A baby in England


Non, je ne vous parlerai pas de George, le rejeton de William et Kate, et je rassure tout de suite la famille, je ne suis pas enceinte…je sais que certains ont eu peur, (en même temps, ça m’arrive tous les quatre matins). Suite à mon dernier billet, juste en dessous, là, où je m’énervais m’extasiais sur l’efficacité remarquable de ma Health visitor, j’ai eu plusieurs échanges avec plein de sympathiques blogueuses, notamment Fedora, qui m’a donné l’idée de vous parler de la maternité en Angleterre.

Comme je n’ai aucune idée de la façon dont ça se passe en France (ou en Belgique…c’est pour Fedora), il est possible que certaines choses se recoupent. J’en suis désolée d’avance.

Tout d’abord, tout le monde est inscrit ici au NHS, le National Health Service (voir mes fantastiques explications c’est par ici). Donc, quand vous décidez, par pure bonté d’âme pour rassurer Marichéri qui s’inquiète pour rien, d’acheter un test de grossesse à la pharmacie alors que vous êtes sûre que ce sont les huîtres qui passent mal, vous n’avez jamais mis les pieds chez un gynécologue et encore moins un obstétricien anglais. C’est soit le médecin généraliste, soit l’infirmière gynécologue. On ne va voir un spécialiste que sur ordonnance de son généraliste, si il pense qu’il y a un problème. Mais ça vous fait bien rire, puisque de toute façon, le test sera négatif. Le premier affichant bêtement que vous êtes enceinte au bout de trente secondes, il est défectueux.( « mais siiiii, regarde c’est marqué sur la notice, il faut attendre deux minutes. Celui là est cassé »). Au bout du cinquième test toujours positif qui vous nargue insolemment avec ses deux lignes bien visibles , il faut se rendre à l’évidence, il y a quelqu’un.

Je vous passe les détails émotionnels, pour me concentrer sur la partie pratique: et maintenant, on fait quoi? On va chez son GP, son médecin réfèrent. Je n’ai jamais fait de prise de sang de vérification, comme ça à l’air d’être le cas en France, on m’a toujours cru sur parole. Le médecin contacte alors la maternité publique la plus proche, pour faire une échographie qui sert à dater la grossesse et le service de sages femmes dont vous dépendez. Dans mon cas, c’est celui de l’hôpital, mais dans les campagnes il y a de plus petites unités, et les sages femmes se déplacent à domicile. Ensuite, on rend régulièrement visite au service antenatal de son hôpital, pour voir les sages femmes, et une fois ou deux fois un obstétricien.

Vous pouvez opter pour un suivi 50/50: moitié au cabinet médical où vous êtes inscrite, avec l’infirmière, et moitié au service antenatal, ou 100% à l’hôpital. Il y a une deuxième échographie, où l’on vérifie que tout va bien dans le développement du bébé. Ce n’est que si il y a un problème que vous verrez un spécialiste. Depuis peu, vous pouvez aussi demander le sexe du bébé. C’est nouveau, pour mes premiers, à moins d’aller dans le privé, pas moyen de savoir. Une parenthèse: est ce que quelqu’un réussit vraiment à distinguer quelque chose sur l’écran pendant l’échographie? Même au cinquième, je ne vois rien! La malheureuse radiologue s’obstinait à le dire que le bébé faisait coucou, mais franchement, elle m’aurait dit qu’elle était en train de scanner les pommes de terre dans son sac de course, je l’aurais cru aussi. J’ai tenté de m’extasier à un moment, oh, c’est son petit nez. Non madame, c’est le pied. Ah, bon, d’accord.

