Flying with kids reloaded


Bon, soyons clair, je suis en vacances, chez mon papa et ma maman, c’est à dire que je régresse en pleine enfance ou presque. Je suis certes très jeune (4 ans et demi), mais je ne crois pas qu’il y ait eu beaucoup de blogs quand j’étais gamine…déjà que internet…enfin bref, passons. Ça fait deux jours que les filles se fichent de moi et mes souvenirs, ce n’est pas la peine d’en rajouter. Tout ça pour dire que je n’ai pas vraiment pu tapoter quoique ce soit aujourd’hui. J’ai failli ne rien mettre, mais il se trouve que des gens me lisent. Des gens proches. Géographiquement, puisque certains poussent la proximité jusqu’à partager un bout de canapé, et ils m’ont fait remarquer qu’il y avait du laisser aller bloguesque. Avant de régresser complètement à l’état ado en pleine réunion de famille, qui n’est pas vraiment ma meilleur période (vous voyez PrincesseDiva? C’est de la rigolade à côté), je me suis traînée péniblement jusqu’à l’iPad et je ressors une vieillerie de circonstance pour leur faire plaisir. On n’a pas voyager en avion mais en train cette fois, pourtant il y a des similitudes. Malheureusement. C’était l’année dernière et j’en suis encore traumatisée.

Marichéri ne rentre pas dans un siège normal. Lui et ses 6m08 se sont pliés loin devant pendant que GeekAdo encastrait ses 4m02 derrière moi, moitié dans l’allée, moitié sur les genoux du voisin, moitié sur le crâne de sa sœur. L’éloignement de Marichéri, qu’on voyait pourtant bien dépasser de la marée de têtes devant nous, a déclenché les premières réclamations:

– Mamaaaan, on a perdu papaaaa.

-Non, il est devant.

-mais-euh, mamaaaaan, comment on va faire sans Papa quand l’avion va tomber?

Ahaha. Pas de soucis, l’avion ne va pas tomber. Vu que ça fait une heure qu’on est coincé dedans sur le tarmac sans avoir bougé d’un demi millimètre, les risques de chute sont très limités. Du coup, WizzBoy a enchaîné:

-Mamaaaaan, are we there yet?

-L’avion n’est pas encore parti mon chéri.

-Why?

– Je sais pas.

-…

-Mamaaaan, l’avion va tomber?

-are we falling down? Yeah!!!

Je reste calme. Tout va bien. La preuve, on a fini par décoller, par surprise, juste quand une hôtesse  annonçait qu’on en avait encore pour une autre heure d’attente. Hurlements de terreur des filles, et cris de joie suraiguës de WizzBoy, ça y est le n’airplane va tomber! Charmant bambin.  Je vous passe le bébé qui pleure (en même temps, ça couvrait les bruits de ma tribu, c’était très bien), le groupe de demeurés congénitaux bourrés (et probablement brexiters) partis pour un enterrement de vie de garçon et les sommes démentielles qu’il a fallu verser d’urgence pour un muffin au chocolat. Parce que WizzBoy s’est mis à hurler quand il a vu le chariot des hôtesses. On l’affame. On ne le nourrit jamais. On est de vrais bourreaux d’enfants alors que ce pauvre petit est au bord de l’inanition. En plus, ça serait bête de ne pas manger un muffin en attendant que l’avion tombe.

-ça suffit, l’avion ne va pas tomber, eat your gold-plated muffin!

-Are we there yet?

– mais oui bien sûr, c’est juste que le pilote préfère rester en l’air encore deux heures, pour le fun.

-are we falling down?

Au bord de l’infanticide, j’ai décidé d’aller aux toilettes, principalement parce que mes enfants n’y étaient pas. Marichéri s’est plié comme il a pu à côté d’eux (Papa vient parce que l’avion va tomber? ). Évidemment,  il y avait une file d’attente d’à peu près  25 km. Et c’est pile quand je suis arrivée devant qu’il y a eu des turbulences (en plus de celles de mes enfants je veux dire) et que j’ai dû repartir tout de suite m’assoir, dans la joie.

– Ça y est, l’avion tombe?

– Noooon! L’avion ne va PAS tomber.

-Le n’airplane is falling!…are we there yet?

– mamaaaan, j’ai faim, soif, envie de faire pipi, perdu mon iPad (rayez la métion inutile). Fais quelque chose! Nooooow!

GeekAdo, qui est limite agoraphobe n’en pouvait plus d’être enfermé comme ça avec des gens. Il était au bord du malaise, on aurait dit sa mère. PrincesseDiva boudait. PrincesseChipie commentait les mouvements de l’aile.

-oh, mamaaaan, regarde, l’aile s’est cassée!

-quoi?!?

-yeah, the n’airplane is falling down!!!

-une dernière fois, nÔÔÔn, l’avion ne va pas tomber.

-…

– the n’airplane is falling, now?

Non, il atterrit. Les ivrognes infâmes derrière ont bêtement applaudi, mais pas WizzBoy, il était très déçu. Alors soyons clairs, ce n’est pas que je sois trouillarde (je suis pire) et que j’aie peur en avion, mais le prochain qui s’avise de parler d’un n’airplane qui tombe, il rentre en Angleterre à la nage! Non mais.

Cet article, publié dans vie de famille, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Flying with kids reloaded

  1. carrie4myself dit :

    Les voyages forment la jeunesse…. 🙄 😀
    Enjoy your holidays with you Mum and Dad; make the most of it, while you can still be with them
    xoxo

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s