Revisited British manners top 10


J’ai des visiteurs de France et je suis débordée…du coup, je vous ressors un top 10 sur la politesse so british mais un peu amélioré quand même, le brexit est passé par là. 


Source 

10-The art of queuing : Parce que faire la queue sagement en rang d’oignon c’est un art. On ne se met pas bêtement en tas, en poussant des coudes de tous les côtés pour gagner une demi seconde. Non, on se met à la file, et on attend poliment son tour, pour le bus, le théâtre, la poste, voire pour passer le temps. Dans une catastrophe (un incendie dans un aéroport, un tremblement de terre, un match de rugby du XV de France…), on repère de suite les anglais: ils font la queue devant le panneau explicatif des procédures d’évacuations, attendant sagement leur tour pour le lire, pendant que les autres se ruent vers les sorties n’importe comment. Ce n’est pas parce que c’est la fin du monde qu’il ne faut pas faire la queue, un peu de tenue. Sauf que bon, dernièrement je me suis rendue compte que tout ce perd, y compris donc ce fameux art of queuing. Après 4 heures à attendre pour rien à l’aéroport à Rome, la foule s’est ruée quand Ryanair a daigné nous trouver un avion: c’est à dire que les anglais se sont précipités, renversant tout sur leur passage, bousculant les bébés, oubliant les grabataires, flanquant le feu aux barrières de sécurité pour gagner un demi millimètre, tout ça sous les yeux éberlués des italiens qui faisaient la queue et attendaient sagement leur tour.  

9-The small talk: savoir parler pour ne rien dire pendant des heures. Il est important de pouvoir disserter d’un sujet neutre comme la météo avec de parfaits inconnus, pour être poli en toute circonstance (en faisant la queue, en cas d’incendie dans un aéroport, en pleine mêlée lors d’un match de rugby contre le XV de France…). A la campagne, c’est pire, il faut absolument saluer tous les gens que vous croisez, s’arrêter, commenter l’état de l’humidité ambiante, se congratuler parce que c’est toujours mieux que la pluie, le froid, la canicule, le blizzard (rayer les mentions inutiles), prendre congés poliment…bon par contre, la conversation s’arrête vite face à un accent étranger. C’est toujours ça de pris. 

8- Personnal Space: les anglais ne sont pas coincés, enfin pas toujours, c’est juste qu’ils aiment bien pouvoir respirer autre chose que l’haleine de leur voisin qui vient de manger des chips oignon-vinaigre. J’approuve totalement. Bref, quand vous faites la queue en discutant météo, évitez de vous coller contre la personne d’à côté. J’approuve d’autant plus que dans mon coin d’Angleterre, il y a deux chances sur trois que la personne d’à côté soit brexiteuse et raciste. Je n’ai pas du tout envie de les côtoyer et c’est visiblement réciproque.  

7-Being on time: la ponctualité à l’anglaise n’a rien à voir avec la ponctualité landaise. C’est là que le décalage horaire entre la France et l’Angleterre se matérialise. J’ai grandi en respectant le fameux quart d’heure landais, c’est à dire que si vous avez rendez-vous à 14h, on considère que l’heure normale d’arrivée est un quart d’heure landais plus tard, soit pas avant 14h30. Alors qu’en Angleterre, si vous n’avez pas 10 minutes d’avance, c’est que vous êtes en retard. D’où on peut en conclure que les médecins anglais du NHS sont soit très impolis, soit très fâchés avec les horlogers.

6-Congratulations: il est de bon ton de féliciter les gens pour tout et n’importe quoi (mariage, naissance, promotion, acquisition d’un poisson rouge…). C’est encore plus important si la personne en question vous a battu (elle a eu le poste que vous vouliez, vous a écrasé en rugby, son poisson rouge nage plus vite que le votre…).

5-Being soooo soooorry: présenter platement ses excuses pour tout et n’importe quoi, surtout quand on y peut rien (la pluie, le bruit des voisins, la nullité des rugbymen français…). Alors là, je maîtrise, que dis-je, je suis une pro. C’est le genre de chose qui me fait penser que je suis née du mauvais côté de la Manche. Je pourrais donner des cours d’excuses, c’est dire. D’ailleurs, j’en suis désolée, j’espère que vous m’excuserez. Par contre, je me suis rendue compte depuis peu que ces excuses britanniques et automatiques n’étaient pas forcément sinceres… 

4-everything is fine: toujours dire que tout va bien. Quand on vous demande comment ça va, même si vous êtes à l’article de la mort, ce n’est pas grave. Tout va bien. Votre maison brûle, vous avez perdu un bras, votre poisson rouge s’est noyé, votre équipe de rugby favorite est d’une nullité affligeante? …put on a brave face, tout va bien!

3-Stiff upper lip: dans le même ordre d’idée, gardez votre lèvre supérieure ferme. C’est très clair, ça veut dire restez calme et ne pleurnichez pas. Vous avez enfin réussi à atteindre le panneau explicatif des procédures d’évacuations, mais c’est trop tard, toutes les issues sont bouchées il n’y a plus moyen de s’en sortir. On ne va pas s’affoler. Surtout restons calme. Quitté à balayer d’un revers de main aussi indiffèrent que dédaigneux les inquiétudes tout à fait fondées des sales migrants européen devant l’attitude hostile du gouvernement.

2-A sense of humour: plus précisément, un sens de l’auto-dérision. Les anglais sont les premiers à rire d’eux mêmes, et j’avoue, j’adore leur sens de l’humour. Il est très important de ne pas se prendre au sérieux. Sauf bien sûr chez certaines catégories de la population : les brexiters, les supporters du gouvernement, les racistes, les neo-colonialistes persuadés que le monde entier attend avec impatience la renaissance du grand empire britannique, les journalistes flagorneurs, les humouristes qui s’auto censurent, les soit disant élites engluées dans leur lâcheté et tous ces gens qui soupçonnent qu’il y a peut être comme un problème en ce moment, mais faisons comme si de rien n’était, c’est plus poli. Bref, on ne rigole plus vraiment en Angleterre… 

1-Pour finir, un point d’étiquette essentiel, mais qui ne sert pas franchement tous les jours: il ne faut jamais tourner le dos à la reine. Quand vous quittez une pièce où se trouve Elizabeth, il fait le faire à reculons, quitte à entraîner une chaise, se prendre les pieds dans le tapis et rentrer dans un mur. On ne sait pas pourquoi. Qu’est ce qu’elle peut bien faire, Lizzie, quand on a le dos tourné?

Cet article, publié dans Les tops 10, société, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Revisited British manners top 10

  1. carrie4myself dit :

    Everything is fine yeah… the ship is sinking but everything is fine….
    xoxo

    J'aime

  2. le 4 doit être mon coté anglais alors hahaha

    J'aime

  3. Nice article ! J’ai trop kiffé te lire ^^trop intéressant et vrai

    J'aime

  4. Je crois bien que j’ai pris toutes ces habitudes sans le vouloir 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s