Thursday thunder : the tradwives


Je viens d’apprendre qu’un mouvement qui vient des États Unis est en train d’arriver en Angleterre: celui des tradwives, c’est à dire des sombres dindes traditional wives, des épouses traditionnelles qui revendiquent rien de moins que de vivre soumises à leur conjoint et on ne parle pas de SM, quoique….C’est donc un mouvement créé par des femmes. J’insiste parce que ça me parait tellement hallucinant que j’ai du mal à y croire.

Je déteste d’habitude ce genre d’images avec citation, mais là, c’est tellement ça…

Ces braves dames veulent vivre comme dans les années cinquante. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est leur slogan. Elles « obéissent à leur mari et prennent soin de lui ». Elles affirment que « la place d’une femme est à la maison et dans la cuisine ». Et bien sûr, elles prônent « le retour aux valeurs traditionnelles britanniques ». Alors là, c’est génial, vu que d’après l’histoire britannique, leurs valeurs traditionnelles, c’est de coloniser et d’exploiter la moitié de la population mondiale en exterminant au passage ceux qui ne sont pas d’accord (je n’ai pas dit que c’était mieux en France), je ne vois pas comment on peut s’en servir pour justifier exactement l’attitude inverse, de passivité et même servilité absolue. Mais j’oubliais, je suis une femme, et donc je ne dois pas me servir de mon cerveau. Je ne sais pas si ça se sent, mais je suis un chouïa agacée par la bouillie qui tient lieu de réthorique à toutes ces connasses. Oui, je suis vulgaire, mais il y a de quoi.

Parce que, en plus de prendre les hommes pour des cons aussi (sérieusement, qui a envie de vivre avec une potiche qui d’un côté vous infantilise en vous empêchant de faire quoique ce soit par vous-même à la maison et de l’autre prétend vous obéir sans moufter? niveau conversation, ça doit être captivant), je disais, je suis vulgaire parce que ces femmes sont tout sauf de pauvres petites innocentes qui défendent leur droit à être débiles. Le « retour aux valeurs », ça ne vous rappelle rien? Les tradwives ne sont qu’un avatar de plus de la résurgence du fascisme (c’est même revendiqué par la branche américaine même si la britannique s’en défend). Je ne vais pas vous faire un cours d’histoire politique, mais on est en plein dedans. Les droits des minorités et les droits des femmes ont toujours été les cibles prioritaires des fascistes, pour qui globalement une femme est une mère sainte et soumise ou une pute. C’est tout. Les tradwives s’ajoutent aux attaques contre le droit à l’avortement, à la remise en cause permanente de la parole des femmes et au sexisme triomphant qui accompagnent la montée de l’alt right, néologisme anglo-saxon pudique pour ne pas dire fascisme. En Angleterre, les plus zélés des brexiters expliquent d’ailleurs qu’il n’y aura pas de chômage de masse même si les entreprises ferment en UK, parce que les femmes devront arrêter de travailler pour s’occuper des personnes âgées, des malades, des enfants qui ne pourront plus être accueillis par les services publics en faillite et en manque de personnel après que tous les européens qui y bossent aujourd’hui, seront chassés, youpidoo, c’est le nirvâna! Et bien voilà qu’il n’y a pas besoin d’attendre, les tradwives se portent volontaires dès à présent. Comment normaliser un discours fasciste en le faisant passer pour un choix de vie comme un autre.

Alors oui, je suis très, mais alors très en colère et absolument pas dupe des discours des tradwives qui me donneraient des nausées même si je ne savais pas ce qu’il y a derrière. Désolée pour le point Godwin, mais leurs discours, sous couvert de choix personnel, me rappellent furieusement l’incarnation de la femme parfaite selon la propagande nazi. Ce qu’elles assument parfaitement d’ailleurs. Leur sourire poli, leur tablier bien propre et leurs petits cupcakes sont tout sauf innocents. Ce sont des armes politiques parfaitement maîtrisées. Les tradwives ne font pas que me dégoûter, elles me terrifient.

Cet article, publié dans Les colères, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Thursday thunder : the tradwives

  1. Elles font partie d’un système politique à part entière, qui vise à normaliser un retour en arrière, à idéaliser une société passée pour mieux permettre à certains de dominer la société actuelle 😦

    J'aime

  2. Mathieu dit :

    Ta référence au nazisme, je me la fais de plus en plus ces temps-ci et ta publication m’y encourage. Pas parce qu’une armée envahit les réseaux sociaux en clamant que nous sommes en dictature et qu’il faut une révolution d’urgence. Plutôt dans le fait que,systématiquement, lorsque tu vas contre eux, la menace tue au départ s’affiche désormais: « bientôt, nous serons au pouvoir et vous verrez » (ça me rappelle une intervention de Marion Maréchal-Le Pen il y a quelques années). Ou dans le fait qu’on veuille « ré-émigrer » une tranche entière de la population ou, plus simplement, la réduire au silence.
    Et tu vois, mine de rien, ça commence à me faire peur…

    Aimé par 1 personne

  3. doublerose dit :

    haaaa ça m’agace (mot bien faible)
    Sans être dans le point Godwin, le retour à la maison des femmes est le principe de base de TOUS les mouvements fascistes avec l’idée du « c’était mieux avant ». Mais avant quoi? avant l’égalité, avant que chacun veuille la liberté. (on remet les gosses au boulot aussi, parce que l’école ça leur apprend à réfléchir c’est quand même l’idéal ?)
    Et le pire c’est qu’il y a toujours des dindes pour prôner tout cela et dire que c’est mieux pour les femmes!
    Attention, je n’ai rien contre les femmes qui choisissent d’être au foyer, de s’occuper des enfants, des personnes âgées ou malades de la famille. Ce n’est pas mon choix mais si c’est le leur et que ça leur convient, qu’elles s’épanouissent ainsi, je ne vois pas pourquoi d’irais leur imposer mes choix.

    J'aime

  4. Fugu dit :

    Tout ça m’attriste et me fait peur, je n’ai rien contre les femmes au foyer (je le suis presque aussi, vu que je réduis mon temps de travail et que j’en profite pour en faire plus dans la maison), je n’ai rien contre celles qui pensent que leur but dans la vie est de s’occuper de leur mari… Ce qui me fait peur, c’est le mouvement politique, le retour en arrière (ce ne sera plus un choix, mais un devoir)… Bref, j’aime pas l’époque dans laquelle on vit.

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Voilà, ce n’est pas du tout un mouvement de femmes au foyer, c’est un mouvement politique qui fait partie d’une remise en cause de notre société à tous les niveaux

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s