Thursday thunder: les bas fonds de l’humanité

C’est un peu grandiloquent comme titre…je veux parler encore une fois des RS, ces déversoirs à insultes, ces décharges à internet ouvert des pires outrances, ces vomis dégoulinants de racisme, de sexisme et d’homophobie, ces réceptacles puants de fascisme, d’anti sémitisme et de haine de l’autre, ces tombeaux de la courtoisie, du débat, de l’échange et du respect…bref, j’en ai marre des trolls.

Source

J’en ai toujours croisé depuis que j’ai commencé à bloguer, on m’a reproché d’être une traître, une exilée fiscale, une libérale, une communiste (j’en ris encore), une intégriste catho, une illuminati, un dauphin mutant, une étrangère, et j’en passe. Mais ce n’est rien comparé à ceux qui se déchaînent en ce moment. Ce n’est rien comparé à tous ces gentils partisans du frexit qui m’ont trouvé je ne sais comment, ont réussi à comprendre en surchauffant des neurones, que je n’étais pas du même avis qu’eux, et prennent sur eux de me couvrir d’insultes. Ce n’est rien comparé aux menaces de mort que reçoivent presque quotidiennement sur FB certains de mes amis. Ce n’est rien comparé aux appels au viol et au meurtre qui se répandent dans un langage aussi incohérent que fleuri, sur les pages FB de simples internautes que je connais. Ce n’est rien comparé aux tombereaux d’horreurs que reçoivent des gens connus qui ont le malheur de ne pas plaire à tous ces courageux décérébrés derrière leurs écrans.

Devant ces appels à la violence et à l’intolérance de trolls hargneux, ça fait chaud au cœur de voir où sont les priorités d’un de leurs RS préférés. C’est rassurant de savoir que FB n’hésite pas une seconde à censurer une œuvre d’art mais ne trouve rien à redire quand on lui signale des pages et des pages appelant aux pires exactions. C’est gentil de nous avoir prévenus mais ça ne semble pas contrevenir à nos règles. Ah bon? Désigner une catégorie de population en fonction de ses origines, sa religion supposée, sa sexualité ou son boulot comme une cible à abattre, ce n’est pas un problème pour FB? Ça l’est pour la loi pourtant. Ce que tous ces braves connards oublient bien sûr. Puisqu’ils s’auto congratulent en toute impunité sur FB, pourquoi ne pas transposer leurs fantasmes malsains et leurs violences hystériques IRL? Ils ont forcément raison, ils ont des like! Ce n’est même pas la loi du plus fort, ou la loi de celui qui gueule le plus fort, c’est la loi du plus liké. Ou de celui qui se dit le plus liké, parce que bizarrement, on parle très peu de forums de tricot ou de sites de voyages où les échanges restent courtois et qui reçoivent bien plus de trafic que certains sites ouvertement racistes qu’on porte pourtant au pinnacle de la popularité virtuelle alors qu’ils ne représentent qu’eux-même et leurs idées pourries.

Je parle bien sûr des médias traditionnels qui leur déroulent le tapis rouge, les adoubent, les encensent, les glorifient. Les commentaires sur les sites des médias dit d’information sont devenus un dépotoir à connerie. Le racisme, le néo nazisme (d’ailleurs pourquoi on dit « neo nazisme »? il n’y a rien de nouveau dans cette horreur), le négationnisme fleurissent en toute impunité. On leur ouvre même les colonnes des journaux, on leur tend avidement les micros, venez donc déverser votre intolérance, votre violence, votre inhumanité sur nos plateaux télés, vous faites du buzz sur les RS, vous nous ferez bien de l’audience! C’est même double bénéfice pour ces braves journalistes puisqu’après avoir légitimé les discours immondes de tous ces gens, ils peuvent ensuite débattre à n’en plus finir sur la montée des incivilités et de la violence dans la vraie vie. Ah ben ça alors, ma bonne dame, on se demande comment ça a bien pu arriver…c’est pas comme si on l’avait banalisée pourtant. C’est pratique, non? Mais bon sang, puisque vous vous piquez d’un intérêt soudain pour les RS, vous devriez peut-être suivre le célèbre « don’t feed the troll » au lieu de les accueillir à bras ouverts, ces trolls. Ce n’est pas juste une expression de geeks coincés du clavier, c’est du bon sens ( le vrai, pas celui qui sert à cacher les pires populismes). Si on ne prête ne serait-ce qu’une miette d’attention aux trolls en leur répondant, ils ne se sentent plus, ils grandissent, grandissent, et voilà qu’ils finissent pas sortir des RS pour répandre leur bile immonde à coup de courriers anonymes et autres tags sur la voie publique.

