lucienne aime les jeux de société, j’ai le cadeau qu’il vous faut et qui fera d’elle la reine des soirées loto de la maison de retraite. Le bingo des Royals, en plus, vu la qualité du dessin c’est carrément une œuvre d’art.

Source

6-pour rester dans le thème des Royals et dans l’esprit festif, vous pouvez tenter la figurine du Prince Albert (le mari de Victoria) à accrocher dans le sapin, c’est plus original qu’un père Noël ou une étoile. Après, c’est vous qui voyez…

Source

5-pour les gourmets, l’indispensable confiture de courges au gingembre…ce qui est amusant, c’est que j’arrive à chaque fois a trouvé quelque chose d’encore plus répugnant que l’année précédente, alors que je pensais avoir toucher le fond.

Source

4-C’est discret, ça va avec tout, le bouclier aux armes des rois d’Angleterre. Je précise bien sûr que ce n’est pas un jouet, c’est un cadeau pour adulte fier de sa connerie abyssale son anglitude. Si avec ça, on n’arrive pas à repousser les hordes de sales migrants européens morts de rire…

Source

3-Toujours pour les nationalistes fascistes grands patriotes, on a le décapsuleur St George (qui d’ailleurs était turc, mais bon…). C’est très classe. Avec ça, on ne se bourre pas la gueule n’importe comment comme le premier européen venu, on affiche sa fierté nationaliste. En se bourrant la gueule. Non je ne suis pas vulgaire, rien ne peut être vulgaire à côté de cette chose infâme.

Source

2-Pour les artistes paysagers ou votre grand oncle Eusebe-Fernand qui a déjà tout, du faux puit en pneux à la pergola à colonnes grecques, voilà le cadeau idéal pour compléter sa collection : le nain de jardin supporter de l’équipe de foot anglaise. Ça se passe de commentaire. Non parce que je ne sais pas quoi dire là…

Source

1- on termine évidement par l’assiette commémorative, en édition limitée sortie tout exprès cette année pour les 70 ans de mariage de Lizzie et Philou. C’est vrai que 70 ans à avoir sa tête sur de la vaisselle à vomir pour fans rassis de Royals et de mauvais goût réunis, ça se fête. C’est carrément choupinou. C’est sûr, la cousine Monique-Georgette va aimer.

Source

Publié dans Famille royale, Les tops 10 | Tagué , , , , , | 5 commentaires

Project 52 #46

Cette semaine, Ma’ nous envoie en cuisine. J’ai déjà montré plusieurs fois des bouts de ma cuisine, et depuis qu’on a décidé de partir, elle ne me plaît plus. J’essaie d me détacher émotionnellement de cette maison. Enfin bref…voilà une très joie cuisine, je ne sais plus où, dans un château en France ou en Angleterre. Mais j’aime beaucoup. Par contre, je n’en voudrais pas chez moi.

J’adore les vieilleries, mais déjà que je suis incapable de cuisiner au gaz (un piano oui, mais un piano électrique), je ne me vois pas du tout m’attaquer à ce monstre. Par contre, je veux bien tous les ustensiles et accessoires autour, même les carreaux.

Publié dans Tourisme | Tagué , , , | 4 commentaires

Friday Feelings #138

Cette fois, je suis bien en retard pour les états d’esprit de Zenopia et Postman. Mais c’est entièrement la faute de Skype. On papote, on papote et on ne voit pas le temps passé…j’aurais pu dire que c’est entièrement la faute de Cécile (de zenopia donc), mais déjà, elle est très (vraiment très) gentille. Et je suis encore plus bavarde… enfin bref, c’est parti.

Fatigue: je gère

Humeur: n’arrive pas à se mettre déjà en mode noëlesque mais y travaille,

Condition physique: gelée. On n’a plus de chauffage depuis mardi. Notre chaudière est au point mort. C’est une chaudière très sympathique mais quand elle marche. On vient d’apprendre grâce au plombier qui n’a pas encore pu la réparer qu’elle est aussi une sale migrante européenne. Et que du coup il a fallu commander des pièces de rechange au Pays-Bas. Visiblement les pièces en question viennent à la nage, on ne les aura pas avant la semaine prochaine. Bref, on a froid.