À mi parcours, vous rencontrerez peut être un obstétricien, le premier venu, vraiment. Il était parti chercher du sucre, car il n’y en avait plus à la machine à café, et il est malencontreusement passé devant la salle d’attente, bondée depuis trois heures de femmes enceintes, hormonales et au bord de l’émeute. Une sage femme l’a taclé alors qu’il tentait de s’éclipser, une autre l’a attrapé par le haut du corps, et elles l’ont propulsé devant une patiente…..bon, d’accord, j’exagère un peu. A peine. Les semaines passent, les sages femmes s’occupent de vous, on vous demande vos préférences en matière d’accouchement, et bien sur, vous allaitez n’est ce pas? Ah, non. Ah. Un froid sibérien s’installe dans la salle, et plus jamais une seule sage femme ne vous sourira. Vous êtes marquée pour toujours au sceau de l’infamie, vous êtes celle-qui-veut-donner-le-biberon. La naissance approchant, vous aurez peut être droit à une troisième échographie, pour vérifier la position du bébé. Vous rencontrerez un autre obstétricien. C’est aussi le moment de l’entrée en scène de la Health visitor, qui suivra le bébé après la naissance. Elle vient généralement vous voir à domicile, et remplit son petit dossier.
-c’est votre premier?
-non le cinquième.
-haaaa….et bien sur, vous allaitez, hum?
-non.
-haaaaa…et bien sûr, c’est un accouchement naturel, hum?
-non.
-haaaa….
A ce stade, il est bon de se souvenir que les Health visitors n’ont strictement aucune compétence en matière d’obstétrique, et que votre accouchement ne les regarde pas. Elles viennent juste voir si vous êtes prête à l’arrivée du bébé, et vous rappeler d’acheter des couches.

Le suivi de la grossesse est différent dans le privé, d’ailleurs, comme tous ces souvenirs m’ont épuisée, je vous en parlerai demain. (J’ai surtout peur que vue la longueur du billet, plus personne ne lise!)

Cet article, publié dans conseils pratiques, société, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

50 commentaires pour A baby in England

  1. Judith (little bilingues) dit :

    Mais si, on aurait lu jusqu’au bout, et avec plaisir !
    Je savais que le suivi de la grossesse était plus « relax » ici qu’en France (une amie devait faire une prise de sang tous les mois notamment). Je ne savais pas que le fait de ne pas allaiter était si mal vu, c’est bien dommage, chacune a le droit de choisir non mais !
    Question peut-être bête car la réponse est peut-être évidente : certains de tes enfants ont la nationalité anglaise vu que vous êtes dans le pays depuis pas mal de temps et qu’ils sont nés ici ?

    J'aime

    • pomdepin dit :

      C’est compliqué! Les trois premiers sont nés en Irlande, et ont la double nationalité. Mais comme on vit ici depuis assez longtemps, ils peuvent aussi demander à devenir britanniques à 18 ans. La quatrième est uniquement française, car nous n’étions pas ici depuis plus de deux ans (à quelques semaines près!), et n’aura la double nationalité qu’à 18 ans. Et le petit dernier n’est que britannique pour l’instant, on attend toujours sa transcription d’extrait de naissance à l’ambassade! (On a fait les papiers, mais ça part à Nantes avant de revenir ici…)

      J'aime

  2. Hermine dit :

    Non, la taille du billet ne fait pas peur, ta plume est agréable à lire et ça passe tout seul 🙂

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Merci beaucoup!:)

      J'aime

      • lise dit :

        J’appuie ce que dit Hermine, la longueur ne me gène absolument pas, au contraire et là, je vais relire, ( ah ah !! tu vois ? ) parce que, en plus, je viens de finir le livre de Jenny Machin, tu sais ? « Call the Midwife  » ? Tu devrais l’acheter – le livre – si tu n’attends pas un autre enfant, je veux dire. Parce que si oui, tu attends qu’il ou elle soit né, il y a des passages un peu, hum, pour moi ( trop sensible, ) gore ( personal joke !)

        J'aime

      • pomdepin dit :

        J’imagine! Elle n’est pas connu pour être fleur bleue.

        J'aime

  3. matinbonheur dit :

    C’est super l’allaitement, les accouchements pysio. Ce qui l’est encore + c’est d’accompagner toutes les femmes quels que soient leurs choix! Tu as été soutenue par ailleurs?

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Je le débrouille, mais c’est sur qu’au premier, j’étais perdue! Et je n’ai plus le choix, c’est césarienne obligatoire, mais la Health visitor m’a jugé avant même de regarder le dossier. (Pareil pour l’allaitement, d’ailleurs!)

      J'aime

  4. LadySo dit :

    Eh bien comme ça, je sais ce qui m’attend. Il ne me reste plus qu’à trouver le père de mes futurs petits anglais 😀

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Ah mais, j’ai rencontré des gens très gentils aussi, dans le privé et dans le NHS. Et je ne suis peut être pas dans la bonne ville pour parler en bien du NHS, l’hôpital de Colchester est en special measure, il y a eu un gros scandale, en cancérologie, mais tout l’hôpital est visé. Ça ne rassure pas.

