Le petit requin s’emplâtre


A la demande générale des copines qui sont sympas, je continue mes billets sur les travaux de la rénovation de la maison du petit requin. Comme ça ne suffisait pas de camper dans le salon (avec le micro onde) et la poussière en attendant que le trou béant devienne une cuisine, on a décidé de s’attaquer au premier étage. Le deuxième, ça va…enfin, la partie aménagée du deuxième, qui a dû être faite récemment, c’est à dire il y a moins de 1500 ans. Ça a l’air positivement moderne, isolé et en bon état comparé au reste de la maison. Il a juste fallu refaire toute la deco, mais c’est presque fini. Non, on parle du premier, qui est d’époque. C’est bien « d’époque », ça reste pas trop effrayant. À la différence de la tapisserie à fleurs au plafond des chambres, qui elle me donnait des cauchemars…

En fait, la boîte qui rénove tout ça nous a fait un prix de gros (c’est une expression, j’ai perdu un kilo depuis que je me nourris presque exclusivement de poussière de plâtre) pour tout l’étage. Mais donc tout l’étage en même temps. Premier problème…on dort où? Surtout que le chef des plâtriers est formel, ça va prendre le triple du temps prévu. Youpidoo. Après des négociations serrées en franco-anglo-polono-roumano-ch’ti d’où il est ressorti que finalement, l’espéranto, c’était une excellente idée parce que clairement personne n’a parlé de peindre les crevettes mais c’est pourtant tout ce que j’ai compris, on a négocié de faire ça deux chambres à la fois. Les ouvriers roumains sont très serviables, ils ont proposé de déménager eux-même tous les meubles. Alors c’est simple, vous pouvez mettre la penderie de Wizzboy, là dans ma chambre. Si yes mââdama (alors qu’en polonais, c’est Mââdam. Je deviens polyglotte en plus). Non, ça c’est le lit de KnightyDiva. Si yes mâââdama. Non mais ça va pas ici…non, pas ça…enfin bref je me suis retrouvée sur le palier, au milieu d’un ballet d’ouvriers roumains et de meubles divers, à beugler en faisant le sémaphore et en pure perte. Résultat, tout s’est retrouvé entassé n’importe où. Impossible d’atteindre mon placard pendant 5 jours, et les pulls de Maricheri m’arrivent aux genoux, je ne parle même pas des sous-vêtements. Mais ce n’est pas le pire.

Les ouvriers ont pris sur eux de décider que c’était plus fun de mettre un enduit spécial sur le torchis plutôt que le placo prévu. Alors là soyons clair, ce truc doit forcément être interdit par la convention de Genève. En fait, les armes de destruction massive, c’est du pipi de chat à côté. C’est pas chez Saddam Hussein qu’il fallait chercher pour trouver de suite, mais chez mes plâtriers. A l’odeur, on ne pouvait pas se tromper. On a tous été malade même en aérant à trois heures du mat alors qu’il faisait -6 (ce qui nous permet maintenant d’avoir tous la crève). Ça a été pire pour Wizzboy, je vous passe les détails…vous avez vu l’exorciste? Bref, après que le grand patron en personne se soit déplacé pour reprendre les choses en mains (je ne les ai pas vraiment accusé d’être des empoisonneurs psychopathes…), les ouvriers roumains me haïssent personnellement mais ont arrêté avec leurs inventions pestilentielles leur enduit et repris les travaux avec du placo. Pendant ce temps, dans la cuisine, la hotte est arrivée à pied depuis Montpellier, pour repartir aussitôt. La petite coquine était toute rayée. Mais pas de soucis, on nous en envoie une de remplacement. Depuis l’Italie. Elle vient à cloche pied, elle sera là d’ici 5 ou 6 semaines. Bon. Toujours aucune nouvelle du plan de travail pour l’îlot non plus. En attendant, on a un truc provisoire moche et petit, mais au moins, la plaque tient dessus. Tout ça au milieu d’un brouillard épais bien sûr. La poussière de plâtre, c’est la joie. Je dors sur le canapé et sous une couche épaisse de poussière depuis lundi. Hier, j’avais bon espoir de pouvoir cuisiner pour la première fois depuis un mois quand les plombs ont sauté. L’électricité est revenue juste à temps pour que la chaudière se fasse agresser par un livreur de fioul meurtrier et qu’elle exerce son droit de retrait pour qu’on se gèle. Là dessus, vers 19h panne de courant dans tout le village…bon, ce n’est pas que je craque un peu mais ça suffit là! Et paf, dans le noir, je suis rentrée directement dans le cadre de mon lit que les ouvriers avaient sournoisement mis debout devant la porte, sûrement pour se venger de ma politique anti gaz moutarde enduit. Je n’ai plus de rotule droite.

Mais ça avance. La cuisine n’est pas finie mais elle est opérationnelle. Les enfants ont tous regagné leurs chambres, plâtrées et isolées (les chambres, pas les enfants. Quoique…). Il ne reste plus qu’à peindre et décorer. On devrait pouvoir réintégrer la notre ce week end…donc on attaque la salle de bain demain. Tout va bien, je suis sereine. Aie.

