My own ABC #54


Les Q ont été un challenge, on va vite passer aux R. Quoique je ne suis pas sûre que ce soit plus simple…vivement W!

R comme…

Rugby: pas le sport, la ville, mais c’est lié. Rugby est dans le Warwickshire, à l’est de Coventry. Franchement, pour y être passée cet été, je suis formelle c’est la petite ville anglaise banale, comme il y en a plein. Comme beaucoup, elle a son école, sa grammar school qui date des Tudor. Rien de particulier. Sauf qu’un beau matin de 1823, un des élèves, un certain Webb Ellis qui voulait faire le malin décide soudainement de prendre son ballon à la main en pleine partie de foot. Et paf, le rugby est né. Bon si ça se trouve, Webb Ellis était juste bourré, ou maladroit, style L’Ado (qui joue au rugby aussi) et il a confondu le ballon avec son verre. Enfin bref, à cause de son étourderie, les anglais prétendent qu’ils sont les inventeurs du rugby, ils lui ont même donné son nom. Alors que tout le monde sait bien que ça vient du jeu de soule de mon sud-ouest natal. Mais bon, je ne ferais aucune remarque, je ne suis pas aussi chauvine que ces voleurs d’habitants de Rugby!  


Source 

Robin Hood: le petit Robin des bois n’était pas un artiste paysager, contrairement à ce que pourrait faire croire son nom. En fait, personne ne sait vraiment si il a bien existé. C’est embêtant. Apparement un certain Robert Hod ou Hobbehood faisait bien son malin à l’époque (entre 1190 et 1240, on ne va pas chipoter) aux alentours de York, et il a bien été condamné par la justice royale, faut pas rigoler non plus. On a ce pauvre prince puis roi Jean (John pour les locaux) qui se décarcasse à faire tourner la boutique pendant que son grand frère Richard part faire le touriste aux croisades, et il faudrait laisser le premier plouc venu mettre la pagaille au prétexte fallacieux qu’il deviendra une légende deux ou trois siècles après. Un peu de sérieux quand même! Robert Hod fait une première apparation au tribunal local simplement parce qu’il n’a pas payé son loyer. Franchement, c’est décevant. Il faut dire aussi que la situation prête à confusion: d’après la légende, Robin viendrait de Loxley, dans le Nottinghamshire, alors que ce bled est dans le yorkshire. Où voulez-vous que Robin paie aussi? Et pour en rajouter une couche, le shérif du yorkshire était vraiment connu sous le nom de sherif de Nottingham pour la simple raison que c’était son poste précédent. C’est très clair tout ça, après on se demande pourquoi des romanciers de tous poils (c’est une image, Robin des bois n’était pas non plus un renard) ont pris sur eux de réécrire l’histoire!

Non seulement Robinou n’a jamais volé les riches pour donner aux pauvres (sauf à lui même) mais il se contrefichait du prince Jean et du roi Richard. Si ça se trouve, il ne savait même pas qui c’était. Il faut comprendre, les moyens de communications n’étaient pas très développés, il n’y avait même pas la télé! Pas facile en 1190 de suivre l’actualité des célébrités et autres têtes couronnées quand on vivait en province. On s’éloigne de plus en plus de la légende pour se retrouver avec un bouseux ayant des fins de mois difficiles, c’est lamentable…Par contre un certain Fulk Fitzwarrin de Whittington était vraiment pote avec John jusqu’à ce qu’ils se disputent comme des chiffonniers en jouant aux échecs. John boude et quand le père de Fulk meurt, il donne son fief à quelqu’un d’autre dont le nom m’échappe mais ce n’est pas important. Fulk est vexé, et hop, lui se révolte bien contre John avec une bande de groupies quelconques et se cache dans les bois. C’était un vrai poète, qui s’amusait régulièrement à décapiter ses ennemis, pour les taquiner. Heureusement, John et Fulk se réconcilient en 1203 et il récupère ses terres. Mais bon, Fulk des Bois, ça sonne mal.