Estomac: non, je ne vais pas lui faire un café tant que je n’ai pas fini les états d’esprit…ou alors, un petit.

Esprit: de Noël. Forcément.

Culture: toujours le désert.

Avis perso: plombier c’est une profession d’avenir. Je ne vois pas pourquoi on paie des études à L’Ado, on aurait dû le mettre en apprentissage. Certes, il n’est pas très manuel, mais je suis sûre qu’il pourrait très bien se planter devant une chaudière en se grattant la tête et dire : ah ben ma p’tite dame, j’ai pas les pièces, oulala, il faut commander. Et présenter quand même une facture démentielle pour le déplacement d’urgence (si par hasard le plombier passe par ici et lit le français, je plaisante bien sûr, vous êtes très sympathique, s’il vous plait, revenez vite réparer la chaudière).

Message perso: merci pour le papotage et pour supporter mes chourineries

Loulous: L’Ado, qui a bêtement refusé de faire plombier n’a pas remis le feu dans sa colloc, c’est un soulagement. GeekAdo profite de l’agonie de la chaudière pour essayer de faire croire qu’il a pris froid, keuf keuf et ne peut pas aller à l’école. Ben justement, c’est chauffé au collège. Et on t’a mis un radiateur électrique dans ta chambre. KnightyDiva (vraiment, j’ai du mal…)répète toujours à pleins poumons, ô joie. PrincesseChipie m’a donné sa lettre au père noel et un billet de 10 livres. C’est pour quoi ça ? C’est marqué dans ma lettre. Elle veut donc faire don de son argent de poche, je cite à une association qui aide les enfants pauvres dans les pays où il y a la guerre pour qu’ils aient un Noël aussi. Je suis très fière d’elle. WizzBoy a aussi écrit au père Noël. Il est très inquiet, comment le papa Noël va voir sa lettre. Je vais la poster. Wow, Maman knows where papa Noël lives!

Amitié : sont très supportives

Divers: visiblement, et ce n’est pas courant ici, les anciens proprios devaient être ouverts et europhiles. C’est pas malin, quelle idée d’installer une chaudière hollandaise! Alors que de futurs brexiters ( on a acheté la maison avant le référendum) auraient forcément pris une chaudière britannique avec de pièces de rechange britanniques. Comme quoi…

Love : il doit pouvoir faire passer les lettres au papa Noël, il bosse avec des finlandais cette semaine.

Penser à: harceler rappeler le plombier

Sortie : on va peut être aller faire un tour au garden center voir leur winter wonderland. C’est chauffé.

Course: racheter encore d’autres radiateurs électriques d’appoint. On n’en a jamais assez.

Envie de: chauffage!!!!

Pic: Penny refuse d’aller dehors depuis des semaines. Je l’ai littéralement jetée sur la terrasse pour pouvoir changer sa litière sans qu’elle se venge ailleurs qu’elle prenne l’air. Visiblement, elle ne se souvient plus de l’herbe. Ça a l’air de la surprendre ce truc vert.

Publié dans vie de famille | Tagué , , , | 14 commentaires

Thursday thunder: brexit diary #15

Certes, depuis que notre décision est prise de partir, de quitter brexitland, je suis beaucoup plus calme. Triste, déçue, voire même dégoûtée mais plus calme. Enfin, il ne faut pas pousser non plus…je crois que même lorsqu’on aura réussi à déménager, je ne supporterai toujours pas le Brexit, ce que continueront de subir mes amis restés ici, et ce que devient ce pays que j’ai tant aimé et où sont nés deux de mes enfants.

