Friday Feelings #284

Ce que c’est que d’amener les enfants à l’école, ça fait deux fois de suite que je suis dans les temps pour les états d’esprit (initiés par ma copine Zenopia)!

Fatigue: comme un mois de septembre…

Humeur: je me suis un peu calmée.

Condition physique: il paraît qu’on va avoir chaud, et même très chaud ce week-end. En attendant, je me gèle le matin. Il fait à peine 11/12 degrés quand on part à l’école, je n’ai plus l’habitude. Et je suis trèèèès frileuse, contrairement à Wizzboy qui ne voit pas pourquoi je ne le laisse pas sortir en t-shirt à l’aube.

Esprit: bof, ça patine…

Estomac: on est bien d’accord, le chocolat, ça vient d’un arbre, c’est un fruit, non?

Boulot: ça patine aussi, comme mon esprit. C’est lié d’ailleurs.

Culture: c’est le désert cette semaine. On s’endort devant des documentaires divers et variés mais pas assez captivants pour nous tenir éveillés.

Avis perso: je ne veux pas me répéter, mais f*ck Facebook!

Message perso: bon anniversaire en retard

Loulous: L’Ado se prépare à sa rentrée lundi. Il a un embryon d’emploi du temps qui peut être chamboulé à tout moment selon les conditions sanitaires. GeekAdo commence aussi lundi, en demi groupe. Il n’aura donc cours que 2 jours et demi par semaine…pour l’instant! L’université a prévenu: il y a 3 scénarios (scenarii?) possibles, dont un sans aucun cours en presentiel. Celui adopté pour le moment, à 50% et en demi groupe est le plus généreux en heures de cours effectives. On a bien fait de ne pas lui prendre de location à Lille, il n’y aurait pas beaucoup mis les pieds! (Et il en a pour moins de 50 min en train, ça devrait aller). MangaGirl est toujours aussi enthousiasmée par le lycée, ça la surprend elle-même. PrincesseChipie revit: elle a eu ses premières notes, enfin! Et c’est bon, elle a mis tous ses profs au pas, ça roule. Je m’attends donc à être encore convoquée sous peu…Wizzboy a voulu savoir si ses cousines en nouvelle Zélande vivent la tête en bas. Il est assez déçu de la réponse, c’est beaucoup moins cool que ce qu’il avait imaginé.

Divers: pendant que tout le monde a la tête ailleurs, à défaut de l’avoir en bas, ça va très mal entre le Royaume-(dés)Uni et l’Union européenne. Mais visiblement, ça ne choque pas grand monde en Angleterre, qu’un ministre en exercice reconnaisse publiquement, en plein parlement, que oui, son gouvernement s’assoit sciemment sur le droit international…

Amitié : ça fait du bien de papoter un peu!

Love: il est débordé, vraiment. Ceux qui pensent que le télétravail, c’est de la rigolade, devraient venir le voir, coincé devant son ordinateur jusqu’à deux heures du mat…cela dit, ça n’aide pas de bosser avec des gens répartis un peu partout dans le monde, avec tous les décalages horaires.

Penser à : recharger le taille haie. J’ai une vie trépidante quand même…

Courses: ça devient gênant…je sais bien qu’on laisse des sommes astronomiques chez les commerçants locaux pour nourrir toute la tribu, mais ils n’arrêtent pas de nous faire des petits cadeaux, et une andouillette par ci, et un ananas par là, et hop des petits pains…c’est très gentil mais même le buraliste refile des briquets à la douzaine à Marichéri à chaque fois qu’il y va, on ne sait plus quoi en faire!

Sortie: je ne sais pas trop…il y a deux ou trois visites qui me tenteraient bien mais on est en zone rouge.

Envie de : pfff…allez, de chocolat.

Pic: comme je suis une rebelle, je n’hésite pas à mettre encore une photo de Marcel en pleine activité, maintenant que je sais, grâce à FB, que ça fait de moi un danger public.

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , | 4 commentaires

Thursday thunder : FB et moi

Attention, je suis très contrariée. Comme beaucoup l’ont vu hier, FB m’a obligé à dévoiler mon vrai nom. Alors certes, je n’ai rien à cacher, mais c’est mon choix de bloguer sous un pseudo, pour protéger mes enfants dont je n’ai jamais mis le nom ou la tête sur les RS et je n’ai pas l’intention de commencer. Visiblement, d’après le message aimable et pas du tout menaçant que j’ai reçu, quelqu’un a pris sur lui d’informer FB que je publie des « messages politiques” sous un faux nom. Ah. C’est ballot, je ne m’en étais pas rendue compte, pas sur mon mur en tout cas. Pas plus que je n’avais remarqué que les pseudos notamment ceux d’agitateurs extrémistes, posaient problème à FB. Encore moins les faux comptes…

