Thursday Thunder: brexit diary #8 


Attention, ce n’est plus de la colère, c’est de la rage. Mais aussi de l’effroi, de la panique glaçante. Une semaine qu’on est revenu en brexitland et je suis au bord de la nausée en continu. J’aurais aimé ne pas défaire les valises, repartir aussitôt, n’importe où  mais définitivement loin du brexit et de ses effluves fascisantes. Et même si demain Zaza et ses clowns irresponsables effacent tout, ahaha c’était une blague on oublie le brexit, ce serait trop tard. Ça ne changerait plus cette impression d’avoir été trahie par un pays que j’aimais tant, ce dégoût aussi, voir ce mépris qu’il m’inspire. Ça ne s’arrange pas en brexit Britain. 


Source 

La semaine dernière, un sondage a fait la une de tous les médias, certains se réjouissant ouvertement . 29% des remainers (les pro europe, même pas les brexiters) sont pour la déportation totale des migrants européens. Tous. Y compris les conjoints de britanniques et leurs enfants nés ici? Je ne fais pas de point Godwin (ça peut venir), je reprends mot pour mot les titres de la presse britannique. On met la barre où? On déporte aussi les petits-enfants d’européens, ceux qui ont un seul aïeul européen? Ceux qui ont été naturalisés? (J’avais prévenu pour Godwin…si vous ne voyez pas ce que je veux dire, ouvrez un livre d’histoire, aux pages parlant de la fin des années trente en Europe, par là…). Ça fait chaud au cœur de revenir dans un pays où la presse titre que 29% des plus tolérants veulent nous foutre dehors, tous jusqu’au dernier. Nous déporter. Et ça ne fait réagir strictement personne. Enfin si, nous les européens, les futurs déportés. Uniquement nous. Devant nos protestations indignées, les médias se sont replongés sur la question et cette fois ça n’a pas manqué de provoquer quelques pâles remous. Comment, la presse parle de déportation massive et totale d’une catégorie de la population basée sur son origine ethnique et on ne dit rien? Ahaha, c’est un scandale. Un scandale statistique. Voilà, c’est tout. On parle de déportation, de nettoyage ethnique (Ben oui désolée, mais il faut arrêter d’employer de pudiques euphémismes, c’est bien comme ça que ça s’appelle que ça se passe dans une démocratie occidentale comme à l’autre bout du monde) et ça ne soulève qu’une querelle de statisticiens. La méthodologie de l’étude est mauvaise. Ah bon, et son vocabulaire? En plus les médias ont écrit n’importe quoi parce qu’ils n’ont pas du tout compris les chiffres. Ah oui, et les mots? Ils les ont compris, les mots? 

C’est sûr que quand on parle de déportation, la seule chose importante, c’est l’interprétation des chiffres. WTF?!? Qu’est-ce qui ne va plus dans ce pays pour qu’on parle ouvertement de déportation sans que ça ne soulève d’autres problèmes que statistiques? Je me contrefous de la méthodologie et de l’interprétation des chiffres! Comment peut-on en arriver à banaliser la déportation à ce point là, entre les résultats du foot et la dernière sortie des royales? Ça n’a fait bondir personne. D’ailleurs, une parenthèse pour certains (pas des lecteurs assidus, mais des gens qui passent parfois par ici) qui me trouvent hystérique. Lire ces mots, voir évoquer tranquillement, naturellement une déportation totale basée sur des considérations ethniques, ça me glace, quelque soit le lieu ou le moment. Si ça ne vous provoque aucun effroi, on a un problème. Quand en plus, ça concerne mes enfants, effectivement je deviens folle. Si vous n’êtes pas capables de comprendre ça, on n’a vraiment rien à se dire. Je ne dis pas que ces mots seront suivis des faits mais qu’ils soient posés, étalés dans tous les médias, qu’ils soient normalisés et acceptés par la population me rend malade. 

