Thursday thunder: Ready to leave?


Hier, on a passé la journée en France, sous une tonne de paperasses, encore une fois. En fait, on est allé de très nombreuses fois en France ces derniers mois, pour préparer notre départ, enfin notre arrivée. Les enfants sont excités, heureux de partir à l’aventure, de découvrir vraiment un pays qu’ils ne connaissent qu’a travers les vacances. Ils sont impatients. GeekAdo se renseigne à fond sur le système scolaire français, il voit tout ça comme une extraordinaire opportunité. Il sait aussi que ça lui ouvre la porte à toutes les universités européennes grâce à Erasmus, porte qui risque bien de se fermer bientôt sur les étudiants britanniques. Wizzboy est le seul qui ne soit pas impatient, il ne comprend pas vraiment ce qui se passe et est un peu inquiet. Mais on lui a promis une plus grande chambre et qu’il pourra la décorer avec des stickers de fireman Sam partout. Il est ravi. Maricheri est tout content aussi. La seule qui ne trépigne pas d’impatience, c’est moi. Le problème, c’est que je n’arrive toujours pas à voir notre déménagement comme une arrivée, je suis coincée mentalement sur le départ.

Source

Je l’ai déjà dit, mais c’est la première fois que je pars de quelque part. J’ai changé plusieurs fois de pays, j’ai même fait des études pour ça. J’ai toujours eu envie d’aller voir ailleurs, jamais celle de quitter où j’étais parce que ça ne me convenait pas. J’adore l’Irlande et pourtant on a décidé d’aller en Angleterre. Pour découvrir l’Angleterre, pas parce que l’Irlande ne nous plaisait pas. Cette fois, je pars pour partir, à la limite peu importe la destination du moment qu’on ne reste pas en brexitland. C’est un chouïa moins motivant que nos autres déménagements. Je veux juste partir. Je ne décolère pas de ces 18 derniers mois, devant ce pays que j’avais choisi et que j’aimais devient, devant l’apathie générale, devant la montée des pires xénophobies, devant l’abdication du soi disant plus vieux parlement du monde face à un gouvernement incapable aux tendances antidémocratiques et c’est un euphémisme. Le brexit me bouffe la vie, joue sur ma santé, grignote les nuits. J’étais déjà une news addict, mais maintenant, je passe mes journées à décortiquer la presse. L’Ado se moque, me traite de keyboard warrior parce que je reste des heures et des heures sur les RS à faire ce que je peux, pas grand chose, mais participer à mon petit niveau. Parce que tout ce que je vous raconte depuis des mois me dégoûte, me révolte, me donne des nausées et qu’on ne peut pas rester sans rien faire.

Je voudrais retrouver la vie d’avant mon Angleterre d’avant, celle où je me sentais si bien. Mais même si le brexit était annulé demain, le charme est rompu. Je n’ai plus confiance. Je n’ai plus envie de vivre ici. Évidemment, si ce n’était que ça, on resterait, on ne s’amuse pas à perturber comme ça la vie de nos enfants pour le plaisir. Je ne vais pas vous embêter avec les détails techniques, chaque cas est particulier, mais nos enfants, même ceux nés ici ne rentrent pas exactement dans les nouvelles cases du home office, le ministère de l’intérieur qui décide du sort des européens. Alors on préfère prendre les devants. Mais bon, malgré les circonstances, c’est quand même une nouvelle aventure qui commence pour notre famille. Les enfants et Marichéri sont à fond. Pas moi. Ça m’énerve, je suis coincée mentalement sur le départ, je n’arrive pas à me projeter vers la suite. D’habitude quand on déménage (4 pays et 15 logements différents en 22 ans de vie adulte), je suis une vraie sale gosse qui trépigne d’impatience, je fais des tas de plans pas forcément réalistes pour la suite, j’attends avec gourmandise notre nouvelle vie, tout ça. Là, je suis bêtement soulagée de quitter brexitland, un peu inquiète pour la suite, mais sans m’y projeter du tout. Voilà. Ça ne va pas du tout, c’est mou tout ça. Je me contrarie moi même de ce manque d’enthousiasme. Je me sens toute terne. Beuh. Un déménagement, surtout en changeant de pays, ça doit être excitant, plein de possibles, ça doit me faire rêver. Ça m’a toujours fait rêver…alors le côté  » je suis soulagée », « c’est la moins mauvaise solution », franchement, c’est moyennement inspirant! Je ne me reconnais plus…

Mais bon, si j’ai perdu (momentanément j’espère) mes capacités d’enthousiasme dignes habituellement d’une sale gamine de 4 ans hystérique et bourrée de sucre juste avant Noël, j’ai encore ma mauvaise foi. Tout ça, c’est la faute des brexiters! Na. En 18 mois, ils m’ont tellement fatiguée, stressée, minée, terrifiée, écoeurée, épuisée…ils m’ont gâché la vie et ils me gâchent notre départ. Ça m’énerve…cela dit, je sens quand même que je commence à reprendre un peu d’énergie, non?

