Thursday Thunder: brexit élections


Les anti brexits en Grande Bretagne sont joie: ce n’est pas pour aujourd’hui! Pas de brexit pour Halloween, l’Union européenne leur a encore accordé un sursis de trois mois, youpidoo et tout ça. Je suis plus modérée…déjà, ça ne fait que reculer l’échéance pas la supprimer et surtout le report s’est fait au prix d’une élection législative anticipée, prévue pour le 12 décembre. En sachant que c’est ce que voulaient Johnson et sa clique de brexiters depuis le début, je ne trouve pas ça rassurant du tout, au contraire.

Source

Le parlement actuel n’est pas fichu de se mettre d’accord sur quoi que ce soit, d’où la paralysie et l’absence de décision, dans un sens ou dans l’autre, sur le brexit. Pas de majorité pour le mettre en place, mais pas plus de majorité pour le remettre en cause. On ne bouge pas et on attend que ça se règle tout seul…ah ben ça alors, c’est curieux, ça ne marche pas. Et ça fait plus de trois ans que ça dure. L’idée est donc d’avoir de nouveaux députés capables de dégager une majorité qui pourra enfin voter quelque chose, n’importe quoi mais que ça bouge. Sauf que j’ai bien peur que ce n’importe quoi soit le brexit, et même un brexit dur. Ça fait des mois que le camp du brexit se prépare à ces élections, les réseaux sociaux sont inondés de messages, ils sont organisés et prêts. En face, pas du tout, jusqu’à il y a quelques jours, ils se demandaient encore si il y auraient des élections ou pas. Les brexiters sont aussi au pouvoir, ils se servent de tous les outils de propagande à leur disposition depuis trois mois. Ils ont englouti des millions d’argent public dans une grande campagne « d’information  » pour les particuliers comme les entreprises les incitants à être, je cite « brexit ready ». Depuis qu’il est premier ministre, Johnson use et abuse d’une réthorique extrêmement inquiétante: il défend le « peuple » contre les élites, notamment les députés, qui empêchent le brexit…et ça marche. Il n’a pas tenu sa promesse de brexit au 31 octobre, mais vous voyez bien que ce n’est pas sa faute, ce sont les méchants députés qui ne font rien qu’à trahir le peuple et son grand leader, vite, vite, débarrassons nous d’eux et votons pour de vrais brexiters. Et la foule applaudit, Johnson a 16 point d’avance dans les sondages.

Dans le camp d’en face, on n’est pas capable de s’entendre, de s’organiser, on est englué dans des guerres intestines et des batailles d’égo, on se déchire sur le choix d’un leader et même d’une position claire sur le brexit: il y a ceux qui veulent l’annuler, ceux qui veulent un deuxième référendum, ceux qui veulent recommencer les négociations avec Bruxelles depuis le début…pour les brexiters par contre tout est clair, ils veulent un brexit à tout prix (quelques les conséquences, ils s’en foutent) et ils ont un champion: Johnson. Ils ont aussi leur gourou, Farage et son brexit parti qui parle déjà d’une coalition avec Johnson. Les sondages sont trompeurs aussi, ils classent les politiciens par parti, alors que certains tories sont remainers comme des travaillistes peuvent être brexiters. Le brexit a fait explosé les frontières traditionnelles des partis. Et surtout, le système du « First past the post », des élections à un tour, vient fausser tout ça. Il suffit d’avoir une voix de plus que le deuxième pour être élu, même si on est le seul brexiter à se présenter contre une pléthore de candidats remainers. Une circonscription peut donc être majoritairement pro européenne et pourtant se retrouver avec un député brexiter. C’est là qu’on en revient au début : les uns sont déjà organisés et se sont mis d’accord entre eux pour présenter un front uni, les autres sont éclatés et ne savent pas vraiment ce qu’ils veulent…ça fait peur.

Alors bien sûr, je suis très contente que Marichéri et L’Ado puissent tranquillement traverser la Manche aujourd’hui. Mais je ne suis pas rassurée du tout pour la suite. Johnson est un immonde populiste, menteur, fraudeur, malhonnête, proto fasciste, et j’en passe, mais il n’est pas idiot. Ses conseillers, notamment l’infâme Cumming, qu’on peut lui traiter carrément de fasciste, non plus. Ils savent très bien ce qu’ils font et sont prêts à tout. Ces élections, ils ne les ont certainement pas déclenchées pour les perdre gentiment. Et si ils réussirent leur coup, si ils ont leur majorité parlementaire, plus rien ne pourra les arrêter. Welcome to Brexitland

Cet article, publié dans Les colères, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s