Apprendre moyennement l’histoire anglaise en s’amusant, épisode 21


J’ai décidé, dans l’espoir de détendre l’atmosphère à ma petite échelle en cette période bizarre, de massacrer l’histoire de l’Angleterre, sans aucune compétence ni prétention autre que celle de faire rire un peu. Résumé de l’épisode précédent: après les Tudors, les Stuart s’installent sur le trône anglais. On va donc pouvoir passer tranquillement à …la guerre civile. Et paf, encore raté!

Source

Sérieusement, les anglais sont bien gentils, ils nous bassinent avec le fait qu’ils n’ont été envahis par l’ennemi depuis 1066…oui ben, mais il n’y a pas de quoi se vanter, vu que quand ils ne font pas la guerre à l’extérieur, ils s’entretuent entre eux, pour passer le temps. Je ne veux pas critiquer, mais ça fait bien 4 fois qu’on parle de guerre civile depuis le début, ça devient répétitif…d’ailleurs celle là, on ne lui a pas trouvé de petit nom, pas d’anarchie ou de comparaison horticole, c’est bêtement la guerre civile et puis c’est tout, on sent que même les historiens les plus vindicatifs se lassent.


On en était donc à Charles I, le petit fils de Mary Stuart qui récupère la couronne en 1625 après que tous les Tudors aient fini de s’exterminer entre eux. Le petit Charles ne faisait rien qu’à faire son malin, et ça a contrarié pas mal de monde, surtout au parlement. Figurez-vous qu’il a levé son standard à Nottingham en 1642, mais je ne pense pas que c’est un rapport avec Robin des bois, ça n’est pas la même époque…C’est quoi, ce standard ? Il a agité au dessus de sa tête un journal (the 17 century standard peut-être) ? Il a décidé qu’il y avait du relâchement dans la tenue des gardes royaux et leur a demandé de mieux boutonner leur pourpoint? Ou ça a un rapport avec les standards téléphoniques? Sur la photo d’époque, on voit juste qu’il a un bras en l’air…il veut aller aux toilettes? (D’où le journal…). En fait, rien de tout ça. C’est encore une déformation d’un mot français, à savoir étendard. Quand le roi levait son étendard, c’est qu’il déclarait la guerre, tout bêtement. Je suis un peu déçue. Mais il veut faire la guerre où, Charlie? Et bien sur place, en Angleterre, pourquoi s’embêter à voyager quand on peut monter de bons petits massacres chez soi, au milieu de malheureux paysans qui n’ont rien demandé à personne.

Charles et le parlement ne faisaient rien qu’à se disputer, chacun voulant plus de pouvoir que l’autre, et c’est le premier qui dit qu’y est, et tout ça. Quand le roi a eu l’idée d’étendre un impôt maritime à tout le pays, les parlementaires se sont énervés, c’est sûr que géographiquement parlant, c’est crétin. Charles n’a pas apprécié, et a donc décidé d’envoyer l’armée contre son propre parlement et ses députés, qui se sont empressés eux aussi de lever une armée, il n’y a pas de raison. On s’est joyeusement étripé pendant trois ans, Cromwell et ses petits copains du parlement ont gagné et Charlie est parti boudé, laissant Cromwell peter complètement les plombs et commencer à gouverner en tyran bien plus autoritaire que n’importe quel roi.


Mais voilà qu’en 1648, les écossais décident qu’ils veulent jouer aussi, on ne sait pas trop pourquoi ils viennent se mêler à cette galère, à part de sombres raisons vaguement religieuses. Ils sont catholiques, Cromwell est un ayatollah hystérique de l’anglicanisme, forcément, ils ne s’apprécient pas. Et Charlie a beau être désagréable, c’est quand même un Stuart, donc un écossais. Ou alors les écossais s’ennuyaient tout simplement, ça faisait un petit moment qu’il n’y avait pas eu de massacre entre eux et les anglais…enfin bref, les écossais envoient une armée sur Londres pour défendre le roi. Du coup, ragaillardis par ces renforts tardifs, les copains de Charles qui s’étaient enfuis en France, reviennent mettre la pagaille, et marchent joyeusement sur Londres aussi. Et ben, ils ont tout perdu, c’est encore Cromwell et compagnie qui gagnent. En pleine débandade, les royalistes atterrissent à Colchester (c’est une image, ils étaient probablement à cheval, pas en hélicoptère). Et ils se font mettre une pâtée une dernière fois dans les faubourgs, à Boxted. La ville est définitivement tombée le 28 août 1648. Tous les nobles ont été fait prisonniers et Colchester, qui n’avait rien demandé, a dû payer une rançon de £14 000 pour ne pas être rasée…avec ce joyeux luron de Cromwell, pas de petit profit. Ça n’a pas dû amélioré l’opinion des locaux sur les londoniens! Cromwell, qui n’était pas un comique, décide que ça suffit comme ça, et hop, on coupe la tête de ce pauvre Charles le 30 janvier 1649. Et les valeureux parlementaires, qui se sont battus pour les droits du peuple contre un méchant roi tyrannique en prennent jusqu’en 1658 de dictature cromwellienne….à leur place, j’aurais été un chouïa vexée. Ça s’appelle se faire avoir en beauté quand même!

Cromwell, ce joyeux luron mérite bien un épisode à lui tout seul, maintenant qu’il a définitivement gagné…mais pas maintenant, c’est l’heure du goûter. Une tradition charmante et agréable que Cromwell, aurait donc sûrement supprimée si il en avait entendu parlé.

Cet article, publié dans Les leçons d'histoire(s), est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s