      J'aime

      • LadySo dit :

        Je me doute bien qu’il y a des gens très gentils :). Il faut espérer que ce ne soit pas partout pareil. Surtout que je ne pense pas pouvoir aller dans le privé avant un certain temps (sauf si je trouve un mec riche, évidemment !)
        Après, si tout l’hôpital de Colchester est en special measure, ils doivent être tous à cran et ça ne doit pas aider pour se montrer aimable. Ils ont peur et savent que les patients derrière ne doivent pas être des plus rassurés. De quoi créer pas mal de tensions.
        De là à te regarder de travers et te traiter presque comme une sorcière parce que tu ne veux pas allaiter, c’est quand même moyen. C’est ton droit, après tout !!

        J'aime

      • pomdepin dit :

        Tu verras, pour l’allaitement, c’est épouvantable.

        J'aime

      • LadySo dit :

        Je ne me suis pas encore vraiment penchée sur la question, même si je me dis que j’allaiterais bien. Ils vont me sortir tous les bienfaits de l’allaitement jusqu’à ce que je craque, je suis sûre. Enfin, ce n’est pas eux qui me feront me décider, de toute façon…

        J'aime

      • pomdepin dit :

        Hihihi….c’est ce que j’ai répondu une fois: je suis française, on est têtue! Faire le forcing comme ça, c’est le meilleur moyen de nous dégoûter. Ce qui m’énerve, c’est qu’elles ne prennent même pas le temps de te demander pourquoi. 10% des femmes ne peuvent pas allaiter pour raison médicale. C’est la peine de les traumatiser? Quand tu penses que les boulot des sages femmes c’est aussi d’aider, c’est une réussite complète.

        J'aime

      • LadySo dit :

        Les français sont réputés pour être têtu. Le petit que je garde ne l’a pas encore compris, mais c’est pourtant moi qui gagne à chaque fois ! En plus, plus on me dit de faire quelque chose, moins je le fais. Comme le jour où j’ai décidé d’avoir une tablette, tout le monde m’a dit « tu verras, c’est cool un IPad »…Résultat des courses, je me suis achetée une Samsung ! Ça fera pareil avec l’allaitement. Même si j’ai bien envie de tenter, si je suis encore indécise au moment où je serais enceinte et qu’elles font le forcing, sur que je choisirais le biberon. Rien que pour soutenir les femmes qui n’ont pas le choix et sont obligés de leur donner le biberon…

        J'aime

      • pomdepin dit :

        C’est gentil! 🙂

        J'aime

  5. lanabc dit :

    Déjà pour nous c’est test de grossesse et prise de sang pour confirmer la grossesse et pour savoir si on est immunisée contre la toxo ou pas. Ensuite, en région parisienne en tous les cas c’est la course pour l’inscription dans la « bonne » maternité. pour Béclère à Clamart c’est dans la première semaine de retard des règles sinon c’est mort pour une grossesse dite « normale ». Visite tous les mois avec prise de sang si la toxo est négative. 3 écho, une vers 12 semaines, et ensuite je ne sais plus mais c’est la 2e la plus importante car c’est celle où on scrute le bébé et où on le mesure dans tous les sens et où on te dit son « sexe » si tu as envie. Ils ont même accepté que l’ado assiste à cette partie. Pas celle des mesures au cas où il y aurait un problème mais la seconde, ce qui l’a beaucoup intéressé et a rendu « sa soeur » plus réelle.
    On ne m’a pas jugé dans mon choix de ne pas allaiter, on ne m’a fait aucun commentaire et même dit qu’il valait mieux un bib donné avec amour qu’un allaitement forcé.
    Le jour de l’accouchement n’est pas très intime puisque c’est un hôpital universitaire et que donc il y a le titulaire et l’élève ce qui fait double personnel mais je les ai trouvé vraiment pro et nous n’avons à aucun moment senti que la situation devenait urgente. Ensuite on reste deux/trois jours à la mater et on rentre.
    Voilà voilà… et j’ai lu jusqu’au bout parce que ces « différences » m’intéresse…

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Et la suite demain, promis! Ici, pas de course à l’inscription en public, on dépend d’un hôpital, et c’est la qu’on est envoyé automatiquement, il n’y a pas le choix. On ne fait de prise de sang qu’une fois, en même temps que la deuxième écho, pour vérifier si tout va bien.