Bon voilà, ça ne sert à rien et j’enfonce des portes ouvertes. Mais ça fait du bien de pousser une gueulante, sans menacer personne. Comme quoi, c’est possible…et les RS, ça peut aussi servir à échanger, à s’entraider et à envoyer une énorme pensée, tout mon soutien à une amie qui ose s’y exprimer et qui croule sous les commentaires les plus abjects en ce moment, sans que FB ne trouve à y redire. Ça sert aussi à reprendre un peu foi en l’humanité en voyant que pour chaque haineux qui hurle sa violence, des dizaines et des dizaines de messages courtois et chaleureux viennent un peu redresser la balance. Mais cette plongée dans le cloaque des RS qui éclabousse maintenant la vraie vie, dans ces bas fond de l’humanité qui resurgissent triomphalement, fait peur.

Publié dans Les colères | Tagué , , , , , | 15 commentaires

Brexodus, one year on

C’est l’heure des bilans en ce moment, et comme ça va faire un an qu’on est ici, je risque d’en faire beaucoup. On a quitté brexitland le 18 janvier, à la fois soulagé et triste de partir. J’y reviendrai. Mais comme je parlais hier de la maison du petit requin, je me suis demandée, devant certains commentaires (que je n’ai pas laissés passer) si je m’y sentais enfin chez moi. Si je me sens à ma place en France. C’est là que j’ai spontanément écrit le titre en anglais. C’est pas gagné…

Source

Je suis infiniment contente de ne plus vivre en brexitland, c’est une certitude. Mais je ne suis pas encore totalement sûre d’être chez moi ici non plus. Je lis beaucoup de témoignages d’européens qui comme nous, sont partis, ont fui un pays qu’ils aimaient profondément et où ils avaient construit toute leur vie d’adulte. Plus de 150 000 européens sont déjà partis et beaucoup s’y préparent, par choix, dégoûtés de la façon dont on nous traite, ou par obligation: leurs entreprises ferment ou se délocalisent, ils suivent. Pour certains, c’est par anticipation, ils savent qu’ils ne rentrent pas dans les cases du home office et ils préfèrent prendre les devants avant d’être contraints de partir. Beaucoup d’autres enfin aimeraient pouvoir partir mais sont coincés en brexitland, on n’abandonne pas comme ça un boulot, un prêt immobilier, sa famille qui ne peut ou veut pas forcément suivre…

Tous ne vont pas dans leur pays d’origine, mais c’est le cas de la plupart. C’est quand même plus facile de trouver du boulot et de reconstruire sa vie quand on parle la langue. Sans compter qu’il y a beaucoup de familles mixtes, le ou la partenaire britannique a plus de chance de parler la langue de son/sa campagne, à force de vivre avec, qu’une troisième langue européenne. Pareil pour les enfants. Certains témoignages sont négatifs, la réadaptation est trop dure, mais la plupart sont positifs, à divers degrés. Tous, on compare avec nos anciennes vies, en Grande-Bretagne. Il fait faire le deuil de ce qu’on a laissé et ça prend plus ou moins ce temps selon les personnes. Ceux qui ont la nostalgie de notre ancien pays d’adoption pré-brexit ont le plus de mal, ceux qui ont été le plus marqués par les événements post-brexit sont généralement soulagés de leur nouvelle vie. On en est à trouver formidable de ne pas avoir peur de dire bonjour dans la rue sans se faire agresser à cause de notre accent. On trouve extraordinaire d’avoir une vie normale…seulement, ça ne suffit pas pour se sentir chez soi. Je suis peut-être trop exigeante, mais j’ai envie de me sentir bien ici, non pas uniquement parce que ce n’est pas brexitland, non pas parce que ça a été un refuge, mais parce que j’y trouve naturellement ma place. Il y a toujours cette impression bizarre d’être en exil dans notre propre pays.

Je suppose qu’il faut du temps. Certains n’ont pas tenu, et sont repartis au bout de quelques mois, pour aller encore plus loin, ou même pour revenir au Royaume-Uni. Beaucoup dans ce cas-là misent sur une éventuelle indépendance de l’Ecosse et décident de s’y installer. D’autres repartent, mais prudemment, sans complètement défaire les valises, sans vraiment s’installer…pour nous, c’est clair, il est hors de question qu’on retourne en Brexitland. Après, non, je ne me sens pas encore complètement chez moi, les derniers événements au goût nauséabond de déjà vu n’aident pas. J’ai toujours l’impression d’être en suspens. Mais j’espère que ça viendra…

Publié dans société | Tagué , , , , , | 10 commentaires

La révolution du petit requin, an I

Comme promis, voila un petit bilan de la transformation de la maison du petit requin. Je rappelle que le propriétaire qui vivait ici pendant la deuxième guerre mondiale élevait un petit requin dans le jardin, le bassin est toujours là, d’où le nom qu’on a donné officieusement à la maison. On l’a achetée à un couple charmant mais plus vraiment capable de l’entretenir depuis des décennies (ils avaient 94 et 97 ans). Ça se voyait. Beaucoup. Les travaux les plus lourds ne se sautent pas forcément aux yeux, il a fallu faire refaire entièrement l’électricité, le chauffage, l’isolation, et rénover la toiture. Ça a été une joie. Ou pas. On a aussi participé activement, en ponçant, peignant, posant du parquet, peignant, raclant, peignant, isolant, peignant…ça avance doucement.