source

On croit chaque jour avoir atteint le fond. Mais non, Zaza et sa clique continue à creuser. Enfin quand je dis Zaza…elle a disparu. On ne la voit plus, on ne l’entend plus, c’est inquiétant. A mon avis, elle s’est barricadé à Downing Street, elle se tient prête à soutenir un siège, derrière ses sacs de sable et avec un casque à pointe sur la choucroute. Elle n’ose même plus sortir pour aller gambader dans les champs de blé (c’est d’après elle son seul pêcher. Si. C’est une comique, Zaza), par peur qu’on ne la laisse plus rentrer. Pourtant elle devrait pouvoir se faufiler par le tourniquet qui tient lieu de porte à ses conseillers. Il y a du mouvement, ça n’arrête pas de dégager à toutes jambes. Pareil au gouvernement. Il faut dire que là aussi, c’est la guerre de tranchée. Entre les partisans du hard Brexit, ceux du soft Brexit, ceux du médium Brexit, ceux du Blue Brexit, ceux du Brexit-Brexit, ceux du bubbly Brexit (comme le champagne, c’est la tendance David Davis, l’alcoolisé ministre du brexit justement) et ceux Blond Bullshit (défendu par les supporters de Boris Johnson, c’est à dire lui-même), c’est la pagaille. Et c’est encore pire au parlement, puisque l’opposition y va aussi de ses contradictions et luttes intestines. Pendant ce temps les mois passent et on se rapproche dangereusement de la date effective du Brexit alors que toujours rien n’a été négocié ni préparé. Les 27 pays européens regardent la foire d’empoigne britannique avec incrédulité et un léger agacement…euh, les enfants, ça serait sympa d’arrêter de vous taper dessus 5 minutes et de vous mettre d’accord entre vous sur ce que vous comptez négocier qu’on puisse enfin commencer à discuter. Le temps presse. On dit ça pour être sympa parce que vous voyez, le Brexit ça ne va pas bouleverser nos pays, alors que chez vous…réponse des britanniques: ahah, vous voulez nous punir mais on ne va pas se laisser faire, vous avez plus besoin de nous que nous de vous…oki…Bruxelles hésite entre l’hilarité générale ou l’abandon complet, après tout si ça les amuse ces espèces gamins hystériques bourrés, enfin ces politiciens britanniques, qu’ils débrouillent avec leur Brexit.

Heureusement tout va bien dans le monde merveilleux des gens qui ont voté pour le Brexit, sauf bien sûr que ça n’avance pas assez vite et qu’il est bien évident qu’il ne faut rien négocier du tout. On part en claquant la porte, ça leur apprendra à ces Européens. Ça leur apprendra quoi? On sait pas, mais c’est pas grave, on est les plus forts! Bon par contre les fédérations d’agriculteurs qui ont appelé à voter Brexit et ont été massivement suivies par leurs adhérents ont un léger petit problème. C’est juste un détail qui cloche un peu dans la joie du Brexit. Il se trouve que les saisonniers européens ne sont pas venus ramasser leurs récoltes qui ont pourri sur place, entrainant des problèmes financiers pour eux mais aussi tout le pays (entre autre, ça joue sur l’inflation). C’est ballot. On va vite faire le Brexit, fermer les frontières sauf pour nous, et foutre dehors tous ces sales migrants européens. Sauf ceux qui bossent chez nous. Pareil pour l’industrie piscicole, qui a voté Brexit avec enthousiasme parce qu’à Bruxelles, ils sont méchants. Il faut vite fermer les frontières. Sauf pour le poisson. Et pour les migrants qui travaillent dans nos usines. Pareil pour…euh ben toutes les industries en fait, oh et les services aussi. Non mais le plus important, c’est de faire le Brexit et de se débarrasser de tous les sales migrants européens. Sauf ceux qui nous font vivre. Pareil dans les comtés qui ne vivent que du tourisme, qui ont voté avec fougue pour le Brexit, le soutiennent toujours autant et qui veulent que tous les européens soient renvoyés. Sauf ceux qui font tourner leurs hôtels et leurs restaurants. Pareil dans les maisons de retraite où on ne comprend pas pourquoi il n’y a plus de personnel mais où le Brexit est soutenu avec des larmes de joie nationalistes tombant dans les brisures de riz, qui sans la dictature de Bruxelles sera enfin du riz britannique. Comment ça, on en produit pas? Et en Inde alors? Comment, ce n’est plus une colonnie ? Mais vous voulez rire, et le grand empire britannique alors? Bientôt vous allez nous dire qu’il y a une république en Irlande aussi et qu’ils ne nous laissent pas faire comme on veut avec notre frontière commune? Je ne parle même pas des zones entières qui ne survivaient que grâce aux subventions européennes, qui ont évidement voté Brexit et attendent que le gouvernement les arrose d’argent tombé du ciel. Alors que le pays est au bord de la ruine, c’est bien simple, les problèmes de finances publiques des grecs, c’était du pipi de chat à coté. Ils ont fait comment d’ailleurs les grecs? Ah, ils ont demandé de l’aide à Bruxelles…c’est ballot, on ne va pas pouvoir faire pareil, alors?