Clairement, je mets la démocratie en péril en postant des photos de Marcel le chat qui joue avec le cartable de Wizzboy. Une vraie petite terroriste virtuelle. Non mais vous rigolez, mais c’est bien plus dangereux, d’après FB, que les groupes anti vaccins, les neo nazis, les trolls russes inondant la toile de fake news pour influencer les élections (et pas que les américaines) ou les groupes appelant ouvertement à la haine raciale, voire carrément aux meurtres de catégories entières de la population. Si. Heureusement que FB, dans sa grande clairvoyance et impartialité est intervenu, sinon qui sait ce que j’aurais encore pu poster sous un faux nom, comme ça, en toute impunité…quelqu’ un vous menace de mort sur votre mur? Aucun problème pour FB qui par contre, vous bloquera si vous osez répondre (c’est arrivé à une amie qui a eu l’outrecuidance de traiter son agresseur virtuel et donc futur assassin auto proclamé, d’idiot, bouh la méchante heureusement que FB veillait au grain). Un agité dévoile l’adresse d’une ex députée anglaise (et celle de ses enfants par la même occasion) et lance une cagnotte pour commanditer son assassinat? Oui et alors, FB ne comprend pas en quoi c’est problématique, le cher petit a le droit de s’exprimer quand même. Un groupe se monte appelant à je cite « l’extermination de tous les musulmans en UK »? FB ne voit toujours pas ce qu’il y aurait à redire. Mais que j’ose publier un billet sur une poésie scolaire, alors là, c’est scandaleux, il faut vite que FB me fasse taire!

Avant de mettre mon nom, et même si je sais que c’est facile à retrouver, j’ai donc réduit considérablement (plus que divisé par 10), mon nombre de friends sur FB, ne restent que ceux qui sont justement des amis IRL ou de la famille et qui n’avaient pas besoin de ça pour me connaître. J’y ai passé la journée, dans la joie et la bonne humeur. Ou pas. Ça a d’ailleurs vivement contrarié FB qui me bombarde de suggestions de friends depuis, j’en ris encore. J’aurais pu fermer mon compte, j’y ai pensé (quoique, FB n’aime pas du tout qu’on le quitte, c’est pas simple de trouver comment faire…c’est curieux d’ailleurs cette opacité d’un coup, pour une organisation qui aime tellement la transparence que le pseudo d’une blogueuse à la minuscule audience lui pose problème), mais j’en ai besoin pour administrer certains groupes associatifs que je n’ai pas l’intention de laisser tomber. J’aurais pu essayer de ruser, de contourner comme certains me l’ont gentiment conseillé…mais déjà, j’ai assez perdu de temps avec tout ça et surtout, si il n’y avait pas tous ces groupes auxquels je tiens, j’aurais quitté FB depuis longtemps. Comme je l’explique dans le paragraphe au dessus, le fonctionnement de FB est absolument terrifiant. Je ne reviens pas sur le scandale des données personnelles et de Cambridge analytical, mais comme l’explique très bien Sacha Baron Cohen qui pour une fois, ne rigole pas du tout: si FB avait existé en 1930, non seulement la propagande nazi y aurait été autorisée mais elle aurait bénéficié à plein des algorithmes qui permettent aujourd’hui de répandre tous les poisons et de mettre la démocratie en péril avec la bénédiction faussement innocente d’un réseau social qui n’a plus aucune limite (c’est en anglais Ici). Pour plonger encore un peu plus au cœur glauque et effrayant de la mécanique FB, je vous mets aussi le lien de la conférence TED de Carole Cadwalladr, une extraordinaire journaliste anglaise qui fait un travail remarquable. C’est et c’est glaçant. FB et son système me donnent des nausées depuis longtemps et j’ai pensé plusieurs fois à en partir, sauf que donc, je ne veux pas quitter certains groupes.

Alors je garde mon compte, sous mon vrai nom, pour quelques personnes triées sur le volet, où je n’ai jamais posté rien de bien méchant. C’est pour pouvoir continuer d’autres activités que FB qualifierait sûrement de politiques (moi pas, mais je n’ai clairement pas les mêmes valeurs), mais où mon identité n’apparaît pas forcément. C’est un comble! Encore une illustration des dysfonctionnements et de l’hypocrisie de FB…Quand à ma page, je n’y posterai plus rien d’autre que le billet du jour. Plus de commentaire, plus de click, plus de like. J’irais mettre les photos de Marcel le chat sur Twitter et puis voilà…bref, je suis toujours sur FB, mais j’ai quand même l’impression de l’avoir quitté. J’ai beau avoir été un peu poussée à le faire, je me sens beaucoup plus légère, d’un coup.

