Le doigt de Saint Nicolas


Il y a très longtemps que je n’ai pas massacré l’histoire de l’Angleterre, je ne suis pas sûre de continuer, maintenant qu’on est en France. je me restreins, mais ça me manque, de divaguer bêtement sur un sujet (très) vaguement historique… Et voilà que je tombe ce matin sur un bref entrefilet sur le site de BBC news (le lien est sous la photo) qui annonce qu’un doigt du père noël a été déposé à Battle Abbey, l’abbaye que Guillaume le conquérant a fait construire pour célébrer sa victoire de 1066. Forcément, je suis allée voir ça de plus près. J’ai même trouvé d’autres articles plus détaillés, c’est dire si j’étais joie.

Source

J’ai déjà parlé du charmant village de Battle et de sa magnifique abbaye, puisqu’on l’a visitée. C’est à dire que la bataille de Hastings n’a absolument pas eu lieu à Hastings, mais plus loin en rase campagne. On a quant même plus de liberté de mouvement en plein champs pour étriper tout ce qui passe à coup de moulinets ravageurs, que coincé dans des ruelles étroites. Sans compter qu’on y gagne aussi en nettoyage après… Tout guilleret après son carnage sa victoire, Guillaume a fait construire une abbaye pile à côté du champ de bataille, et un village auquel on a originalement donné le nom de Battle, a poussé autour. Jusque là, ça va. L’abbaye de Guillaume se visite, sauf une partie qui a très logiquement été convertie en collège privé so british, ça se tient. Mais qu’est-ce que le père noël vient faire là dedans? Et bien le petit Guillaume aimait beaucoup son abbaye, il lui a fait plein de cadeaux. Et qu’est-ce qu’on offrait à une abbaye au moyen âge, alors qu’il n’y avait même pas de wifi? Des reliques de saints. Guillaume aimant bien les listes (il a commandé le domesday book qui recense toutes les terres de son royaume, et surtout toutes les taxes associées, faut pas rigoler non plus), on n’allait pas ranger ses cadeaux dans un grenier, en fouilli et puis ça ira bien comme ça. Les moines ont tout bien noté dans un magnifique inventaire superbement calligraphié pour l’époque, c’est à dire totalement illisible pour la nôtre. Il a fallu attendre des siècles pour qu’un petit curieux se penche à nouveau dessus et le déchiffre. Et là, ça devient festif.

D’après le docteur Carter, historien à l’English Heritage, Guillaume a non seulement offert des bouts de la mangeoire qui aurait servi de berceau au Christ, mais aussi des phalanges de Saint Nicolas, qui a inspiré le père noël. Nous y voila. Il y a un doigt du père noël à Battle! Pour rester dans l’ambiance festive, le roi Jean sans terre (le frère souffre douleur de Richard cœur de lion, abominablement calomnié par les adorateurs d’un espèce de hippie en collant amateur de tir à l’arc qui n’a jamais existé) a aussi offert aux moines de Battle, des pierres qui auraient servi à lapider saint Étienne. Il n’y a pas à dire, on savait choisir des cadeaux amusants, au moyen âge. Saint Étienne se dit Saint Stephen en anglais, et on le célébrait (c’est toujours le cas en Irlande) le 26 décembre, soit Boxing Day aujourd’hui, qui est toujours férié. Il y aurait eu à Battle 175 reliques, toujours plus ou moins en rapport avec les fêtes de noël. Bon, je préfère prévenir, si on m’offre un bout d’os mercredi prochain, je vais mal le prendre. Mais visiblement, les moines de Battle en étaient très contents, puisque Guillaume a continué sur sa lancée, et il leur a aussi donné un morceau de tissu qui aurait toujours appartenu à Saint Nicolas et même sa tunique. Je sais pas où il se fournissait, mais il avait de la suite dans les idées…

Avec tout ça, je suis dégoûtée. Je ne savais pas qu’il y avait eu des restes du pere noël à Battle Abbey quand on l’a visitée! Je suis sûre que j’aurais encore plus apprécié. Bon cela dit, il ne reste plus rien de ces reliques aujourd’hui, c’est pas malin. Tout ça parce que les monastères ont été sauvagement pillés ou détruits à cause des problèmes conjugaux et des fins de mois difficiles de Henry VIII. Cet abruti a perdu le doigt du père noël avec sa réforme, on ne le félicite pas. C’est sûr qu’après ça, il était sur la naughty list…bien fait pour lui!

Cet article, publié dans Les leçons d'histoire(s), Tourisme, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Le doigt de Saint Nicolas

  1. A l’époque, si tu étais saint, tu avais quand même vite fait de te retrouver éparpillé en petits morceaux aux 4 coins du monde chrétien !
    (et tu peux tenter de massacrer l’histoire de France, il y a de quoi faire aussi… )

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s