Apprendre moyennement l’histoire anglaise en s’amusant, épisode 14


J’ai décidé, dans l’espoir de détendre l’atmosphère à ma petite échelle en cette période de confinement, de massacrer l’histoire de l’Angleterre, sans aucune compétence ni prétention autre que celle de faire rire un peu. Résumé de l’épisode précédent: c’est la pagaille en France, il n’y a aucun héritier de bonne qualité à Philou le Bel. Sauf son petit fils, Edward, qui se trouve être roi d’Angleterre. On se dit que ça va enfin être la paix entre les deux côtés de la Manche, et bien pas du tout.

Source

Edward a la réputation d’être très strict, en tout cas, il ne se laisse pas marcher sur les pieds (ni sur autre chose) par ses barons. Ça inquiète un chouïa les nobles français qui ne rigolaient pas avec Philou mais qui se sont ensuite bien habitués à faire ce qu’ils veulent sans se soucier le moins du monde du couronné censé être leur chef. Ils ont pris leurs aises, ces chers petits, et n’ont pas du tout envie de voir débarquer un Edward qui risquerait de les remettre au pas et surtout de réclamer ses taxes. Ils inventent donc de toute pièce une sombre et machiste loi salique en prétendant même que leur faux est une tradition immémoriale. Aussi malhonnêtes que sexistes, ces chers barons. Ils affirment d’un coup que la couronne de France ne peut se transmettre par les femmes, donc que Edward ne peut hériter de son grand père en passant par sa mère. Ils propulsent sur le trône un vague cousin à moitié débile pour être tranquilles. Edward est scandalisé, on peut le comprendre, et il décide de récupérer son héritage. Et voilà comment, à cause de la radinerie de quelques barons français et leur sens remarquable de l’anticipation (parce que bon, entre payer ses impôts ou se taper plus d’un siècle de boucherie, le choix aurait dû être facile) la guerre de 100 ans éclate en 1337.

Bon soyons clair, on ne se tape pas dessus pendant 100 ans sans discontinuité non plus. Déjà, la guerre de 100 ans dure en fait 116 ans. Mais il y a des accalmies, des trêves, parfois de plusieurs années, ce qui permet aux anglais de continuer à coloniser le Pays de Galles et l’Ecosse, certes, mais surtout de bien profiter des épidémies de peste qui ravagent le pays, vidant des villages entiers. Il n’y a pas à dire, le quatorzième siècle en Angleterre, c’est une période désopilante…En tout cas, au départ, ça se passe très bien pour Edward and Co. Les anglais ridiculisent les français à tout bout de champs de batailles. Ça en devient risible, entre Azincourt, Crécy et j’en passe, on se demande ce que l’armée française fiche, alors que les anglais, surtout grâce à leurs archers sont efficaces, eux. Il faut dire aussi qu’ils doivent être motivés pour venir se battre en France, vu la pagaille que c’est chez eux. Sur le champ de bataille, on a quand même une petite chance de s’en sortir, alors qu’en restant en Angleterre, si on ne crève pas de la peste c’est qu’on se fait étriper dans une des révoltes paysannes qui secoue tout l’est du pays. Sérieusement, le quatorzième siècle est bien plus calme en France, malgré les batailles et pillages sporadiques, qu’en Angleterre. C’est à se demander si en fait, les chevaliers anglais n’ont pas fait trainer volontairement les hostilités, pour avoir une raison d’aller voir ailleurs…sans compter que pas mal d’entre eux avaient de très jolies résidences secondaires en France, on peut comprendre qu’ils n’aient pas voulu les abandonner comme ça, d’autant plus qu’ils les tenaient souvent de leurs ancêtres français…enfin bon, on ne va pas s’éterniser non plus, les français finissent par s’organiser un peu, je vous fais grâce de jeanne d’arc et tout ça, sinon on va me dire que je parle plus de l’histoire de France que de celle de l’Angleterre. La guerre de 100 ans se termine en 1453 (c’est dire si on savait compter à l’époque), à Castillon la bataille, pour le plus grand plaisir de l’Office de tourisme local et de tous les amateurs de pyrotechnies du coin qui viennent applaudir tous les ans la reconstitution des combats. Les rois anglais n’essayeront plus de s’installer sur le trône de France. En même temps, ils auront autre chose à faire parce que ça ne s’arrange pas chez eux… alors que côté français, on y a gagné de magnifiques châteaux forts et de merveilleux villages fortifiés, les bastides de mon sud-ouest natal. C’est vraiment sympa de la part des anglais d’être venus nous construire tous ces sites qu’ils paient maintenant pour visiter.

Avant de passer à la suite, je suis obligée de citer mon grand-père, grand passionné d’histoire et bordelais acharné. Il trouvait dommage que la France ait gagné la guerre de 100 ans, non pas parce que ses ancêtres (et donc les miens) ont vraisemblablement dû se battre aux côtés des anglais, puisque l’Aquitaine leur appartenait, mais parce que selon lui, si l’Angleterre avait gagné, Bordeaux en serait la capitale aujourd’hui. Mon grand-père avait beaucoup d’humour…et un léger chauvinisme peut être…

Cet article, publié dans Les leçons d'histoire(s), est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s