Publié dans Les colères | Tagué , , , , , | 30 commentaires

La poésie de rentrée

Comme toutes les rentrées de primaire depuis qu’on est en France (je rappelle que PrincesseChipie était en primaire quand on est arrivé), on a dû affronter la poésie de rentrée…je ne connais pas personnellement Maurice Carême, qui était probablement charmant, mais soyons clair, je lui voue une haine profonde. Rhaa.

Source

A notre décharge, c’est encore assez nouveau pour nous. Les petits anglais n’apprennent pas par cœur des lignes et des lignes de poèmes sans les comprendre en plus, puisque le but en France est visiblement de gaver les cervelles des écoliers tels des canards landais, mais sans jamais leur expliquer le sens de ce qu’ils vont ensuite ânonner machinalement. Vous allez me dire, c’est pour faire travailler la mémoire. C’est important et je suis entièrement d’accord. Mais il y a peut être d’autres moyens? Il ne faut pas croire que les écoliers anglais n’apprennent rien par cœur non plus. Je ne parle même pas des tables de multiplications, qu’on commence dès l’équivalent du CP, mais des spectacles en tout genre. Tout au long du primaire, mes enfants se sont produits très trop régulièrement: la class assembly 6 fois dans l’année, le harvest festival, la xmas play, la school fete….ça n’arrête pas! Et bien, tous étaient ravis d’apprendre leurs textes et chansons à ce moment là. Non seulement, ils les comprenaient, mais ils voyaient l’intérêt. Ça motive et donc, ça aide à apprendre. Alors que depuis qu’on est en France, les corvées de poésies sont un supplice familial, vu qu’on participe tous, par solidarité avec le pauvre gamin, pour aider. Ça ne loupe jamais, à la fin, après des cris (des enfants qui envoient tout balader) et des larmes de frustrations (de leur mère…), tout le monde connaît parfaitement la poésie, sauf celui qui doit l’apprendre (je ne parle plus de PrincesseChipie, qui a toujours besoin de se faire remarquer en apprenant sans même faire exprès).

Après, je ne dis pas, je suis une ayatollah des classiques et je ne comprends même pas comment on peut passer à côté. Mais justement…quand PrincesseChipie s’est retrouvé a apprendre « demain dès l’aube » par cœur en débarquant en CM1, non seulement elle n’y comprenait rien mais en plus, elle n’avait aucune idée de qui était Victor Hugo (il est très peu étudié en primaire anglais…). Rien de tel pour l’en dégoûter à jamais avant même qu’elle puisse le découvrir. Quelqu’un a pensé qu’ il serait peut-être mieux de montrer aux enfants que la poésie peut être autre chose qu’une corvée scolaire? Que si les gamins appréciaient et comprenaient, non seulement, ils liraient peut être pour le plaisir, mais qu’ils apprendraient beaucoup plus facilement, même par cœur? Je voue un véritable culte à Baudelaire, et je peux déclamer pratiquement tous ses vers, alors que personne ne m’a jamais demandé de les apprendre. Par contre, je trouve Le Lac de Lamartine profondément ennuyeux (c’est purement subjectif et totalement injustifié, mais c’est une question de goût), et je me souviens que j’ai eu un mal fou à l’apprendre…ce que je n’ai pas eu à faire en primaire mais au collège, mais j’ai quand même dû me débrouiller toute seule pour y comprendre quelque chose vu que l’explication du texte n’était visiblement pas au programme cette année-là, mais la suivante! J’adore la logique de l’éducation nationale. Bref, ça m’énerve profondément que dès le CP, on dégoûte les enfants de la poésie en particulier et de la littérature en général avec ce genre d’exercices imposés (autant aux élèves qu’aux enseignants qui sont bien obligés de suivre le programme). Je trouve ça tellement triste…

Alors au moins, avec Maurice Carême, on reste dans un niveau de compréhension adapté au primaire, c’est déjà ça. C’est même parfois très mignon. Et je sais bien que les instits n’ont pas le choix et font ce qu’ils peuvent… Mais bizarrement, Wizzboy a déclaré que la poésie, c’est trop nul et qu’apprendre par cœur aussi. Hahaha, voilà un exercice qui aura été productif, tiens. Allez, tous en coeur « mon cartable sent la pomme… ».