On a commencé par la cuisine dès notre arrivée, il y avait urgence. Je n’osais pas y mettre les pieds tellement c’était répugnant. Les placards se seraient effondrés tout seuls si ils n’avaient pas été tenus par plusieurs couches épaisses de poussière solidifiées à la graisse rance. Le carrelage, débarrassé de strates de crasse huileuse était en fait blanc, jaune et vert assez vif et irrécupérable. Celui à côté de l’évier était au départ rouge. Si. On a découvert des strates et des strates de papier peint, mais aussi de carrelages muraux au petit bonheur la chance, des fausses cloisons, un conduit de cheminée déguisé en placard…il a fallu faire tomber le plafond, refaire la chape…un bonheur. Répugnant, à vomir, cauchemardesque, ne suffisent pas à décrire cette chose qui voulait se faire passer pour une cuisine. Il a fallu deux mois de travaux intenses pour en arriver à bout.

On a enchaîné avec la salle de bains qui était du même style que la cuisine, mais en pire niveau deco. En fait, toute la pièce était en état de décomposition…les joints, mais aussi le plancher (il a fallu changer des poutres) qui penchait dangereusement, planqué sous sa moquette revenue à l’état sauvage, et le magnifique tissu rouge et doré recouvrant les murs et le plafond. C’est curieux comme texture quand même, c’est quoi? De la paille. Ah. Il y a donc des gens qui ont eu l’idée remarquable de teindre de la paille en doré et de la mêler au tissage à des fils rouges, tout ça pour le coller dans une salle de bains.Voilà. Je passe sur le rose fushia, le papier peint avec baigneuses Art Deco trouvé derrière les fausses cloisons, et la mousse isolante sous la baignoire…

Comme on y est allé à fond, on a refait les chambres en même temps, c’est à dire l’isolation, le placo sur les murs et les plafonds qui étaient tous artistiquement recouverts soit de tapisseries fleuries soit de plaques de polystyrène à volute. Un regal pour les yeux. La salle d’attente du docteur au petit requin est aussi devenue une salle de bains, on en est très content. Je vous mets les photos des chambres telles qu’elles étaient sur la brochure de l’agence. On ne voit pas les moisissures, les moulures vermoulues ni la moquette gluante.

Pour les chambres après, seuls Wizzboy, PrincesseChipie et KnigthyDiva ont accepté de montrer les leurs. Les lits mal faits (y compris dans notre chambre, ça doit être générique…) et le bazar, c’est pour le côté « pris sur le vif ». Les cadrages mal fichus aussi. Finalement, je critique toujours les agents immobiliers, mais j’ai réussi à faire paraître les chambres plus petites alors que eux arrivent toujours à faire croire sur les photos que les pièces sont 4 fois plus grandes qu’en vrai.

On a presque fini la salle à manger…il nous reste à refaire le parquet, c’est prévu pour le printemps. On a eu la grande joie de retrouver les portes de placard planquées sous des tonnes de poussières et vieilleries diverses et vermoulues dans le grenier (pendant qu’on faisait restaurer la toiture et isoler la chose). Après nettoyage, ponçage, reponçage et peinture, on est très content du résultat. On a même remplacé l’immonde baie vitrée par des portes fenêtres reprenant le design des originales, aussi retrouvées dans le grenier mais malheureusement irrécupérables.

Le salon lui est entièrement fini. Il faut juste revernir le parquet…le plafond était donc vert foncé avec des roses, la corniche beige crado tout comme les moulures autour de la fenêtre et de la porte, et les murs saumon avarié. A la lumière électrique, c’était carrément à vomir. Le saumon pré digéré luisait vaguement sous son lit d’épinards bubonesques. Beuh. Maintenant, le plafond est blanc et les murs Bordeaux comme dans la salle à manger. C’est une chance que j’aime cette couleur, il m’a fallu faire 5 couches, à la perche vu la hauteur de plafond. Youpidoo.

Il nous reste encore le bureau, avec sa trappe condamnée qui mène à la cache pour aviateur anglais à la cave, ses lambris et sa tapisserie au plafond, mais le gros œuvre est fait. Pareil pour le snug, la pièce fourre-tout, à la fois salle de jeux pour les enfants, bibliothèque et chambre d’amis qui attend que Maricheri arrache la moquette multimilléaire et que je ressorte ma perche pour peindre. On a encore l’entrée, le couloir, les deux paliers à attaquer, les escaliers à poncer et revernir mais on doit attendre que le plâtrier y refasse les plafonds. On a profité des vacances de noël pour finir la verrière…on a encore de quoi s’occuper, sans parler de l’extérieur! Mais la maison du petit requin reprend vie et nous révèle peu à peu son histoire. On y arrivera. Peut être.