Depuis plus de 18 mois les médias et le gouvernement s’appliquent à nous déshumaniser. Vous avez toujours votre bouquin d’histoire sous la main? Parce que là aussi, il y a de fâcheux précédents historiques. On n’est plus la voisine, le collègue, la docteur, le camarade d’école…on est au mieux une monnaie d’échange dans les négociations avec Bruxelles (« bargaining chips », pour citer le gouvernement) au pire un problème à résoudre définitivement. On ne parle pas de la logorrhée verbale d’un quelconque groupuscule fasciste, mais du langage courant, de la rhétorique quotidienne du gouvernement et des médias. Visiblement, c’est plus facile de s’indigner des délires d’une poignée de néo nazis ailleurs que de réagir devant la normalisation du fascisme d’état dans son propre pays. Que de réagir quand son pays refuse de renouveler le passeport d’enfants nés ici d’européens et donc de facto leur retirent la nationalité britannique qu’il leur avait accordé. Ça aussi, ça a un nom, ça s’appelle de la déchéance de la nationalité en fonction de l’origine ethnique. C’est quoi ce pays qui accepte cette ignominie sans broncher? C’est quoi ce pays où n’importe quel abruti, quel que soit son âge, essaie de vous persuader qu’il a défait tout seul et à mains nues les armées d’Hitler grâce à ses super-pouvoirs innés de britannique mais où il ne trouve rien à redire sur ce qui se passe sous son nez? Au contraire, il applaudit au nom d’une chimérique et puante grandeur nationale et nationaliste. C’est quoi ce pays où une certaine presse demande une « solution finale » aux immigrés musulmans dans ces termes exactement? C’est quoi ce pays où si on n’est pas très aisé, on ne peut pas vivre avec son conjoint étranger (non européen pour l’instant)? C’est quoi ce pays où il est banal d’évoquer comme un fait normal et accepté la déportation totale selon l’origine ethnique?  

C’est le pays dans lequel je vis, c’est le pays dans lequel mes enfants grandissent. C’est le pays où j’ai peur. C’est aussi un pays que je finis par mépriser profondément pour sa haine, son absence totale d’esprit critique, son sentiment de supériorité aux relents colonialistes, sa bêtise crasse, sa xénophobie ordinaire. Pour sa lâcheté. Welcome to brexit Britain. 

Cet article, publié dans Les colères, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

76 commentaires pour Thursday Thunder: brexit diary #8 

  1. anne35blog dit :

    Il n’y a pas d’autre mot, c’est franchement dégueulasse,pourquoi n’en parle t-on pas plus en France?

    Aimé par 1 personne

  2. Catwoman dit :

    Ce qui m’épate c’est qu’on n’en parle pas dans notre douce France. On préfère s’énerver sur Trump… Sinon, je ne sais que te dire à part que je suis profondément choquée par ce qui se passe là haut et désolée pour vous car tu avais l’air d’aimer ce pays 😥

    Aimé par 1 personne

    • pomdepin dit :

      Si ça t’intéresse, j’ai mis un lien en réponse au commentaire de Anne35. Ce sont les excuses de The independent, qui pour moi n’excusent rien. Ils reconnaissent s’être plantés sur l’interprétation des chiffres, mais ça ne les choque pas plus que ça d’avoir banalisé le mot déportation en parlant de nous.
      Sinon, effectivement, j’aimais profondément ce pays. C’est fini.

      Aimé par 1 personne

  3. danyhube dit :

    je veux juste vous assurer de ma sympathie à votre égard, car vos écrits me laissent sans voix !

    J'aime

  4. carrie4myself dit :

    A quoi bon réagir pour ce qui concerne les continentaux vivant hors Brexiland. La Gb veut quitter l’Europe et l’Europe se dit: chic, on va avoir plus d’argent, le monopole de l’Angleterre sera terminée, on va retrouver nos européens, qu’ils se débrouillent en Gb.
    L’Angleterre pousse les europeens/continentaux a partir ben qu’ils partent se disent les anglais.
    Je lisais ton article et pensais au fond de moi; les anglais ont été tres coloniaux, et la ils se sentent envahis dans leur propre pays plutôt que d’envahir les autres pays. Donc allez hop on va nettoyer tout ça; l’Angleterre aux anglais, ceux qui ne sont pas d’accord partent.
    Resume ignoble, mais malheureusement vrai. Et ta conclusion va dans le même sens.
    Les jeunes n’ont rien connu aux guerres mondiales, c’est si loin, les vieux exagèrent tout pensent ils, les mots oui bof on comprend pas trop le bon anglais et hop on laisse couler. De toute manière c’est vrai quoi l’Angleterre aux anglais, exportons la marmelade, tout ira bien!
    Voila ce que je pense de la manière de penser des anglais 😦
    Go, go, go away for your own safety and your loved ones. One day you’ll find the way
    xoxo

    Aimé par 3 people

    • pomdepin dit :

      Ton analyse est dure, mais j’ai bien peur qu’elle soit vraie. On le voit et on l’entend tous les jours. And we are trying, so hard. I hope, you are right, one day…

      Aimé par 2 people

      • carrie4myself dit :

