Tiger mums


Le premier ministre britannique, dans sa grande sagesse aurait dit que toutes les mamans britanniques devraient être des Tigers mums. Pardon? Déjà à choisir, je préférerais être un chat. J’ai bien regardé les miennes, ça a l’air sympa, chat. Elles dorment sur le canapé, mangent, dorment sur les cousins, se font câliner par leurs humains, dorment sur les lits, remangent un coup, vont gambader un peu dehors, dorment sur les fauteuils…enfin bref, j’aime bien. D’accord, un tigre, c’est un félin aussi, mais  je sens confusément que ça doit moins avoir la belle vie. Et c’est quoi cette histoire de Mum? 

  
Source

Je me suis penchée sur la question, c’est dans la presse. David Cameron parlait du système éducatif. Pourquoi pas? Il y a un ministère qui s’occupe plus ou moins de ça, et qui  engloutit de sommes faramineuses de nos impôts. Bref, que le gouvernement est une idée sur la question, c’est normal. Mais que viennent faire les tigres là-dedans?  Cameron voudrait les mamans anglaises prennent exemple sur les asiatiques et deviennent donc des Tiger mums, des mères ultra exigeantes et strictes qui poussent toujours  leurs enfants au maximum, notamment pour leurs résultats scolaires. Il assure que c’est beaucoup mieux pour les enfants que la culture de la récompense automatique qui domine encore dans le système scolaire  britannique (en primaire). Je desteste aussi profondément cette manie de distribuer bons points et certificats à tour de bras et pour rien (« a dit bonjour », « sait épeler son nom » -à 10 ans, « a cessé de vouloir étrangler ses petits camarades à la récré »-maintenant il le fait en cours) et en faisant en sorte  que chacun en reçoive bien un. Le système est tellement perverti qu’un élève perturbateur, pour ne pas dire un sale gosse reçoit plus de récompenses  et d’attention des instits (un  bon point pour arrêter 5 minutes de mordre son voisin, tant pis si il recommence aussitôt, il aura un deuxième bon point dès qu’il arrête à nouveau…c’est infini et ça ne  sert à rien) qu’un gamin sage et gentil qui ne se fait pas remarquer. Je trouve ça totalement contreproductif. 

J’en ai déjà parlé, après qu’une  inspectrice qui m’avait observée en cours ait trouvé mon style d’enseignement très français. Comme je n’ai pas compris ce qu’elle voulait dire, elle a développé. Elle était soufflée que je ne remette aucune récompense de tout le cours, et que pourtant les enfants travaillent et dans la joie. Elle était surprise  que je me contente d’un « très bien  » oral et français, et que quand c’était mérité. Et que les élèves apprécient. Ben oui. Les enfants ne sont pas idiots, ils ne sont absolument  pas dupes de tous ces compliments bidons. Je leur demande de me respecter, la moindre des choses c’est d’en faire autant et de ne pas les prendre pour des imbéciles qui sont incapables d’apprendre  et de progresser sans la carotte d’un bon point factice. Et effectivement, j’essaie toujours de les pousser plus loin quand ça marche, de les faire avancer, mais chacun à son rythme. Voilà. Bref, Cameron n’a pas forcément tord. Mais déjà, si je peux me permettre, en ce qui concerne le système scolaire, il ne devrait pas plutôt s’adresser aux enseignants qu’aux mamans? Leur demander d’être des Tiger teachers? Non parce que c’est quand même eux qui sont dans les classes, pas les mamans. Je dis ça comme ça… Et les pères dans tout ça? 

En tant que maman, j’ai  aussi eu la remarque, très souvent de la part de leurs instits: ah, mais vous êtes une maman très française. Parce que je demandais leurs résultats. Un instit de primaire préférera s’immoler par le feu  plutôt que de vous  les donner. C’est méchant, on pourrait faire des comparaisons avec leurs camarades. Bouh! Alors qu’en secondaire, c’est donné automatiquement, non par classe mais par année scolaire. Si ils sont derniers, ce n’est pas sur 25 mais sur 350. Marichéri et moi scrutons les bulletins, mais on ne leur a jamais dit qu’on voulait qu’il soient les meilleurs (à la Tiger Mum) mais qu’ils fassent de leur mieux. Il y a deux notes par matière: le résultat et une note séparée d’effort. On peut être nul en sport mais avoir une très bonne note d’effort. C’est du vécu. GeekAdo est 178 ieme sur 180 (c’est un petit collège) mais il a une excellente appréciation et une note d’effort très convenable. Bref  il est nul, mais il essaie. C’est tout ce qu’on lui demande. A la différence, en math, il est premier, mais n’a que 4/5 en effort. Le prof pense donc qu’il peut faire mieux en bossant plus, et on lui a dit aussi. Ce n’est pas une sanction, mais un encouragement. Par contre, on ne va pas mettre nos gamins au mandarin ou à la viole de gambe ni leur faire prendre des cours particuliers de tout et n’importe quoi. On ne va pas les assommer à coup de devoirs supplémentaires non plus. On les laisse vivre! On est définitivement des gentils Cat parents, pas des Tiger parents.

Bref, je suis un peu mitigée sur la question. Remplacer un excès par un autre, je ne vois pas l’intérêt. Il y a un juste milieu. Et surtout je ne pense pas que ce soit au premier ministre, ou à un quelconque sous ministre de venir me dire comment élever mes enfants. D’un autre côté, c’est vrai qu’il  y a des parents qui exagèrent, limite qui vont au pub et y oublient leur gosse. Mais bon, tout le monde ne s’appelle pas David Cameron! 