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , , | 26 commentaires

Sunny Monday 2019 #1

Je continue les défis de Bernie cette année encore. On commence en blanc pour janvier. Il fait un temps pourri, mais il ne neige pas…alors grâce à Maricheri qui se promène parfois soit disant pour le boulot, je me suis rabattue sur une maison connue pour être blanche! Je précise, pour rester dans les couleurs que la photo a été prise avant que quelqu’un orange y habite…

Bonne semaine à tous!

Publié dans Tourisme | Tagué , , , | 5 commentaires

La phrase de la semaine #18

Je reprends mes citations hebdomadaires après la trêve noelesque. Bon par contre, comme on a essentiellement passé du temps en famille, la phrase de cette semaine vient d’un de mes enfants. On est très peu sorti et j’avoue que je n’ai pas prêté attention à ce qui se disait autour de nous. De toute façon, rien n’aurait pu arriver au niveau de cette remarque de L’Ado:

Pour ceux qui ont la chance de ne pas connaître la Marmite (à prononcer à l’anglaise, marmaït), c’est une chose visqueuse et répugnante qu’on peut tartiner sur des toasts mais on n’est pas obligé non plus. La Marmite, c’est le Nutella des anglais, mais avec de la levure de bière à la place des noisettes. C’est totalement immonde. Même les anglais sont divisés sur la comestibilité de cette substance abjecte. La Marmite est rentrée dans le dictionnaire grâce à son slogan, qui a le mérite de la lucidité: love It or hate it (aimer la ou détester la). Quand on parle de quelque chose qui provoque ce genre de réaction tranchée en Angleterre, on cite le marmite effect. Sérieusement j’insiste, mais c’est absolument infâme.

Et donc L’Ado qui a passé 4 mois en Italie, pays où on mange remarquablement bien (Marichéri en garde un souvenir ému) avait demandé à son père de lui ramener un pot de marmite d’Angleterre. Alors qu’il voyageait cette fois avec son passeport irlandais, donc en étant encore plus un-British qu’avec son passeport français, il s’est jeté sur lui (sur le pot, pas sur Maricheri) dès son arrivée et s’est aussitôt fait un toast. Espèce de petit anglais! L’Ado est reparti en Italie avec sa marmite dans ses bagages. Je présente toutes mes excuses aux italiens, je ne sais pas où j’ai raté son éducation…

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , , | 13 commentaires

Projet 52: agenda

Je continue le projet 52 de Ma’ cette année, et son premier thème a été facile…après réflexion! Je n’ai pas d’agenda papier, j’ai un téléphone, un calendrier familial, et des listes, des post it, des notes dans mon sac, des bouts de papiers volants un peu partout… Mais l’important, ce que je ne dois absolument pas oublier, je le note non pas dans un agenda mais sur le tableau de la cuisine, en principe destiné uniquement au menu du jour. C’est très pratique, j’ai décidé de passer au tableau parce que je n’en pouvais plus de répondre 50 fois par heure et par gamin à « qu’est ce qu’on mange? « . Ça me permet donc de ne dire que 25 fois par heure et par gamin: « mais vas voir sur le tableau! » puisqu’ils y pensent par eux même une fois sur deux. C’est un progrès. Et donc au fur et à mesure de la semaine, le tableau se remplit aussi comme un agenda, mais je laisse toujours de la place pour continuer à noter le menu. Les enfants ont aussi pris l’habitude d’y laisser des mots, pas toujours compréhensibles, mais qui leur permettent de me répondre à leur tour : »c’était marqué sur le tableau » quand j’apprends à 5 minutes de partir à l’école qu’il leur fallait de la laine rouge, des graines de mimosa, un œuf et une boîte à chaussure pour aujourd’hui.

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , | 11 commentaires

Friday Feelings #196

Les premiers états d’esprit de Zenopia et Postman de l’année, et je ne suis presque pas en retard! Youpidoo…

Fatigue: par anticipation…

Humeur: beuh…il parait que lundi sera le jour le plus déprimant de l’année. Ça ne m’étonne pas, il n’est pas encore là qu’il me chagrine déjà, ce lundi de rentrée.

Condition physique: boudeuse.

Esprit: asocial

Estomac: n’approuve pas du tout cette fin de vacances non plus, il a bien apprécié.

Boulot: on a fini la fenêtre!

Culture: j’ai lu le dernier Marian Keyes. C’est du chick lit à l’irlandaise, c’est à dire un chouïa plus drôle, les premiers bouquins que j’ai lu en anglais. C’était facile, très facile et ça se lisait vite, mais ça fait des années que je ne supporte plus la chick lit ( disons que ma tolérance au genre est inversement proportionnelle à ma capacité à lire en anglais). Marian Keyes a dépassé le stade des happy ends robotiques depuis longtemps, elle parle de dépression, du temps qui passe, de choses marrantes comme ça, et pourtant je n’accroche plus du tout…je suis un peu triste. Par contre, elle est hilarante sur Twitter.

