Are we still French, really?


Il fait très froid, mais comme les enfants sautent partout comme des écureuils épileptiques, je me suis dit hier que ça leur ferait plaisir d’aller se fatiguer un peu dans le jardin. C’est pour leur bien, d’ailleurs j’y ai aussi jeté GeekAdo, ça ne peut pas lui faire de mal de se désolidariser 5 minutes d’un écran, et L’Ado pour qu’il supervise bien sûr. Comme ça, il pourra mettre animateur de colo sur son CV. Il devrait me remercier au lieu de raler bêtement. Allez hop, tout le monde dehors, je vous regarde depuis la véranda bien chauffée. Bref, ça n’a pas loupé, ils sont toujours en pleine forme et débordants d’énergie et j’ai chopé une crève pas possible, juste en les regardant s’agiter dans le froid. Je grelotte sous trois pulls et un plaid pendant que Geekado se balade en t-shirt. Espèce d’anglais thermo-resistant! Du coup, je ressors un vieux billet mais qui est d’actualité depuis que le brexit m’oblige à me reposer cette question. Est-ce qu’on est toujours Français?  Je croyais avoir la réponse, mais depuis que je me suis entendue dire plusieurs fois de rentrer chez moi, je ne sais plus. Je pensais  être chez moi ici, visiblement je me suis trompée. Mais je ne suis pas sûre pour autant que chez moi soit toujours en France. Il ne suffit pas qu’il y ait marqué nationalité française sur un passeport pour se sentir totalement Français.


Source 

Pour les enfants, la réponse est facile. Ils ne sont pas nés en France, n’y ont jamais vécu, ils sont britanniques d’origine française. Ils ne sont pas Français. Pourtant, administrativement, c’est leur pays. Ils n’en parlent pas la langue correctement, mais c’est pas grave. Ils ne se sentent absolument pas Français culturellement, ils aiment beaucoup le pays de Papy et Mamie et sont fiers de leurs origines, mais ça reste l’étranger pour eux. Et pourtant, PrincesseDiva et Geekado aussi, ont eu droit à « rentrez chez vous ». Où ça? En Irlande où ils sont nés? Ici? Pourquoi en France? 

 Marichéri et moi sommes sensés être complètement français. Pourtant à chaque fois qu’on va en vacances en France, on s’interroge. On s’étonne devant la moindre touffe d’herbe sur les trottoirs, ça nous rappelle notre voyage en Espagne ou en Belgique. On compare la qualité d’accueil avec nos vacances dans d’autres pays. On se surprend à parler en anglais, pour ne pas être compris par les passants. Les enfants nous demandent pourquoi les pharmacies ne vendent pas aussi du pain. On râle quand ces latins de français oublient un peu trop le « personnal space » à notre goût (en gros, quand ils s’approchent suffisamment pour qu’on sache quel fromage ils ont mangé). Quand ils parlent si forts dans les transports ou au restaurant qu’on ne peut pas échapper à leurs problèmes de couple (ou de digestion) même en s’éloignant à 200 mètres. Ils conduisent comme des fous, à droite en plus! Je ne critique pas, c’est juste pour montrer à quel point on s’est habitué à la façon de vivre britannique, tellement qu’on est surpris en France. On cherche des souvenirs typiques à ramener aussi, comme le premier touriste venu.

Quand on allume la télévision, on nage en plein exotisme. Il y a bien quelques vieux débris animateurs expérimentés, qui nous disent vaguement quelque chose (oh! Regarde, c’est le grand père de Gérard Holtz. Celui qui faisait le sport quand on était jeune…ah, ben non, c’est pas son grand père, c’est lui.) Mais non seulement on ne connaît plus personne, mais on ne sait absolument pas de quoi ils parlent. Pareil à la radio. On ne connaît ni les chanteurs ni les sujets de débats auxquels on ne comprend rien. On essaie de trouver un équivalent « chez nous ». La carte scolaire, c’est la même chose que le catchment area? Et la carte vitale, c’est la même chose avec les médecins? Ou c’est un loto de la française des jeux? Sans parler des sigles qui fleurissent partout, rien que pour nous embêter. Il y a des tas de mots bizarres qui nous plongent dans des abîmes de perplexités, surtout quand ce sont des déformations de mots anglais (une personne qui fait du people, pour nous, c’est quelqu’un de généreux qui aide son prochain, et oui).

