Le pis-aller


Il y a des gens qui viennent me lire et qui même me laissent des commentaires alors qu’ils détestent profondément ce que j’écris. Je n’ai jamais compris pourquoi ils s’obstinaient ni pourquoi ils éprouvaient le besoin de me le faire savoir alors que leur logorrhée verbale passe directement à la trappe. Je suis plutôt sympa, je laisse passer tous les commentaires, sauf ceux racistes ou injurieux, surtout quand ils s’en prennent aux autres commentateurs. Chez moi, on est poli avec mes amis ou on dégage. Mais mes billets sur le brexit provoquent toujours des tas de réactions variées, pour ne pas dire avariées. Je n’ai rien contre débattre avec des gens qui ne sont pas d’accord (y compris en anglais) mais ceux qui viennent juste déverser leur haine n’ont pas leur place ici. Cela dit, je trouve dommage que certains commentaires que je n’approuve pas (don’t feed the trolls et tout ça) restent sans réponse. Comme cet anonyme courageux (courageuse?) qui m’a accusée entre autres choses et après s’en être pris à tous mes lecteurs, de traiter la France de pis-aller. Ça mérite qu’on se penche sur sa prose, non?

Source

Alors déjà, je trouve l’expression toute mimi, légèrement désuète et avec un petit côté vache laitière qui me plaît beaucoup. Je suis sûre que j’ai déjà vexé Anonyme (c’est ce qu’il y avait marqué comme nom. Je critique, mais si ça se trouve, ce n’est pas de la lâcheté, c’est vraiment son nom. Monsieur Anonyme. Ou son prénom, madame Anonyme Dupont…). De toute façon Anonyme était outré bien avant ça, puisqu’il a bien remarqué mon mépris et celui de mes lecteurs pour la France. Ah. Déjà, j’ai dû mal à mépriser un pays, c’est un chouïa trop abstrait pour moi. Des gens comme ceux qui laissent des commentaires minables sur un petit blog, ça va j’arrive très bien à les mépriser, mais un pays tout entier je ne vois pas…il faut dire aussi que j’ai du mal avec le patriotisme, le nationaliste et tout ce genre de conneries concepts qui font des pays autre chose que des lieux, des entités géographiques plus ou moins arbitrairement définies. Du coup, je n’arrive pas vraiment à les personnifier suffisamment pour qu’ils m’inspirent des sentiments tels que ceux qu’Anonyme me prête. Mais il en est sûr, avant le brexit, je n’aimais pas la France. Nous y revoilà. Il y avait longtemps que je n’avais pas eu droit au poncif des expats traitres et déserteurs de la mère patrie. Je répète, il n’y a pas besoin d’habiter en France pour aimer la France. Anonyme, il cesse d’aimer ses proches quand ils déménagent à plus de 5 kilomètres? Il adore les rillettes quand il est dans la cuisine, mais dans son salon, il y devient allergique? Sérieusement, je ne veux pas te donner de leçon de patriotisme, mon petit Anonyme parce qu’effectivement, ce n’est pas du tout mon truc, mais si tu es incapable d’aimer la France quand tu pars en vacances en Espagne, si tu t’imagines qu’on ne peut pas être attaché à un endroit sans y vivre, tu n’as peut-être pas tout compris non plus à ce que tu prétends défendre.

Mais tu as des preuves de mon ignominie: avant le brexit, je trouvais l’Angleterre merveilleuse. Donc je détestais la France. Et ben, j’espère que tu n’as pas plusieurs gamins, sinon, l’ainé a du soucis à se faire. Vu que tu as l’air de penser qu’on ne peut pas aimer deux choses à la fois…tiens, une petite question, suivant ta logique comment font mes enfants binationaux? Ça y est, je sens que je t’ai collé une migraine. En tout cas, tu es bien content de ce qui arrive aux européens en brexitland, c’est bien fait pour eux, ils n’ont que ce qu’ils méritent ces traîtres. Ça fait chaud au cœur autant d’empathie, de compassion et d’ouverture d’esprit de la part de quelqu’un qui se permet de venir donner des leçons de morale. En même temps, quelqu’un capable de penser qu’un billet qui parle uniquement de brexitland est en fait une critique cachée de la France ne peut pas avoir la même vision des choses que moi. Je suis très basique comme fille, quand je parle en long et en large d’une chose, ce n’est pas parce que j’ai en fait envie de décrire complément une autre. Mais je fais pire. Bouh, la vilaine. Je traite donc la France de pis aller. Allons bon…

