Nos enfants, ces petits francophones


Wizzboy qui ne voulait pas « speak la France » il y a encore un an, nous amuse beaucoup à parler comme ses copains aujourd’hui, ben ouais, hein. Il a tout du parfait petit français, des tournures de phrases au vocabulaire, et on trouve ça très mignon. On s’extasie aussi quand PrincesseChipie nous raconte son interro de grammaire, et qu’elle jongle avec les déterminants et les possessifs. On est tout ému quand les deux autres étudient Le Cid ou récitent l’albatros (de Baudelaire)…les gamins sont aussi surpris que nous quand on se met à déclamer spontanément avec eux. Enfin bref, pour la première fois de notre vie de parents, on a des enfants qui suivent la même scolarité que nous, dans la même langue et on ne sait pas trop comment le prendre. On n’a pas l’habitude.

Source

C’est évident banal pour beaucoup de gens, mais c’est tout nouveau pour nous. On apprend non seulement à être parents en France, mais aussi parents d’élèves francophones. Déjà, si on arrêtait de pousser des cris surexcités (hiiiii, je l’ai fait aussiii au collège ça, je suis allée au collège aussiiii) quand ces pauvres gosses nous racontent leurs journées d’école, je crois qu’ils apprécieraient. En tout cas, ils nous prendraient un peu moins pour des parents bizarres (quoique, d’après MangaGirl, on est irrécupérable et elle se trouve admirable de nous supporter avec autant de stoïcisme). Nos enfants suivent la même scolarité que nous, ils étudient les mêmes choses que nous, fini Shakespeare, coucou Molière, ils ont les mêmes rythmes (aaah, le mercredi, jour des enfants), les mêmes rites, les mêmes notations, les mêmes examens, les mêmes contrariétés et les mêmes réflexions que nous à leurs âges. Eux s’y sont habitués très vite, nous moins. On est encore bêtement (et agréablement, hiiii, j-a-do-rais Rimbaud aussiiiiii) surpris. On a passé des années et des années d’un côté à essayer de comprendre leur scolarité anglaise, et de l’autre à maintenir autant que possible un niveau de français et de culture française à la maison, et d’un coup, notre organisation devient caduque. Je suis ravie quand GeekAdo nous balance que Maupassant, c’est pas un comique (hiiiiii, il connaît Maupassant!!!!), mais je ne sais pas trop ce que je suis sensée faire (à part arrêter de hurler hiiiii, parce que vraiment, ils n’en peuvent plus).

On a aussi peur que cette francisation qui nous émeut autant, leur fasse oublier leur culture anglaise. Pour la langue, pas de souci, à part Wizzboy, ils passent spontanément à l’anglais dès qu’ils peuvent, y compris avec nous. Mais le reste? Est-ce qu’après des années à les ennuyer avec mes bouquins français, je dois leur faire lire les classiques anglais ? Est-ce que je dois transformer mes leçons sur l’histoire de France en exposés sur l’histoire anglaise? Et la culture populaire? Bon là, l’acclimatisation francophone a encore du chemin à faire. Maman, c’est qui N’Asterix? Maman, c’est quoi ce chanteur, he sounds creepy? (j’avoue, je ne sais pas non plus, d’ailleurs je n’ai même pas retenu le nom). L’humour pose aussi des problèmes, surtout à GeekAdo, qui a dû mal à apprécier les comiques français. Ce n’est pas qu’il ne comprend pas, c’est que ça ne le fait pas rire…en même temps, j’ai un peu le même problème. En fait, notre mode de vie s’est inversé, tout simplement. Il faut qu’on remplace tout ce qu’on faisait en anglais par du français et vice versa.

Et vraiment, vraiment il faut qu’on arrête de hurler (Bon d’accord que j’arrête, mais Maricheri était tout chose quand PrincesseChipie lui a récité le renard et le corbeau), il faut qu’on se mette dans la tête que oui, on a aussi étudié les mêmes choses qu’eux et que c’est normal, pas besoin de s’extasier comme ça. Hiii.