Publié dans société | Tagué , , , , | 15 commentaires

Mardi Tourisme: la coupole à Helfaut

On fait le yoyo, après Les Landes la semaine dernière, je remonte dans le Pas de Calais (et on redescendra mardi prochain, je m’amuse d’un rien). Je vous amène à Helfaut, en plein milieu du département, un peu perdu dans la nature, ce qui explique pourquoi le site a été choisi en 1943 par les nazis pour y bâtir une base de lancement des V2. Effectivement, la chose fait assez repère du méchant dans James Bond quand on arrive…

Le blockaus énorme (la coupole donc) et les galeries accueillent un double musée, vu leur histoire: la conquête spaciale d’un côté, la seconde guerre mondiale de l’autre. Wizzboy était en transe dès le hall d’accueil, où on se croit presque en salle d’embarquement pour navette interplanétaire: il a pu toucher un vrai morceau de lune. Il était ravi. PrincesseChipie a essayé de faire sa blasée (les grands n’ont pas voulu venir avec nous), mais elle n’a pas résisté: elle a touché la lune aussi.

On s’enfonce ensuite dans les galeries….alors bon, je sais bien que ça n’a pas été construit pour rigoler, mais ça manque quand même beaucoup de fenêtre tout ça…en tout cas, c’est très impressionnant. Surtout qu’on doit prendre un ascenseur pour aller sous la coupole, on pense bêtement qu’on respirera mieux, et bien pas du tout. Il n’y a pas à dire, on est complètement dans l’ambiance guerre secrète et bunker des méchants. C’est assez surréaliste. WizzBoy, vivement impressionné, a trouvé ça très cool.

L’exposition sur la conquête spatiale est très bien faite, à la fois ludique et éducative, la mise en scène est parfaite. La coupole est un décor idéal, on est totalement plongé dans l’ambiance. C’est vraiment surprenant. Par contre, la partie sur la deuxième guerre mondiale est beaucoup plus sombre, forcément et je ne parle pas de l’éclairage. Je suis retournée admirer les missiles avec Wizzboy, qui n’a pas exactement compris ce que c’était mais était enthousiaste, pendant que Marichéri amenait PrincesseChipie voir le parcours dédié à la déportation et aux camps de concentration. On estime qu’il y a un âge pour certaines choses et on veut que nos enfants sachent. Évidemment, Marichéri n’a pas fait de photo de cette partie.

On a écourté rapidement notre visite ensuite, au grand dam du préposé à la désinfection des ascenseurs: Princessechipie, toute retournée, pleurait à chaudes larmes sans pouvoir s’arrêter et je suffoquais depuis une heure, plus livide que mon masque, en essayant désespérément de ne pas céder à la panique: laissez- moi sortir! Je rappelle que je suis claustrophobe…j’ai failli être malade et refaire la déco, style exorciste, en pire, en courant vers la sortie, tellement je n’en pouvais plus, alors même que j’étais persuadée que mes extrémistes avaient irrémédiablement gelé. Mais sinon, Marichéri et Wizzboy ont beaucoup aimé, pour des raisons différentes. Quoique, je soupçonne Marichéri d’avoir voulu essayer les « z’avions-méga-trop-cools » aussi…

Publié dans Tourisme | Tagué , , , , , | 4 commentaires

Sunny Monday #37

Bernie nous fait passer à l’orange en septembre. De la marmelade d’oranges devrait le faire, surtout qu’elle est testée et approuvée par une abeille gourmande et pas du tout gênée de se servir chez les humains.

Bonne semaine à tous!

Publié dans brèves | Tagué , , , | 4 commentaires

Projet 52: touristes

Pour une fois, je n’ai pas cherché à ruser avec le thème proposé par Ma’. Des endroits touristiques, on en visite beaucoup, mais on essaie, autant que possible, d’éviter les touristes, en arrivant à l’aube ou hors des périodes habituelles de fréquentation (je me souviens d’une visite du Mont Saint Michel, aux aurores, en plein mois de novembre et sous des trombes d’eau torrentielles…on était trempé et frigorifié, certes, mais seuls!)….et Marichéri fait en sorte de cadrer ses photos pour qu’on ne voit pas les touristes. Mais parfois, pas moyen d’y échapper. Je suis donc allée chercher dans les archives des souvenirs de nos vacances romaines en famille (on y était allé hors saison à deux, mais avec les enfants, on est bien obligé de tenir compte des vacances scolaires). Voilà donc un lieu hautement touristique, la Piazza Navona, un soir d’août, et rempli de touristes… comme nous, même si on ne s’est pas approché de la foule.

Publié dans Tourisme | Tagué , , , | 9 commentaires

Friday Feelings #283

Premiers états d’esprit (sur une idée de la merveilleuse Zenopia) après la rentrée scolaire, et je suis pratiquement dans les temps, youpidoo!

Fatigue: pas encore, ça va.

Humeur: presque studieuse, pour être dans l’ambiance, mais pas trop non plus.

Condition physique: mouillée, il pleut.

Esprit: pas vraiment à fond mais j’essaie.