Finalement, j’aurais presque pitié de Zaza et sa clique. Sauf que pendant que tout ce petit monde délire, le sort des européens n’a pas progressé d’un iota. Sauf que Zaza maintient ses propositions pour nous enlever nos droits rétroactivement, pour faire de nous des sous citoyens fichés et marginalisés…alors non, je n’ai pas pitié, ni de Zaza qui s’accroche désespérément au job quelqu’en soient les conséquences pour le pays, ni de tous ces abrutis finis qui ne veulent plus d’Europe (et plus de nous et le font savoir) mais veulent conserver tous les avantages qui vont avec, parce qu’ils commencent à souffrir. Vous l’avez voulu votre Brexit? Enjoy!

Publié dans Les colères | Tagué , , , , , | 7 commentaires

Refrenchization

Je ne suis pas sûre que mon titre soit un mot qui existe (ça m’étonnerait même beaucoup)…mais l’avantage de l’anglais, c’est qu’on peut facilement inventer des mots sans que ça ne fasse un scandale. Refrenchization, ça ne sonne pas si mal que ça. Alors que la refrancisation, ça fait bizarre. Pourtant, on est en plein dedans. Pour préparer au mieux notre expatriation (je refuse de dire retour) en France, quelqu’en soit la date, on commence déjà des démarches administratives, on rencontre des gens, on telephone, on écrit…et ça pose problème. Certes, l’efficacité relative, l’indisponibilité chronique et l’amabilité hargneuse des fonctionnaires de l’ambassade, la logique hasardeuse et l’imbécilité totale des démarches consulaires nous ont bien entraînés à affronter n’importe quelle administration française, ahaha, même pas peur. Mais le franglais passe à l’ambassade, pas au fin fond du nord de la France, c’est gênant. source

Déjà, je rappelle qu’on n’a jamais eu de vraie vie adulte en France, on est parti juste après nos études (j’ai bossé en tout et pour tout 3 mois en France avant qu’on nous envoie à Dublin). Mais on a déjà changé de pays, on sait que dans ces cas là, les formalités sont différentes, ce n’est pas un souci. Non, le problème c’est la langue. Tous nos interlocuteurs s’attendent à ce qu’on maitrise. C’est raté. Marichéri de son propre aveu, n’arrive plus du tout à écrire en français. Moi non plus. Vous allez me dire, je le fais tous les jours ici. Ben oui, mais je ne me vois pas demander un rendez vous chez le notaire en précisant qu’il commence un chouïa à m’énerver avec ses airs de girafe constipée, ça ne va pas le faire. Alors qu’écrire un courrier plus ou moins officiel en anglais, je maîtrise. On s’y met à deux. On se prend la tête pendant trente ans, mais bon sang, comment on dit déjà en français? Et c’est quoi la formule de politesse pour ça? Rhaaa…quand on croit qu’on a rédigé une lettre parfaite, on se rend compte qu’on a juste traduit littéralement ce qu’on aurait mis en anglais et que ça ne fait pas de sens. On ne sait pas doser entre langage familier, voire très familier et formules pompeuses. Je crois que je passe pour une affreuse snob voire une folle alambiquée auprès d’une école qu’on voulait visiter parce que je n’ai pas réussi à leur expliquer simplement qu’on voulait un autre horaire de rendez vous, alors qu’en anglais, c’était très clair dans ma tête. J’étais mortified tiens…