        Je n’ai jamais été tendre malheureusement. Toujours eu un frein qui me disait: tu n’es pas chez toi, tu n’es pas British et pourtant… a l’époque j’aurais pu l’être!!! Mais voila mes peurs, doutes sont révélés être vrai maintenant avec une ampleur que je n’aurais cependant pas soupçonnée. Pour avoir vécu avec des British 24h/24 et pas seulement seule chez moi a voir du monde simplement au travail, on apprend beaucoup .
        We must carry on thinking that it’s going to be our Year…
        xoxo

        Aimé par 1 personne

      • pomdepin dit :

        Alors que je croyais être chez moi…

        Aimé par 1 personne

      • carrie4myself dit :

        Apres tant d’années tout le monde penserait ainsi. C’est tout a fait normal… enfin normalement :/
        Entendue a la radio: une anglaise, depuis 15 ans mini, vivant dans le Sud Ouest fait les démarches pour être naturalisée française. Afin de pouvoir voter, et surtout ne plus être avec ces anglais fous…..

        J'aime

      • pomdepin dit :

        Ça ne m’étonne pas

        Aimé par 1 personne

    • Je te rejoins sur le fait maintenant il y a presque 3 générations qui n’ont pas connu la dernière guerre mondiale, et quasiment une qui n’a pour dire pas connu ceux qui l’ont faite/vécue… et ça joue forcément sur leur analyse des choses….

      Aimé par 2 people

      • pomdepin dit :

        J’ai eu une conversation très intéressante avec une autre migrante européenne venant d’Allemagne. Elle développait l’idée que les anglais ne peuvent pas comprendre l’intérêt de l’Union européenne, parce qu’ils n’ont pas subi les deux guerres mondiales sur leur sol. Même le blitz est peu comparé aux atrocités sur le continent. Du coup, là où on voyons un projet de paix, ils ne pensent qu’à l’intérêt économique. Cela dit, l’intérêt économique semble leur échapper aussi en ce moment.

        Aimé par 2 people

      • Ca tient la route pour l’Europe.. mais on voit une montée des nationalismes et des populismes un peu partout, y compris en Europe continentale et là, je pense que la question de la mémoire collective joue beaucoup….

        Aimé par 2 people

      • pomdepin dit :

        Tu te rends compte qu’ici, l’histoire est en option à partir de l’equivalent de la 4eme? GeekAdo en fait, mais L’Ado avait arrêté (on a droit qu’à deux options). Heureusement qu’on pouvait pallier la chose a la maison. Il y a un gros déficit aussi de culture générale quand on compare avec les autres enseignements européens. On se spécialise très vite ici.
        Pour les nationalismes, j’espère que leurs derniers revers électoraux (Autriche, Pays Bas, France) vont se confirmer…et que le naufrage économique anglais va les calmer.

        Aimé par 3 people

      • En France, la façon d’enseigner l’histoire au collège/lycée a beaucoup changé… Et sous couvert de « plus de transversalité », j’ai l’impression qu’on s’intéresse moins aux causes/conséquences et à la façon dont les choses s’enchaînent…

        J'aime

      • pomdepin dit :

        Transversalité? Je ne sais pas ce que c’est mais je crois que je ne perds rien!

        Aimé par 1 personne

      • tu ne perds rien 😉

        Aimé par 1 personne

      • carrie4myself dit :

        Je sais la douleur des européens qui y vivent et ça fait mal de voir le reste du continent ne rien faire 😦 Et de la part de anglais et leur manière de penser… ça m’étonne malheureusement moins.
        Je m’etais toujours méfiee d’eux et voila a quoi on arrive maintenant.
        Triste est un petit mot

        Aimé par 2 people

      • pomdepin dit :

        Bruxelles nous défend. C’est même ce qui agace tellement le gouvernement je crois. Les négociateurs européens restent fermes: pas d’accord avant d’avoir régler la question des expats, et la première proposition (scandaleuse) de Zaza a été aussitôt rejetée. Ce qui nous fait peur, c’est si elle quitte les négociations dans accord. Elle peut faire ce qu’elle veut de nous dans ce cas

        Aimé par 2 people

      • carrie4myself dit :

        Elle peut faire ce qu’elle veut si vraiment Bxls l’énerve trop oui :/ c’est ça le pb

        J'aime

      • pomdepin dit :

        Cela dit, elle n’en a peut être plus pour longtemps. Mais les noms qui reviennent régulièrement pour la remplacer n’inspirent pas confiance, au contraire. Ils sont pires.

