Thursday Thunder: for My children 


Je suis en colère. C’est le principe du Thursday Thunder, on est bien d’accord, mais je suis vraiment en colère cette fois.  Une colère sourde, froide, et aussi égoïste. Je suis en colère suite à une discussion avec L’Ado (ce n’est absolument pas sa faute). J’ai hésité à en parler  mais l’excellent billet de La Carne m’a convaincu de le faire. Elle explique que si nous avons été la génération sida, nos enfants grandissent en étant la génération attentats. Et ça, ça me mets en colère. Pour mes enfants. 

  
Mardi, L’Ado est  rentré du lycée, le nez collé à son téléphone, jusque là, rien d’anormal, au contraire. Mais il voulait communiquer :  « t’as vu à Bruxelles? ». Oui j’ai vu. Et j’aurais préféré que lui ne voit pas. Marichéri a raison, il y avait des attentats, des guerres, des atrocités sans nom quand on avait l’âge de L’Ado. Mais on n’avait pas de smartphone, pas d’alerte info en continu. Pas d’images brutes qui tombaient comme ça. Les filles ça va encore, elles sont petites. Elles savent qu’il y a des méchants et des gentils comme dans le monde de Candy, mais à la fin c’est forcément les gentils qui gagnent, merci disney Channel. Mais L’Ado et GeekAdo ne regardent plus Mickey. Ils  ont des réflexes qui me mettent en colère. Parce que justement ce sont devenus des réflexes, pour eux c’est normal. Une alerte sur leur téléphone, et ils vont sur Reuters, ils cliquent sur les chaînes d’infos. On a voulu leur expliquer en novembre qu’on leur faisait  confiance, qu’il  étaient assez grands pour se faire leur opinion (et qu’on était toujours là pour en parler bien sûr),  mais qu’ils devaient faire attention et n’aller que sur les sites d’informations officiels. Pas de soucis, ils savaient déjà. Et ça, ça me met en colère. Ils ont l’age des rêves, des projets fous, de l’inconscience totale, pas celui de savoir où regarder les News en cas d’attentats! 

Je sais que je ne peux pas les enfermer dans un cocon, et dans un sens je suis assez fière de leur maturité. Mais ils ont intégré ces atrocités à leur monde, à leur futur. C’est comme ça, c’est tout. Et ça, ça me met en colère. Je voudrais qu’ils aient toute l’innocence, toute l’insouciance, toute l’inconscience que j’avais à leur age. L’Ado fait preuve d’un pragmatisme qui me met en colère, parce qu’il ne devrait pas avoir à le faire. Ça non plus, ce ne devrait pas être de son age. Marichéri dit que c’est aussi parce qu’il ne peut pas réagir comme nous quand nous étions ados, il est très anglais, très pratique, très keep calm and carry on. C’est vrai. On a donc discuté ensemble  mardi, hier, on le fera ce soir sûrement. L’Ado est d’une lucidité qui me mets en rage…Pourquoi doit-il en passer par là alors qu’il est à l’âge de tous les possibles, de tous les rêves ? Évidement, je suis béate d’admiration devant ses analyses claires, nuancées, intelligentes. Adultes. Sauf qu’il ne l’est pas encore adulte. 

Voilà. Je me suis très mal exprimée, comme à chaque fois que j’arrête de me cacher derrière des blagues vaseuses  pour parler de choses qui me touchent. Je ne sais pas faire. Je ne relis pas, je risquerais de tout effacer tellement mon charabia va me paraître débile et incompréhensible. C’est sorti tout seul, brut. Ça fait du bien aussi. Je sais que je ne peux pas leur couper internet. Alors je suis en colère égoïstement, très égoïstement,  parce que  j’ai l’impression qu’on a volé une part d’innocence à mes enfants.  Parce que ce n’est normal que mon grand dadais de GeekAdo, avec ses grâces de héron amidonné vienne me dire de ne pas m’en faire quand je m’inquiète des images qu’il peut voir  : » tu sais maman, il y a une guerre, ça ne peut pas être beau. » Je suis en colère parce que je voudrais qu’avant de devenir adultes mes enfants puissent  encore trouver le monde beau, et leur avenir avec.

