La phrase de la semaine #17


Dans la joie et la bonne humeur, je me déplace en bus plusieurs fois par semaine. Les horaires des transports en commun locaux sont conçus de telle façon que c’est soit bondé, soit désert. Dans le deuxième cas, il arrive souvent que le chauffeur se sente seul forcément, et s’empresse de raconter sa vie avec la première victime qui monte dans son bus, c’est à dire moi. Il faut dire qu’il y a très peu de gens en dehors des heures de pointe qui vont de la ville à notre village. En plus, les chauffeurs commencent à me reconnaître maintenant…j’ai eu droit mardi à un bavard qui ne comprenait pas comment son pote avait pu déménager à 17 km d’ici:

Non parce que j’ai vérifié, il n’y a que 17 kilomètres entre les deux villes. Et encore, alors que je ne demandais rien, le chauffeur m’a quand même expliqué que son pote est en fait dans un village proche de cette autre ville, il est encore plus près d’ici. Alors évidemment, ailleurs, même à 17 kilomètres, c’est pas ici. On est d’accord. Mais la ville voisine se distingue principalement de la nôtre du fait qu’elle est presque pareil. C’est une ville du nord pas de Calais, dans le même département, avec des corons, un beffroi, des habitants similaires, le même accent, les mêmes problèmes, les mêmes traditions, la même histoire, la même société…et pourtant, pour mon chauffeur de bus, c’est pas des gens comme lui. C’est bien d’être attaché à son coin, mais à ce point! Son pote n’est pas non plus un aventurier au long court, faut pas exagérer…je précise que je connais très bien cette mentalité casanière, il y a des cas aussi dans les Landes d’où je viens et ça m’a toujours désolé. Pourquoi restreindre volontairement ses horizons comme ça? Pourquoi rejeter ceux qui ne sont qu’à 17 kilomètre sous prétexte qu’ils ne sont pas d’ici? Il ne faut pas sortir de sa ville, de son canton, de son département, de son pays? Je trouve ça très triste.

Cet article, publié dans brèves, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour La phrase de la semaine #17

  1. carrie4myself dit :

    Je trouve ca plutot comique. Faut le voir ainsi car ca reste bon enfant.
    Idem ici avec 2 villages. Celui d’un cousin ou ils mangent vers 13h, alors que celui de mes parents c’est midi, ils n’aiment pas toujours se melanger non plus… LOL
    Tant que ca reste gentil, c’est ok !

    Aimé par 1 personne

  2. Je vois bien le genre de mentalité dont tu parles… ça se passe pareil un peu partout, que ce soit campagne ou ville (ça se décline en quartiers alors ! ) C’est quasiment de la « micro-xénophobie »…

    Aimé par 1 personne

  3. Joëlle dit :

    Ouais, bof, pareil ici dans le Nord de l’Auvergne. Tout ça ça fait des supporters inconditionnels des équipes de foot locales… ou de bons douaniers, comme celui du sketch de Fernand Raynaud:

    J'aime

  4. Claire dit :

    J’ai aussi plutôt tendance à trouver ça triste, et encore plus s’il s’agit de personnes jeunes voire très jeunes…

    J'aime

  5. Aurel dit :

    Et pourtant… Moi non plus je n’aimerais pas vivre dans la petite ville, de même taille que la mienne, à 12 km seulement. Ce sont deux petites villes provençales qui se ressemblent, et pourtant…pas la même atmosphère, beaucoup plus de délinquance dans l’une que dans l’autre, moins de convivialité, des commerces qui ferment… Alors ce n’est pas toujours de la xénophobie quand les locaux font ce genre de remarque !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s