Cet article, publié dans vie de famille, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Nos enfants, ces petits francophones

  1. zenopia dit :

    Perso, ce que je trouve inquiétant c’est d’avoir étudié les mêmes trucs que ses gamins… oué, je sais, je suis hyper rabat joie sur ce coup là… mais le non renouvellement de l’enseignement me laisse pantoise parfois 😀

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Il y a sûrement des différences, mais c’est la première fois qu’on se retrouve dans la scolarité de nos enfants, ça fait bizarre. (Et je ne te trouve pas rabat joie! 😘)

      J'aime

  2. C’est marrant cette extase !! J’adore moi !!!

    J'aime

  3. Axelle Duda-Gérard (Ax-L) dit :

    Bien que n’ayant pas connu la différence des écoles, je suis parfois aussi très enthousiaste quand ils étudient un truc que j’ai étudié aussi (et eux aussi sont parfois scotchés que je puisse leur déclamer quelques vers du poème en question ou quelques tirades de la pièce de théâtre).
    Et en même temps, je pense comme Cécile, que ça ne se renouvelle pas des masses et que certains auteurs plus contemporains auraient aussi leur place…

    J'aime

  4. C’est marrant car de mon côté, je trouve qu’ils n’étudient pas tant de choses que ça que j’ai aussi étudiées, et je note de nombreuses différences. Déjà, les profs d’histoire font exprès de nous rappeler notre âge en les faisant travailler sur des évènements qui étaient de l’actualité… Ensuite, en français, leurs profs leur proposent des tas d’auteurs dont je n’ai jamais entendu parler ou alors que j’ai lus beaucoup plus tard car ils n’étaient pas au programme alors et s’il reste bien un peu de textes classiques par ci par là, globalement, c’est nettement plus varié que ça ne l’était à mon époque ! En maths, l’approche a pas mal changé aussi même si la base restant la base, on est toujours peu ou prou sur les mêmes sujets. En SPC, ils ont la chance d’avoir un établissement bien doté en matériel donc ils font beaucoup plus de TP en une année que je n’ai pu en faire sur toute ma scolarité collège + lycée… et ils ont été effarés d’apprendre que nous utilisions de vraies peaux de chats pour les expériences d’électricité statique ou encore des souris et grenouilles vivantes en SVT (c’est interdit maintenant : ils doivent utiliser des restes d’animaux de boucherie)

    Aimé par 2 personnes

  5. AdA dit :

    Moi, à mon époque, ça s’appelait Le Corbeau et le Renard 😉

    J'aime

  6. Joëlle dit :

    Parcours inverse pour notre cadette: scolarisée en France jusqu’à bac+2 elle est allée rejoindre son frère aîné aux U.S. pour y poursuivre ses études. Finalement elle s’y est bien acclimatée au niveau culturel car elle a grandi ici en regardant aussi des émissions en anglais (grâce à l’envoi régulier de cassettes VHS d’une cousine!) et on lisait beaucoup en anglais ensemble, ce qui l’a naturellement amenée plus tard à avoir des lectures dans le texte (bon, pas du Shakespeare, mais Orwell, Shelley, Huxley…). Aujourd’hui, avec les versions en v.o. des films et séries à la télé, internet, YouTube et le reste, ce sera hyper facile et naturel pour tes enfants de rester en contact avec la culture anglaise, d’autant plus qu’ ils y ont vécu, et que Marichéri et toi n’irez pas à l’encontre de leurs envies!

    J'aime

  7. Audrey dit :

    Comme je comprends. Nos filles feront leur rentrée dans le même lycée landais que leur père et moi hiiiiiiiiiii! Chose impensable il y a encore quelques mois.(re hiiiiiiiii!).
    Pour l’instant on profite des derniers moments de notre vie anglaise .

    J'aime

  8. carrie4myself dit :

    Tout comme Ma’, j’ai vu des changements et des evolutions.
    Le francais est enseigne tres differement: 1er plan, second plan pour parler de l’imparfait et du passe simple et du coup… je me base sur l’anglais pour leur expliquer! LOL

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s