Expat and family ties 


Je suis un peu débordée (ça m’arrive facilement), mes parents sont là. Je me transforme en guide touristique /cuisinière/ traductrice pour leur montrer encore une fois que la vie en Angleterre, c’est sympa et loin des clichés. En plus il fait un temps radieux. Les enfants sont ravis, PrincesseChipie est toute fière d’aller à l’école avec son papi, comme les copines. C’est pas si souvent. WizzBoy, comme toujours a marqué un temps d’arrêt quand papi et mamie sont arrivés: encore des gens qui sont sortis de l’ordinateur! Pourquoi ça ne marche pas avec les transformers? (Il est passé aux transformers maintenant, après une campagne de propagande honteuse menée par GeekAdo…j’en regrette Fireman Sam, c’est dire). WizzBoy était tout intimidé, mais il a vite compris qu’il pouvait mener papi et mamie à la baguette et qu’il avait un nouveau public totalement captif qui pousse des cris de joie devant tout ce qu’il fait, il aime beaucoup. Par contre, comme il parle de plus en plus en anglais, à cause de la preschool et qu’il a encore du mal à choisir sa langue selon ses interlocuteurs, la communication est difficile. Surtout que d’habitude, les gens extérieurs à la maison parlent anglais, c’est confus tout ça!  Pourquoi papi et mamie ne comprennent pas « you play avec me, d’accord, please?…s’il you plait? Joue with me! » Il y a aussi parfois de grands moments d’incompréhension même avec les plus grands, pas uniquement dûs à des problèmes de langues, mais à cause de modes de vie et d’habitudes un peu différents entre les Landes et l’Angleterre. Pas facile d’avoir une relation suivie et qui coule de source avec papi et mamie quand on  vit dans un autre pays. 


Source 

Quand on est parti en Irlande, il y a 20 ans, il n’y avait pas encore Skype. C’était beaucoup plus difficile de garder un contact régulier avec la famille en France. Le coup de téléphone hebdomadaire (depuis une cabine!) nous coûtait un bras. Certes mes parents trouvaient que c’était progrès par rapport au Mexique d’où je revenais et où j’avais annoncé que je voulais repartir rapidement (ce que j’aurais fait si je n’avais pas rencontré un geek de 6m08 qui debout, m’a raconté des histoires incompréhensibles d’horaires alors que j’étais encore assise…je sens que je m’égare). Mais les parents de Marichéri ont eu plus de mal au départ. Je ne parle même pas de nos frères et soeurs (plus jeunes en plus…on est complètement passé à côté de grandes étapes de leur vie).

Tous les grands moments qui ont marqué notre vie d’adultes ont aussi été décidés et souvent réalisés loin de nos familles françaises. Tout comme on apprend avec un temps de retard les grossesse, les fiançailles, les bonheurs et les malheurs de nos proches….quand on les apprend! On manque les anniversaires, les mariages, et les décès aussi. Et c’est réciproque. C’est peut-être de l’égoïsme ou c’est peut-être l’habitude, mais ça ne nous manque pas vraiment.  Pour la naissance de L’Ado, on avait même demandé aux grands parents de ne pas venir, on voulait vivre ce grand moment juste tous les deux. Ce fut une réussite complète, quand l’Ado est né, l’obstétricien, qui avait révisé son français pour l’occasion, ne nous a pas annoncé : « it´s a boy » mais « c’est un poulet ». Ça surprend…mais on ne regrette pas d’avoir  vécu tout ça sans notre famille, même si on sait que ça a dû être difficile pour eux. Aujourd’hui, c’est différent (c’est ma minute ancien combattant, de mon temps, ma bonne dame), avec skype, on a l’impression d’avoir réintégré un peu la famille, même si c’est par écran interposé. Mais le fossé qui s’est creusé avec les années ne se rebouche pas comme ça. Tous ces gens, ma famille derrière leurs écrans, je les vois comme quand je suis partie, il y a 20 ans , alors que beaucoup de choses ont changé dans leurs vies et dans la mienne. Du coup, j’ai du mal à les reconnaître. C’est la même chose de leur côté, ils ne savent pas trop qui est cette femme  (le premier qui dit ‘qui a la quarantaine’, je le mords. J’ai 4 ans et demi, je ne veux rien savoir) en face d’eux, avec sa ribambelle d’enfants et ses manies anglo-saxonnes qui n’a plus rien à voir avec l’ado dont ils se souviennent.  Quand aux plus jeunes, il n’ont pas la moindre idée de qui je peux bien être et ce que j’ai à voir avec leur famille. 