La France nous apparaît maintenant comme la maison de campagne familiale, où on est ravi de rejoindre les cousins tous les étés, où on retrouve tendrement nos souvenirs d’enfance. On s’échange avec émotion des anecdotes oubliées autour d’une grande table. C’est sympa, on est heureux d’être là. Mais après? Je concluais cette réflexion, il y a plus de deux ans en disant qu’on s’étoufferait si quelqu’un nous disait de rester. C’est merveilleux de nostalgie, parce qu’on sait que ça ne dure pas et que bientôt on pourra rentrer chez nous, en Angleterre. Seulement voilà, est-ce que l’Angleterre est encore chez nous? Est-ce qu’on s’y sent encore chez nous? Clairement non. Alors, c’est où chez nous? On est quoi: franco-britanniques, Irlando-français, Français d’il y a 20 ans, totalement anachroniques, ou rien de tout ça? 

Cet article, publié dans vie de famille, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

57 commentaires pour Are we still French, really?

  1. froggymums dit :

    Je vois qu’on est dans le même état gros pull et plaid sur le canapé. Sinon pour nous cela à beau faire qu’un an qu’on est là je n’arrive pas à m’imaginer rentrée en france, j’avoue ne plus l’aimer, et je ne mis sens pas à ma place même pour les vacances pour l’instant ce n’est pas d’actualité d’y retourner. Après ça va niveau tv et chanson on est encore à jour.

    J'aime

  2. michusa dit :

    Meme chose ici après 15 ans d’Etats-Unis, les petits avaient 4 et 6 ans quand ils sont arrives il parlent imparfaitement le français et avec un solide accent américain en plus. La différence c’est qu’ on ne nous a jamais dit de rentrer chez nous (pour l’instant) même au pire des années Bush au début de la guerre d’Irak quand Chirac a dit non. Au contraire a chaque retour l’officier d’immigration ou l’agent des douanes nous salue d’un Welcome Home.

    Aimé par 3 people

  3. suzanne35blog dit :

    Allez! la France n’a pas que des mauvais côtés, il faut trier, cela viendra petit à petit,il y a plein de vieux râleurs mais aussi des personnes très enthousiastes et le coeur sur la main! (quoique moi je me sens plus malouine que française, hé hé!) bon courage!

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Je ne critique absolument pas la France, je dis juste que je ne la connais plus vraiment. Ça a changé en 20 ans, et nous aussi!

      J'aime

      • suzanne35blog dit :

        mais oui! j’avais bien compris, cela doit faire étrange en effet! bonne soirée!

        J'aime

      • pomdepin dit :

        C’est très curieux. Quand on va à l’étranger, on s’attend forcément à être dépayser, mais pas dans le pays où on est né et où on a grandi, et pourtant, c’est le cas. Même la langue a un peu évolué, j’ai eu du mal sur les RS en Français au début, il y a plein d’expressions que je ne comprenais pas!

        J'aime

  4. The Postman dit :

    Je commence à avoir le même souci que toi avec quand nous allons en vacances en Belgique: plus on vit ici, plus notre mentalité change. Tellement de choses sont entrées dans nos habitudes que, lorsqu’on retourne vers nos origines, on se sent « agresser » (c’est pas le meilleur terme,j’avoue). Le pire, c’est que notre façon de communiquer a aussi évolué (des expressions du Québec prennent de plus en plus de place dans notre vocabulaire), et donc, quand la petite parle (et elle, en plus des expressions, elle a l’accent), on doit traduire 😉
    Bref, la Belgique, pour des vacances sans souci, mais y retourner, personnellement, je ne saurais pas.