      J'aime

  6. Veronique dit :

    Coucou,
    Sympa, ton expérience ! C’est vrai que ça change de chez nous… En tout cas, tu m’as bien fait marré avec tous tes tests de grossesse 🙂
    Bises

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Et encore, je n’ai pas raconté pour le deuxième, j’ai fait trois test, et un était vraiment défectueux. J’ai appelé mon généraliste un dimanche matin, chez lui pour savoir ce qu’il fallait en penser! Heureusement, il était très sympa, et habitait juste au bout de la rue.

      J'aime

  7. theworkingmum dit :

    Haha! Très intéressant pour un comparatif et super instructif 😉

    J'aime

  8. audrey dit :

    Tu sais bien qu on te lit jusqu au bout! Lanabc a tout dit. 3 echos, la 1ere a 12 semaines, la 2eme a 22 semaines et la 3 eme à 32 semaines.
    On peut être suivie par son gyneco medical jusqu au 6 mois de grossesse ( même par le généraliste je crois) mais après c est par un obstétricien. Là où j ai accouché, on ne m a jamais proposé d accouchement naturel… j aurai bien aimé un peu plus de douceur (encore que pour bébé 3, qui est arrivé en plein milieu de la nuit, j ai été accouchée par un ange…), . Bib ou allaitement maternel, c est vrai que l idéal c est celui qu on a envie de faire. C est dommage cette vieille querelle. Au final on nourrit toutes nos petits avec amour…. L allaitement n est pas facile non plus, tous les personnels de santé ont une théorie différente et on a vite fait de nous culpabiliser si bébé ne prend pas assez de poids ou au contraire en prend trop. Biberon ou sein, il faut être convaincue de ce qu on veut pour bien le vivre et tenir tête à ceux qui de toute façon ne manqueront pas de nous faire des remarques….
    Vite vite la suite Pomdepin! ( et oui trop drôle l épisode sur les tests de grossesse)

    J'aime

  9. Polina dit :

    Bon à savoir, même si ça ne rentre pas dans mes plans actuellement :D.

    J'aime

  10. Anonyme dit :

    Je confirme, la longueur du billet ne fait pas peur ! 3 grossesses, trois pays pour moi, France, Inde, Singapour et 3 suivis complètement différents effectivement. Le plus dur c’était en Inde, suivi sommaire et personne ne voulait me dire le sexe de mon bébé, les médecins avaient interdiction formelle de dévoiler le sexe. En revanche, je ne sais pas si c’est toujours le cas, mais il y a 14 ans, un système illégal était en place, des camions avec le matériel pour les échos parcouraient les campagnes, le but était de définir le sexe des fœtus, les familles pouvaient ainsi décider d’avorter si c’etait une fille. Terrible….

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Ouch! En Irlande, c’était interdit aussi pour ne pas encourager les avortements ( illégaux) selon le sexe du bébé. En Angleterre, selon une copine infirmière, c’était pour éviter les procédures judiciaires de parents quand la radiologue s’était trompée à l’échographie. Je ne suis pas sûre de son explication, mais c’est vrai que le matériel s’améliorant, il est plus difficile de faire une erreur.

      J'aime

  11. Delphine dit :

    Je confirme la longueur du billet ne fait pas peur ! 3 grossesses, 3 pays pour moi France, Inde, Singapour, et 3 suivis complètement différents. Le plus dur était en Inde, suivi sommaire, pas d’écho correcte (je suis rentrée en France pour faire celle du deuxième trimestre) et impossible de connaître le sexe du bébé, la cause à la dote pour les filles ! En revanche, je ne sais pas si cela a changé en 14 ans, mais des camions chargés de tout le matériel pour échos parcouraient les campagnes avec pour seul but de dévoiler le sexe aux parents et leur donnaient la possibilité d’avorter si c’était une fille. Les tracts dans les rues disaient( je m’en souviens encore) « mieux vaut payer 5000 roupies maintenant que 50000 dans 20 ans ». Terrible….

    J'aime

  12. lilasursaterrasse dit :

    Quel suspens tu nous imposes!!! Allez! Vite la suite!

