Apprendre moyennement l’histoire anglaise en s’amusant: épisode 10


Je ne pensais pas arriver à dix épisodes quand j’ai commencé…et ce n’est pas fini! J’ai décidé, dans l’espoir de détendre l’atmosphère à ma petite échelle en cette période de confinement, de massacrer l’histoire de l’Angleterre, sans aucune compétence ni prétention autre que celle de faire rire un peu. Résumé de l’épisode précédent: les franco-normands se sont installés en Angleterre, mais ils ne font rien qu’à se disputer. C’est l’Anarchie, avec une majuscule, vu que c’est le nom officiel donné à cette période de franche rigolade par les historiens britanniques, qui voit s’affronter pour le trône, les descendantes de Guillaume. D’un côté, on a l’héritière legitime, la fille de Henry I, et de l’autre sa cousine, une certaine Mathilda. Le girl power au début du douzième siècle, ça ne rigolait pas.

Source

Déjà, comme la quasi-totalité des Royals britanniques, Mathilda est une migrante européenne, une française même. En plus, elle est morte à Hedingham Castle, près de chez nous. On y allait tous les 4 matins pour voir les reconstitutions de tournois et autres combats de chevaliers. Bref Mathilda, c’est carrément une voisine. Remarquez, c’est pas ça qui simplifie les choses. Déjà, la reine Mathilda est connue des français sous le nom de Maude de Boulogne, franchement ça n’a rien à voir. Voilà que les migrants prennent une fausse identité en passant la Manche maintenant, probablement pour passer inaperçus au milieu des locaux. Un peu comme si un certain Guillaume le conquérant se faisait appeler William. Ou si Lizzie Saxe-Coburg und Gotha prétendait être en fait Elizabeth Windsor….c’est vicieux quand même, un migrant!

Enfin bon la petite Maude-Mathilda nait probablement en 1105 mais bon déjà qu’on n’est pas sûr de son vrai nom, alors son anniversaire…par contre, bizarrement elle est bien née à Boulogne. Pour une adepte des pseudos, c’est sympa. Partie comme elle était avec ses identités multiples, elle aurait très bien pu naître à Boulogne et se faire appeler Thérèse de Carcassonne. Mais là non, elle est même comtesse de Boulogne. En 1125 Maude-Mathilda épouse un certain Stephen de Blois, petit-fils de Guillaume le conquérant, on vient d’en parler… alors là, j’en ris encore. Un Stephen, à Blois en 1125? Alors qu’on n’avait même pas la télé et que la mode débile saugrenue de baptiser ses gamins de noms piqués dans les séries américaines n’était pas encore lancée…Ben voyons. En même temps, c’est déjà assez compliqué comme ça, si ça fait plaisir aux anglais, on va l’appeler Stephen aussi sans chercher à comprendre pourquoi on ne peut pas utiliser son vrai nom, c’est à dire Estienne. Précision importante, Maude/Mathilda est cousine germaine (non, pas le prénom) avec Matilda-tout-court, qui prétend au trône d’Angleterre parce que elle, c’est la fille unique du roi Henry I et que comme on vient de le voir, il lui a légué le poste…c’est à dire que cette Matilda-tout-court est aussi la cousine germaine mais côté paternel cette fois, de Stephen et que c’est aussi une migrante. Je ne sais pas si vous me suivez. En tout cas, ça va poser problème tout ça, parce qu’il se trouve que le job de roi d’Angleterre intéresse aussi notre faux Stephen. On sent que ça va barder aux réunions de famille…

Ça ne loupe pas, c’est la pagaille générale. En 1135, Henry Ier meurt et son neveu Stephen et Maude/Mathilda se ruent en Angleterre pour se faire couronner à la place de Matilda-tout-court. C’est ça ou ils bloquent les ports et le ravitaillement à Boulogne. Ça énerve Matilda-tout-court qui estime, avec raison, qu’elle était l’héritière légitime et paf, on commence une jolie petite guerre civile comme l’Angleterre en connaîtra d’autres, c’est un sport national. Au départ, ça se passe bien pour Stephen et Maude/Matilda: elle a même le temps de fonder Cressing Temple, un site templier toujours dans mon ex coin (l’office de tourisme de l’Essex lui doit beaucoup). Ça n’empêche qu’elle a l’air de s’ennuyer (en même temps, on peut la comprendre il y a plus fun qu’inaugurer des monastères), du coup elle laisse son mari faire son roi en Angleterre et elle repart tranquillement à Boulogne. Mais Matilda-tout-court commence à sérieusement à se faire remarquer en remportant victoire sur victoire et comme cet empoté de Stephen avec son prénom ridicule, ne s’en sort pas, Maude/Matilda prend les choses en main et la tête d’une armée. Ça va chauffer. À ce niveau de boucherie sanglante, on ne peut plus considérer que c’est juste une petite dispute entre cousines…

Maude/Mathilda réussit même à convaincre les écossais, qui n’avaient pourtant rien à faire dans l’histoire, de s’allier à elle. Et paf voilà que pendant ce temps, cet abruti de Stephen se fait sottement capturer par Matilda-tout-court qui s’auto proclame carrément impératrice début 1141. Tant qu’à faire, autant y aller à fond. Ça aurait très bien pu être Super Matilda, Grand Vizir Matilda, Etoile polaire de la pensée Matilda, mais bon elle a préféré impératrice, c’est son choix. Maude/Mathilda ne trouve pas ça drôle du tout, elle fonce sur Londres avec son armée pour empêcher sa cousine de se faire couronner. On sent la fille légèrement contrariée et qui en a marre. Ça va barder. Sur sa lancée, Maude/Mathilda capture son cousin Robert of Gloucester (le demi-frère de l’impératrice déchue) et met le pays à feu et à sang jusqu’à ce qu’on lui rende son imbécile de mari et son trône en novembre 1141. Comme quoi, il ne faut pas trop énerver les migrants, on se vexe facilement. La reine Maude/Mathilda meurt en 1152 dans l’Essex donc, mais avec sa couronne sur la tête. Non mais.

Aussitôt, l’impératrice Matilda qui était dans son bon droit depuis le début, puisque je le rappelle, son papa Henry I l’avait désignée comme héritière, se venge en collant son fils sur le trône. C’était bien la peine de se massacrer comme ça pour en revenir pratiquement au point de départ. Ce sont les barons anglais qui avait préféré Stephen et Maude/Mathilda, au mépris de leurs engagements à l’égard Henry I et sa fille. Bref, parce qu’ils ont voulu faire leurs malins, n’ont pas respecté les règles du jeu et se croyaient plus forts que tout le monde, des anglais n’ont rien trouvé de mieux qu’à énerver deux furies françaises et surtout à livrer leur pays à l’anarchie…je dis comme ça. En tout cas, le règne des normands finit moins bien qu’il a commencé…du coup les anglais vont inaugurer une nouvelle dynastie, venue, vous allez rire, de France. C’est une Manie.

Cet article, publié dans Les leçons d'histoire(s), est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Apprendre moyennement l’histoire anglaise en s’amusant: épisode 10

  1. Cilou dit :

    C’est hyper courageux de nous éclaircir les sombres enchevêtrements de l’histoire anglaise. J’adore ce rdv des épisodes de l’histoire moyennement sérieuse mais 100% géniale de l’Angleterre.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s