Cet article, publié dans Les colères, vie de famille, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

39 commentaires pour Thursday Thunder: for My children 

  1. Mam miam dit :

    J’ai eu les larmes un yeux en lisant ta  » colère » , on en discute beaucoup avec mon »ado aussi et la Schtroumpfette, elle elle a envie que le monde des bisounours existe et voudrait que les méchants disparaissent comme par magie, mon grand lui essaye d’analyser ce qui se passe, quoi et comment faire pour que cela s’arrête, regarde les images horrifié (cette génération internet, smartphone en prend pleins les yeux et les oreilles…) alors qu’il devrait penser études (euh pour nous faire plaisir hein) , sorties, filles (un tout petit peu !!! ) et copains . On voudrait qu’ils gardent une part d’enfance encore un peu le monde est assez dur en grandissant . Alors que faire ? : on discute beaucoup, je leur montre que je les aime et serai toujours la pour eux et on essaye de rire sur des bêtises , plaisanter, faire l’andouille pour montrer quand même que la vie peut être belle…

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Ce qui me désole, c’est qu’ils ont intégré ce genre d’images à leur réalité, ils s’y attendent presque. Ça les indigne, les révoltes, mais ils savent que c’est le monde dans lequel ils grandissent.

      J'aime

  2. Margarida dit :

    C’est tellement difficile de faire face à de tels évènements… je ne côtoie plus beaucoup d’adolescents mais ça doit faire quelque chose de les entendre argumenter sur tout ce qui se passe.
    Ta colère, je la comprends. Je suis aussi en colère de vivre cette m*** de choses. J’ai aussi lu l’article de La Carne et je suis tout à fait d’accord avec ce qu’elle dit.
    Belle soirée à toi !

    J'aime

  3. celine49 dit :

    Si ma mémoire est bonne, nous quand on était au lycée c’était la première guerre du Koweït, pas jolies jolies non plus les images à la télé 😥
    Mais je suis d’accord avec toi, c’était à la télé, le soir… et plus contrôlé que maintenant.
    Quant à mes filles, qui sont trop petites pour subir le bombardement d’images, le problème c’est de répondre à leurs pourquoi. Pourquoi des gens font ça ? Parce que ce sont des méchants/des abrutis ??? Ben non malheureusement, la réponse n’est pas si simple 😦
    Bisous

    J'aime

    • pomdepin dit :

      C’est tout le problème, je ne peux pas et ne veux pas les couper d’internet, mais ils ont accès à toutes ses images presque en instantanés. Et ça me fait peur.

      J'aime

  4. Mélina Bee dit :

    J’aurais tellement aimé moi aussi que les plus petits grandissent dans un monde différent :/ Je me rappelle encore des images du 11 septembre, j’avais 10 et sincèrement, ça choque. On se pose beaucoup de questions, on doute et on ne comprends pas très bien mais c’est grâce aux parents qui nous parlent ou même aux professeurs que on apprend à se relever. Je trouve ça bien dans un sens qu’il soit keep calm, c’est mieux que d’être apeuré et de ne plus vouloir sortir de chez soi…
    Moi, sincèrement, ça me fait vraiment chier de vivre ça, j’ai toujours cru que la vingtaine c’était no worries, amuses-toi, aucunes craintes et tu penseras à demain, demain. Mais c’est plus comme ça, et c’est horrible de le dire mais on doit vivre en pensant que notre liberté gênent certaines personnes. Et ça me rend malade, je suis indignée de voir que des personnes sont si mauvaises, sont prêtes à faire de telles choses pour gâcher la vie de ceux qui n’ont rien demander. Mais c’est le monde dans lequel on va vivre, dans lequel on doit vivre jusqu’à ce que eux ne vivent plus.

    J'aime

  5. carrie4myself dit :

    Tu as bien fait de ne pas te relire. C’est beau, tres brut. Les enfants sont bien plus matures que nous l’étions a leur age. Merci internet etc. Et tu rajoutes le pragmatisme anglais et ca fait un melange detonnant de sensibilité , de réalisme que l’on ne voudrait pas pour eux, pas tout de suite

    J'aime

  6. On lit de tout ces derniers jours au sujet de ce monde qui ne tourne pas rond… Alors merci pour tes mots brutes vrais et venant du coeur! ❤️

    J'aime

  7. griseldis dit :

    « une grâce de héron amidonné »… ce sont de beaux mots, comme ceux avant, et ceux après, et j’aime ce que vous avez écrit et votre colère.

    J'aime

  8. tarab2014 dit :

