Thursday Thunder :Brexit diary #7


Ce matin, j’avais rendez-vous avec une autre migrante européenne à l’épicerie fine à côté de chez moi. On y trouve des tas de  produits européens extrêmement sympathiques et il y a un café où on peut tester tout ça. J’aime beaucoup. Seulement voilà, ça ferme. D’ici la fin du mois, on ne pourra plus aller chercher notre brie fermier, nos biscuits italiens ou nos saucisses allemandes. Plus de vrai chorizo, de magret, de Lebkuchen, de coppa, d’azeitao…parce que c’est devenu trop cher. Avec la chute abyssale de la livre sterling, impossible d’importer ce qui plaisait tant aux européens qui y retrouvaient un bout de leur enfance (on y trouvait des carambars! Les expats me comprendront…) et de leur pays d’origine. Ça pose déjà problème dans les supermarchés, alors j’imagine bien que c’est impossible pour une épicerie qui achetait à des petits producteurs sur le continent. Non seulement  l’agriculture locale est très peu diversifiée à part les pommes de terre, les navets et des fraises géantes sans aucun goût, mais en plus les saisonniers européens ne viennent plus pour faire les récoltes…bref, ça coûte entre 20% et 25% de plus que l’année dernière de faire ses courses. C’est énorme. Et ce n’est qu’un début. Tout à coup, on se rend compte que beaucoup d’entreprises petites ou grandes dépendent du continent, que ce soit pour importer des matières premières, trouver des salariés qualifiés ou exporter. C’est ballot. Du coup, elles ferment ou déménagent. Le brexit commence sérieusement à faire des dégâts. Et pendant ce temps, Zaza et ses potes se marrent. 


Source 
Les négociations ont repris cette semaine, avec d’un côté les européens sérieux et préparés et de l’autre, une bande de clowns visiblement bourrés et sans aucun dossier. C’est la photo officielle. De suite, on se sent rassurés. Pendant que David Davis (le rigolard aviné au milieu) se marre à Bruxelles, Boris balance une insulte par jour contre les européens et Zaza est trop occupée à se cramponner à son poste pour s’occuper du brexit. On sent qu’on est entre de bonnes mains. À ce niveau d’incompétence crasse, on en arrive à se demander si ils ne font pas exprès de faire échouer les négociations. Soit ils ont enfin compris que le brexit n’est pas une bonne idée et ils veulent pouvoir dire à leurs électeurs on a essayé, mais ça ne marche pas tant pis, on reste. Sauf que ça ne dépend pas d’eux, c’est à Bruxelles de décider d’annuler ou pas le brexit maintenant que Zaza a activé l’article 50. Soit ils veulent partir en claquant la porte des négociations sans accord pour mettre en place leur paradis fiscal ou je ne sais quoi. Dans un cas comme dans l’autre, ce sera évidemment la faute des européens. Et comme les brexiters sont plus connus pour exprimer leur xénophobie sans retenue plutôt que pour faire de la peinture sur soie, ça ne va pas améliorer l’ambiance pour les sales migrants européens. 