Cet article, publié dans société, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

20 commentaires pour Tiger mums

  1. carrie4myself dit :

    Je sais qu’aux US ils complimentent aussi les gamins pour un oui pour un non, dixit mon amie qui a 3 filles en scolarité.
    En France, enfin les enfants du village ou mes parents sont, les primaires ne semblent pa savoir de points, note mais du: bien, tres bien, des points rouge, vert, jaune, des coccinelles si ils réussissent bien.
    Comme toi je pense que Cameron devrait plus parler aux teachers qu’aux mums et de meme Cat Mum est « super plus mieux » 😀

    J'aime

    • pomdepin dit :

      J’ai toujours eu du mal avec ça. Pour moi, il est hors de question de récompenser un gamin qui ne fiche rien, voire qui fait le comique. Ca n’a rien à voir avec les résultats, mais avec l’effort. Cela dit, j’ai toujours réussi à gérer les comiques, au fond, c’est mes préférés. Ils sont souvent très intelligents, il faut arriver à les intéresser. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas être stricte.

      Aimé par 1 personne

  2. Je vote pour être « cat mum » aussi… Le mantra ici, c’est « tu as l’obligation de faire de ton mieux »…

    J'aime

  3. fedora dit :

    Je crois avoir lu que les enfants chinois subissaient une pression quasi intenable de la part de leurs parents… les récompenses pour un oui ou un non ça ne me parle pas… l’inverse non plus ! on fait juste ce qu’on peut comme on peut en essayant de faire de nos enfants de chouettes adultes (enfin je pense). Bref, d’acoord avec toi : inutile de remplacer un excès par un autre…

    J'aime

  4. agdel dit :

    Il faut trouver un juste milieu, c’est sûr ! On ne peut pas demander l’impossible ou la perfection à un enfant, mais exiger qu’il pose des questions quand il n’a pas compris, qu’il essaie au moins… Je trouve intéressante la notion de note d’effort, tout les gamins n’ont pas la même facilité au départ… mais ça demande un effort aussi de la part des profs, de l’observation, de la finesse, c’est plus difficile que de compter les bonnes réponses !
    La prof de physique de ma fille a une méthode très anglaise, tiens : tous ont 20 à la base, ensuite elle leur donne des devoirs : faire les exercices de la page 15 du livre, copier la leçon du livre — oui, elle ne fait rien du tout, elle, je me demande même comment elle arrive à meubler ses heures de cours — numéroter ses feuilles et les ranger dans son classeur… et chaque action non réalisée fait perdre un point. Ma fille a donc 20 de moyenne parce qu’elle est très scolaire, en revanche, elle est nulle en physique… et comme il n’y a qu’une seule prof dans le collège…

    J'aime

    • pomdepin dit :

      En primaire, les enfants sont déjà en groupe de niveaux par matière, c a demandé beaucoup de réparation de la part des enseignants, avec des exercices et des objectifs différents par groupe. En secondaire, ils sont aussi répartis par niveaux, et retrouvent leurs classes pour l’etide, le sport, l’art…

      J'aime

  5. petiteyaye dit :

    Je crois que les compliments à tout va ça m’agacerait énormément… Au Sénégal c’est plutôt l’inverse qui se passe et ça n’en est pas moins choquant, j’ai l’impression que beaucoup de familles « rabaissent » constamment leurs enfants (alors qu’ils sont capables d’être très prévenants avec les enfants des autres). Entendre à longueur de journée : ‘ »tu es nul, tu es feignant, tu ne comprends rien, tu es méchant » c’est pas top non plus !!!

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Effectivement, ,c’est tout aussi contreproductif et c’est choquant.

      J'aime

      • petiteyaye dit :

        très… ça me fait beaucoup de peine, mais souvent tu ne fais que reproduire ce que tu as connu donc ça prendra du temps à évoluer dans certaines familles…

        J'aime

      • pomdepin dit :

        Ici, ça évolue doucement. Le prof dont les travaux étaient à l’origine des récompenses systématique a même déclaré que c’était un échec. Les instits commencent à revenir à un juste milieu. Surtout que c’est déstabilisant pour les enfants, puisque ça n’a jamais été implanté en secondaire. Ils n’y comprenait plus rien quand ils rentraient au collège!

        J'aime

  6. maman est occupée dit :

    Ne pas récompenser les enfants, c’est une façon de les familiariser avec leur future vie professionnelle…

    J'aime

  7. La Carne dit :

    j’ai vu un reportage sur ces mères… je suis relativement exigeante… très en fait… autant j’accepte une mauvaise note, autant le manque de travail me fait bondir… ces mères sont effrayantes… ces enfants sont des machines, des robots à apprendre… sans notion de plaisir nulle part… c’est effarant.

    J'aime

  8. LadySo dit :

    C’est vrai que la culture de la récompense comme ça, je ne suis pas fan non plus. C’est en faire un peu trop. Mais quand je vois certains petits asiatiques qui n’ont pas l’air d’avoir de vie, ce n’est pas mieux. Ce sont des enfants, ils ont besoin de vivre leur vie d’enfants, sans qu’on les prenne pour des idiots pour autant.
    Bref, il y a encore un peu de chemin, j’ai l’impression. Moi aussi, je suis un chat !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s