Estomac: c’est fou comme ça diminue vite, la cargaison impressionnante de petits trucs typiquement landais que j’ai ramenée en me démettant une épaule tellement le sac était lourd…

Boulot: on reprend, en espérant ne pas bosser pour rien (au cas où notre prochaine expo serait annulée pour raison sanitaire aussi).

Culture: après les poilus de la guerre de 100 ans de Wizzboy, je me suis dit qu’il fallait lui expliquer un peu. C’est pas gagné. Non, l’Angleterre ne s’est pas détachée de l’Aquitaine parce que Jeanne d’arc a creusé une mer entre les deux, elle était plus versée dans l’organisation de sons et lumières (les voix, le bûcher, tout ça) que dans les travaux publics…on reprend calmement.

Avis perso: je ne veux pas me mêler de ce qui ne me regarde pas, ce n’est pas du tout mon style, mais j’ai comme un doute sur l’organisation de l’école le matin…ne pas faire rentrer tout le monde en même temps peut sembler une bonne idée sur le papier. Dans les faits, ça crée un rassemblement monstre, sans aucune distanciation, devant les grilles de l’école qui a oublié qu’on pouvait avoir plus d’un gamin, et qu’on devait donc attendre pour faire rentrer notre marmaille au compte gouttes, l’une à 7h55, l’autre à 8h15, une troisième à 8h10. Au lieu de déposer les enfants sans traîner, tous les parents se retrouvent entassés sur le trottoir pendant 20 minutes en envoyant de temps en temps un gamin dans l’école et en attendant que ce soit le tour des petits derniers…

Message perso: à mercredi!

Loulous: dernier jour de télétravail pour L’Ado qui finit son job d’été ce soir. Il aurait bien aimé enchaîner sur des vacances avant les cours, sauf qu’on n’a toujours aucune idée de quand commencent ces cours. Ahaha. Pareil pour GeekAdo, qui n’ira pourtant pas à la même université. Ils attendent, légèrement stressés, en surveillant leurs boites mails où les infos tombent sporadiquement. MangaGirl a dû prendre le bus toute seule, sans sa sœur pour la réveiller au bon arrêt. Elle a réussi à s’en sortir, c’est remarquable. Il faut dire qu’elle doit descendre au terminus, ça aide. PrincesseChipie revit! Enfin l’école, les profs, les devoirs…ça lui manquait. Wizzboy était très content de reprendre aussi. Il s’est déjà fait plein de nouveaux copains, la maîtresse est « trop gentille » et c’était même bon à la cantine, c’est dire si il est ravi.

Divers: tiens, encore des fournitures indispensables et urgentes qui bizarrement n’étaient pas comprises dans le pack « tout compris » du collège…c’est juste la troisième fois depuis mardi.

Amitié: il faut qu’on se recale une date pour Lille.

Love: il teletravaille comme un fou…mais on fait le school run ensemble, c’est agréable.

Penser à : acheter une doudoune peut-être…c’est quoi cette météo?!?

Courses: ça y est, les fruits d’été disparaissent des étals au marché. Ça sent vraiment l’automne.

Envie de: j’hésite entre prolonger les vacances d’été ou hiberner.

Sorties: ça va se calmer, beaucoup de châteaux et autres abbayes ferment aux visiteurs en septembre ici.

Pic: souvenir de la semaine dernière, pour faire plaisir à PrincesseChipie qui regrette déjà les « arbres roses »

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , | 7 commentaires

Les passagers du train, top 10

Je n’ai pas mis Thursday thunder dans le titre parce que ça faisait un peu long et je vais encore passer pour une affreuse grincheuse. Mais bon, en même temps, il y a de ça…il se trouve qu’on a pris le train pour aller dans les Landes et qu’on n’était loin d’être tout seul. Certains passagers m’ont très légèrement agacée (je sais, il m’en faut peu et je suis certainement très agaçante aussi). Je vous ai fait un petit florilège de nos compagnons de wagon.

Source

10- La pauvre maman stressée et surtout stressante. Elle voyage avec un bébé. Elle est terrorisée à l’idée qu’il dérange les autres voyageurs, du coup elle passe le trajet à lui faire bruyamment chuuuuuuut. Pendant 2 heures. Alors que le malheureux bébé veut juste dormir tranquillement. Elle est tellement stressée qu’elle finit par énerver son gamin qui stresse aussi et se met à hurler en mode vuvuzuela stridente alors qu’il était tout calme au départ. La pauvre femme ne sait plus quoi faire et son stress communicatif décuple, contaminant encore son bébé qui passe dans les aigus…alors, bon, je l’ai mise dans ce top 10, cette maman effondrée, parce que c’est vrai que ça peut être lassant, un bébé qui crie à pleins poumons pendant deux heures, mais en vrai, elle a droit à toute ma compassion et solidarité. Cette maman stressée, c’était moi il n’y a pas si longtemps, et je suis de tout cœur avec elle. Après, si quelqu’un a des boules quies à me prêter…