        Aimé par 1 personne

      • carrie4myself dit :

        Il y a un probleme niveau politique. Trop eu de soucis que soit les jeunes fuient tout ça, soit les vieux continuent leur magouille. On tourne en rond au détriment de la vraie vie :/

        J'aime

      • pomdepin dit :

        C’est triste à voir

        Aimé par 1 personne

      • carrie4myself dit :

        Je suis dépitée de tout ça

        J'aime

  5. De Bosschère Annie dit :

    Je suis écoeurée par ce que je viens de lire. Ils ne vont quand un pas mettre un signe distinctif sur les vêtements des Européens ? Dans la presse j’ai lu que depuis le Brexit les divorces avaient augmenté entre conjoints pro et anti Brexit. Cette saleté balaie tout ce qu’il y avait de bon dans la société. Je prie pour vous mais j’ai bien peur qu’il reste des cicatrices indélébiles. Je vous embrasse

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Non, mais Theresa May veut créer des cartes de settlement, uniquement pour nous qu’on devra avoir sur soi et présenter partout. En sachant qu’il n’y a pas de carte d’identité ici, ni l’obligation légale d’avoir des papiers d’identité sur soi.

      J'aime

  6. aylyon dit :

    Pfffffffffffffffffffff
    Ben je suis une lectrice plus ou moins occasionnelle puis je ne trouve rien d’hystérique à être révoltée de la sorte.
    En fait je trouve même affligeant de limite avoir à se justifier de se révolter devant de telles choses. Les gens pensent qu’on est tranquilles, que les médias exagèrent, que c’est du vent, il n’y a pas à s’inquiéter… et tout ce que je vois c’est que des milliers de gens font LE CHOIX de l’indifférence, de marcher sur les autres sans se poser de questions. La nausée est partagée.

    J'aime

  7. Ping : … – aylyon

  8. Que dire de plus ? que je pense bien fort à toi…. à vous… à tous ceux qui sont concernés…

    Il n’y a pas de crime d’incitation à la haine raciale en GB ? (c’est une vraie question, hein… parce que bon, vu le climat général, ça ne changerait pas forcément quoi que ce soit.. hélas.. )

    J'aime

  9. C’est flippant. Et le silence total sur le sujet aussi.

    J'aime

  10. En tant qu’expatriée en Angleterre depuis 2 ans, je comprends vraiment la colère. Honnêtement je ne sais plus quoi penser… drôle de feeling.

    J'aime

  11. Scandalisée ! Voilà tout ce que j’ai à dire ! C’est du n’importe quoi ! Que ça soit déportation ou expulsion la conséquence est la même !…

    J'aime

  12. zenopia dit :

    ça me glace… je n’ai pas de mot :/

    J'aime

  13. Vae Soli dit :

    Bonjour,
    Je suis impressionnée (et pas dans le bon sens) par ce qu’il se passe juste à côté de chez nous.. Comme l’a dit anne35blog, pourquoi on n’en parle pas plus dans les médias français? Genre « ce pays n’est plus avec nous, donc on les boude? Et on parle plus d’eux?  »
    Tu dis dans un commentaire qu’ils ont modifié l’article pour dire « expulser » à la place de « déporter ». Personnellement quoi qu’ils disent, ça me choque.
    Du coup, la question que je me pose est, est ce que tu vas quitter le pays avant de te faire déporter? Pardon, expulser!
    Non, mais c’est pas croyable.. Tu m’étonnes que tu t’énerves..

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Les 27 essaient de récupérer les entreprises qui partent, c’est une aubaine pour eux…alors bon, qu’est ce que c’est que 3 millions d’européens expatriés ici? J’ai même eu des réactions (et je ne suis pas la seule) de gens m’ont dit que c’était bien fait pour nous, on n’avait pas qu’a ne pas quitter la France. Mais par contre, on est totalement soutenu par l’Europe et ses négociateurs.

      J'aime

      • Vae soli dit :

        Bien fait pour vous/nous?
        Sérieusement? Je pensais les British plus ouverts que ça. J’ai toujours eu des échos super de leur mentalité, mais là c’est brutal et choquant.
        Je ne comprends plus ce monde.. Je suis sérieusement fatiguée par cette « violence ».

        J'aime

      • pomdepin dit :

        Je les pensais plus ouverts aussi. Je n’ai rien vu venir. Ce qui fait le plus mal, c’est le silence, l’indifférence de gens qu’on croyait proches. Et encore, je n’ai pas de belle famille anglaise comme beaucoup d’européens qui sont tombés de haut la aussi. Mais j’ai perdu mon Angleterre…

        J'aime

      • Vae soli dit :

        Je compatis. Tu pensais être chez toi, et on te rejette comme si tu n’avais jamais été un membre de cette « famille ».
        Je n’ose même pas imaginer ce que ressentent les réfugiés…

        J'aime

      • pomdepin dit :

        C’est tout à fait ça.