    Moi je n’ai pas d’ado comme tu le sais, mais suis déjà effarée de tout ce que mon fils de 6 ans sait des attentats lorsqu’il rentre à la maison après une journée d’école… Impossible de les protéger de la réalité de ce monde là, et entre nous soit dit la guerre n’a jamais cessé dans le monde, y compris pour notre génération, simplement elle était plus loin et semblait donc moins nous concerner.
    Moi ce qui me met en colère c’est la manière dont les médias traitent ça : en brut, en boucle, sans trier, sans mettre de sens, sans analyser, en interviewant les victimes encore ensanglantées, en montrant une femme sonnée aux vêtements arrachés par le souffle de l’explosion. Ils informent de quoi ? Les attentats, la guerre, c’est plein de sang et et de gens sous le choc ? Belle nouvelle en vérité. Moi ce que j’attends d’eux c’est de l’info, pas des faits bruts, pas de me (nous) traumatiser en tournant en boucle des images comme ça tourne en boucle dans la tête des victimes. Qu’ils remettent en route leurs cortex et nous aident à faire tourner le nôtre, c’est ça leur boulot, pas (uniquement) de nous horrifier avec des images choc !
    Ouh la, je crois que je suis en train de me mettre en colère pour de vrai là… Du coup quand mes enfants seront plus grands, je crois que je leur dirait de ne pas aller sur les chaines « d’info » continues, mais de lire les journaux, les vrais, ceux qui ont du contenu et des réflexions qui s’élève au dessus du sensationnel… Mais ça va être dur, c’est pas très à la mode en ces temps d’immédiateté…

    J'aime

    • pomdepin dit :

      C’est tout à fait ça, ils ont accès à une info brute, sans recul. Je suis épatée par l’analyse qu’ils en font, heureusement, mais en colère su ils se retrouvent dans cette situation, je sais bien que je ne peux pas leur couper internet de toute façon…

      J'aime

  9. Bergeronnette dit :

    Bonjour
    Je comprends tout a fait ce sentiment dans quel monde vont vivre nos enfants ?
    Pour ma part les miens sont jeunes adultes , très matures dans les réflexions mais aussi immatures dans la vie quotidienne !!
    Je crois qu il faut les élever en leur montrant qu il est possible de faire un monde en paix j y croie !! Il faut qu il soient informés pour pouvoir reagir et dire non à cette violence !
    D autre part c est notre rôle primaire de maman de vouloir protéger nos petits !!!
    Je dis ça mais c est très dur pour moi de les avoir laisser partir …
    C est de l amour à l état brut ! Et il ne faut pas perdre ça!!

    J'aime

    • pomdepin dit :

      J’avoue que je suis bien contente que L’Ado est reçu des propositions de universités proches de chez nous pour l’année prochaine et qu’il reste à la maison…et au fond de lui, il est soulagé aussi.

      J'aime

  10. zenopia dit :

    Quand j’avais 16 ans, c’était la guerre en Irak… je me souviens exactement d’un teps de midi à ‘athénée où, avec mes potes, on écoutait les infos sur une petite radio… y a eu le sida aussi… le garnd banditisme : ici, c’était les tueurs du Brabant qui désinguaient les gens qui faisaient leurs courses… Le barbare dit que c’est normal : des siècles de système « féodal » et seulement 60 ans de démocratie, les gens ne sont pas habitués… moi, je peux pas… je fais mon « lock down » perso… hier je disais à ma maman (qui a peur pour la poulette) qu’elle était née en 1945 et mon papa en 1943… ça redonne de l’espoir je trouve… Bon, je dis ça mais là, je suis plus en mode « OMG !!! »

    J'aime

    • pomdepin dit :

      C’est ce que dit Marichéri, il y a toujours eu des horreurs, mais on n’y avait pas accès comme nos enfants maintenant. A l’âge de L’Ado, j’étais branchée en continu sur France info, c’était le début, pour la guerre en Irak…mais c’était des mots, pas des images brutes, sans analyses.

      J'aime

  11. Et si on « idéalisait » le monde tel que nous le vivions lorsque nous étions ados ? Et si on ne se rendait même plus compte que finalement, c’était peut-être pas beaucoup mieux mais qu’on le voyait avec nos yeux d’ados d’alors et pas nos yeux d’adultes d’aujourd’hui ?
    Comme le dit Fedo plus haut, je me souviens qu’à l’âge de l’Ado, c’était la guerre en Irak, je me souviens des intercours à écouter en groupe sur une mini radio pourrie pour savoir si Bagdad serait bombardée ou pas, je me souviens des avions de chasse transitant au-dessus de la maison, je me souviens qu’on se demandait quels seraient les impacts…
    Je me souviens de l’attentat de la rue de Rennes, je me souviens d’images à la télé et dans les journaux…
    Il n’y avait pas internet certes à l’époque mais je me souviens être allée chercher les infos dans les différents journaux, en lire plusieurs de « bords » différents pour avoir des points de vue différents… J’étais au collège, j’étais au lycée….

    Mais, je suis aussi inquiète que mes enfants regardent ces images « comme ça », parce qu’aujourd’hui je suis adulte et qu’ils sont mes bébés.. Mercredi matin, Mr 2e était devant les infos sur Arte… J’ai découvert que finalement, il les regardait souvent les infos depuis un peu plus d’un an… Alors, j’ai juste dit qu’on pouvait en parler s’il le souhaitait….