Avis perso: comme dirait Zenopia: les rentrées, c’est pas des gens comme nous.

Message perso: je compte sur toi pour les vacances de février?

Loulous: L’Ado repart bientôt…il faut bien qu’il aille passer ses partiels. Il ira directement à Madrid ensuite. Il s’éclate. Comme dit Wizzboy, c’est trop pas bien quand L’Ado s’en va. GeekAdo, toujours auréolé de son 17 en sport, n’est certes pas ravi de retourner en cours, mais il le vit bien comparativement aux rentrées précédentes. Ça fait plaisir à voir. KnightyDiva entretient le mystère autour de ses bonnes résolutions. Elle en a pris. C’est personnel, elle ne veut pas nous dire ce que c’est. Mais elle tient à nous informer régulièrement qu’elles existent. PrincesseChipie est comme d’habitude la seule qui attend lundi avec impatience. Wizzboy vient de découvrir la galette des rois et sa fève. Le concept l’enchante mais il ne comprend pas pourquoi il ne peut pas éventrer toutes les parts avant qu’on se serve pour choisir celle qui a la fève…

Divers: on s’éclate en vraiment en Angleterre, le gouvernement vient d’octroyer le marché des ferries post Brexit ( et la somme de 14 millions de livres, je sais bien que le cours est en chute libre, mais quand même) à une boite qui…n’a pas de ferry. Qui n’a même rien d’ailleurs puisque leur site web vient d’être mis en ligne dans l’urgence. Tellement dans l’urgence qu’ils ont carrément copié celui d’un fish and chips. Si. Et sinon Zara, vous voulez des frites avec vos ferries qui n’existent pas?

Amitié: courage pour lundi, dis moi quand tu es libre pour Skyper

Love: il n’a pas du tout envie de reprendre le boulot.

Penser à: retrouver l’écharpe de Wizzboy qu’il a « rangé » lui même. Il ne sait plus où.

Courses: faites, en traînant toute la bande ce matin au marché.

Sorties: bof…

Envie de: printemps. Il va falloir être patiente. Ce n’est pas du tout mon point fort.

Pic: je continue ma collection de vieilles enseignes à chaque sortie…l’état du bâtiment fait pitié, c’est dommage de laisser pourrir comme ça une superbe façade Art Deco.

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , , | 11 commentaires

Hilarious Royal titles top 10

Comme je suis d’humeur très mollassonne, je ressors un top 10 sur les Royals, ça m’amuse toujours. Figurez-vous que tous ces braves gens qu’on désigne juste d’un altesse sans imagination, pourraient faire beaucoup mieux. Prenez la partie chauve de William-and-Kate qui se fait appeler bêtement duc de Cambridge, alors que son vrai nom devrait être William Schleswig-Holstein-Sonderburg-Glücksburg (c’est le nom de famille de Philou. Et Lizzie, c’est Elizabeth Saxe-Coburg und Gotha. Ils sont aussi anglais que moi). C’est comme Harry qui était capitaine Wales dans l’armée, sous prétexte que c’est le titre de son Papa. Et bien, ces gens ne sont pas fun. Parce que si ils insistent pour prendre des pseudos en rapport avec leurs titres, ils ont beaucoup mieux. C’est là que je voulais en venir depuis le début, c’est très logique, non?  

10-Dejà Harry et Willie sont officiellement Canadian rangers. Ce n’est pas vraiment un titre, mais je les imagine très bien chassant le caribou dans les couloirs de Buckingham. Ça serait tout aussi efficace que ce qu’ils font maintenant. C’est à dire rien. 

9-Lizzie est lord of Man (de l’isle of Man). Pas lady of man. Elle est aussi duc de Normandie. Du coup, Philou est duchesse? 

8- puisqu’on parle de lui, Philou est chevalier grand croix de l’ordre du phénix. Je ne sais pas si il a joué dans Harry Potter…

7- on reste dans l’animalier, Lizzie et Philou sont tous les deux chevaliers de l’ordre des éléphants. Je ne pense pas que ce soit une allusion subtile à leur âge. 


Source Bon, là ils sont déguisés en chevalier de l’ordre de la jarretière pas en éléphant, mais c’est pas mal aussi. 

6- Lizzie est aussi Héron Blanc de Nouvelle Zélande. Il n’y a pas à dire, c’est plus classe que héron gris. Ou canard verdâtre. J’aime beaucoup, d’ailleurs j’ai des idées, si elle veut varier un peu: Lizzie, le palmipède fushia des antipodes. Lizzie, l’autruche mauve des pôles. Lizzie, la mouette saumonée des alpages…je sens que je m’éloigne du sujet. 