9- La rebelle qui met son masque dès que le contrôleur arrive et l’enlève aussitôt après son passage, avec un air triomphal, en narguant du regard les autres voyageurs qui restent masqués. Manque de chance pour elle, le contrôleur a envie de se dégourdir les jambes et il ne fait que passer et repasser. Et elle met, enlève, remet son masque. Jusqu’à ce que ce qui devait arriver, arrive: elle oublie son masque sur son nez, se trompe, et l’enlève quand le contrôleur revient, toujours en toisant les autres passagers. Dont le masque ne cache pas du tout la franche hilarité quand cette abrutie se fait rappeler à l’ordre par le contrôleur. Et toc.

8- l’hystérique du désinfectant, qui malheureusement n’est pas assis à côté de la rebelle au masque alternatif au-dessus. C’est dommage, ça aurait pu donner une confrontation amusante. Lui est armé de son bidon de gel hydro alcoolique format conteneur, qu’il s’est carrément fait greffer au bout des doigts, et il vaporise de partout. Pschiiit. Ça a commencé sur le quai, quand il a provoqué un attroupement derrière lui parce qu’il a déversé des litres de gel avant de consentir à mettre un pied dans le train. Et puis il a désinfecté au napalm le coin bagage avant d’y déposer sa valise. Puis il l’a reprise et repulverisée, au cas où, pendant que la file derrière lui s’impatientait. Il a essayé d’ouvrir la porte coulissante du wagon avec le coude, en aspergeant toujours autour de lui, y compris dans l’œil de la mère de famille qui a voulu lui ouvrir parce que ça va bien comme ça, mais on attend derrière. Aïe. Il a entamé une progression lente, très, très lente, en faisant pleuvoir des hectolitres de gel sur tous les sièges…pschiiiit. Il continue pendant tout le trajet, dès que quelqu’un passe à proximité, il ressort son gel. Ça empeste. Clairement, le monsieur à côté de lui regrette d’avoir juste un masque en tissu, il aurait plutôt dû prévoir un masque à gaz.

7-Le ronfleur. Vous allez me dire, au moins, il est calme. Certes, mais si il continue comme ça, le conducteur va finir par arrêter le train en croyant à un problème mécanique. Non parce que ça résonne bien dans tout le train là. C’est normal, ce bruit de tronçonneuse asthmatique?

6-Le convoyeur de fond. Ou un truc comme ça. Il doit forcément transporter un trésor inestimable dans sa valise, pour éprouver le besoin d’aller vérifier comme ça toutes les trente secondes si elle ne s’est pas envolée. On ne dénoncera jamais assez le problème de l’évaporation spontanée des bagages. Ou alors, il a quelque chose de radioactif dans son sac? Un liquide inflammable au moindre sursaut? Un alien mutant?

5-le standard téléphonique. C’est embêtant, c’est bien indiqué, il est demandé de pas téléphoner dans le wagon pour ne pas déranger les autres passagers. Ce jeune homme prend logiquement ça pour une injonction à appeler toutes ses connaissances, dont son pote Djaunh-Ferdinand pour lui raconter ses vacances. Forcément, vu qu’il connaît du monde, ça lui prend tout le trajet. Et finalement, il n’a pas fait grand chose, pendant ce mois d’août, vu qu’il raconte toujours les mêmes anecdotes, en boucle.

4- L’apprentie starlette et sa copine comateuse. C’est bien simple, Eglantine-Raymonde est une fille trop cool, tu vois quoi, à qui il arrive des trucs de ouf, quoi, tu vois, et si elle raconte des insanités débiles et à la décence très relative à faire passer les candidats de télé-réalité pour des docteurs en physique quantique sa vie captivante en hurlant pendant tout le voyage avec sa voix de crécelle pas du tout crispante à son faire-valoir bovin sa copine amorphe à côté, c’est pour lui rendre service, pas pour se faire remarquer à tout prix. Tu vois quoi, cool. Si elle l’avait fermé une demi seconde, j’en aurais profité pour lui présenter le 5, clairement, ils sont faits pour s’entendre.