Cet article, publié dans Les colères, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

33 commentaires pour Thursday thunder: Ready to leave?

  1. LAURENCE. @lopalomita dit :

    C’est normal vu les conditions du départ … ça n’est pas un départ heureux mais nécessaire… tu reste stressée par les mauvais événements…

    J'aime

  2. Cecile dit :

    Pomdepin, attention je vous délivre un scoop : dans la vie, on n’est pas toujours au top, mais savez vous quoi ??? eh ben c’est permis !! (il est pas bien frais mon scoop, je sais 😉)
    En fait plus sérieusement, je pense sincèrement que parfois, il est bon de lâcher prise et de s’autoriser la tristesse, la fatigue, le manque d’entrain, car nous ne sommes pas des robots, mais des êtres humains, avec nos faiblesses, nos déprimes, nos passages à vide.
    Il ne faut pas que cela dure plus que nécessaire, et je suis certaine que cela ne sera pas le cas.
    Vous allez retrouver très bientôt l’énergie et le dynamisme qui vous caractérisent et je me réjouis déjà de lire vos billets sur les moeurs franchouillardes.
    Bises du Sud.
    Cécile

    Aimé par 1 personne

  3. Bonjour à vous tous,
    D’abord tous mes vœux de bonnes année ( je le refais au cas où) et moi j’y vois quelque chose de positif : On risque de ce voir plus souvent !
    Alors bienvenue, bienvenue !
    Bien entendu, la piscine sera ouverte, avec quelques spécialités locales en tapas pour toute ta famille si vous passez par ARES.
    Mille Bisous.

    J'aime

  4. carrie4myself dit :

    Je te comprends si bien, si tu savais.
    Cette perte de motivation est simplement parce que , malheureusement le Brexit a eu « ta peau ». A force de trop tirer sur la corde, le corps dit stop. Tu t’es tant investie ces derniers 18 mois et en plus… tu en connais la fin: pas du tout celle que tu espérais, voulais.
    Sentiment d’impuissance, de dégoût: tout ca pour ca.
    Alors respires a fond, fermes les yeux, penses a tout les chocolats que tu vas pouvoir acheter, déguster, et surtout…. que fin Octobre, avec Ma’ on débarquera pour Halloween LOL 😀
    xoxo

    J'aime

  5. Duprouilh dit :

    On sera à deux heures de vous! C’est pas un argument positif ça ? Quel caractère

    J'aime

  6. ah oui surtout dans le dernier paragraphe, on voit bien que tu as la patate ..hahahah, cela promet pour les EEV. Courage

    J'aime

  7. Tu n’es pas dans l’arrivée car tu ne digères pas le départ, tu as du mal à y croire, à faire ton deuil de ce pays que tu as aimé…
    Dis toi que n’importe comment le meilleur est à venir !
    Je pense bien fort à toi !

    J'aime

  8. Griseldis dit :

    dans des circonstances un peu semblables, la colère m’a aidée. C’est pas malin mais c’est ainsi. La colère est un bon moteur au besoin. J’aime bien quelques valises de la photo 😉

    J'aime

  9. Je comprends ce que tu veux dire, sûrement parce que tu as très bien analysé et décortiqué le problème : se sentir poussée à faire quelque chose par la force d’éléments extérieurs et non par choix est forcément beaucoup moins euphorisant que de partir de son plein gré à l’aventure, découvrir une nouvelle destination (parfois un peu fantasmée). Aucune garantie que tu changes d’état d’esprit vu ton dégoût, il te faudra du temps pour faire le deuil de ton Angleterre. Mais je suis sûre que tu vas finir par rebondir et trouver l’énergie (du désespoir?) de te projeter dans cet emménagement. Biz

    J'aime

  10. Catwoman dit :

    Franchement, vues les conditions, c’est normal de ne pas avoir envie, de ne pas être excitée … Ce n’est toujours pas digéré et tant que ça ne le sera pas, tu auras des difficultés avec ça :-/ Je te souhaite bon courage pour la suite et la découverte de la France (en tant qu’adulte et maman, c’est une aventure aussi 😉 )

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Merci…je me sens bête par moment, parce que je ne comprends rien de ce que veulent nos interlocuteurs français, et puis je me dis que c’est une nouvelle expatriation, en fait, c’est normal de ne pas savoir. Après tout, on s’est adapté partout où on est passé, et cette fois , on parle la langue!

      J'aime

  11. Bergeronnette dit :

    Nouveau pays ! Nouvelle vie ! Ce que j aime à travers vos articles c est ce mordant ! Ça grince parfois mais c est toujours positif finalement .
    Et quelle leçon de vie pour vos enfants ! Ils apprennent l ouverture d esprit ,la curiosité , la joie de découvrir …
    C est un petit coup de mou passager ! Je suis admirative du courage , de l énergie pour déménager tout ce petit monde !
    Merci d exister ! J adore lire vos articles

    J'aime

  12. BlueEdel dit :

    Bon courage 😚😚😚

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s