Cet article, publié dans vie de famille, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

28 commentaires pour Le petit requin s’emplâtre

  1. carrie4myself dit :

    Tu es tres tres sereine par rapport a quelques mois je dirais! Tu sais que ca va aller.
    Dommage que tout prenne le triple de temps et que les elements ne soient pas arrives sans deterioration mais ca va aller….. ca va le faire! Courage et bon « déplatrage »….
    xoxo

    J'aime

  2. axelle57 dit :

    Ben dis donc ! C’est quand même loin d’être une parie de plaisir !

    J'aime

  3. Fugu dit :

    Euh comment dire… Bon courage ?

    J’avoue que quand tu as parlé de la Maison du Petit Requin, j’étais envieuse et je rêvais d’avoir la chance un jour de trouver la mienne… Je rêve un peu moins maintenant. On va dire que c’est un mauvais moment à passer, mais il est très mauvais. 😀

    Et vraiment bon courage !

    J'aime

  4. dhelicat57 dit :

    c’est le pb des travaux on sait qd ça commence et pas vraiment qd cela va finir mais je te trouve zen en tout cas sur le papier gros bisous

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Les plâtriers roumains devraient finir d’ici demain…ils ont accéléré depuis la venue du patron, ils ne m’apprécient vraiment pas et n’ont qu’une hâte, ne plus bosser chez moi. Ça m’arrange bien!

      J'aime

  5. Oh punaise !!!
    L’enduit, l… c’était des ouvriers polonais qui avaient utilisé un truc de ce style chez des voisins un été… 4 étages plus haut, on était gazés via les conduits d’aération statique de l’immeuble !!!! Et quand on est descendus voir, les gars parlaient pas français, les voisins étaient en congés mais bon le chef a réussi à comprendre qu’il y avait un truc qui clochait, a appelé la voisine (qu’on ne connaissait pas… ) qui a fait la traduction français/polonais… Ils ont ensuite bouchés les aérations ! Ouf ! ça a amoindri les odeurs chez nous….
    Allez, courage ! Tu commences à en voir le bout !

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Le chef de chantier de la cuisine sert d’interprète…sauf qu’il est polonais et ne parle pas roumain. Je crois avoir reconnu un peu de russe dans leur charabia franco-espagnol-anglais.

      Aimé par 1 personne

  6. laurencemaneramoro dit :

    Mais ça avance de partout quand même ! Ça c’est positif , cest le grand bazar mais pour la bonne cause !

    J'aime

  7. ELLA dit :

    Ne JAMAIS perdre son humour ==> c’est ça qui te sauves toujours!!!
    Bon courage, le printemps arrive et tu vas bientôt pouvoir faire à manger à ta petite famille. 🙂

    J'aime

  8. Les travaux sont à la hauteur de la maison du Petit Requin, quelle chance elle a eu de vous rencontrer!! Continuez de nous relater cette poussière de rêve et le givre pailleté des diverses pannes ou odeurs…Bon Ok, je sors 🙂
    Mais j’adore et je vous envie vraiment de ce tourbillon de projets, de vie et de possibilités

    J'aime

  9. claire dit :

    Bon courage !
    Malgré tout, cette maison me fait rêver, enfin quand elle sera finie 😉 J’espère que vous avez une deuxième salle de bain.
    Pour refaire la cuisine et la salle de bain de l’appartement j’ai eu un peu le même bazar (mais j’étais sans mari et sans enfant à l’époque) : le mec me dit 3 semaines. Résultats des courses : 9 semaines dont 4 a squatter chez une copine très patiente !

    J'aime

  10. Agdel dit :

    Courage, dis-toi que ça vous fera des souvenirs ! Encore 4-6 mois à avaler du plâtre (ben oui, ça continue à retomber longtemps après…) mais vous aurez une maison qui vous ressemble, alors que quand on achète « état impeccable » on se retrouve à vivre 10 ans avec les goûts des anciens propriétaires.
    Le coup de l’enduit, ça me rappelle des peintres roumains (ou polonais, je ne les ai pas fréquentés de près) au boulot, qui ont réussi à dégoter de la peinture glycéro (interdite depuis des années en France), des mois plus tard on doit encore aérer avant chaque réunion.

    J'aime

  11. Frédérique dit :

    Ah oui , là c’est du lourd , les travaux c’est la plaie , on est obligé d’y passer parfois et on en rit après … Bien bien après . J’ai connu ça pour mon boulot , continuer de servir les clients avec pose d’un ipn à deux mètres . La joie ..’ Je m’en rappelle encore c’était il y a 15 ans …
    Beaucoup de courage pour les effluves chimiques ( et les ouvriers ils ne sont pas stone avec tout ça ?
    Bientôt le soleil , la cuisine et les petits plats qui vont avec 😉
    Bises
    Frédérique

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Les plâtriers roumains ont fini…ils me détestent cordialement mais c’est pas grave. Effectivement, je me demande si le fait qu’ils insistaient pour me recaser leur trois mots d’espagnol n’ait pas dû à la vapeur d’enduit. Pourquoi espagnol?

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s