        J'aime

  14. doublerose dit :

    Sais tu qu’en France j’ai entendu pendant les élections qu’il fallait faire comme les anglais et quitter l’Europe…
    Peu de personnes ont conscience de ce qui se passe vraiment en RU actuellement. Les médias français ne parlent que du fait que les anglais auraient peut-être 60 milliard à payer à l’UE. Rien sur les expats. Rien sur l’odeur nauséabonde du populisme fasciste que tu relates.
    Enfin si, on parle du Royaume Uni : Kate et William on visité l’Europe et Diana est morte il y a 20 ans…

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Et l’inflation explose pendant que les salaires baissent. Les prix dans les supermarchés ont augmenté de 20 % en moyenne. L’énergie, les transports…tout flambe. Le chômage baisse, mais c’est parce qu’en fait il y a pénurie de main-d’oeuvre (les européens partent), on n’arrive plus à ramasser les récoltes. Tous les jours, de nouvelles banques (qui assurent une grande partie des recettes fiscales) et entreprises partent. Le système de santé est au bord de l’explosion, plus de moyens, plus de personnels (c’était des européens!) et plus de traitements pour certaines pathologies. On licencie des enseignants par manque de budget…c’est sûr, ça donne envie tout ça! Et le pire, c’est qu’on est même pas encore sorti de l’Europe!

      J'aime

  15. ELLA dit :

    Je suis atterrée…. cela se passe à quelques kilomètres de nos côtes et rien n’explique le silence total sur cette situation nauséabonde qui nous rappelle malheureusement une époque que l’on croyait définitivement révolue en Europe !!! Je comprends ta colère et ton amertume. Tout doit être compliqué pour toi et ta famille. Merci de partager ces moments avec nous, tu es la seule source d’info que j’ai actuellement sur la situation.

    J'aime

    • pomdepin dit :

      On est 3 millions pour 27 pays, ça fait peu par pays. Du coup, on ne doit pas être une priorité, c’est compréhensible. Mais on aimerait quand même un peu d’intérêt.

      J'aime

  16. Anonyme dit :

    je viens juste de lire ton article ; que dire sinon répéter tous les commentaires … bien sûr que tu as raison de t’énerver et de crier ta douleur , on n’entend rien ici en France et qu’en j’en parle autour de moi les gens sont étonnés et puis c’est si loin ..la Gb
    les mots ne sont que des mots mais expulsion est la même chose que déportation ….
    un mot est très puissant , c’est pour ça que dans les pays totalitaires les livres , le théâtre et la poésie sont toujours voués aux gémonies .
    je t’embrasse , ça ne sert à pas grand-chose mais bon…
    qu’en pensent les enfants , ils doivent être mal par rapport à leur avenir et 3 sont nés au RU et donc plus britanniques ?
    bon courage à vous
    frédérique de Normandie

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Ils sont écœurés, ils ont peur, ils sont en colère. Les 3 scolarisés (je ne compte pas L’Ado) ont eu des problèmes à l’école, des insultes racistes. C’est dur en sixième de s’entendre dire go back where you come from. Et c’est ici, chez elle. Je dois dire que le collège comme l’école primaire ont très bien réagi et sont très supportive…la principale du collège est italienne, la directrice de l’école irlandaise, les européens sont partout, le pays ne tournera pas sans nous, mais c’est pas grave, il faut nous flanquer dehors quand même.

      J'aime

  17. La Carne dit :

    J’ai lu ton billet. J’ai lu les commentaires. Je vais radoter. C’est effrayant. Comment peut-on ignorer? banaliser? Je ne trouve aucune excuse. Aucune raison valable. Le papier à avoir sur soi? si ce n’est pas une étoile jaune, c’est juste parce qu’ils n’ont pas osé… trop voyant, mais pas par manque d’envie. ces gens sont à gerber. Ces gens sont bêtes et méchants (et je suis gentille). Putain mais il n’y a pas une voix forte qui va faire réagir ce peuple de moutons ignares?!!

    J'aime

  18. TheMouse dit :

    Cela fait froid dans le dos de lire cela… l’histoire n’a pas servi de leçon 😞

    J'aime

  19. Babidji dit :

    Ah mais non je meurs là ! Même en GB on en est là !???!!? Punaise j’étais déjà abasourdie par la montée du FN en France, Charlottesville mais je ne pensais pas que la GB glisserait autant également. Je crois qu’on est véritablement en train de créer 2 espèces d’Hommes. Et il y en a une que je ne comprends plus du tout et qui me terrorise. J’en ai aussi parlé sur mon blog. Plein de courage à toi.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s