Source 

Red Dwarf: c’est une série de la fin des eighties, qui est revenue à la mode dans les nineties et aujourd’hui, puisqu’il y a deux nouvelles saisons. C’est une parodie des séries de science fiction, avec volontairement des decors, des costumes et des effets spéciaux en carton pâte. Les dialogues aussi d’ailleurs. Honnêtement, c’est une très bonne idée, mais c’est inégal. Il y a des épisodes hilarantes et d’autres moins. 

Source 

RAC: ou Royal Automobil Club. C’est connu aujourd’hui par tous les conducteurs anglais parce que le RAC permet de contracter une assurance dépannage et c’est bien utile quand on se plante et qu’on met de l’essence dans un diesel. C’est un exemple totalement au hasard bien sûr. Au départ, c’est un club d’enthousiastes automobiles fondé en 1897 à Londres pour protester contre les limitations de vitesse scandaleuses entrées en vigueur un an plus tôt. Figurez-vous qu’on n’a plus de droit de dépasser les 14 miles/heure (22,5 km/h)….je ne savais même pas que c’était possible de foncer aussi vite à l’époque, ou alors en descente et avec le vent derrière.  En 1905, le RAC organise sa première course automobille le tourist trophy. C’est sûr qu’à la vitesse ébouriffante de 14 miles à l’heure, on a le temps d’admirer le paysage…les membres du RAC se portent aussi volontaires pendant la première guerre mondiale pour acheminer du matériel militaire et faire ambulance dans leurs propres véhicules. C’est gentil à eux. Depuis ces heures de gloires franchement, le RAC n’a plus aucun intérêt. C’est une bête association d’agités du volant, qui s’étiole dans l’ombre du AA, l’Automobil Association, mais qui a gardé son côté clubs de gentlemen. Le siège du RAC possède même ses propres bains turcs… ils ont l’air très contents, mais je ne vois pas le rapport avec les moteurs diesels. 

Source 
Rout Cakes: ce sont des biscuits littéraires, puisqu’on en trouve chez Jane Austen et même chez Flaubert (dans Emma et dans Bouchard et Pécuchet, respectivement)… oui bon, c’est juste que les rout cakes font leur prétentieux, alors que ça veut simplement dire qu’ils  étaient à la mode au dix neuvième siècle, et qu’ils ont pratiquement disparus maintenant. C’est bien simple, il faut se plonger dans les livres d’histoire pour trouver une recette, et encore, tous ne sont pas  d’accord entre eux. Selon les sources, les rout cakes sont des sortes de cookies ou de muffins aplatis, avec des raisins secs ou des zestes d’orange et parfois un glaçage…c’est assez confus. Évidement, comme je suis à la fois curieuse, gourmande et fan de Jane  Austen, je me suis empressée d’essayer. Je vous mets une recette d’époque ici , si ça vous tente. Honnêtement, c’est bon, mais décevant. Je m’attendais à quelque chose de plus original. Du coup, je ne comprends pas pourquoi les rout cakes sont tombés en désuète malgré leur célébrité littéraire.


Source 
Finalement, j’ai des tas d’idées avec R , on continue la semaine prochaine! 

Cet article, publié dans Les leçons d'histoire(s), société, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour My own ABC #54

  1. carrie4myself dit :

    Ah oui la RAC tres tres agreable et indispensable lorsqu’on a une voiture, vieillissante ou pas….
    c’est eux qui m’ont annonce la mort de ma voiture…

    J'aime

  2. Il paraît que le célèbre arbre de la forêt de Sherwood est menacé d’être abattu, ils en ont parlé aux infos il y a quelques jours : ça fait l’objet d’une belle mobilisation, on verra si ça aboutit… Pour moi, Robin des Bois, c’est à jamais Kevin Costner et cette magnifique bande originale de Bryan Adams….

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s