Fashion read


Je ne lis jamais la  presse dite féminine. J’ai essayé quelques fois, pour faire plaisir à des connaissances qui prétendaient que caustique comme je suis (déjà, je l’ai mal pris…depuis quand je suis caustique? C’est contagieux? ), j’allais a-do-rer l’article désopilant sur les belles-mères ou celui hilarant sur la bonne copine nymphomane. Ah. Non seulement j’ai l’impression que c’est toujours la même daube faussement irrévérencieuse depuis 20 ans, qui déjà ne me faisait pas rire, mais surtout je déteste être prise pour une demeurée profonde. Mais je suis accro aux new et je suis abonnée au Times en ligne. C’est captivant tout ça, attention, si ça  continue je vais vous  raconter ce que j’ai mangé ce midi…enfin bref, dans le Times, il y a une rubrique « Life » qui sert à caser tout ce qu’ils n’ont pas pu mettre ailleurs. C’est sensé être pour les lectrices, d’ailleurs on ne peut pas s’y tromper, l’onglet est violet. Ça va des recettes de cuisine, aux voyages,  en passant par les conseils d’une psy ou quelque chose comme ça qui a l’air éveillé d’une huître lobotomisée sur sa photo et donne des tas de conseils avec un aplomb admirable aux lectrices qui ont des problèmes existentiels  majeurs: mes petits-fils sont agités, docteur que faire? Ma soeur est moche, dois-je lui dire ? Et donc forcément, il y a une rubrique mode. C’est là que je voulais en venir depuis le début. 

Généralement je préfère regarder le même épisode de Fireman Sam en boucle pendant des heures accompagné au ukulélé par L’Ado que de m’y aventurer, mais là le titre m’a attiré: s’habiller selon qu’on est une pomme ou une poire. Forcément, avec notre pommier fou, j’ai des tas de fruits dans le jardin, je ne savais pas que je devais leur tricoter des petits pulls. C’est embêtant, surtout que je n’ai jamais tricoté autre chose que des trous. Alors donc, pas du tout, il ne s’agit pas d’habiller son verger mais soi-même. J’étais un peu déçue. Enfin, quand je dis soi-même, j’extrapole, parce que à en juger par les photos, on parle surtout de gamines qui ont 12 ans et demi, pas plus, et ont toutes les formes épanouies d’un fil à souder après étirement. Et bien, j’ai encore tout faux, il y en a qui sont en forme de pommes et de poires! Si. Il va falloir que je retourne chez l’ophtalmo. Pour moi, elles ont toute la même forme (et la même tête aussi d’ailleurs) qu’un phasme. Ça m’étonnerait que cette bestiole, charmante au demeurant passe des heures devant sa penderie tous les matins en se demandant ce qu’il doit mettre pour cacher ses genoux cagneux ou sa poitrine asymétrique.

  
Source
Il semblerait donc que je m’habille en dépit du bon sens depuis des années, à vouloir mettre des vêtements pour la bête raison qu’ils me plaisent et que je me sens bien dedans. Cela dit, je ne rentre dans aucune des rubriques de l’article. J’ai bien cherché, j’ai trouvé les conseils pour les pommes, pour les poires, pour les sacoches de bicyclette… Si par hasard quelqu’un se reconnaît dans la description, un seul truc : les toges (C’est marqué dans l’article, je n’invente rien). Et peut-être aussi une consultation chez un bon psy…mais rien pour moi, c’est à dire plutôt pomme de terre bouillie (pour rester dans les fruits et légumes). Il y a des idées pour celles avec un ventre bedonnant (illustré magnifiquement  avec une fille qui a tellement de ventre qu’elle en est concave), des grosses chevilles, des avant bras avachis…c’est curieux. Personne n’a dit à l’éditrice mode du Times qu’une femme n’est pas constituée en kit? Généralement tous les bouts ont tendance à aller ensemble. Parce que là, il y a un petit côté Frankestein…

