A baby in England: part two


Alors…on en était où? Juste avant l’accouchement, et bien revenons un peu en arrière. En effet, on peut choisir la voie du privé. Pour cela, il faut demander une autorisation à son GP. Il le prendra très mal:
-Comment, vous ne faites pas confiance au NHS, on n’est pas assez bien pour vous? Vous savez qu’il y a des tas de problèmes dans le privé aussi.
Rien que le « aussi » m’incite effectivement à préférer le privé. Et je n’ai rien contre le NHS, mais quitte à payer une assurance, autant s’en servir. Surtout que je suis naturellement très douillette, et très stressée. Rajoutez-y un bon paquet d’hormones, et je deviens hystérique. L’Ado avait trois semaines de retard (on aurait dû se méfier), j’étais persuadée que j’allais passer le reste de ma vie enceinte, sans jamais accoucher…et je ne m’arrange pas en vieillissant. Pour bébé 5, j’ai été prise d’une crise de panique en pleine césarienne, agrippant Marichéri par son déguisement de docteur, en reversant la moitié des équipements de l’anesthésiste : et si c’était une erreur, et si il n’y a pas de bébé? C’est la faute de l’anesthésiste aussi, à laisser traîner ses instruments n’importe où. Surtout que je ne pouvais bouger que les bras, il suffisait de faire rouler sa tablette un peu plus loin, quel empoté!

Au moins, dans le privé, on a toujours à faire aux même personnes, ils me connaissent, et ils eu le temps de s’habituer à mes crises de nerfs. Et on ne lésine pas avec le suivi: vous aurez une échographie (payante, faut pas rigoler non plus) à chaque rendez vous, toutes les 4 semaines. Vous n’êtes pas suivie par diverses sages femmes mais par votre obstétricien, toujours le même, et vous pouvez même le choisir. C’est aussi lui qui se chargera de l’accouchement (en principe…hahah). Vous et votre chéquier sont accueillis à bras ouverts à chaque rendez vous. On vous installe dans un bon fauteuil confortable (« vous payez comment aujourd’hui? »). On vous donne une tasse de thé et des petits gâteaux pour combler l’attente de trois minutes avant que l’obstétricien vous reçoive. Si vous avez des enfants, ils ont droit aussi à un petit goûter, ils ont un espace de jeux adaptés. L’obstétricien vous saute pratiquement au cou, tellement il est ravi de vous voir, vous et votre carte de crédit. A chaque fois, on fait des analyses complètes. Cela dit, mon obstétricien est un médecin remarquable et je lui voue une reconnaissance éternelle. En plus, il a un sens de l’humour décapant. Il existe des cliniques privées complètement équipées, surtout sur Londres. Dans ma petite ville, la clinique n’a pas de salle de travail, mon obstericien fait donc les accouchements à l’hôpital public avec son équipe. Mais ça n’empêche pas le NHS de lui coller un étudiant dans les pattes ( ils m’ont vu venir…). Pour bébé 5, l’obstétricien m’a demandé de ne rien dire, vous allez voir, on va bien rire. Ce cher docteur est très petit, plus que moi, et tres rond, plus que moi enceinte de 8 mois. L’étudiant était un grand maigre. J’avais déjà envie de rire. L’étudiant m’a donc examiné, et répondu aux questions du docteur: vous conseillez quoi comme plan de naissance? Il s’est lancé dans l’apologie des accouchement naturels….je ne disais toujours rien. L’obstétricien s’est dressé devant l’étudiant qui s’écroulait peu à peu (ils ont fini à la même taille) en hurlant. Il a porté l’estocade finale et expliqué à ce malheureux gamin que j’avais déjà 4 enfants, si il continuait avec ses histoires d’accouchement naturel ce serait à lui de leur annoncer qu’ils étaient orphelins, par sa faute…ahaha. Je pense que l’étudiant a dû opter depuis pour une reconversion, fleuriste ou potier peut être.

Et oui, depuis numéro 3, c’est obligatoirement une césarienne. Dans le privé, c’est presque un bonheur. Mon cher obstétricien continuait à blaguer jusque dans la salle, pour numéro 4. Figurez vous que Marichéri n’arrivait pas, parce qu’ on ne trouvait pas de déguisement de docteur à sa taille. Qu’est ce qu’on s’amuse! Je vous passe les détails sanguignolants, mais 24 heures après, je gambadais joyeusement tout autour de la chambre privée, mon bébé dans les bras. Même pas mal! Alors cette fois, je ne m’angoissais pas particulièrement, enfin pas plus que d’habitude, je m’attendais donc simplement à me vider de mon sang sur la table d’opération, à finir amputée ou paralysée. La routine quoi. Quand une semaine avant la date prévue, mon obstericien a fait un malaise cardiaque (il va très bien maintenant)….ah. Je me suis retrouvée dans le NHS, et là, on ne rigole plus. Ou plutôt si, mais on rit jaune. La veille de la date prévue pour la césarienne, vous devrez passer la journée à l’hôpital, bien qu’on vous ait juré qu’il y en avait pour une petite heure de rien du tout. Vous allez pouvoir découvrir tous ces merveilleux dépliants qu’on remet aux femmes enceintes habituellement: sur l’allaitement bien sur, les biberons étant une invention démoniaque que seule une criminelle endurcie envisagerait de donner à son bébé. La brochure vantant les accouchements alternatifs: en piscine (je n’ai rien contre, mais d’habitude dans une piscine, je nage la brasse coulée, avec la grâce d’une enclume…je ne ponds pas), ou sous hypnose….euh, alors là venant pour une césarienne, ça angoisse un peu! Et bien sur, la liste complète de toutes les complications possibles et imaginables d’une césarienne, justement. C’est là que je me suis rendue compte que finalement, je n’ai aucune imagination. Pendant cette merveilleuse journée, pour tromper votre attente, vous verrez aussi une multitude de sages femmes, donnerez des hectolitres de sang pour diverses analyses, rencontrerez un obstétricien, mais pas celui qui fera l’opération et un anesthésiste, qui va s’empresser de vous refaire la liste des complications…et voilà, revenez demain.

