Heureux les simples d’esprit…


Contrairement à ce que le titre pourrait laisser penser, je ne vais pas me lancer dans un prêche, je ne suis pas en pleine crise mystique. Juste en pleine crise de nerfs. Et ce titre n’est pas non plus méprisant, c’est tout à fait sincère. Je suis même envieuse de la sérénité dont font preuve certaines personnes, qui ignorent totalement ce qui peut bien se passer plus loin que le bout de leur nez. Ils sont heureux, sûrs d’avoir toujours raison, sûrs de leur bon droit, ils ne s’en font pas pour l’avenir et de toute façon, c’est la faute des autres si ils ont un problème. Bref, ils sont heu-reux. Et moi à côté, avec mes velléités intellos ratées, je suis juste stressée. Clairement, je loupe quelque chose.

Source

Marichéri qui est un grand philosophe, m’a fait remarquer, alors que je m’étonnais de la naïveté d’une personne qui ne comprenait pas pourquoi l’élection américaine me stressait, puisque je ne suis pas américaine, Marichéri donc, m’a fait remarquer qu’on est bien plus heureux en ne sachant rien qu’en se prenant la tête en continu à traquer la moindre bride d’information, la plus petite analyse, la plus microscopique des études. Mieux encore, en ignorant superbement la politique internationale, l’histoire (parce que bon, ce sont bien des parallèles historiques qui démultiplient mon angoisse), l’économie, et même les droits des autres, on ne s’en fait jamais pour les conséquences. On est très content avec deux ou trois buzzwords qui s’adaptent à tout, on ne s’inquiète pas. C’est merveilleux. En tout cas, ça a l’air beaucoup plus confortable que de se laisser ronger en permanence par le doute et une terreur plus ou moins intense de l’avenir.

Regardez Trump qui crie déjà victoire, il ne se pose jamais de question, il ne doute de rien, mais il n’est clairement pas dépressif, lui. C’est beau, cette assurance chez les gens comme lui, ce mépris pour la réalité dès qu’elle ne colle pas à leurs désirs, ces convictions venues d’on ne sait où mais tellement profondes… Bref, comme dit Marichéri, les gens sont cons certes, mais plus ils sont cons, plus ils sont heureux. Ça doit être tellement reposant d’être aveugle et sourd à tout ce qui pourrait déranger ses certitudes, de ne jamais se poser de question, d’être aussi sûr de soi, de ses croyances, de ne jamais chercher à comprendre, de ne pas s’inquiéter de ne pas comprendre. J’insiste parce que je me rends bien compte que ça ne saute pas aux yeux, mais j’envie la sérénité des gens comme ça, tout à fait sérieusement, il n’y a aucune ironie de ma part.

Et là, alors que je suis en apnée, morte de trouille en imaginant tous les scénarios possibles et imaginables, je me dis qu’ils ont bien de la chance, ces soit disant simples d’esprit. L’intelligence (suffisamment pour ce rendre compte qu’on n’en a pas tant que ça, je veux dire) et la connaissance (assez pour savoir qu’on ne connaît rien), c’est clairement surfait.

Cet article a été publié dans Les colères. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Heureux les simples d’esprit…

  1. michusa dit :

    Oui je pense la même chose que vous, j’y pensais cette nuit et ce matin, et je suis toujours stupéfaite de cette capacité des simples d’esprit. Ceci dit pour les simples d’esprit qui font partie des gens ordinaires comme nous et qui ne sont pas « protégés » pas le pouvoir et leur argent comme l’agent orange et consort, eh bien s’ils ne s’occupent pas de politique et de ce qui se passe un peu plus loin que dans leur petit chez eux, bien souvent la politique finit par s’occuper d’eux et pas de façon positive pour eux. Je ne sais plus si c’est Sartre ou Beauvoir qui a dit quelque chose dans ce sens : si on ne s’occupe pas de politique la politique finit par s’occuper de nous et pas de la bonne façon. Ici aussi nuit presque blanche, je somnolais, ouvrais un oeil, rafraichissais la carte électorale sur mon téléphone, me recouchais, somnolais à nouveau etc. J’ai bien peur qu’il faille attendre jusqu’à ce week end voire plus, tellement c’est serré, au moins jusqu’a vendredi pour la Pennsylvanie d’après ce que les officiels en charge du comptage ont l’air de dire. Stressant, stressant. Pas joyeuse du tout à subir encore 4 ans (voire plus ????) de trumperies (avec un u) c’est a dire de pur fascisme et de folie furieuse par un mafieux et un gangster fou dangereux !

    Aimé par 1 personne

  2. juneandcie dit :

    Ca me fait du bien de ne pas être la seule à me trifouiller les neurones et flipper sur cette élection…

    J'aime

  3. Entièrement d’accord avec toi… Ces gens me fascinent.

    J'aime

  4. Maman Voyage dit :

    Qu’il doit être heureux ce Trump ! Mais perdre pourrait quand même lui faire les pieds :-)…
    Dans la liste des choses qui me désespèrent c’est la pseudo durée du confinement…Pour y croire il faudrait vraiment de pas réfléchir et ne pas analyser les chiffres… mais bon ! Un miracle peut-être !

    J'aime

  5. Cecile Puertas dit :

    Tellement vrai …
    Moi aussi j’aimerais me dire que je m’en fous de tout mais je ne peux pas …
    Solidaire de votre angoisse à 2000% !
    Bien que à cette heure-ci il semble que Biden soit bien parti pour l’emporter !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s