3- Le papa bienveillant qui voyage bienveillamment avec son petit garçon dans la bienveillance suprême. Oui alors, c’est très bien de laisser avec bienveillance ce cher petit s’exprimer, mais non, il n’est pas adorable, c’est juste un sale gosse mal élevé, et ça ferait du bien à tout le monde si vous lui disiez de la fermer un peu, parce que ses commentaires désobligeants sur le physique des autres passagers ne sont pas bienveillants du tout, eux. Ils sont grossiers, voire même racistes. On se demande où un si jeune garçon a pu apprendre un tel vocabulaire et de telles idées…

2-L’amie des arts et des animaux réunis. Au départ, elle a l’air inoffensif, malgré son caniche permanenté sous le bras et sa gamine à noeud-noeud ou l’inverse. C’est juste que c’est curieux cette manie de parler de ses deux filles, ou de dire « ta petite sœur » en s’adressant à l’humaine du duo et en désignant celle à 4 pattes, mais bon…manque de chance, cette mère dévouée est donc aussi amie des arts, enfin surtout d’un art. Le chant lyrique. Voilà. Elle installe son chien sur ses genoux et entreprend je cite « de lui chanter une berceuse ». À pleins poumons. Ce qui réveille le bébé du 10 qui s’était endormi à force de hurler. Non mais, elle va la fermer, la Castafiore, ou je lui fait bouffer son caniche!

1- La famille Groseille au grand complet, avec les grands parents, les petits neveux, les cousins au troisième degrés, la total, qui a pris soin de prendre des places réparties partout dans le wagon en faisant bien attention à ne jamais être à côté les uns des autres pour bien faire profiter tout le monde de leurs conversations et échanges d’objet divers, dont un sandwich cornichon-sardine-mayo avarié qui goutte partout et une couche sale. Le pauvre monsieur du 8 n’en peut plus, il pulvérise partout, en mode derviche tourneur. J’ai cru à un moment qu’ils allaient allumer un barbecue au milieu de l’allée, après avoir planté la tente. Tout ça en s’interpellant dans tout le wagon à coup de jurons très fleuris bien sûr. Entre le gamin qui enlève ses chaussures et pose ses pieds sur les genoux de l’inconnu à côté qui fait un bond dégoûté, la mère qui fait déplacer trois rangées pour « aller en mettre une » à l’ado qui n’a même pas daigné lever les yeux de son téléphone pour attraper au vol la couche pleine qu’on lui lançait et qui s’est écrasée juste devant la Castafiore qui a failli en lâcher son caniche qui s’est mis à piaffer…rhaaaa!

Alors je sais ce que vous allez me dire, je suis asociale et j’ai peut-être un très léger sens de l’exagération. Et bien pas du tout! PrincesseChipie qui pourtant, est d’une très grande tolérance, qui aime passionnément les gens et qui est toujours de bonne humeur (tout l’inverse de sa mère en fait), n’en pouvait plus non plus, elle s’est retrouvé au bord des larmes, d’épuisement nerveux. Je hais les voyages.

Publié dans Les colères, Les tops 10 | Tagué , , , , | 9 commentaires

Les joies de la rentrée scolaire…ou pas.

Bon, j’ai fait la maligne hier, à ne pas parler de la rentrée, mais on ne va pas y couper aujourd’hui…parce que la rentrée, c’est plein de contrariétés, pour les parents! Alors quand on vient d’un autre pays, l’Angleterre, où on n’a jamais entendu parler de liste de fournitures (tout est donné par l’école, gratuitement…enfin, on se comprend, c’est payé par les impôts évidemment) et où personne ne nous demande de remplir 2532819 fois le même formulaire B12 en vert, c’est encore plus rébarbatif.

Déjà début juin, j’avais commandé les packs fournitures scolaires directement aux établissements de mes enfants, c’était bien expliqué, il y a tout, on est tranquille. Fin juin, on a quand même reçu une deuxième liste de fournitures indispensables à acheter pour la rentrée, sans qu’on sache pourquoi elles n’étaient pas comprises dans le pack. Un oubli malencontreux de l’administation probablement…Mais cette fois, c’est sûr, on peut être tranquille, il y a tout. Et donc, on récupère des gamins hier soir, dont certains ont cours le mercredi : « maman, il y a une liste de fournitures, c’est pour demain 8h. » Mais bien sûr. Qui n’a jamais rêvé de se retrouver dans un supermarché bondé, à 17h30, peuplé de parents hagards et d’enfants hystériques à la recherche d’un mystérieux cahier bleu ceruléum, grands carreaux petits, 83 pages et demie, relié avec des crins de licorne ailée alizarine (c’est une couleur) et format 3,88 inches par ➰➿ pouces? Alors soyons clairs, j’ai enseigné et je compatis avec les instits et les profs qui n’avaient pas envie de rentrer. Mais là, ils se fichent du monde, non? Sérieusement, en quoi la couleur de la pochette plastifiée à rabat vertical va influencer sur la scolarité de mes enfants? Une pochette verte et c’est le bac mention très bien assuré, une pochette bleue et c’est l’échec scolaire, la déchéance, et une haleine fétide, c’est ça? Vous allez me dire, c’est plus pratique pour les enseignants de dire : « prenez votre pochette bleue » pour être sûr que tous les élèves prennent la bonne…ben non, je ne vois pas en quoi c’est plus difficile que « prenez votre pochette de géométrie ». A priori, arrivés en seconde, les gamins savent reconnaître les mots autant que les couleurs ou alors c’est qu’ils n’ont rien à faire là, et dans ce cas, je doute que le format des cahiers y change quoi que ce soit.