C’est fou quand même, j’aurais pensé au contraire flatter tes velléités de grand défenseur de la patrie en expliquant qu’on avait choisi de venir en France pour des raisons logiques, objectives et mûrement réfléchies. C’est plutôt un compliment, non? On avait une liste de trois pays, des critères très précis de ce qu’on cherchait et aucun sentimentalisme, et c’est la France qui a gagné. Mais ça t’a déplu. Tu aurais préféré qu’on « rentre » tout penaud en demandant pardon d’avoir osé mettre un orteil hors des frontières de notre pays de naissance. Ahah. Figure toi que je suis maintenant installée à près de 1000 km d’où j’ai passé mon enfance (c’est curieux qu’un grand patriote comme toi ne sache pas à quel point ton pays est étendu), sans famille ni connaissance et sans expérience de la vie quotidienne et administrative. Parce que j’ai pas mal évolué depuis 21 ans, je ne suis plus une étudiante, je n’ai plus la même vie, les mêmes préoccupations, les mêmes obligations, j’ai même pondu une famille nombreuse pendant tout ce temps! Et tu vas être surpris, mais la France a bien changé aussi. Comment veux tu que je « rentre »? Au contraire, je découvre, et non ce n’est pas un pis aller. C’est une nouvelle aventure pour notre famille et je te serais reconnaissante cher Anonyme, d’arrêter d’essayer de me la gâcher parce que tu ne la comprends pas.

Cet article, publié dans Les colères, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

15 commentaires pour Le pis-aller

  1. Frédérique dit :

    Ton billet est tres argumenté et j’adore . Tu te fais des noeuds à l’estomac mais je comprends très bien que tu veuilles expliquer( et bien ) ton ras-le-bol mais bon crois tu que cela va arriver dans les circonvolutions du cerveau de »anonyme  » ? Personne n’a à critiquer vos choix ou à vous traiter de traîtres (!!!!!). Bord…. Sacrée empathie effectivement.
    Poutous à toi et ta famille. Frédérique

    J'aime

    • pomdepin dit :

      J’entends la ritournelle des expats traitres et tous pourris depuis plus de 20 ans, même de la part de gens relativement proches, mais je ne m’attendais pas à aussi recevoir des leçons en « rentrant » en France de la mauvaise manière apparement.

      J'aime

  2. carrie4myself dit :

    La France a change en 21 ans je confirme….
    xoxo

    J'aime

  3. Cécile dit :

    Inutile d’expliquer à une personne qui ne veut pas comprendre.
    Mieux vaut les racompagner gentiment à la porte, sur le mode : merci d’être passé, mais dorénavant évitez de revenir puisque ma prose ne vous plaît pas …
    L’autre jour, un journaliste de presse écrite s’affligeait que sur les articles de la version internet du journal (Le Monde, tout de même !) au bout de qqs heures, les commentaires des lecteurs portaient davantage sur les commentaires des autres lecteurs que sur le fond de l’article lui-même. Sur les réseaux sociaux, c’est la même chose, les « trolls » comme vous les appelez passent plus de temps à « troller » les autres intervenants sur leurs commentaires qu’à essayer de donner un vrai point de vue argumenté, aussi polémique soit-il. Il faut juste boycotter ces gens, ils n’ont aucun intérêt et ne méritent que de finir à la corbeille.
    Bises du Sud, Cécile

    J'aime

  4. Quelle belle et élégante réponse …. Je serai curieuse de voir si MR. Anonyme va te répondre. Courage à toi.

    J'aime

  5. Nanou dit :

    je ne sais pas si les gens se sentent protégés derrière leur écran mais je suis toujours surprise de lire ces réactions violentes et vulgaires encore et toujours et un peu sur n’importe quel sujet. À croire que les gens ne sont pas capables d’exprimer tranquillement un point de vue. Et puis ce bon vieux débat sur l’expatriation très épidermique : jalousie ou con……..e pure et simple entre les deux mon cœur balance !

    J'aime

  6. Mouss dit :

    c’est plutôt cool finalement d’être un minuscule petit blog: j’ai pas assez de vue et de comm’ pour en prendre pour mon grade ! lol

    J'aime

  7. aurel dit :

    C’est drôle tout de même…parceque justement l’intérêt de lire un blog c’est de « profiter » de ce qui nous plaît, nous touche, nous met en joie…et si nous ne partageons pas le même point de vue que celui de l’auteur sur certains points, et bien on lit et on passe! Pas la peine de s’exciter en commentant!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s