Thursday Thunder: symphonie pour tronçonneuse


J’étais partie pour m’énerver sur la saint Valentin, cette « fête » hautement sexiste, mais je n’y arrive pas. Impossible de me concentrer sur quoi que ce soit depuis trois jours: les employés municipaux ont reçu un nouveau lot de tronçonneuses, ils en sont très contents, et ils les testent. A trois centimètres de mon oreille, en ressenti. Rhaaa…

Source
« J’avais déjà la tronçonneuse, ce sont les demi-soeurs qui sont nouvelles »

Il se trouve qu’on n’a pas de voisin direct, on est entouré par un champ, le terrain de foot municipal et le parking qui va avec, où il n’y a jamais personne sauf les rares, très rares fois où l’équipe du village arrive à trouver onze participants pour faire un match. Tout ça est entouré d’une végétation abondante et infranchissable, qui fait que le pauvre fermier a même du mal à rejoindre son champs. Et bien, vous allez rire, on a choisi la maison pour ça aussi! On est très content de ne pas être collé à nos voisins les plus proches, eux , tout là bas, qu’on ne voit pas et dont on entend juste le coq paresseux chanter mais jamais avant 10 heures du mat, c’est dire si cette bête est sympathique et motivée. En général, on a une paix royale et ça nous va très bien. Sauf que donc, les employés municipaux ont décidé de prendre l’air, puisqu’il fait moins douze en ressenti, ça serait dommage de ne pas en profiter. Ils ont attaqué les haies autour du champ de patates labouré terrain de foot, il y a trois jours. C’était déjà pénible, auditivement parlant, mais bon…seulement, ils se sont sournoisement mais de plus en plus bruyamment, rapprochés pour finir dans la sorte de bande de hauts végétaux hirsutes, piquants et impénétrables entre nous et le parking, toute tronçonneuse hurlante. Depuis ce matin, on en est à communiquer par signes, avec Marichéri, tellement c’est assourdissant.

J’ai l’impression que mes tympans essaient de ressortir par les narines, probablement pour fuir, et je les comprends. Ça fait vingt fois que je vais vérifier, mais non, les excités de la tronçonneuse ne sont pas dans notre jardin, on ne les voit même pas, ils sont bien de l’autre côté du fossé. A mon avis, ils sont coincés aussi, et les râles stridents qui me vrillent le cerveau depuis des heures, sont en fait les appels à l’aide d’une tronçonneuse, emberlificotée à mort dans les conifères et qui se débat pour échapper à une mort lente, trop lente, mais méritée. Je ne vois que ça. Je suis prête à abréger les souffrances de cette machine en la faisant bouffer à son employé municipal. Par les oreilles, pour rester dans le thème. Je sais bien que ces braves gens ne font que leur boulot (et je suis à deux doigts d’aller leur proposer un café bien chaud avant qu’ils en perdent un. De doigt. A cause du froid). Mais ma tolérance au bruit est déjà limitée en temps normal (je viens des landes, où il y a quand même plus de pins que d’habitants, et c’est très calme, niveau sonore, un pin), au bout de trois jours, j’ai des envies de meurtres. La première tronçonneuse que je croise, prendra pour toutes ses congénères! Je n’en peux plus. Même quand ils prennent des pauses (tous les quarts d’heure, ça doit être syndical), j’ai l’impression d’entendre encore résonner une tronçonneuse au fond de mon petit cerveau fatigué. En plus, c’est ridicule, on a été voir hier sur les lieux du massacre végétal après le départ des tronçonneuses, et il n’y a strictement aucune différence, visuellement, c’est toujours la jungle. C’est bien ce que je pensais, les tronçonneuses sont vicieuses, elles font un boucan d’enfer pour le plaisir mais ne servent à rien.

Heureusement, les tronçonneuses finissent tôt, avant le goûter, et il semblerait qu’elles aient fait tout le tour, ça devrait se terminer. Et là, je tombe sur le brouillon du billet que je voulais faire sur la saint Valentin et sur une pub d’un magasin de bricolage qui propose, entre autres, des tronçonneuses (avec un visuel pas du tout à vomir). Déjà, j’imagine très bien la tête de Marichéri si je lui fais un cadeau pour la saint Valentin, ou si je lui offre une tronçonneuse n’importe quand, ou donc, les deux en même temps, mais passons. Ça m’a crispé. Beaucoup. Le prochain qui me parle de tronçonneuse, je fais un massacre.

Cet article, publié dans Les colères, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Thursday Thunder: symphonie pour tronçonneuse

  1. Agdel dit :

    Ah, ah, chez nous c’était la semaine dernière, ils ont élagué l’eucalyptus du voisin (ça pousse à une vitesse, cet arbre !)
    Ma grande travaille dans une entreprise du paysage et me décrivait le calendrier Stilh : apparemment, les tronçonneuses et autres débroussailleuses fonctionnent mieux quand elles sont maniées par des jeunes femmes en sous-vêtements… elle est encore plus indignée de voir que les ouvriers ont trouvé judicieux de détacher toutes les pages et de les afficher aux murs du dépôt.

    J'aime

Répondre à Agdel Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s