Local hero


J’aime bien regarder notre journal local, l’inénarrable Gazette pour me tenir au courant de l’actualité débridée de mon coin paumé. Par exemple aujourd’hui et en exclusivité mondiale, la Gazette est en mesure de révéler les plans d’une nouvelle piste cyclable. Ça, c’est du journalisme d’investigation! On apprend aussi que le type qui avait volé un pantalon dans une boutique est passé au tribunal et que le juge a rejeté ses circonstances atténuantes: il a affirmé qu’il avait été obligé de voler ce pantalon, parce qu’il s’était malencontreusement fait pipi dessus et qu’il avait besoin de se changer très vite. Et après, on dira que l’Essex n’est pas classe. Enfin bref, au milieu de toutes ces infos captivantes, j’ai découvert aussi que grâce à la générosité du public qui a répondu à un appel aux dons, on va enfin pouvoir célébrer dignement un John Ball day le 15 juillet prochain. Allons bon, c’est qui John Ball? Visiblement, c’est un héros révolutionnaire local dont je n’avais jamais entendu parler. Forcément, ça m’a intrigué.


Source 

Déjà ça commence fort puisque le héros local est né à Saint Alban, dans le Hertfordshire…ce n’est pas si loin que ça, mais c’est même pas le bon comté. En plus on ne sait même pas quand il est né précisément. Ça serait vers 1338, un truc comme ça. De suite, on sent le type important… Par contre, on est sûr que John était prêtre et qu’il vient s’installer à Colchester pendant une épidémie de peste. Ça devait être un petit comique tiens, ce serait vraiment dommage de ne pas célébrer la mémoire de ce joyeux luron. Bon, il faut dire que l’Angleterre au quatorzième siècle, c’est pas folichon non plus, entre les épidémies de peste à répétion et la guerre de cent ans, on s’éclate littéralement. Le pauvre type qui réussit à ne choper la peste et à ne pas se faire envoyer en France pour se faire trucider, il doit trimer comme un fou pour payer des impôts prohibitifs et crève à moitié de faim dans son champs (enfin, le champs de son seigneur, les droits des travailleurs étaient très peu développés à l’époque). Parce que ça avait un coût, toutes ces petites expéditions en France, et qu’on comptait sur les ploucs non pestiférés pour financer tout ça. Et bien sûr pas de Robin des bois à l’horizon pour aider tous ces pauvres gens. C’est là qu’intervient John Ball. 

John est un prête itinérant qui se balade dans tout le coin (même dans mon village!). John fait la tournée des marchés et encourage les paysans à se rebeller. Il s’inspire des théories d’un autre prêtre dissident, John Wycliffe mais il est encore plus radical, un vrai petit cégétiste. Il réclame moins d’impôts, les congés payés et la fin des corvées, ces journées de travail obligatoires et non payées que les paysans devaient aux seigneurs. D’ailleurs John ne serait pas contre supprimer tous les privilèges, ceux du clergé comme ceux de la noblesse et il le fait savoir. C’est osé pour l’époque.  C’est même très mal vu surtout qu’il encourage les paysans à ne plus payer les taxes. Du coup, on le flanque en prison tous les 4 matins pour le calmer, on l’excommunie, on menace de punir ceux qui vont à ses spectacles, meetings, prêches…rien n’y fait, John Ball continue à faire le malin. Sa célébrité dépasse Colchester et l’Essex. Il y a même des gens qui l’écoutent puisqu’une révolte paysanne éclate en 1381, et Ball en est l’un des chefs. Les évêques commencent à en avoir ras la mitre de cet excité, en plus, il prêche en anglais plutôt qu’en latin sous prétexte qu’il veut que les gens comprennent. C’est quoi ce dangereux pervers? Une fois la révolte écrasée dans un bain de sang gentiment réprimée toujours en 1381 (elle n’aura pas durée longtemps) , on attrape John Ball. On le ramène à Saint Alban et on le pend (entre autres joyeusetés), parce que ça suffit comme ça. C’est la gloire pour John puisque même le roi Richard II  se déplace pour assister au supplice, le 15 juillet 1381. 

Bref, Colchester a autant le droit de se gargariser de la mémoire de John  Ball que Saint Alban, mais bon, on n’a pas beaucoup de célébrités locales. Cela dit, je me demande ce qu’on va trouver de festif à faire pour commémorer la pendaison  ce pauvre type. Il n’y a pas à dire, on sait s’amuser dans l’Essex. 

Cet article, publié dans Les leçons d'histoire(s), est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

22 commentaires pour Local hero

  1. Manue dit :

    Je redis que tu ferais une excellente prof d’histoire !!!!!

    Aimé par 2 people

  2. J’adore la façon que tu as de raconter les évènements 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. carrie4myself dit :

    On s’amuse d’un rien dans cette gazette! Mais ca reste instructif 🙂

    J'aime

  4. Anonyme dit :

    Richard 2 s’est déplacé ?? Euh c’est pas celui qu’on a retrouvé sous un parking ??

    J'aime

  5. nolwenn dit :

    Richard 2 s’est déplacé ?? Euh c’est pas celui qu’on a retrouvé sous un parking ??
    Bon trêve de 3 plaisanterie, j’ai fait fac d’anglais (il y a foooooooort longtemps) je me suis jamais autant amusée en cours d’histoire de l’Angleterre…

    J'aime

    • pomdepin dit :

      La cale de voiture, c’est Richard numéro 3! Mais c’est une idée, je me suis déjà renseignée sur Richard un et Richard trois…il va falloir que je me penche sur le cas du numéro deux 🙂

      J'aime

  6. zenopia dit :

    Ecris un livre : l’hisoire par le petit bout de la lorgnette 🙂 Le jour où, je suis sur les listes pour le relire ^^ (je fais relectrice officielle de mémoire depuis plein de temps ^^)
    Bisous

    J'aime

  7. Joëlle dit :

    Tiens, c’est marrant, on a notre version de ta Gazette dans notre coin paumé d’Auvergne… Il ne reste plus qu’à trouver notre John Ball à nous, il doit bien y en avoir eu un, car les paysans vivaient dans le mêmes conditions!
    Thank you for the fun read!

    J'aime

  8. Joëlle dit :

    Un peu d’humour supplémentaire pour illustrer ce qu’ont dû penser les nobles de l’époque
    http://www.gocomics.com/nonsequitur/2015/01/13
    Bonne journée à toi et ta petite tribu!

    J'aime

  9. Dans la gazette du coin, on s’extasiait récemment devant une carotte de 2 kilos 500…. Ca te donne une idée du niveau. La célébrité locale, c’est au mois de décembre : tous les jours, une photo différente du Père Noël des villages du coin.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s