Je ne veux pas faire ma maligne et faire jouer le suspens, mais ça devient long. Merci à celles qui m’ont dit qu’elles liraient même un billet interminable, mais là, je m’y perds moi même. Je vais devoir faire un épisode trois, et je vous rassure, je ne vous raconterez pas les détails de mon accouchement.

Cet article, publié dans conseils pratiques, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

23 commentaires pour A baby in England: part two

  1. fedora dit :

    mais il a une très bonne longueur ce billet ^^ c’est rock’n roll tes aventures 🙂

    J'aime

  2. lilasursaterrasse dit :

    Hi hi hi!!! Comme j’ai ri!!! beaucoup de points communs hilarants! Si tu savais comme je me suis disputé avec des sages femmes qui voulaient absolument que j’allaite mon fils! Ma crevette de 2.5 kgs n’arrivait pas et elles refusaient de me donner un bib’!!!! Fight club! merci les hormones et mon instinct de mère-tigresse! Une vieille sage femme qui faisait ces derniers mois m’ a apporté de quoi le nourrir en « engueulant », pas d’autres mots ses collègues en disant que c’ètait à la maman de choisir!!!!
    Sacrée épopée la maternité hein?
    Vivement le 3!!! 😉

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Merci…c’est passionnel ici l’allaitement, on sent que certaines sages femmes ont fait une affaire personnelle, j’expliquerai dans la suite, mais ce n’est pas une option pour moi. Et bien, elles ne se posent pas de questions, ça ne les empêchent pas de passer à l’offensive.

      J'aime

      • lilasursaterrasse dit :

        Une sage femme fantastique qui m’a suivie pendant ma deuxième grossesse me disait « il vaut mieux un allaitement maternisé réussi qu’un allaitement maternel ràté! » une perle…

        J'aime

      • pomdepin dit :

        Exactement! Mais on n’en rencontre malheureusement très peu qui pense comme ça.

        J'aime

  3. Allez, je vais te rassurer, c’est parfois assez « fun » aussi en France, y compris dans le privé….
    Ah et je voulais te dire que tes health visitors m’ont fait penser à cette sous-directrice de la crèche de Mr 1er qui me harcelait par téléphone au boulot parce que mon fils réclamait la diversification, qu’il avait quand même 6 mois révolus etc… alors que je lui répondais en boucle « il n’a pas encore 5 mois, on verra cela après ses 6 mois », et qu’elle insistait, qu’elle insistait… limite pour elle je n’étais pas capable de savoir quand mon (à l’époque) unique enfant était né !

    J'aime

  4. lise dit :

    Autres temps : l’allaitement, moi, j’aurais bien voulu, c’est mon corps qui refusait et je me faisait eng.. par tout le monde parce que chacun de mes enfants s’est mis à perdre du poids. Donc, mixte et c’est pas marrant le système des pesées avant, pesées après, et bib de compensation – Si je devais recommencer ( pitié, Seigneur ! ) ce serait bib immédiatement.

    J’attends le 3 moi aussi avec impatience !

    J'aime

  5. LadySo dit :

    Ooh. J’ai bien envie dans le privé dis donc…mais j’ai pas les moyens. En plus, je n’aime pas les gens qui n’aiment que mon porte monnaie. Et dis donc, ils sont fun les médecins avec leurs étudiants.
    Et cette histoire d’allaitement, c’est vraiment chiant. C’est à la mère de choisir, m**de. Si tu n’as pas envie, tu n’as pas envie, point. Je n’ai pas été allaité et je me porte très bien !

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Exactement! En plus, au début c’était un choix, mais maintenant, je ne peux pas allaiter, alors je fais comment, je le laisse avoir faim? Elles en font tellement, je pense qu’en fait, elles découragent des mamans qui ne savent pas trop quoi choisir.

      J'aime

      • LadySo dit :

        Si en plus, tu ne peux plus allaiter, je trouve ça encore pire l’espèce de matraquage qu’elles font. Moi, je suis tentée par l’allaitement, mais si je ne peux pas, ça ne sera pas un drame. Mais si elles n’arrêtent pas de me rabâcher la même chose, c’est des coups que je me sentes mal.
        Et puis, même si c’est un choix, elles n’ont pas à faire ça. Tu as tes raisons et puis voila, elles n’ont pas à interférer. Aucun bébé n’est mort parce qu’on lui a donné le biberon…

        J'aime

      • pomdepin dit :

        C’est un peu le même problème qu’avec les health visitors, elles sont tellement dans la routine administrative, qu’elles en publient la partie « caring »

        J'aime

    • LadySo dit :

      Elles en « publient » la partie caring ??? 😀
      C’est partout pareil. Il y aura toujours des gens qui seront se détacher de leurs formulaires et d’autres qui en sont incapables…

      J'aime

  6. Odile aux US dit :

    j’adore, je pleure de rire toute seule et je suis meme obligée de lire certains passages de ton billet a mon mari qui débarque ahuri dans le bureau en m’entendant rire, ce qui n’est pas fréquent ! lance toi dans le billet numéro 3 pleaaaaaaaaase !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s