5- On revient à Philou qui est Extra Knight of the Most Ancient and Most Noble Order of the Thistle (l’ordre du chardon). C’est Charlie qui est ridicule. Lui aussi, il est dans l’ordre le plus ancient et plus noble du chardon, mais juste comme chevalier, pas extra chevalier. Peut être que ça confère des super pouvoirs? Comme il est extra, Philou peut faire des blagues racistes à la vitesse de la lumière, des choses comme ça? 

4-Philou, toujours lui est grand cordon of the order of the chrysanthemums, c’est encore bucolique. Quoique, entre les chrysanthèmes et les éléphants de tout à l’heure, ça devient lourd. Pourquoi pas carrément le rebaptiser Philou le super chevalier du gâtisme ou Philou le prince épique de la sénilité déliquescente? 

3-Charlie est Helper of the cows, aide des vaches. Si. Est-ce vraiment la peine que je commente? 


Source: c’est moi, ou Charlie a toujours l’air complétement bourré? 

2-Lizzie est chief Hunter of the order of the buffalo hunt, chasseresse en chef de l’ordre de la chasse au buffle (il n’y a qu’un visiblement). C’est pas malin, si les deux Rangers, William et Harry chopent leur mamie à chasser le buffle, c’est direct l’hôpital psychiatriquela prison. 

1-on finit évidement avec Lizzie qui est Druid of the Welsh Gorsedd of Bards, druide du trône gallois des bardes. Je ne m’en lasse pas. Surtout que j’ai découvert qu’elle a été ordonnée pour ça, en 1946. J’adore. Je croyais que c’était juste un titre rigolo parmi les autres mais pas du tout, Lizzie est vraiment druidesse! C’est elle au milieu, avec une toge verte de première communiante nouvelle initiée. 

Publié dans Famille royale, Les tops 10 | Tagué , , , , , | 4 commentaires

In 2018, we did…

Il y a exactement un an, alors qu’on préparait notre départ et que j’étais partagée entre incrédulité et nostalgie, angoisse et soulagement, je faisais la liste de tout ce que nos enfants n’allaient pas faire en 2018 à cause du déménagement. Ça s’est confirmé évidemment, mais j’y reviens aujourd’hui avec tout ce qu’ils ont effectivement fait. Ils m’ont bluffée.

Source

En 2018, GeekAdo n’a pas passé ses GCSE, les examens de fin de collège, qui ressemblent un peu au bac. Les GCSE (General Certificate for Secondary Éducation) se passent à la fin du collège, soit à 16 ans. Tout le monde passent les core subjects, les matières principales: anglais, littérature, maths, histoire ou géo, sciences et une langue vivante. On peut ensuite rajouter autant d’options qu’on veut. Toute sa scolarité et surtout ses années de collège étaient tournées vers ça…en même temps il n’était pas forcément déçu d’y échapper. Mais en 2018, GeekAdo a découvert le lycée français, ses filières compliquées, son organisation qui lui a paru d’abord incompréhensible, sa masse étouffante de devoirs à la maison, sa pédagogie surprenante pour un anglais. Et puis il s’y est fait. Il a apprécié de continuer à faire de l’histoire même en choisissant maths. Il a aussi été ravi d’avoir un an à attendre pour son premier exam (le bac de français se profile cette année…). Il a découvert l’avantage d’être bilingue en section européenne, il en est très content. Il approuve totalement le système de notation et sa moyenne pondérée qui lui permet de compenser ses lacunes en français avec les maths et les sciences, alors qu’en Angleterre, chaque matière compte séparément.

En 2018, il n’est pas allé à sa prom night, cette soirée endimanchée qui marque la fin du collège. Il n’a pas eu pas besoin de mettre le noeud papillon qu’on avait acheté pour L’Ado. Pas de limousine de location, pas de bières tièdes bues en cachette avec les potes, pas de copine déguisée en poufiasse (oui, ça ressemble vraiment à ce qu’on voit dans les mauvais téléfilms pour boutonneuses niaises). Mais il a bu du vin chaud sur les marchés de noël avec ses nouveaux potes. Il a découvert la savate, la lutte française (ou boxe française, je ne sais pas comment on dit, honnêtement, ça m’enthousiasme beaucoup moins que lui). En 2018, GeekAdo n’a pas eu de cérémonie de remise de diplôme, pas d’interview pour les 6th forms, enfin rien de ce qui constitue de véritables rites de passages incontournables pour les ados anglais et qu’il attendait depuis des années. En 2018, GeekAdo n’a pas eu de year book, pas de t-shirt souvenir de sa promotion de collège…mais il sait que ça viendra en 2020. En 2018, il est allé voir des salons d’étudiants, il a été agréablement surpris de la simplicité de parcours sup comparé au UCAS anglais (on verra dans quelques mois si il pense toujours ça, une fois qu’il y passera, mais c’est un bon début). En 2018 il s’est extasié de toutes les possibilités qui s’ouvrent à lui, y compris Erasmus, que ses anciens petits camarades anglais n’auront plus. Bref, en 2018, GeekAdo a découvert la première S, les écoles de commerce et les joies des bulletins à la française. C’était pas gagné au départ, mais il y sent très bien aujourd’hui.