    Aimé par 1 personne

  5. Rien de tout ça et tout ça.
    Ton billet est écrit avec ton habituel ton de dérision que j’aime tant, mais j’y lis aussi tes sentiments si confus et si forts. Je les comprend car je les vis aussi. Partie depuis 25 ans de France, ayant vécu sur les deux cotes des US (trois états) et du Nord au Sud de la Californie, j’ai du mal à dire d’où je viens. C’est à la fois vivre un étonnement permanent et une sensation de n’appartenir à aucun endroit. Je te recois 5 sur 5. Profites des vacances scolaires et de tes enfants. Bises.

    J'aime

  6. ❤ Difficile question….

    J'aime

  7. Pensez-vous un jour a retourner en France ou vivre ailleurs ? Nous sommes citoyens du monde a partir du moment que nous quittons notre pays natal. Je reste convaincue que ca ne pourra jamais etre la meme chose ! Presque 5 ans au Canada et je me retrouve completement dans tes paroles lorsque je retourne en France en vacances !

    J'aime

  8. laurence @lopalomita dit :

    j’imagine ton questionnement, voire ton mal être actuel… ils sont le reflet de la peine que cela te t’a/te fait… il faut courber le dos, ça va peut être encore se modifier… mais imagine toi quand tu te pose les mêmes questions et que tu n’es pas ailleurs… moi franchement je me verrais bien vivre ailleurs qu’en France parce que je trouve que tout se dégrade, les relations sociales, la non éducation, la pauvreté, le climat, le foutisme de tous les politiques, … bref j’aimerais vivre ailleurs mais … où ? là est la question, eh bien, c’est pas confortable du tout !

    J'aime

  9. J’ai eu mon londonien de frère pour les fêtes et c’est tout à fait son ressenti ! Il se sent de plus en plus déphasé lors de ses retours en France…

    J'aime

  10. axelle57 dit :

    Comme ça doit être un sentiment difficile…

    J'aime

  11. Elodie dit :

    J’ai du mal à comprendre pourquoi depuis ce fameux Brexit on te dit de « rentrer chez toi »… quel rapport ? Je suis française et je vis en France, mais j’ai longuement hésité avant de choisir le pays ou j’allais élever mes enfants. J’ai décidé finalement de rester en France, car même si tout n’est pas parfait (aucun pays n’est parfait de toute façon) j’adore notre histoire, la beauté des paysages, et notre côté un peu rebelle 😉

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Beaucoup de brexiters ont voté contre l’immigration, bien que certains s’en défendent, et le référendum a ouvert la porte à une vague de racisme décomplexée. En tant que Français, nous sommes des immigrés, qui plus est des immigrés européens, qui sont l’ennemi désigné par le gouvernement.

      J'aime

  12. L’impression de ne pas reconnaitre les présentateurs, je connais aussi. Et pourtant je n’ai jamais quitté la France. Comme on regarde très peu la télé et toujours les mêmes programmes, si on change de chaine au hasard, de temps en temps, on tombe sur des animateurs perdus de vue depuis 20 ans. Sinon, il reste Michel Drucker, il ne bouge plus beaucoup mais il occupe l’espace.

    J'aime

  13. zenopia dit :

    Idem pour le barbare… et je ne te raconte même pas l’accueil dans son pays d’origine quand il débarque avec nos plaques belges… parce que c’est bien connu « nos amis belges » sont un peu cons hein…

    J'aime

  14. Patricia NICOLE dit :

    Bonjour,
    Je pense que ce sentiment de ne pas se reconnaitre dans son pays d’origine est valable pour touts ceux qui ont quitté leur ville de naissance.
    Je m’explique: j’ai 52 ans et suis née en Corrèze .Ayant quitté ma ville à 19ans , j’ai fait donc une grande partie de ma vie à paris. Mes enfants y sont nés et cela fait donc plus de 30 ans que j’y vis.
    Je « retourne » chez moi….( expression étonnante , non) tous les ans un peu en touriste et surtout pour m’occuper de la tombe de mes parents. J’y suis allée en septembre mais cette fois avec la vague idée d’y passer ma retraite plus tard donc avec un autre regard.
    Ben l’impression a été négative! J’ai perdu l’accent donc on me voit comme une parisienne… J’y ai un peu de famille mais je suis celle qui est partie. Les gens me semblent étriqués , vaguement racistes , peur de l’étranger …pas ou peu de vie sociale…
    Bref , je n’y retournerai pas et pourtant je suis restée en France.