On continue, les femmes avec un milieu large (attention, ça n’a rien à voir avec d’un ventre bedonnant, mais je ne sais pas pourquoi), celles ayant un débordement médian dû à l’âge mûr (on ne rigole pas) ou encore un centre élargi… C’est fou, j’ai bien  regardé  autour de mon  nombril, il ne se passe rien: mon ventre  est amorphe, il ne fait pas tout un tas de figures géométriques comme celui des journalistes mode du Times, c’est inquiétant. Avec tout ça, je n’ai rien trouvé pour la forme de serpillère avachie, je ne rentre  pas du tout dans les  cases du Times.  Je ne m’identifie ni à une pomme ni à une poire ni à un sablier…je ne fais pas une fixation sur mes coudes ou mes mollets. Je n’ai pas plus honte de mon bras droit que du gauche (d’ailleurs si vous avez un problème de bras ronds, évitez les imprimés léopard roses fluos.Je ne suis pas éditrice mode au Times, mais à mon humble avis, le conseil vaut pour toutes les formes de bras). En plus toutes les photos de l’article montrent des vêtements bizarres, coûtant un bras justement et importables en public, sauf pour Halloween. 

Ce qui me contrarie surtout, c’est que je n’ai pas l’impression que dans les autres rubriques du journal (News, opinion, éducation…), on  éprouve le besoin d’insulter  les lecteurs  en les traitant de fruits difformes.  On a même plutôt tendance à s’adresser principalement à leur cerveau plutôt qu’à leurs complexes. On peut parler mode sans prendre ses lecteurs pour des imbéciles, je connais des blogueuses qui font ça très bien. Le Times est un excellent journal, alors pourquoi dans la rubrique féminine, on ne parle plus aux neurones des lectrices mais on ne s’intéresse qu’à la taille de leur fessier? 

Cet article, publié dans Les colères, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

33 commentaires pour Fashion read

  1. Moi, je lis beaucoup la presse féminine, mais au 2eme ou 15 eme degré. Je confirme, leurs conseils sont nuls

    J'aime

  2. Ah ben si en plus, les femmes se mettent à réfléchir.. Où va-t-on ma bonne dame ?

    J'aime

  3. J’adore, j’aurai aime un lien vers l’article en question tien :p J’avoue, j’aime bien les articles mode et les fringues. Mais c’est vrai que les articles sur les femmes en kit ikea a te complexer n’importe quel top modele et bien c’est quand meme chiant.

    J'aime

  4. AnneFromReading dit :

    Excellent ! Ca m’a bien fait rire cette histoire de pomme et de poire.Perso, je pense que je suis plutôt courgette fripée 🙂 Ca m’énerve qu’il y ait une « presse féminine », comme si on n’était pas capable de lire la presse normale comme tout le monde. Je lirai la presse féminine le jour où il y aura une presse masculine tout aussi débilitante ! (ah, zut, on me souffle dans l’oreillette que ça existe déjà et que ça s’appelle FHM ou quelque chose comme ça, autant pour moi…)

    J'aime

  5. carrie4myself dit :

    Ici il y a un programme Les Reines du shopping qui conseille, en fonction de ta morphologie, plutot tel ou tel style de vêtements. Sachant qu’on a un choix bien plus important que les hommes, autant s’amuser tout en évitant de ressembler a un clown.
    Et la presentatrice ne parle pas de fuit mais…de lettre: A (fine en haut, large en bas), H (haut et bas meme largeur). C’est « intéressant ».
    Sinon tu me fais penser a t’envoyer un autre livre qui pourrait t’intéresser! Tu verras…. 😉

    J'aime

  6. petiteyaye dit :

    Donc si je te suis bien, les femmes auraient des neurones ????

    J'aime

  7. fedora dit :

    Oui, j’allais dire comme Carrie : faut que le times appelle Cristina Cordula 😀 Nan mais je la trouve géniale mais les reines du shopping c’est euh… enfin soit, elle donne des conseils selon ta morphologie… c’est rigolo mais ça casse un peu les goûts perso… enfin bon… le times quoi…

    J'aime

  8. dhelicat57 dit :

    « Des pommes des poires et des scoubidous » disait une chanson des années… Bref il y a longtemps mais ton article ma donné en tête ce refrain… Suivre son instinct et ses goûts et puis basta car si je commence a lire les conseils de ces journaux et a regarder les exemples je deviens deprimee car je ne rentre pas non plus dans les cases, bonne journée à toi, plein de bisous