À l’oral, c’est pire. Les seules personnes que je vouvoie depuis 21 ans sont mes beaux parents. Si je dis vous à l’employé de mairie mais que je l’appelle comme la maman de Maricheri, ça va le contrarier, non? Je ne peux même pas ressortir mes cours, je rappelle que j’enseignais le français en primaire. Comment voulez-vous que je case Marie a 6 ans, Tom est dans la cuisine, la pomme est rouge? Tout nous vient spontanément en anglais. On est incapable de faire du small talk en français avec des inconnus. La preuve, je ne sais même pas comment traduire small talk. Et on ne sait pas du tout quand il faut faire du small talk ou pas. C’est ridicule. Ça passe si je dis à la directrice de l’agence bancaire que j’adore ses lunettes pendant qu’elle nous explique les modalités pour ouvrir un compte joint? Déjà que je me suis fait remarquer à l’agence immobilière avec mes docs à fleurs…on est des inadaptés sociaux en francophonie. Je ne parle même pas des gens qu’on croise dans la rue…il faut leur dire bonjour ou pas? Parler de la météo? Les ignorer? Comment on dit it’s a bit chilly? Est-ce qu’on doit seulement le dire? Évidement, on a connu les mêmes interrogations en arrivant en Irlande puis en Angleterre. Mais c’était normal, on était étranger. En France, on n’a aucune excuse. En tout cas aucun accent expliquant nos maladresses de communication.

Heureusement, la socialisation n’est qu’un aspect de notre refrancisation. Certes, nos enfants poussent des cris de joie devant les rayons des supermarchés qui surprennent tous les clients, et on hésite à raconter notre vie à la boulangère. Mais on maîtrise assez le côté gastronomique des opérations. On a quand même des restes. Des restes de français courant je veux dire, parce qu’on a fini les éclairs au chocolat en rentrant.

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , | 56 commentaires

Confession of a Xmas addict 2017

C’est bientôt le premier décembre et je n’ai pas encore lancé mon appel pour le Xmas addict, j’ai failli être en retard! Ça ne va pas du tout. C’est ça, d’avoir la tête ailleurs, je suis impardonnable. On ne va pas laisser le Brexit et ses conséquences sur notre vie gâcher Noël quand même. Surtout qu’on attaque la saison 5 du Xmas addict, je n’arrive pas à y croire. Mon petit blog non seulement a un événement (n’ayons pas peur des mots) récurent mais c’est la cinquième édition, je suis toute émue.

Bon cela dit, j’ ai probablement perdu une partie d’entre vous avec cette histoire de Christmas addict (Xmas pour les intimes, c’est l’abréviation usuelle ici). A partir du premier décembre et jusqu’à Noël (soit le 25, je précise pour les distraits), je poste tous les jours des photos, enfin vos photos de décorations de Noël, dans les rues, les bâtiments publics, les vitrines… du monde entier. Je mets bien sûr le nom et le lien (pour ceux qui en ont un) des participants pour chaque photo, avec un récapitulatif et une surprise le 25. L’idée est de voyager partout en attendant Noël, dans un déluge de lumières, de paillettes et de sapins. L’année dernière, on a encore battu un record, avec des photos de Noël venant 22 pays, et vous avez eu droit à ma tête ou presque devant notre sapin le 25. Vous pouvez voir les photos du tout premier Xmas addict en cliquant sur l’onglet là haut. Marichéri doit juste le mettre à jour depuis trois ans avec les éditions suivantes, on y croit! Pour pzriciper, il suffit de l’envoyer vos photos par e-mail, l’adresse est dans « me contacter » , ou par messenger pour ceux qui me suivent sur FB.