    J'aime

  13. Coucou, marrant de connaître les suivis mis en place hors de France, il y avait eu une émission à la télévision sur le système anglais, mais on en apprend encore. Du mieux, du moins bien, mais peut-être les retours précoces et les accouchements à domicile pourraient-ils se multiplier à profit en France (mais sans devenir obligatoires !)
    Ici, le sexe n’est officiellement connu que pour la 2ème écho, mais la gyneco nous a fait comprendre que le bourgeon était suffisant pour le détecter dès la première… Pourquoi ne le disent-ils pas, à mon sens juste pour éviter les avortements sélectifs (je crois que l’avortement est autorisé jusqu’à 15 semaines) !
    Sinon pour les échos, certaines sont claires, et si ce n’était pour respecter la pudeur de notre Roudoudou, je pourrais publier l’image d’un derrière bien équipé qui n’a laissé aucun doute 😀

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Je te rassure, depuis sa chaise, en observation, Marichéri voit toujours très bien les échographies! Mais l’écran est très mal positionné pour la maman, à moins de se tordre le cou. Et je suis aussi très myope, ça ne doit pas aider.
      Ici,l’avortement, en cas de problème médical peut se faire encore plus tard, sinon, c’est 16 semaines. En Irlande, il est toujours interdit, même en cas de risque pour la vie de la mamans, de malformation…du coup, les irlandaises vont avorter en Angleterre. Et les radiologues en Irlande ne disent jamais le sexe du bébé, justement pour éviter les avortements, certaines familles veulent absolument une fille après plusieurs garçons ou l’inverse. Pour moi, c’est une question d’organisation, j’aime bien savoir à l’avance pour préparer la chambre, acheter les vêtements…et choisir un prénom.

      J'aime

  14. Oui, nous voulions savoir pour toutes ces raisons… Et l’échographe nous a mis le cliché pour nous éviter tout doute :D. En Irlande, c’est particulier, mais l’Espagne a aussi cette question en suspend !

    J'aime

  15. cstef. dit :

    Pas d’allaitement chez moi non plus !
    Enfin si … pour le premier mais ça s’est pas super bien passé … pas assez en tous cas pour que je veuille renouveler … 🙂
    Je viens de t’envoyer un p’tit mail (enfin « viens » … entre temps, j’ai supervisé des devoirs et vérifier l’apprentissage des verbes irréguliers .. comment qu’ils font les p’tits anglais pour les apprendre … ça leur vient d’instinct à eux, hein ?! à force d’entendre les autres parler et , j’imagine, quelques reprises des parents !! quelle chance !!)

    J'aime

  16. lavandine dit :

    Mais si tu aurais pu continuer … moi je ne me lasse pas de tes écrits. Je suis seulement un peur « au vert bouquet » en ce moment et suis passée pour te faire coucou mais aussi pour me détendre un peu avec de plonger dans les bras de Morphée.
    Pour moi les grossesses sont trop lointaines pour en parler mais rien avoir avec l’Angleterre.
    ps : pour les écho… jamais rien vu non plus de précis !
    Biz

    J'aime

  17. pyckacoud dit :

    Jamais rien vu non plus à l’écho. « Oh un bras » ah non est la jambe… Heureusement que les gnomes en tiennent pas rigueur pour la suite.
    Et sinon contre les préjugés pro-anti allaitement lire Élisabeth Badinter qui rappelle assez bien qu’on ne peut forcer personne, que c’est pas si facile que ça, qu’il est inutile de culpabiliser les femmes et que dans tous les cas il y a des sacres lobby. Très bien ce bouquin, foi de maman ayant allaitée.

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Merci. J’ai lu des critiques, complètement contradictoires d’ailleurs, mais je n’ai pas le livre. Il ne faut pas oublier qu’il y a des cas ou l’allaitement n’est même pas possible.

      J'aime

      • pyckacoud dit :

        C’est ce qu’elle dit aussi. Faut le prendre comme un essai pas comme argent comptant mais son point de vue reste intéressant. Elle prend du recul surtout.

        J'aime

      • pomdepin dit :

        C’est ce qui manque à beaucoup de sages femmes ici. Pourtant, c’est bien sur le site du NHS que j’avais lu il y a 6 ans que 10% des femmes ne peuvent pas allaiter pour raison médicale. Elles devraient donc le savoir, et avoir une approche un peu plus subtile. Une fois sur dix, elles parlent à quelqu’un qui voudrait peut être allaiter, mais ne peut pas, et qu’elles traumatisent encore plus. Si on rajoute celles qui ne le font pas par choix personnels, ça fait du monde quand même!

        J'aime

      • pyckacoud dit :

        Sans compter celles qui allaitent a la mat et arrêtent en rentrant à la maison faute de soutien. Parce que pour l’avoir fait ça a beau être naturel c’est pas si simple!

        J'aime

      • pomdepin dit :

        Exactement! 🙂

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s