House with potential


Pour me donner du courage au milieu des travaux qui ne sont toujours pas terminés et qui ne concernent qu’une toute petite partie de la rénovation de la maison du petit requin (pas beaucoup de gros œuvre mais toutes les pièces sont à refaire), je me suis replongée dans les photos de notre premier logement en Angleterre. On y est resté en location quelques mois. Quand on avait visité (en été, précision importante), on était tombé en extase à peine le portail franchi, naïvement. Il y avait les portes d’origine, les hauts plafonds, la sonnette dans la salle à manger qui tintait encore dans la cuisine, le passe-plat, un coffre fort caché dans une cheminée et même un passage secret entre deux chambres. Le loyer ridiculement bas pour une maison aussi grande ne nous a pas alerté, on ne connaissait pas les prix pratiqués dans le coin. On va vivre dans un décor de Jane Austen, c’est génial. Ahaha, on a vite déchanté.

Le problème d’une maison avec du potentiel comme ça (selon les mots de l’agent immobilier), c’est bien qu’elle peut être extraordinaire, mais que justement, elle ne l’est pas. Derrière les grandes fenêtres géorgiennes (simple vitrage et fissures béantes), on se gelait. Le parquet était sublime…enfin, il l’avait été, presque deux siècles avant. Celui de la cuisine notamment souffrait de se retrouver sous 10 centimètres d’eau à peu près un jour sur deux. Au début ça nous a surpris, on ne savait jamais quand il fallait sortir les masques et le tuba pour se risquer dans la cuisine mais on a vite pris le rythme. Tout ça parce que la cave était perpétuellement inondée à cause du lac artificiel dans le parc. Visiblement, l’eau remontait par capillarité toutes les 48 heures, un peu comme la marée. Donc, le parquet était légèrement moisi, je ne parle même pas des fondations englouties sous l’eau…en même temps, c’était assorti la passoire qui servait de toit. Les tuiles tombaient en poussière dès qu’on les touchait. La charpente aussi. L’entrepreneur mandaté par l’agence a failli y laisser une jambe et a pris peur, il a récupéré sa jambe vadrouilleuse puis l’autre et les a prises à son cou. On avait des cascades à faire pâlir de jalousie les chutes du Niagara dans le salon et notre chambre, mais il pleuvait globalement dans chaque pièce.

Les magnifiques cheminées géorgiennes ne réchauffaient pas l’atmosphère, au contraire. C’est fou le bruit assourdissant que fait un conduit de cheminée qui s’écroule brutalement sur lui-même dans une chambre d’enfant, et je ne parle pas de la poussière et de la suie… c’est bien simple, c’était tellement bruyant et inattendu que ça a fait taire les grenouilles. Parce qu’un troupeau de grenouilles avait élu domicile permanent dans le marécage de la cave. La première fois que j’ai entendu leurs vocalises, j’ai eu la trouille de ma vie: au secours, le plancher croasse! C’était très animalier d’ailleurs, il y avait des lapins partout dans le parc, un héron sur le lac et une biche qui traversait la pelouse. Et une bande de hiboux ou de chouettes (je ne leur ai pas demandé) qui faisait des claquettes toutes les nuits dans le grenier à ciel ouvert (à cause des trous dans la toiture). La première nuit, ça surprend: au secours, le plafond applaudit. Je passe sur le chauffage inexistant, la plomberie d’époque, et les saignées béantes dans les murs pour faire passer les câbles électriques modernes et obligatoires pour pouvoir louer ce taudis grandiose.

Il aurait fallu dépenser des sommes folles pour remettre tout ça en état. On était ravi d’en partir, on n’a jamais eu aussi froid que là dedans. Et pourtant…on aurait aimé l’acheter, la rénover, en prendre soi de cette pauvre ruine. On était furieux après les propriétaires, non pas parce qu’ils nous ont bien arnaqués (enfin si, aussi pour ça…) mais parce que ces gougnafiers laissaient cette malheureuse maison à l’abandon (surtout que justement, eux disposaient des sommes folles nécessaires). Quand on est parti, ces sombres cretins parlaient de faire tomber la véranda victorienne vermoulue mais magnifique pour la remplacer par une horreur en pvc trois fois plus large. Juste de quoi défigurer définitivement la maison…vraiment, on a eu l’impression d’abandonner cette pauvre maison à des tortionnaires immobiliers. Je crois que c’est en pensant un peu à elle qu’on a craqué pour la maison du petit requin. Elle aussi avait besoin d’être aimée et rénovée…mais on a appris grâce à notre première maison en Angleterre qu’il y a des limites, et pas que financières à ce qu’on pouvait entreprendre. On a rejeté plusieurs maisons qui demandaient vraiment trop avant de tomber sur celle du petit requin. Ça reste à notre portée. On y arrivera. Peut être.