En 2018, PrincesseChipie n’est pas rentrée en year 6, en dernière année d’école primaire anglaise. Elle n’a pas passé le eleven plus, l’examen d’entrée pour les très sélectives grammar schools, alors qu’elle était l’espoir de son école. Elle n’a pas préparé les SATS, les examens de fin de primaire, alors qu’elle en riait d’avance. Elle n’a pas visité des collèges, on n’a pas rempli de dossiers d’inscription en croisant les doigts pour que ces cretins du county council ne se plantent pas et la laissent bien aller dans le même collège que sa sœur…en 2018, elle est passé en CM2, elle sait qu’elle restera dans le même établissement jusqu’au bac, et qu’elle sera en section européenne aussi. Elle s’est éclatée: s’adapter à un nouveau système scolaire, ça lui a enfin fait un challenge! Elle croyait qu’elle n’irait pas en semaine verte, ce un rite de passage qu’attendent tous les petits anglais en primaire. Et bien si, elle ira bientôt. Et en 2018, elle a eu droit à un séjour en Angleterre (où elle a passé son temps à faire l’interprète, y compris pour les adultes, elle était ravie) et des sorties éducatives à n’en plus finir. En 2018, Princessechipie n’a pas auditionné pour le rôle titre de la xmas play alors qu’elle attendait depuis 3 ans d’être enfin dans la classe des grands pour pouvoir le faire. Mais en 2018, elle a fait répéter tous les CM2 qui devaient chanter « jingle bells rock » à la fête de Noël. Pour le grand jour, elle était devant au milieu sur scène, bien en face du micro, et elle bramait fièrement à pleins poumons pendant que les autres susurraient en yaourt. En 2018, PrincesseChipie n’a pas commencé à préparer sa leavers assembly, ce grand moment que les petits anglais attendent depuis leur premier jour de primaire. Mais elle a fait carnaval à l’école, et elle a découvert la kermesse…

En 2018, Wizzboy n’a pas appris à lire. Il était déjà en primaire en Angleterre, ça commence à 4 ans. Mais en 2018, il a vraiment appris à « speak la France ». Et il a continué à faire des additions simples, déchiffrer des phonèmes, écrire de plus en plus (ses instits ont été formidables). En 2018 il n’a pas eu sa giant spiderman birthday party avec tous ses potes anglais dont il parlait depuis des mois. En même temps, je ne suis pas sûre que les parents auraient laissé leurs gosses venir chez les sales migrant européens, vu les précédents avec les filles…mais justement, en 2018 il a été invité à des anniversaires, il a plein de copains français. Il a une vie sociale normale, personne ne le met à l’écart à cause de la nationalité de ses parents. Il a adoré tout ce qu’il fait à l’école. En 2018, KnightyDiva n’a pas été réélue form captain, première marche en route pour être prefect, voire headgirl, c’était son but. Mais en 2018, elle s’est rendue compte que le système scolaire français lui correspond bien mieux que l’anglais. Elle a compris aussi que la course à la popularité effrénée pour être head girl ne servait à rien ici surtout que franchement, on peut juste être déléguée de classe et c’est nul, qui a envie de se taper les conseils de classe? Du coup, en 2018, elle a arrêté de vouloir plaire à tout le monde et elle s’en porte bien mieux.

En 2018, on a changé de pays, on a fuit brexitland et ça a été très difficile à vivre. En 2018, nos enfants sont devenus des expats, des anglais en France comme nous étions des français en Angleterre. Ils sont toujours bilingues, biculturels et contents de l’être. Ils ont découvert, apprécié, intégré leur nouvelle vie. Ils se sont adaptés, avec curiosité, avec joie, ils sont devenus bien plus français qu’ils ne l’avaient jamais été tout en gardant leur côté British. Ils m’ont impressionné.

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , , , | 18 commentaires

Happy new year!

Je fais original, mais sincère: je vous souhaite une très belle, douce, heureuse et étincelante année. Merci d’être là, de commenter ou pas, de me supporter, de me lire. C’est un plaisir d’échanger toute l’année avec vous.

Source

Hier soir, comme tous les 31 décembre, on a fait un tour de table avant le repas et demandé aux enfants leur point positif de l’année écoulée. Ça a donné à peu près ça:

Wizzboy: ze vais zouer, hein…

L’Ado (qui parle de moins en moins ado, même si il a parfois des restes): facile, mon point positif, c’est que j’ai passé un semestre en Italie, quoi! J’ai visité plein de trucs et j’ai des potes de partout maintenant, tu vois.

