Thursday Thunder: les sans-gênes


Il y a des gens comme ça, qui traversent la vie, avec un sans-gêne remarquable. Je ne sais pas si je dois les vomir ou les admirer, parce qu’une telle absence de considération pour les autres, poussée à ce point, c’est de l’art.

Source

Vous savez, le genre de personne tellement auto centrée qu’elle ne s’assoit pas sur les sentiments ou émotions des autres, elle n’en soupçonne même pas l’existence. Des autres, je veux dire. A part pour leur donner des ordres bien sûr. Du coup, forcément, ça ne peut pas la gêner de les piétiner. Les autres ne sont que le décor de leur vie, moins important qu’une plante ou un tabouret, donc on s’en fout n’est ce pas? Ce qui compte, c’est leur propre satisfaction, peut importe si il faut, pour l’atteindre, passer sur celle des autres, qui de toute façon, sont insignifiants. Ces gens voguent allègrement dans la vie, sans se retourner pour voir qui ils ont écrabouillé sur leur passage, sûrs d’eux et de leur bon droit, en toute circonstance. Alors certes, on pourrait les trouver impolis, égoïstes, megalos (ils ne sont pas le centre du monde, ils sont le monde), voire limite psychopathes mais ils sont très contents d’eux mêmes.

Ils ne se remettent jamais en question. Ils ne s’inquiètent pour personne à part eux même. Ils sont toujours extrêmement satisfaits de tout ce qu’ils font. Ça a l’air particulièrement reposant, comme façon de vivre. Immonde et totalement hors sol aussi, mais ça n’est pas le propos. En même temps, je suis un peu dure…bien sur qu’ils ont conscience qu’il existe d’autres gens que leur petite personne. Il faut bien se faire applaudir, admirer, servir, obéir, idolâtrer quand même (ne rayez pas la mention inutile, il n’y en a pas). Puisqu’on n’a pas encore réussi à créer un miroir comme celui de la reine dans Blanche-Neige, on doit faire avec ce qu’on a sous la main, c’est à dire les autres gens qui ne sont là que pour ça. C’est évident.

Cela dit, il arrive parfois que la réalité les rattrape, ces sans gènes pourtant si sûrs d’eux en toutes circonstances, et ça a l’air de les contrarier très fortement. Ils font alors des caprices dignes d’un enfant de deux ans à qui on dit de ne pas mettre les doigts dans la prise. Du coup, finalement, ça n’est peut être pas aussi agréable à vivre…j’hésite.

Cet article, publié dans Les colères, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Thursday Thunder: les sans-gênes

  1. nannie06 dit :

    Malheureusement j’en connais, et dans ma propre famille hélas

    Aimé par 1 personne

  2. Titiane dit :

    Je travaille dans une mairie, donc avec des politiques : nous faisons partie du décor, comme les meubles, les administrés, les votes, etc…. C’est sidérant !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s