    J'aime

    • pomdepin dit :

      C’est ce que j’ai répondu à Fedo aussi…on n’avait pas le si mages qui tombaient, en instantané dans aucun recul, enfin je ne crois pas. On leur a dit aussi qu’on leur faisait confiance pour s’informer tout seul, mais qu’on était la pour parler. C’est tout ce qu’on peut faire.

      Aimé par 1 personne

      • Si, il y commençait à y avoir des « images brutes » qui sortaient sur les nouvelles chaines de télé (la 5 en tête), des directs, des choses sur lesquelles le filtre était quand même très faible.. (au moment de la chute du bloc communiste, ça avait été très net par exemple avec la Roumanie… On avait les images en direct…)

        J'aime

      • pomdepin dit :

        C’est vrai, mais je n’y avais accès qu’aux informations à la télé, dans le salon familial avec mes parents. Alors qu’aujourd’hui, ils peuvent cliquer n’importe quand sur n’importe quoi…

        Aimé par 1 personne

      • Alors que j’avais librement accès à la télé pour ma part….

        Aimé par 1 personne

      • pomdepin dit :

        Je n’avais que la radio dans mon studio d’étudiante, la télé c’était le week end chez mes parents. J’étais branchée sur France info tout le temps, j’étais à Bayonne, ville de garnison qui a perdu des militaires en Irak, et je rentrais le week end à Mont de Marsan, où étaient stationnés des soldats américains. Je crois que ça servait de base pour faire le plein des avions américains en chemin ou quelque chose comme ça. Et malgré tout, soit j’étais très égoïste soit très naïve ou les deux, mais je n’ai pas réagi comme mes enfants aujourd’hui. Je n’ai jamais pensé que les bombes allaient me tomber dessus alors que eux ont intégré comme « normal » qu’il peuvent se retrouver pris dans un attentat. C’est leur réaction face à ça et aux images qu’ils voient qui me fait mal, ça fait partie de leur vie.

        Aimé par 1 personne

      • pomdepin dit :

        La réponse n’est pas du tout une critique de ton commentaire, j’espère que tu ne l’as pas pris comme ça. Je me suis rendue compte après coup que je m’étais encore mal exprimé. Je m’énerve toute seule dans mon coin,,parce que je n’y arrive pas…il faut vraiment que je m’en tienne aux blagues vaseuses, c’est plus mon truc!

        Aimé par 1 personne

      • Non, je ne l’ai pas pris comme une critique… J’ai essayé d’expliquer que de mon côté, j’avais cet accès à la télé qui du coup pouvait me faire appréhender aujourd’hui de façon différente de toi 😉

        J'aime

      • pomdepin dit :

        Ouf! Je n’arrive pas à expliquer, du coup je me perds toute seule.

        Aimé par 1 personne

  12. J’ai entendu cette expression « génération attentats » et je t’avoue qu’elle me hérisse le poil : je n’aime pas cette idée de fatalité dans cette expression-là, je veux croire qu’un jour ces attentats prendront fin.

    J'aime

    • pomdepin dit :

      Je ne sais pas si tu as lu le billet de La Carne, j’aime beaucoup son analyse. Mais je comprends ce que tu veux dire, moi aussi jéspere il n’y a pas de fatalité.

      J'aime

  13. tes mots (maux?) me parlent… trop. Mon ado va avoir 11 ans… et parle d’attentat presque tous les jours. C’est son quotidien. Notre proximité de Paris en a sans doute rajouté à ses craintes et cette sorte de fatalisme. Je dois aller à Paris la semaine prochaine, deux jours, ça lui fait peur (à moi aussi!). L’autre jour la 6 ans jouait aux terroriste dans la foret… comme nous avons pu jouer à la guerre quand nous étions enfants… SAUF que les terroristes font partis de son quotidien à elle, d’une certaine manière. Nous avons parlé brièvement de Bruxelles. Mais ils ont entendu des « encore », des ‘c’est terrible », des « c’est terrifiant » … mais cette fois, la télé ne s’est allumée qu’une fois les enfants couchés. Putain, quel monde pour nos enfants??!! ❤

    J'aime

  14. Nanou dit :

    Je trouve au contraire ton discours très clair et comme toi je suis désolée que nos enfants ne puissent pas avoir la même insouciance que nous au même âge. Je pense que nous n’avons pas construit un monde très joli à leur laisser. 💛💚💙

    J'aime

  15. LadySo dit :

    Je suis tellement d’accord avec toi. Je veux que mes futurs enfants grandissent en paix, croyant aux Bisounours et aux licornes. Peut-être que quand moi j’aurais des enfants, les attentats ne seront plus qu’un mauvais souvenir…Mais je crois que ça va durer un moment, et si ce n’est pas ça, je me dis que ça sera autre chose d’aussi terrible 😦

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s