Pour nos enfants, c’est encore autre chose. Les cousins sont des êtres lointains avec qui ils n’ont pratiquement aucun rapport, c’est à peine si ils parlent la même langue (et encore une fois, je ne parle pas des problèmes de bilinguisme mais des différences culturelles!). A part leurs grands parents et ma sœur, qu’ils voient assez régulièrement, le reste de la famille n’est qu’une nébuleuse floue et inconnue. Et ils s’en portent très bien, ils n’ont jamais connu autre chose! Tant qu’ils sont petits, ils n’ont même aucune idée de qui peuvent bien être ces gens qu’ils voient au mieux tous les 6 mois, ou juste une fois par an. Alors certes, ils apprécient toujours la montagne de cadeaux qui va avec, mais à part ça, ils ne voient pas trop. Ne sachant pas du tout qui était cette aimable dame qui le couvrait de bisous, GeekAdo à deux ans et demi , a poliment appelé sa grand-mère « monsieur ». Un an plus tard, pour la visite suivante, il avait été briefé à l’avance par L’Ado , et il a donc gratifié sa mamie d’un grand « bonjour papi! ». Il était très fier de lui. Par contre, il tenait absolument à appeler ma sœur ( ma petite sœur) Mamie,  pour replacer ce mot bizarre qu’on lui avait fait répéter depuis des semaines. Quand ils commencent à aller à l’école, les enfants découvrent que les grands-parents sont beaucoup plus présents dans la vie de leurs petits camarades que dans la leur. Et surtout, ils savent enfin qui sont Papy et Mamie, ils les reconnaissent bien d’une visite à l’autre, leur parle au téléphone, leur font coucou sur Skype… Mais alors que les petits copains vont chez leur Granny après l’école ou se promènent avec Grandad, nos enfants ne voient les leurs que quelques jours par an. Mais grands-parents comme petits-enfants profitent à fonds de ces visites, c’est une fête permanente. 

Je commence aussi à angoisser, en me disant que bientôt ce sera au tour de mes enfants d’aller voir ailleurs, si ils en ont envie. Et là, je n’ai qu’une chose à leur dire: foncez, découvrez, rêvez, voyagez et allez plutôt dans un pays ensoleillé et que je n’ai pas encore visité. Si vous voulez, je l’ai déjà dit, mais je peux faire une liste de mes destinations préférées….c’est vrai quoi, autant que ça serve à quelque chose!
.

Cet article, publié dans vie de famille, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

29 commentaires pour Expat and family ties 

  1. Comme je te comprends! Moi j’ai quitté la Suisse il y a 10 ans… J’apprends toujours tout ce qui se passe dans la famille avec un temps de retard… Et quand je rentre au pays on me traite de « française »! mais si c’était à refaire je je repartirai sans hésitations! 😉

    J'aime

  2. froggymums dit :

    j’adore le coup du poulet 😉 profitez bien de tes parents.

    J'aime

  3. laurence (@lopalomita) dit :

    ah , joli billet mais un peu dur quand même, heureusement que tu as plusieurs enfants, je pense qu’avec un seul ou deux ça serait différent, non ? déjà qu’avec les deux grands partis il ne nous en reste qu’un seul de 16 ans à la maison… pour peu de temps encore… je crois que loin j’aurais eu envie de beaucoup plus d’enfants pour vivre une grande famille … en tout cas je t’admire de tant de voyages et d’adaptation !