Tout est parti du fait que je suis hystérique à Noël. J’adore. Je trépigne devant les étalages de Noël. Je pille les magasins de decos, plus c’est kitsch plus je craque ( alors que le reste de l’année, je déteste le kitsch), j’ai un placard dédié uniquement aux bricolages de Noël. Ma playlist est toujours coincée sur last Christmas, malgré la mort de George Michael. Je ne prépare pas un Christmas pudding dès août, comme certaines mamans ici, mais c’est juste parce que je déteste ça. Par contre mes menus sont prêts depuis septembre, je commence l’achat de cadeaux en été. Ce qui ne m’empêche pas de croire toujours un peu au père Noël. Une vraie gamine. Cette année, ça va être un peu triste aussi, c’est en principe notre dernier Noël ici. Une des raisons pour lesquelles j’ai tellement aimé vivre en Angleterre, c’est l’ambiance de folie qu’il y a pour Noël. Ça va me manquer. Je ne sais pas comment décrire exactement, il y a bien sur les décorations dans les rues et sur les maison, mais aussi les carol singers, les fêtes et spectacles à n’en plus finir dans les écoles, c’est tout un délire festif et collectif qui s’empare du pays. On ne rigole pas avec Noël en Angleterre. Et j’adore cette ambiance.

Alors voilà, comme tous les ans, je vais vous raconter les Xmas plays, les concerts, vous parler des pubs de Noël, des xmas chutneys, des chansons, des cadeaux royaux ou pas, des pulls…et on va compter les jours avant le 25 tous ensembles, grâce à vos photos. Parce qu’il y a assez de raison d’être sérieux et pas folichons toute l’année, ça fait du bien d’oublier un peu tout ça, d’enfiler son serre-tete à bois de renne clignotant, de chanter à plein poumons et très faux laaaast christmaaas, d’avoir à nouveau 4 ans et demi et de se laisser prendre par la magie de Noël. Je compte sur vous, let’s be xmassy!

Publié dans xmas | Tagué , , , , | 28 commentaires

Sunny Monday #thisismyshithole

Cette semaine toujours en noire pour le rendez-vous de Bernie, j’ai eu envie de reprendre aussi le hashtag #thisismyshithole, inventé par Véronique, une européenne formidable que j’ai la chance de connaître un peu IRL et qui se bat contre tout ce qu’on subit depuis le Brexit. Depuis 18 mois, on a presque tous eu droit au moins une fois à « go back where you come from », retourne d’où tu viens. Et encore, c’est la version polie. Parce qu’il y a aussi « go back to your shit hole ». Je ne traduirai pas, c’est particulièrement immonde. Pour un Brexiter de base, on vient forcément d’un endroit pourri, puisque ce n’est pas en Angleterre (on ne peut pas dire qu’ils apprécient beaucoup l’Écosse non plus). Alors depuis plusieurs jour, pour leur montrer qu’il y a une vie civilisée ailleurs, on publie sur Twitter et ailleurs des photos de nos shitholes pour reprendre leurs mots, d’où on vient.

J’ai grandi dans les Landes, mais je suis née à Bordeaux, régulièrement citée parmi les plus belles des villes du monde à visiter absolument, même par les médias britanniques. Mon shithole, en noir et blanc pour rester dans le thème, c’est la Place de la Bourse, classée au patrimoine mondiale de l’UNESCO. Et chez toi, cher brexiter, ça ressemble à quoi?

Bonne semaine à tous!

