Mardi tourisme: el palacio de Cortes


Après une pause, on repart au Mexique, et plus précisément à Cuernavaca, qui est la capitale de l’état de Morelos, à moins d’une centaine de kilomètres au sud de Mexico. Cuernavaca est connue, entre autre, pour le palais que Cortès y a fait construire dès 1523, sur les ruines d’un temple aztèque, forcément. C’est à la fois le plus vieux bâtiment espagnol du Mexique et l’un des symboles de la colonisation. Cortès l’a d’ailleurs fait construire pour ça, c’était sensé montrer son pouvoir et assoir sa domination sur la population. Il essayait d’un côté d’en imposer, et de l’autre, de bien faire comprendre tout son mépris pour la culture locale, tout juste bonne à servir pour les fondations de son palais. Sans oublier qu’il fallait aussi qu’il se protège, vous savez ce que c’est, quand on se fait coloniser, on peut mal le prendre et tenter d’aller se venger sur le colonisateur en chef, si c’est pas mesquin… bref, Cortès voulait marquer les esprits et c’est vrai que son palais n’a pas l’air particulièrement accueillant. On sent de suite tout le caractère guilleret du conquistador à peine sanguinaire.

En vrai, Cortès n’a presque pas vécu à Cuernavaca, mais sa femme a bien résidé dans son palais après sa mort. Leur fils, Cortès Junior (oui bon, officiellement c’est Martin Cortès, deuxième marquis de Oaxaca, mais je trouve que Cortès junior, ça lui va mieux) a fini par abandonner peu à peu l’endroit. Au fil du temps, le palais du conquistador s’est transformé en atelier textile, en prison (notamment pendant la guerre d’indépendance), en préfecture, en palais impérial (Maximilien y venait en week end) et finalement en musée. ça tombe bien, non seulement on peut y admirer des tas de reliques pré colombiennes, mais aussi des fresques peintes par Diego Ribera.

Cela dit, ce musée ne m’a pas plus marqué que tous les autres musées que j’ai pu visiter au Mexique. Ce que j’ai préféré, et dont je garde un souvenir encore ébloui, c’est la végétation assez grandiose. Cuernavaca est réputée pour son climat et son agriculture, on comprend pourquoi. J’ai aussi été étonnée du nombre de touristes locaux, bien plus nombreux que les touristes étrangers pour une fois. Je ne sais pas si c’est toujours le cas, mais j’avais trouvé curieux qu’il y ait autant de descendants d’indiens qui visitent le palais de Cortès transformé en musée à la gloire de leur héritage. Je n’ai pas osé demander quel symbole ils y voyaient. Peut être que c’est simplement un peu en dehors des circuits touristiques traditionnels, du coup, on y voit moins d’étrangers.

Mais mon souvenir le plus vivace du palais de Cortès, c’est le passage obligé et très encombré par la galerie vitrée là haut. Il est visiblement de bon ton d’admirer la vue, il n’y a pas intérêt à déroger à la règle quand une foule compacte vous plaque pratiquement contre la vitre. Il n’y a aucun espoir non plus de pouvoir reculer à contre courant le plus loin possible du vide, on est obligé de suivre le mouvement général. Je rappelle que j’ai le vertige sur un tabouret…alors là, je n’ai pas apprécié du tout. C’est bien simple, j’ai failli faire un malaise dans le palais de Cortès et je ne dis pas ça pour la rime. Mais sinon, c’était très sympathique, comme petite visite!

Cet article, publié dans Tourisme, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Mardi tourisme: el palacio de Cortes

  1. carrie4myself dit :

    Je te vois bien fait un malaise….
    Merci d ela balade 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s