    J'aime

  4. Margarida dit :

    Ma petite m’a dit l’autre jour en rentrant de l’école, dans la voiture, comme ça en plus, je ne sais pas pourquoi : « tu sais maman, il faut dire à « iaia » qu’elle peut venir chez nous eeiihhnn  » c’est sûr, elle ne l’a jamais vue chez nous, ils sont venus il y a 3 ans pour sa naissance, c’est tout. Mais bon, c’est différent pour nous, nous passons quand même de longues périodes là-bas…

    J'aime

    • pomdepin dit :

      On essaie d’aller en France une fois par an, mais honnêtement on n’ a pas regrette de ne pas le,faire cette année et d’avoir de vraies vacances. Je ne parle pas de mes parents ou mes beaux-parents, mais cerdans membres de ma famille ne sont jamais venus nous voir en 20 ans. Par contre, nous on doit se déplacer, avec nos 5 enfants.

      J'aime

      • michusa dit :

        Meme chose ici. Le premier retour avec bagages et 3 enfants au bout d’un an a été saignant, si saignant que je suis restée 6 ans sans retourner en France (pareil je ne parle pas de mes parents)… Alors que ca devait defiler, on ne devait pas désemplir la maison avec tous les visiteurs amis et famille… je les attends encore (en vrai je ne les attends plus bien évidemment) Et encore vous, vous n’êtes pas si loin, on peut meme aller vous voir en voiture depuis la France non ? Moi aux USA dans la region de New York il faut l’avion mais ce n’est que 8 heures de vol ce n’est pas si loin que ca, il ne faut rien exagérer il y a plus loin et plus difficile d’accès, je comprendrais un peu mieux si c’était le cas…

        J'aime

      • pomdepin dit :

        Tout à fait d’accord!

        J'aime

  5. dhelicat57 dit :

    Un bien joli billet ode à l’exode. ..J’ai du mal à faire comprendre à ma mère que je suis bien mieux à la mer loin du tumulte de la famille qui pour moi se réduit à mes parents très vieillissants et mes enfants l’homme n’ayant ni enfants ni pratiquement plus de famille mes parents ont eu la chance que je ne m’éloigne pas d’eux pendant 58 ans … Je vois bien moins souvent mes enfants mais je suis ravie de savoir mon fils en Allemagne et que ma fille fasse sa vie sans nous demander notre avis j’interviens plus pour Cherubin car je finance lol … Je suis sûre que tu sauras les accompagner dans leur soif de découvertes si enrichissantes bon séjour à tes parents profite bien deux bisous

    J'aime

  6. Je pourrais raconter un peu la même histoire vue de l’autre côté de la barrière (et avec en prime un décalage horaire qui m’a fait renoncer aux conversations sur Messenger à l’époque… alors skype, je ne l’ai même pas installé.. ).
    Déjà quand on se retrouve dans une autre région, même si certaines références culturelles/habitudes de vie sont les mêmes, d’autres sont complètement différentes…

    J'aime

  7. Marie B dit :

    Il avait appris son français par correspondance ton obstétricien??? ou au restaurant, on lui a fait une blague, là… Sinon les coups de fil depuis la cabine, ha! Une semaine de salaire pour un coup de fil, je m’en souviendrai toujours…

    J'aime

    • pomdepin dit :

      C’était sportif au Mexique aussi! Il fallait repérer les canules qui avaient été forcées, si elles marchaient encore, le système était détraqué et tu pouvais téléphoner pour un peso! Sinon, ce n’était même pas la peine.

