Thursday thunder: brexit generosity for Ukraine. Or not.


Johnson et les brexiteurs se répandent en grands discours, c’est admirable: Poutine est méchant et les ukrainiens ont besoin d’aide et la Grande Bretagne va montrer au monde entier qu’ils sont les meilleurs pour régler tout ça. Mais verbalement uniquement. Pendant que l’Europe accueille les réfugiés du mieux possible, l’Angleterre dit qu’il faut le faire, mais ferme la porte au nez de gens qui fuient des massacres sans nom.

Quand l’Europe recueille les réfugiés Ukrainiens sans visa, par simple humanité, Londres refuse. Le ministre de l’immigration (si, si, ça existe) a même suggéré que les Ukrainiens n’ont qu’à aller faire une demande de visa provisoire pour travailleur saisonnier agricole, si ils veulent venir en UK. Le vice premier ministre a insisté devant un journaliste (qui a fait preuve d’une maîtrise remarquable en ne le frappant pas malgré son envie manifeste): il faut aller déposer une demande à l’ambassade, parce que c’est clair que les chars russes vont laisser passer les gens et arrêter de les bombarder d’un déluge de feu, le temps qu’ils règlent leurs petits problèmes administratifs. En plus, les transports et les communications ne sont absolument pas désorganisés par la guerre, c’est bien connu.

La ministre de l’intérieur reste campée sur ses positions, personne ne rentre, réfugié ou pas. Face à la pression internationale, Johnson a d’abord consenti du bout des lèvres, à accueillir 100 000 ukrainiens, à condition qu’ils aient un conjoint vivant en UK. Juste un conjoint, pas une sœur ou un cousin, faut pas rigoler non plus. Devant la levée de boucliers, il a cédé: ça sera 200 000 et pas un de plus, le 200 001ieme peut crever sur place. Johnson veut bien pousser jusqu’à accepter les enfants et les parents, mais vraiment, on sent que ça lui fend le cœur malgré ses grands discours. Un honorable député clame pendant ce temps que ça suffit comme ça, il y a déjà assez d’européens de l’Est en UK, réfugiés ou pas, on n’en veut pas. Le vice premier ministre toujours lui, prétend que de toute façon, c’est le choix des ukrainiens de rester chez les 27, parce que c’est plus près de chez eux. Sauf qu’ils n’ont plus de chez eux, connard, Poutine pillonne les civils, c’est bien pour ça qu’ils fuient!

Pendant ce temps, les oligarques russes sont toujours aussi bien installés à Londres. On ne confisque pas vraiment leurs biens, comme partout ailleurs, même si on fait la morale aux autres pays. On leur laisse le temps de vendre tranquillement tout ce qu’ils veulent, biens immobiliers ou financiers, club de foot ou actions, et d’empocher leurs profits. Ça s’appelle du blanchiment d’argent et ça fonctionne très bien depuis 15 ans, d’où les surnoms de Londongrad ou de « machine à laver russe » de certains quartiers de Londres. On vend offre aussi des passeports britanniques à tour de bras et même des places à la chambre des Lords à tous ces sympathiques oligarques aux portefeuilles si bien remplis. L’ampleur de la chose est très bien décrite dans un long et minutieux article du Guardian ici, pour ceux qui veulent les détails. Les chiffres font mal aux yeux tellement ils sont énormes et terrifiants. Les tories, le parti au pouvoir, auraient en outre, reçu plus de 2 milliards de livres de dons des oligarques russes selon un député au sérieux reconnu. Depuis 2019, Johnson a par exemple, accepté 700 000 livres d’une généreuse donatrice mariée à un ancien vice ministre des finances de Poutine, un autre oligarque, co propriétaire d’une entreprise sur les listes des sanctions internationales, a donné 375 000 livres. Les deux avaient précédemment reçu des passports britanniques, mais c’est sûrement un hasard. Là encore, la liste est longue, je ne vais pas tous les citer.

Alors voilà, Johnson continue à se foutre du monde en faisant de grands discours à Westminster mais ne bouge pas d’un pouce. Il reste aussi assis sur le rapport d’enquête prouvant l’interférence russe dans la campagne du Brexit qui a fini par le porter au pouvoir. Il fait de grandes envolées lyriques et moralisatrices, mais n’agit surtout pas. Après tout, son gouvernement a fait passer une loi pour laisser se noyer les « migrants » dans la Manche, ça n’est quand même pas pour sauver des enfants ukrainiens. On ne va pas s’embarrasser de simples réflexes d’humanité, n’est ce pas? Welcome to Brexit Britain.

Cet article, publié dans Les colères, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Thursday thunder: brexit generosity for Ukraine. Or not.

  1. Quand il est question de gros sous, bizarrement ça va tout de suite mieux 🤬😠 Article très intéressant, merci ! Belle soirée !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s