Thursday thunder: foot et sexisme


L’Angleterre accueille en ce moment le championnat d’Europe de foot féminin. Les anglaises se sont d’ailleurs brillamment qualifiées pour la finale, pour la plus grande joie des supporters et des journalistes. Alors certes, elles n’ont droit qu’à un petit encart à la une, pas une pleine page comme quand l’équipe masculine a aussi été en finale, mais on en parle beaucoup. C’est un progrès. Sauf que, toujours plein de sexisme dégoulinant d’humour, les tabloïds se sont fendus de jeux de mots désopilants: sous prétexte qu’une anglaise a réussi une talonnade, geste relativement banal pour qui joue au foot, ils ont sorti toutes leurs blagues sur les joueuses et les talons aiguilles, ahaha, qu’est-ce qu’on rit. C’est marrant aussi comme ils ne leur viendraient jamais a l’idée de faire la même chose en parlant de joueurs. Rhaaa.

Source

Rien qu’en 2022, le sun a titré, après un match de championnat que le nom des buteuses faisait penser à des gens posh en train de coucher ensemble. Non, je n’ai pas raté la traduction. Un « journaliste » dans le daily mirror a pondu tout un article pour expliquer qu’il refuse de regarder du foot féminin parce que « les femmes lui coûtent assez cher comme ça ». Un journaliste allumand (les allemandes sont aussi finalistes, après avoir battu les françaises) en pleine conférence de presse, a trouvé pertinent d’interroger une joueuse sur sa sexualité, et a voulu savoir si c’était embêtant pour elle de jouer au foot alors qu’elle est « une de celles qui préfèrent les hommes et pas les femmes ». Ah. Parce que pour taper dans un ballon, il faut obligatoirement être lesbienne, c’est ça? Un journaliste anglais se flatte de révéler le secret derrière le succès des lionnes (surnom de l’équipe féminine anglaise): vous allez rire, c’est une série d’entraîneurs. Masculins donc, parce que ces pauvres petites n’y seraient jamais arriver toutes seules, ni avec l’aide de leur coatch actuelle, qui est une femme.

Pour célébrer la victoire en demi finale des anglais l’été dernier, les tabloïds affichaient des photos pleines pages des joueurs en action. Pour célébrer la même chose cet été avec les joueuses, ils ont trouvé bon de mettre des photos (floues, c’est à dire non posées, prises par des paparazzi) de la buteuse en bikini et en mini jupe. C’est sûr, c’est grâce à son maillot de bain qu’elle a marqué. Toujours en Angleterre, les joueurs, au niveau national, peuvent gagner la FA cup, et donc plus de 5 millions d’euros. Les filles doivent se contenter de 45 000 euro pour la même compétition donc. Sérieusement, entre les frais de déplacements et autres, ça coûte très cher aux clubs féminins de simplement participer à la complétion, alors que du côté des garçons, ça rapporte des sommes folles.

J’attends avec impatience les titres de la presse après finale…quelque soit le résultat, on discutera probablement plus de la couleur des barrettes dans les cheveux des joueuses que du score. On est en 2022, et le sexisme se porte toujours aussi bien.

Cet article, publié dans Les colères, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s