      J'aime

  8. carrie4myself dit :

    Tu sais la France c’est grand… et donc avec mon papa qui déménageait souvent pour son taf, pas facile de suivre/connaitre toute la famille. De plus tout depend du nombre de frères et soeurs que l’on a et du sens/effort que chacun met dans le fait de se revoir.
    J’ai loupe beaucoup en étant en GB, avec mes 3 petits neveux. Je rattrapais mon retard pendant les vacances mais anniversaire, mariage etc. j’en’ai loupes énormément.
    Etre a l’étranger agrandit « juste » cet écart.
    En tout cas profite de tes parents. Les enfants en garderont de tres bons souvenirs si ils te voient heureuse 🙂

    J'aime

  9. Je te comprends completement, meme si ca ne fait pas autant de temps pour moi! 🙂

    J'aime

  10. Odile dit :

    Et Tu devrais rajouter que la distance emotionelle n’est pas lire a la distance physique….. J’ai l’impression chez nous que les liens don’t d’autant plus distendus alors que nous sommes tout près !
    Merci pour vet article, Je me sens moins seule.

    J'aime

    • pomdepin dit :

      C’est ce que je disais à Carrie, je crois que le fait qu’il y ait une frontière, sans compter la barrière de la langue (on a beau essayer de garder le français, on parle de plus en plus franglais) et des habitudes différentes jouent énormément. Pour nos familles françaises on est ailleurs et un peu étranger. J’avoue que je le ressens aussi comme ça, ce qui ne les aident pas.

      J'aime

  11. Laurence dit :

    Les liens, ca s´entretient… et lectrice de l´ombre depuis presque le debut, j´ai toujours ete etonnée que tu ne parles pas plus de sejours en France, que tu n´envoies pas tes enfants en vacances chez leurs grands-parents… Nous vivons en Allemagne depuis dix ans et chaque année les enfants passent trois semaines sans nous en France et malgré la distance connaissent quasiment toute leur parentèle francaise. C´est en allant dans leur autre pays qu´ils ont saisi l´utilité de parler deux langues aussi. Ca n´empeche pas que nous ayons voulu etre seuls nous aussi pour la naissance de notre premier mais j´ai l´impression que nous avons mis moins de barrieres que toi.

    J'aime

    • pomdepin dit :

      On a pris des habitudes, venant du temps en Irlande, où on ne pouvoir pas aller en France souvent. Les liens s’entretiennent, mais ça marche dans les deux sens. Après, il faut voir ce que l’on souhaite privilégier, la famille au sens large ou la cellule famille. Je connais effectivement pas mal d’expats qui passent la totalité des vacances scolaires en France, avec les enfants et laissent leur mari ici….ce n’est pas du tout ma façon d’envisager notre famille!

      J'aime

  12. Cavali'Erre dit :

    Je crois en effet que ce n’est pas seulement lié au fait de vivre dans un autre pays, ou une question de langue. J’ai grandi dans le même pays que mes grands-parents et ma famille maternelle, mais à 8h de route. Et j’ai souvent cette sensation d’avoir une autre culture, un autre regard sur le monde, et de ne pas être vraiment proche de mes cousins. Les liens familiaux, c’est souvent bien compliqué, peu importe où l’on vit.

    J'aime

  13. LadySo dit :

    Parfois, il n’y a pas besoin de vivre dans un autre pays pour vivre tout ça. Une de mes tantes qui habite dans le Jura nous avait invité à son mariage, mais on se voit tellement peu souvent qu’on avait l’impression d’être dans un autre monde quand on y est allé. Mon père et elle (sa sœur donc) donc presque plus rien en commun.
    Et ça fait pareil de mon côté. A part les discussions régulières avec mes parents, je suis au courant des événement avec beaucoup de retard. Genre, cette semaine, j’ai appris qu’une ancienne collègue de stage attend un enfant, et qu’elle va sûrement accouché dans le mois qui arrive. D’autres potes se sont mariés, et je l’ai appris via Facebook quand ils ont changé leur statut. Ça fait vraiment bizarre, mais je crois que je commence à m’habituer….

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s