D’ailleurs pendant ce temps, on attend toujours que quelqu’un daigne statuer sur notre sort. Mais les discriminations commencent à s’installer dans notre quotidien. Les assurances font payer des pénalités aux conducteurs européens. Certains employeurs demandent ouvertement des candidats uniquement britanniques, pareil pour les bailleurs. Même un voyagiste précise dans sa pub qu’il ne s’adresse qu’à des clients britanniques. C’est pas malin, comment voulez-vous vous débarrasser des sales migrants européens si ils ne peuvent plus prendre l’avion? Vous voulez qu’on parte comment, à la nage?  En même temps, ils auraient tort de se priver puisque l’exemple vient du gouvernement qui veut nous retirer a posteriori certains de nos droits, nous ficher, nous traiter comme des criminels en puissance, nous obliger à porter en permanence un papier d’identité special européens (en sachant que les britanniques n’en ont pas, et n’auront pas de cartes d’identité, pas plus que les autres immigrés). Zaza installe gentiment une apartheid et pond des lois rétroactives, mais personne ne bronche. Elle en est à retirer la nationalité britannique à des enfants d’européens nés ici qui l’avaient depuis plusieurs années. Tout va bien. D’un autre côté, quand elle demande aux députés, à travers de sa great repeal bill qui annulera toutes les lois locales issues de Bruxelles (sur la pollution, les droits du travail, le contrôle aérien, des petites choses comme ça, sans importance…) de la laisser gouverner toute seule sans passer par le parlement en vertue de sombres ordonnances datant de Henry VIII et jamais abrogées, personne ne moufte. Le chef de l’opposition se contente de lui souhaiter de bonnes vacances. C’est Erdogan qui est jaloux, il aimerait bien avoir une opposition aussi sympa! Parce que ici, tout le monde s’en fout. Ça fait plaisir à voir.  Le pays coule, mais on ne dit rien. 

Alors voilà, malgré le titre, je ne suis plus en colère. Je suis toujours dégoûtée, atterrée, terrifiée mais plus énervée. Ils l’ont voulu leur brexit, qu’ils se le prennent dans la gueule. Personne ne lève le petit doigt pour défendre les européens, à part nous-même, mais encore pire, ils ne disent rien pour sauver leur economie, leurs jobs, leur qualité de vie, leurs valeurs, leur démocratie? Ben tant pis. Dommage pour eux. Je ne me battrai pas à leur place. La caissière qui m’a reconnue ce matin (‘si tout le monde venait aussi souvent que vous, on ne fermerait pas’…ahaha, moi gourmande? À peine) a pleuré. Elle va se retrouver au chômage, à 60 ans. À cause du brexit. J’étais désolée pour elle. Et puis je me suis rappelée qu’il y avait 2 chances sur 3 qu’elle ait voté pour ce brexit. Que sa fille est la mère d’une copine de PrincesseChipie. Qu’elle ne l’a pas invitée à la birthday party de la gamine alors que toute la classe était conviée. Qu’elle ne veut plus que sa fille vienne jouer chez nous…alors tant pis pour eux. Je ne suis plus en colère, mais je n’ai plus de pitié non plus. Welcome to brexit Britain.  

Cet article, publié dans Les colères, société, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

38 commentaires pour Thursday Thunder :Brexit diary #7

  1. jean-bernard Gallois dit :

    Pffooouuuuhhh. Merci pour tes articles car on ne sait absolument pas comment cela se passe au quotidien au RU pour vous. Franchement, se présenter sans dossier à 10h pour se barrer deux heures après et retourner en GB en laissant les copains gérer cette première journée de négos, ça ne fait pas très sérieux, Mr Davis. Alors, je suis convaincu qu’il n’y aura pas de Brexit, ils sont tellement peu préparés côté british que ça sent le foutage de tronche et par derrière la critique à deux balles de l’UE genre « ils voulaient nous spolier », « voleurs, va »… Déjà la négo sur les sous que le RU doit payer au budget européen en claquant la porte n’est pas prête d’aboutir, alors tu imagines le reste. Quel gâchis et quelle tristesse que tout ça !

    Aimé par 1 personne

    • pomdepin dit :

      J’avoue que je ne sais plus quoi penser…ce n’est pas possible d’être incapable à ce point. Pour EURATOM, le gouvernement a été obligé d’avouer devant le parlement qu’ils n’ont pas fait d’études sur les conséquences du retrait (alors que légalement, ils auraient dû). Personne ne sait ce qui va se passer, comment on va produire l’électricité manquante, ce qu’il adviendra des traitements par radiothérapie…mais c’est pas grave, on va quand même quitter EURATOM. C’est sidérant.