Publié dans Tourisme | Tagué , , , | 6 commentaires

The shuttle top 10

Je l’ai dit, on a été en France vendredi dernier. C’est à dire qu’on a pris le train à bestiaux la navette du shuttle sous la Manche. Ce n’est pas la première fois, loin de là. En plus de 11 ans en Angleterre, on a eu largement l’occasion de devenir des habitués du tunnel. Ces derniers temps, on multiplie même les allers et retours dans la journée tous les 4 matins (si, départ vers 5 heures, c’est tôt. Très tôt. Beuh). On passe un temps fou sous la Manche! C’est bien simple, les mouettes sur le parking nous reconnaissent maintenant, Wizzboy voulait même en adopter une. Et donc, les voyages en navette du shuttle, ça donne lieu à des tas d’aventures sympas. Ou pas.


Source 

10-ça commence avec l’embouteillage pour passer les guichets d’enregistrement. C’est mathématique, le nombre de guichets ouverts est inversement proportionnel au nombre de voyageurs (c’est le célèbre théorème de l’emmerdement maximum du shuttle). Par exemple, vendredi à 6 heures du mat, il n’y avait personne et 4 guichets ouverts, on était tellement ému, on ne savait pas lequel choisir. Alors qu’un jour de grands départs, il y aura une queue de 25000 voitures devant le seul guichet ouvert, qui sera en panne, ou le type devant ne sera pas où appuyer, ou la barrière sera cassée (rayez la mention inutile). Ah ben c’est ballot, on va louper notre train avec tout ça. Il va falloir prendre le prochain dans lequel il y aura de la place. Dans deux heures. 

9-si par hasard on arrive sur le parking, devant le terminal rempli de hargneux désagréables et trop nombreux qui font bêtement la queue pour un café aussi  voyageurs aimables, c’est qu’on ne pourra pas en ressortir. C’est très simple, il faut faire 25 fois le tour, dans un parcours à faire passer le labyrinthe du Minotaure pour une promenade de santé en ligne droite, guidé par une signalétique installée par des gens bourrés ou pour un pari ou les deux, pour espérer trouver la sortie, la seule petite sortie. Il y a donc un embouteillage monstre sur le parking, où trois millions de voitures essaient de se faufiler dans un trou de souris, toutes en même temps. C’est pas grave, on prendra le train quand on arrivera à s’extraire de là. Dans 4 heures.  

8- de toute façon il y a le temps, puisqu’il y aura une panne juste quand on arrive, pour notre train. Ah ben, c’est pas de chance, vous étiez là 2 minutes avant on vous faisait passer dans le train précédent, il restait de la place. Maintenant, il faut attendre qu’on répare, non, mais ça va vite repartir. Dans 6 heures.

7- les conditions climatiques s’en mêlent aussi souvent. Les ingénieurs qui ont conçu le tunnel ont juste oublié que des fois, il pleut, ou il neige, ou il fait très chaud. C’est ballot. En même temps, il faut les comprendre, leur spécialité, c’est les transports ferroviaires, pas la météo. Comment pouvaient-ils deviner qu’en hiver, il fait froid? Bref, tout ça crée de légers retards sans qu’on sache exactement pourquoi (en tout cas, on ne le dit pas aux voyageurs). Il va falloir patienter un peu, juste 12 heures.  

6-si on arrive par hasard à être prêts à embarquer, on doit passer la douane, et donc faire la queue pendant 3000 ans devant le seul guichet ouvert, tenu par un douanier myope et tatillon qui passe deux heures sur chaque passeport. Deux douanes. La britannique et la française. Je n’arrive toujours pas à comprendre ce qui peut bien se passer sur les 20 mètres de macadam désertique où ne dépasse ni un brin d’herbe ni un gravier et où patrouillent policiers et militaires pour que les douaniers pensent qu’on puisse y changer soudainement de date de naissance ou d’identité, hop par magie. 