    Aimé par 1 personne

    • pomdepin dit :

      J’imagine oui, mais au delà de l’aspect culturel, il y a aussi tout un volet pratique qui nous échappe. On ne sait pas comment fonctionnent les impôts, les écoles, le système de santé…toute notre vie d’adultes s’est déroulée en Irlande et en Angleterre.

      J'aime

  15. Mina dit :

    c’est le problème de tous les émigrants. Ne plus être chez soit dans son pays, ne plus se sentir chez soi dans le pays d’acceuil en fonction des problèmes politiques ou économiques…

    J'aime

  16. Rozie & Colibri dit :

    Wahou !
    Le Brexit fait qu’aujourd’hui, on vous demande parfois de rentrer chez vous ?
    J’ai une question : qu’est-ce qui motive ça ? Je veux dire .. Se désolidariser de l’UE est une chose mais .. Ca délie les langues ?

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Toute la campagne du brexit a été menée sur l’intolérance et le rejet des autres. Aujourd’hui, les racistes pensent avoir gagné et donc les barrières ont sautées et le gouvernement participe à cet état d’esprit. Bien sûr tous les britanniques ne sont pas comme ça, loin de là, mais les brexiters crient plus fort.

      J'aime

  17. Claire dit :

    Vraiment c’est écoeurant et révoltant.
    Ma fille, après 4 ans passés en Espagne, quand on lui pose la question, répond qu’elle est française et espagnole, autant l’un que l’autre. La notion de nationalité la dépasse… 😉

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Le brexit nous oblige à nous poser la question… ce n’est pas comme ça partout, mais on vit à la campagne même si on est relativement près de Londres, dans une région majoritairement brexiteuse.

      J'aime

  18. Mam miam dit :

    J’ai beau savoir après avoir lu tout tes articles qu’on vous dise de rentrer chez vous , ça me laisse à chaque fois perplexe , Mais que vous reproche t’on ?comment peut on dire à des personnes qui sont installés , qui ne font du mal à personne « partez! » Doit on rester à vie dans le pays où l’on né? Chez soi c’est ou l’on décide , ou l’on se sent bien …
    Avant j’aimais ma ville , mon pays , c’est de moins en moins vrai , je ne m’y sens plus à l’aise ! Que faire ? Mon jebosstoulten avait (a) une opportunité pour s’expatrier de l’autre côté de l’Atlantique, on se pose la question Mais ….

    J'aime

  19. carrie4myself dit :

    Tu es française, il y a des chose que tu connais, qui te reviendront au fur et a mesure, si vous retournez en France. Tu as vécu ton enfance en France, ca tu ne peux pas l’effacer complètement de ta memoire.
    Vivant en Belgique, Wallonie, j’entends le français 24h/24, retrouve des produits français en supermarché, capte certaines chaines françaises. Mais j’ai « perdu » 14 ans, vivant en GB.
    Ca se rattrape sur certains points, les gens sont la pour te rappeler ce que tu as loupe. Et puis grace a l’entourage, le travail, on connait alors le cout de la vie, taxe, médecin…..
    (Need to write to you)

    J'aime

  20. La Carne dit :

    vous êtes sans doute un peu de tout ça… français, irlandais, anglais… d’ailleurs, dans l’idée, c’est génial… ça montre une ouverture, une grande capacité à apprendre, découvrir… dans un monde ou l’autre est le bienvenu, ce serait parfait. En 2016… 2017… visiblement, ça craint, et c’est triste!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s