Jane Austen Reloaded


Je ne sais pas si j’ai évoqué le fait que Marichéri et moi sommes des parents ignobles certes, mais heureux, qui n’hésitent à partir en vacances tous seuls, sans enfants. A Bath donc, la ville de Jane Austen. Je me suis dis que c’était l’occasion de replacer ma biographie très personnelle de cette auteur désopilante, elle, contrairement aux bluettes hollywoodiennes indigestes qui massacrent régulièrement son œuvre. Parce que figurez-vous que je trouve l’œuvre de Jane Austen hilarante. Elle a un humour débordant, un sarcasme juste ce qu’il faut d’acide, une ironie délicieuse et un second degré délirant. Je comprends que ça puisse surprendre ceux qui ne connaissent que les horreurs cinématographiques qui s’en inspirent très vaguement. Je me suis même inquiétée, comme je l’ai lu en version originale, c’est à dire en anglais du début du 19 eme, je me suis demandée pendant un moment si j’avais bien compris. Peut-être que les merveilleux romans de Jane Austen n’étaient en fait que d’infâmes histoires gnangnan à l’eau de rose et pas du tout drôles? Je me suis renseignée, il y a plein de travaux universitaires qui confirment l’humour de Jane Austen et parlent de son ironie mordante, ouf!
Sérieusement, vous avez lu Pride and Préjudice? Les héros s’en prennent pour leur grade tout le long du livre, ils sont idiots, bornés, prétentieux, snobs, plein de préjugés, c’est un festival! Je préfère d’ailleurs ses deux romans les moins défigurés par le cinéma, Mansfield Park, où les héros rivalisent en imbécilité et sont couverts de ridicule du début à la fin (et le mariage final est expédié en quelques lignes paresseuses, pour être poli, parce qu’il faut bien se plier aux conventions de l’époque. On était comme ça en Angleterre dans les années 1810, très peu porté sur l’union libre et tout ce genre de choses) et Northanger abbey, petit bijoux de la littérature parodique (et oui, Jane Austen s’est hardiment moquée du courant littéraire gothique qui faisait fureur). Un de ses biographes Jenkins, compare même l’humour de Jane à celui des Monty Python!

  
Bref, j’ai décidé de réhabiliter cette grande comique, hop! Vue sa vie trépidante, il lui a effectivement fallu une sacrée dose d’humour pour ne pas de suicider directement, par neurasthénie. La petite Jane est née en 1775 et a grandit avec une tripotée de frères et une sœur, il faut bien s’occuper. Son papa était recteur (un peu comme vicaire), ce qui ne prête déjà pas à rire. Jane a presque étudié à Oxford (pas à l’université, dans une pension pour filles, faut pas rigoler non plus), mais elle attrape bêtement le typhus, ce qui est très gênant quand même. Du coup, elle rentre fissa chez papa et maman, d’où elle ne sortira pratiquement plus. Sûrement pour s’en débarrasser son père lui laisse heureusement lire tout ce qui lui tombe sous la main et l’encourage à écrire, pendant qu’elle fait ça, elle le laisse tranquille.

Jane commence à pondre des poèmes et des petits trucs comme ça, vivement soutenue par ses frères. Elle tombe sottement amoureuse d’un étudiant irlandais sans le sou, ce qui ne se fait pas du tout dans son milieu. Le pauvre garçon est évacué rapidement et Jane suit ses parents et sa sœur à Bath. Elle s’ennuie ferme et écrit ses premiers romans. Elle fait preuve d’un féminisme pétaradant en acceptant puis refusant la demande en mariage d’un riche garçon, Bigg-Wither. Contrairement à ses héroïnes fantoches, Jane n’a pas besoin de se marier pour exister! D’ailleurs, elle se dispute très bien toute seule avec son éditeur, qui pourrait quand même se bouger un peu et publier ses livres. C’est pas qu’il se fait tard, mais on est déjà arrivé en 1809 et Jane attend toujours . En plus, depuis la mort de son père, elle vit pratiquement sans le sou, avec sa mère et sa sœur et dépend entièrement de ses frères, c’est gênant. On sent que ça ne devait pas rigoler tous les jours.

Finalement, Sense and sensibility parait en 1811. Les autres romans suivent, et même le Regent devient fan d’Austen. Il était temps, puisqu’elle meurt en 1817 après de long mois d’agonie. C’est bien ce que je disais, heureusement qu’elle a pu s’amuser dans ses livres…

Cet article, publié dans Les leçons d'histoire(s), est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

20 commentaires pour Jane Austen Reloaded

  1. zenopia dit :

    Et ben… elle a pas du rigoler beaucoup quand même… (Vive Bath ! Vive les vacances !!)

    J'aime

  2. Merci pour cette découverte… Eh oui de Jane je ne connais que les guimauves hollywoodiennes 😝 mais tu m’as donné envie de lire la véritable Jane Austin! On lui doit bien ça… La pauvre qu’elle vie…! Et au passage profitez bien de vos vacances! 😉

    J'aime

  3. Odile dit :

    Hello ! Chouette destination et en plus tu me donnes des arguments pour ma grande … Elle voudrait attaquer Pride and préjudices mais la bibliothécaire de l’école (un peu à l’ancienne) lui a dit qu’elle ne comprendrait pas tout…. Aller dans la ville de l’écrivain peut être un bon premier pas !
    Tu estimes que combien de jours sont nécessaires pour explorer la ville et les environs ? Hôtel ou BB ? Tes conseils m’aideront ! Merci

    J'aime

  4. carrie4myself dit :

    Et un bon resume a envoyer a qui tu sais! Humour, histoire, biblio, tout y est, c’est tout bon 😀 Go, go, goooooo
    Et ca me fait sincèrement tres tres envie de lire J.Austen car les versions cine…c’est a mourir d’ennui!

    J'aime

  5. LadySo dit :

    Je n’ai pas vu les films, je n’aime pas trop les trucs gniangian comme ça. Mais du coup, je devrais peut-être essayer de me pencher sur les bouquins pour voir.
    Bonnes vacannnnnnces 😀

    J'aime

  6. Annie dit :

    J’adore « Lady Susan » ! c’est d’une ironie ! et elle était très jeune quand elle l’a écrit.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s