5- attention grand moment, on arrive enfin dans les vraies files pour l’embarquement, on va pouvoir…attendre. Si il n’y a pas de panne de train, ça va vite. Sauf si le type devant cale et n’arrive pas à repartir. Le temps qu’on dégage tout ça, il faudra prendre le train suivant. Je suis très calme. Wizzboy, où est ta mouette? On va la lancer sur les gens, elle devrait leur attaquer le crâne façon marteau piqueur, ça marche dans Gaston Lagaffe. Ça me détendra.  

4- et là, miracle, on va monter dans le train, on a déjà une demi roue avant droite dedans , youpidoo! Euh…pourquoi la voiture devant n’avance pas?  Parce qu’un crétin vient d’empaler son pare-chocs dans la cabine des toilettes. On arrête donc l’embarquement. Et je précise pour ceux qui pensent que j’exagère que c’est du vécu. 

Source 
3-du coup, on fait passer toutes les voitures dans les wagons poids lourds qui sont très bien, beaucoup plus spacieux et hauts de plafond. Moi qui suis très légèrement claustrophobe (je passe la traversée en apnée, je finis vert fluo et entièrement congelée), j’ai adoré. Jusqu’à ce que les routiers déclenchent leur sono pour passer le temps. Je ne comprends pas qu’on n’organise pas plus de concerts dans les wagons du shuttle, l’acoustique est excellente. Je n’en dirais pas autant de la techno polonaise.  

2- je ne parlerai pas de la traversée elle-même, je vais me sentir mal (ça y est, j’ai la nausée, j’ai les mains qui gèlent et je n’arrive plus à respirer…claustro, moi?). Disons que ça se passe bien. On arrive, on est tout content (rhaa, laissez-moi sortir, j’étouffe). C’est là qu’on découvre qu’un sale gosse a coincé un jouet dans les rainures des volets métalliques entre les wagons qui sont bloqués et refusent de s’ouvrir de plus de 20 centimètres. Impossible de passer. C’est toujours du vécu. 

1- évidement pour éviter tout ça, on peut prendre le ferry, ça met juste 30 ans de plus, retards expliqués plus haut compris. Et je vous ai déjà parlé de mon mal de mer? La dernière fois, j’ai failli sauter à l’eau tellement je me sentais mal et finir à la nage, alors que j’ai l’aisance d’une enclume même en piscine. Alors qu’avec le shuttle quand ça marche, on est de l’autre côté en une heure (en comptant depuis le guichet d’enregistrement), on peut même passer en avance. C’est juste qu’il faut que je fasse 35 minutes en apnée…facile! 

Publié dans Les tops 10 | Tagué , , , , , , | 16 commentaires

Project 52 #45

Cette semaine, Ma’ a choisi un sujet que je maîtrise parfaitement: le flou. Je suis même une spécialiste des photos floues. C’est bien simple je ne fais pratiquement jamais de photos non floues, c’est dire…par contre Marichéri réussit ses photos, lui  à éviter le flou. Sauf si on lui demande, évidemment et là, il nous sort du flou artistique, probablement pour me narguer. 


Il suffit d’un rayon de soleil à travers les vitraux de notre petite église de village et voilà du joli flou! J’en ai déjà parlé, c’est une église normande tout ce qu’il y a de plus banal au départ, construite vers 1100 avec des pierres romaines de récupération. Le clocher a été détruit en 1648 pendant la guerre civile. Les républicains n’ont pas hésité à bombarder l’église, et après Cromwell nous fait sa chochotte mystique, je suis l’envoyé de Dieu et tout ça…je ne veux pas cafter, mais pour un puritain à poils durs comme lui, détruire une église, ça fait désordre. Enfin bref, les habitants se sont empressés de reconstruire un clocher avec ce qu’ils avaient sous la main, c’est à dire quelques planches de bois. Ce devait être provisoire. Non seulement le clocher en bois est toujours là, mais c’est grâce à lui que l’église est classée et connaît une petite célébrité. Et l’intérieur est charmant aussi. 

Publié dans Tourisme | Tagué , , , , | 10 commentaires