      J'aime

  2. carrie4myself dit :

    Comportement soooo British! Ils ne sont pas d’accord avec ce que tu leur balances mais ils ne disent rien, sauf peut être chez eux, a la maison, entre 4 murs ou…. apres plusieurs pints. Ca m’étonne vraiment qu’a moitié.
    Ca renvoie a des années en arrière ou ils cachaient leur emotions en public.
    Je ne comprends pas que les plus jeunes ne se bougent un peu plus!!! ou alors commencent ils a s’expatrier sans rien dire?….
    xoxo
    (mail envoye)

    Aimé par 1 personne

  3. C’est intéressant de voir tout ça de ton regard ! Ça donne une touche d’authenticité et je t’avouerai que j’ai appris des choses qui me resserviront donc je t’en remercie très sincèrement ! 😊

    J'aime

  4. dhelicat57 dit :

    Oui en quelque sorte bien fait pour eux énorme affligeant surtoit l’attitude de ceux qui vous connaissaient dont les enfants venaient jouer comment peut on être aussi stupide!! Alors pleurer une fois que le mal est fait. .. qu’ils partent mais elle voulait un Brexit dur non? Alors pourquoi l’Europe céderait elle? Je suis si désolée pour vous et les enfants qui doivent ressentir ces défections comme une injustice pour les carambards ça doit pouvoir s’arranger ça passe par la poste…on peut t’en envoyer de France c’est pas périssable. quand pertes vous en vacances ? Je pense bien toi gros bisous de reconfort

    J'aime

  5. mathieu dit :

    Le pire est ce constat d’impuissance face à un peuple qui ne voit pas qu’il court à sa perte. Ou ne veut pas voir…Ce racisme anti-européen me fait penser à 1933 en Allemagne…

    J'aime

  6. Désolant vraiment !
    Mais quand on se rappelle toutes les fourberies passées de ce pays, s’ils pouvaient prendre une bonne claque sur les doigts, cela ferait plaisir !
    C’est vraiment malheureux pour vous, mais cela montre que la bêtise humaine est universelle et pas réservée à quelques petits pays en devenir ou en guerre ( vont ils aller jusqu’à instaurer l’étoile jaune ?).
    En France, nous avons échappé de justesse à cela, et par les deux bouts ( FN extrême droite et FI extrême gauche) !
    Nous respirons mieux et si tu veux des Carambar, magrets, pastis landais, …on va t’en expédier !
    Les huîtres c’est sur place, cela supporte mal le voyage et… le contrôle brexito-sanitaire !
    Mille bisous à toute ta famille et à très vite j’espère.

    J'aime

  7. C’est.. hallucinant ? effrayant ? désespérant ? pitoyable ?
    Un peu de tout ça sans doute… Je suis navrée vraiment pour vous…
    (et pour les carambars, ça voyage bien, donc, si tu veux… )

    J'aime

  8. Kleo dit :

    Je pensais justement à toi ce matin en lisant un (très bon) récapitulatif du New York Times. Ca fait peur de voir qu’en fait personne n’en a rien à foutre et que les Anglais regardent le Titanic couler en buvant un brandy et en écoutant l’orchestre jouer…
    J’espère que vous tenez le coup, et que les vacances vous remonteront le moral. Vous avez commencé à envisager des voies de repli ?

    J'aime

  9. Claire dit :

    Oh la la… Pas d’autre mots…
    Merci pour ces récits très instructifs.
    Essayez tout de même de déconnecter pendant les vacances! Orgie de carambars!
    En Espagne, on « importait » 2 produits : la mayo francaise avec de la bonne moutarde et du sirop… 😉

    J'aime

  10. juneandcie dit :

    Mon dieu ! Le navire coule….

    J'aime

  11. La Carne dit :

    l’histoire ne sert donc pas de leçon. les moutons suivent sans réfléchir, sans voir. Pas de pitié à avoir en effet… mais quelle tristesse… et pour vous, quelles conséquences! tu es ma seule source d’infos sur le sujet. J’ai estimé que tu étais la plus fiable. Alors merci pour ça. Et plein de courage à vous!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s