    J'aime

  9. fannieb dit :

    Excellent ! J’ai trouvé UN magazine féministe et non pas féminin, assez sympa, où il n’y a aucune pub de crème anti-âge à mettre dès 15 ans ou de fringues hors de prix. Par contre, ils ont 1 page de pub pour une marque de vêtements suédois écolos plutôt improbables mais les goûts et les couleurs. Parce que sinon, le reste de la presse dites féminine, effectivement, c’est plus insultant qu’autre chose. Quand on pense que ce sont surtout des nanas qui bossent la dedans, y’a encore du boulot à faire sur les clichés, l’égalité et tout le fatras !

    J'aime

    • pomdepin dit :

      C’est vrai que c’est énervant de penser que ce sont des femmes qui prennent leurs lectrices pour des imbéciles.

      J'aime

    • bypimprenelle dit :

      Je pense que tu parle de FEMME MAJUSCULE, n’est-il pas ? 😉
      Excellent magasine avec des mannequins quadras, des lectrices mannequins, peu de pub et intelligent ! Si ce n’est pas celui la, du quel parles-tu cela m’intéresse ?
      Merci
      Valérie

      J'aime

  10. TheMouse dit :

    J’adore « les formes épanouies d’un fil à souder après étirement »… Tu as raison… Comment aimer ces magazines bien loin des réalités!!!

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Franchement, la photo de la fille pour illustrer les formes évasées à l’âge mûr…elle doit avoir 18 ans et elle est squelettique! Ca joue un peut it peu sur la crédibilité de l’article quand même.

      J'aime

  11. Agdel dit :

    Il m’arrive de feuilleter la presse féminine (chez le médecin, par exemple) et à chaque fois, je me demande comment on peut acheter, voire s’abonner à ces magazines : les pages mode ne m’intéressent pas, déjà ça commence bien, mais je ne suis pas squelettique, ni jeune, et j’aime être à l’aise dans mes vêtements et les garder longtemps. Sans parler des prix écrits en tout petit sous les photos… avec le prix d’une veste, j’habille ma famille pendant un an ! Les chaussures, pareil, je veux surtout du confort. Les recettes, bof, rien de transcendant… les « articles de fond » laissez-moi rire, que des idées toutes faites ; les nouvelles des célébrités, j’y suis totalement indifférente (sauf quand c’est toi qui racontes, au moins c’est drôle), la déco, idem…hier, je feuilletais un Elle déco au labo d’analyses, qui présentait des matelas (et que justement, on songe à changer le nôtre)…à part 2 modèles Ikea (ben, on va éviter, quand même, on n’en est pas encore là) les prix tournaient entre 6000 et… 38 000 euros ! Les seuls magazines que j’achetais parfois étaient un peu dédiés aux activités manuelles, cuisine, couture… une fois, j’ai compté les pages et vu que j’achetais 65 % de pubs ! Depuis, je les feuillette à la médiathèque et ça me suffit bien.

    J'aime

  12. bypimprenelle dit :

    Tú m’as encore bien fait rire ! C’est si bon ! Une femme en kit, j’ai adoré ! 😂
    Moi, je suis abonnée et regarde plus que ne lis la presse féminine simplement par passion de la mode et des tendances et puis pour m’inspirer et creer un Look semblable avec mes affaires dans lesquelles je suis bien ! Mais il est vrai qu’il y a trop de pub, les mannequins ne sont même pas majeures, les fringues sont hors de prix et les pire c’est que ce sont des photos tellement chiadées qu’on ne voit plus lé vetement ! Mais, je continue encore un peu, mais je réduis de plus en plus ! depuis que j’ai découvert la blogosphère, je suis heureuse ! Je suis tombée sur des femmes normales, avec des vetements bien présentés, des prix accessibles et lé lien direct pour l’acheter ( pratique pour moi, qui sort peu ) qui deviennent ma principale source d’inspiration pour mon blog !

    J'aime

  13. La Carne dit :

    t’as rien compris! t’es une femme! tu n’es pas supposée lire les autres articles, mais seulement te contenter de lire ce qui parlent fruits, fesses et … et… ben c’est déjà pas mal pour une femme! 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s