Cet article, publié dans vie de famille, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

18 commentaires pour House with potential

  1. Catherine in Switzerland dit :

    j’adore cette maison mais j’imagine que trop bien l’inconfort

    J'aime

  2. carrie4myself dit :

    Non pas « peut etre », vous y arriverez. Pas forcement (surement) en temps voulu, mais vous y arriverez 😉
    Sinon le charme des maisons anglaises…. celle des parents de mon ex anglais, vers Leeds!!! n’avait pas de chauffage, carrément: coil dans le salon et gas burners dans la cuisine….. y aller a Noel etait un supplice!
    xxx

    Aimé par 1 personne

  3. ah mais incroyable comme elle a l’air belle de l’extérieur ! un rêve (en fait un cauchemar)… je suis comme toi , notre maison actuelle des années 20 , j’en suis tombée amoureuse avant de la visiter , cela fait 13 ans mais on ne regrette pas ( bon il fallu faire des travaux c’est clair ! ) je te rappelle qu’on est à une heure de chez toi et que quand tu voudras… vous êtes attendus !

    J'aime

  4. Oh comme je te comprends… ça me fait mal au coeur pour certaines maisons.. tiens celle que je louais juste avant.. elle aurait pu être extra, une vieille ferme, et tout… mais ça a avait été (mal) bricolé, rénové en dépit du bon sens et elle était en train de moisir (littéralement ! )… mais franchement, même si le proprio avait voulu vendre, après y avoir vécu 4 ans, je ne savais que trop bien tout ce qu’il y avait à y faire… et voilà, j’ai choisi la fuite 🙂
    (vers une autre vieille maison, peut-être encore plus vieille.. mais plus saine, et qui avait déjà été aimée par son précédent propriétaire… ça joue, je crois ! )

    J'aime

  5. Comme toi j’adore les vieilles maisons, mais il est vrai que le comfort n’est pas leur fort. Dis moi? Ce sont les photos de cette première maison en Angleterre? Je comprends que vous soyez tombés raides pour elle. Bonne chance avec la française!

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Oui, c’est bien la maison…il ne vaut mieux pas que je montre les photos de l’intérieur! Ni de l’arrière de la maison. On était aussi ravi d’en partir que d’y avoir aménagé. Le conduit de cheminée s’est écroulé dans la chambre de mon fils la veille de notre déménagement, heureusement, il était en bas avec moi à faire des cartons. Au bruit, on a cru que c’était toute la maison qui s’écroulait!

      J'aime

  6. Magnifique demeure…Et avec un passage secret, oh c’est fou!!! <3. Quel gâchis. La maison du petit requin me fait rêver elle aussi. Elle a eu de la chance. J'adore les vieilles bâtisses, elles ont bien plus de charme que ces maisons lisses et sans âmes, blanches dehors, blanches dedans, blanches jusqu'au vide total…Mais c'est onéreux, dommage. Amusez-vous bien!

    J'aime

    • pomdepin dit :

      C’est ce que j’essaie de faire comprendre à l’entrepreneur qui veut refaire tous les murs parce qu’ils ne sont pas droits! Il trouve aussi dommage que les portes soient aussi hautes, on ne peut pas les changer pour des portes modernes standard…non mais, il va laisser les portes tranquilles! Elles ont du vécu et c’est très bien comme ça.

      J'aime

  7. Emma June dit :

    Cette maison était magnifique 😮 Je ne comprends pas les proprios qui laissent leurs biens se délabrer ainsi, comme tu le dis si bien des tortionnaires immobiliers. J’espère que vous vous sentirez vite bien dans votre nouvelle maison, vous allez y arriver.

    J'aime

  8. Agdel dit :

    Quelle belle maison, je comprends ta colère. Il y en a une de ce genre dans notre quartier : vieille meulière, des fenêtres aux dimensions et formes « hors normes », un jardin d’hiver (à cette échelle, on ne parle plus de véranda) superbe (et délabré), le mur d’enceinte qui s’effondre dans la rue, peu à peu… quel dommage !

    J'aime

    • pomdepin dit :

      C’est désolant…j’avais flashé sur une maison comme ça, mais il y avait vraiment trop de boulot. La maison du petit requin reste dans nos moyens, financiers et autres, parce que ça demande aussi beaucoup de temps et d’énergie.

      J'aime

  9. Quel dommage de laisser une si belle maison tomber en ruines! Bon courage pour vos travaux 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s