GeekAdo (qui devient de plus en plus bavard, limite extraverti…enfin, il part de trèèès loin aussi, un autre passerait pour timide avec le même débit, mais on le trouve carrément intarissable): j’ai eu 17 en sport!

L’Ado, légèrement interloqué: attends, le seul truc que tu trouves à dire, c’est ça?

PrincesseChipie, indignée du manque d’imagination de son frère: c’est trop nul, ton point positif!

L’Ado: fais un effort, là!

KnightyDiva, contente que ça se traîne avant d’arriver à elle: dire les note, ça craint…

PrincesseChipie, narquoise: peut-être pour toi…

KnightyDiva, énervée: c’est pas très dans la fête, c’est tout!

Wizzboy qui court autour de la table comme un dératé: t’as vu mon dinosaure qui vole? Wizzzzz…

GeekAdo, sourire magnanime en coin, on sent qu’il se dévoue pour apaiser la fratrie: bon d’accord…euh…j’ai super bien mangé toute l’année, c’est cool d’être en France pour la nourriture.

KnightyDiva, yeux au ciel: pfff…

L’Ado, généreux: mouais, c’est un peu mieux…

PrincesseChipie, outrée: noooon, c’était mon truc ça!

GeekAdo, rapide: mais je suis super content du 17 en sport aussi!

Les autres, en chœur: arrête avec ça!

L’Ado qui prend sur lui: c’est n’importe quoi cette année. Faites un effort, allez vas-y KnightyDiva

KnightyDiva toute rouge derrière sa mèche pendante: …

L’Ado au bord de l’agacement: ah non, tu vas pas t’y mettre aussi? Maintenant que GeekAdo parle, c’est toi qui le remplace à faire ta coincée? Sors-nous un truc, n’importe quoi on s’en fout, sinon on va jamais passer à table! C’est pas compliqué quand même, c’est pas comme si il s’était rien passé en 2018…meuh, quoi!

PrincesseChipie: moi je sais! Mon truc..

L’Ado la coupe dans son élan: c’est pas ton tour! C’est le bordel, cette année…

PrincesseChipie, vexée: c’est super que t’es là, mais t’es pas le chef, hein!

Wizzboy, depuis le salon: tacatactac, yeah!!!!

GeekAdo: non mais quand je dis 17 en sport, c’est pour dire que je me suis tellement bien intégré au lycée que j’y arrive même en sport, tu vois…

L’Ado: ouais, là c’est bien.

GeekAdo : et c’est quand même cool, 17 en sport, t’as jamais eu ça toi…

L’Ado, qui commence à perdre patience: mais tu peux pas comparer, c’est pas noté pareil en Angleterre, et puis ça va avec ton 17…KnightyDiva, dépêche-toi là, on va pas y passer la nuit!

KnightyDiva qui pensait qu’on l’avait oubliée et en été très contente: bon, ben pareil.

L’Ado: quoi pareil?

PrincesseChipie, hilare: t’as la moyenne en sport? Toi?

L’Ado: vous allez arrêter avec vos notes en sport! KnightyDiva, ponds-nous un truc, viiite! Coin!

KnightyDiva: c’est la faute de GeekAdo, je voulais dire que je me suis bien intégrée aussi et j’adore la nourriture en France.

L’Ado: ouais, pas original, mais ça passe…

PrincesseChipie, d’une traite sans reprendre son souffle, avec un débit de mitraille épileptique: c’est carrément pas juste! C’est trop facile de me piquer toutes mes idées parce que je passe en dernier! C’est nul! Parce que moi aussi, je me suis super intégrée, mieux que KnightyDiva et j’adore la nourriture de la France et le fromage qui est trop bon et j’ai pleins de nouvelles copines et maintenant j’ai des copines dans trois pays et le fromage est génial en France et la coupe du monde c’était trop bien et on mange super bien et les vacances c’était génial et j’aime bien que papa il vient me chercher à l’école ici et ma chambre est trop belle et le fromage est trop génial et…

L’Ado, débordé: oui, c’est bien mais on avait dit un point positif.

KnightyDiva ben oui, exagere pas…ah oui, et la maison est trop bien maintenant…

L’Ado: tu pouvais pas le dire quand c’était ton tour? Bon, il est où Wizzboy? Wiiiizboyyy!!!

Wizzboy depuis le salon: ouiiii? On mange? Ze veux du pâté!

L’Ado: attends, tu dois nous dire ton point positif de cette année.

Wizzboy: y’a pas du pâté?

L’Ado, au bord du désespoir et de l’inanition: bon franchement maman, on va pas y arriver… on va dire qu’on est bon et on passe à table, ok?

Les autres: ok maman?

Bon, je suis vaincue…tant pis pour les traditions familiales et encore une fois, très bonne année à tous!

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , | 29 commentaires