Mais il n’y a pas que la liste des fournitures, dont la quête fait passer celle du seigneur des anneaux pour une petite promenade de santé, non, il y a aussi les formulaires administratifs. Ceux qu’on a déjà rempli 3449201 fois. Au cas où on aurait soudainement changé la date de naissance ou le deuxième prénom de notre gamin, comme ça, pendant l’été. C’est pas comme si je n’avais pas rempli ces mêmes formulaires à chaque rentrée et sortie (pour la réinscription) scolaire depuis qu’on est en France. Il n’est jamais venu à l’idée de personne que ça irait plus vite pour tout le monde si on avait la possibilité de juste cocher « inchangé » ? Parce qu’en Angleterre, on peut et ça n’a pas mis le système scolaire à terre. Alors que là, j’ai dû recopier 4 fois notre adresse sur le recto d’un seul formulaire: adresse de l’élève, adresse de correspondance, adresse du père, adresse de la mère. Je sais bien qu’il y a des familles recomposées, mais si ni l’élève, ni le père, ni la mère ne vit à l’adresse de correspondance, il n’y a pas comme un problème? L’instit compte correspondre avec qui exactement, la grande tante Ursule? Un voisin? Un type au hasard? Et déjà, pourquoi l’instit veut notre adresse? Il n’y a pas de protection des données personnelles en France? C’est normal que notre vie se balade n’importe où sur des feuilles volantes en 25 exemplaires? En Angleterre, on ne rigole pas avec la confidentialité. Un enseignant ne se permettrait jamais ce genre d’inquisition, ça ne lui viendrait même pas à l’idée. Je n’ai jamais su autre chose de mes élèves que leur nom, leur date de naissance et les informations médicales si nécessaires, qui m’étaient partagées par l’administration scolaire, pas par les parents. Ça ne m’a jamais empêché d’expliquer à mes élèves comment dire « hello » en français de ne pas connaître le lieu de travail de leurs parents. Au contraire, je trouve même que ça aide à ne pas faire de différence entre les élèves, à ne pas les classer mentalement dans une catégorie sociale.

Mais bon clairement, la plus grande contrariété de la rentrée, c’est le son strident et franchement narquois du réveil à des heures inconnues depuis des mois. Beuh…

Publié dans vie de famille | Tagué , , , , , , | 14 commentaires

Mardi tourisme: Saint Justin

Vu que c’est la rentrée et que toute la blogosphère va en parler, j’ai décidé de ne pas le faire! Ce n’est pas par esprit de contrariété (enfin, un peu quand même…), mais parce que je trouve qu’on a bien besoin de prolonger un peu les vacances et puis c’est logique aussi: je reprends mon organisation (on se comprend…) de l’année dernière, quand j’ai commencé à faire des billets touristiques le mardi. Tout ça pour dire que je vous amène dans les Landes, visiter le très charmant village de Saint Justin, en Chalosse (là où il y a moins de pins mais plus de vignes, bref, dans la partie des Landes où on produit de l’armagnac).

Saint Justin n’est pas que dans le pays de l’armagnac (j’en ai ramené pour les deux grands, qui m’avaient fait une liste, avec du floc aussi. C’est un apéritif local à base de vin et d’armagnac, mais très léger ou presque…je sens que je m’éparpille), je disais Saint Justin n’est pas que dans le pays de l’armagnac et du foie gras réunis, il est dans celui, beaucoup plus vaste, des bastides. Pour les gens qui ne connaissent pas le Sud-Ouest (ben déjà, allez-y, qu’est-ce que vous attendez? ), les bastides sont des villages construits par les anglais ou les français avant et pendant la guerre de 100 ans. Elles ont toutes une place centrale généralement carrée (il existe des exceptions, des bastides rondes) avec des colonnades, et juste quatre rues à chaque angle qui permettaient de bloquer les assaillants plus facilement. Les bastides sont toutes construites sur ce modèle, avec des remparts et un quadrillage géométrique des rues pour faciliter la défense en cas d’attaque. Saint Justin a été fondé en 1280 par la vicomtesse de Marsan et a été assiégé plusieurs fois par les anglais pendant la guerre de 100 ans, qui comme son nom ne l’indique pas, a duré 116 ans, c’est dire si on a eu le temps de se taper dessus.

Wizzboy, qui a étudié la première guerre mondiale à l’école (je rappelle qu’on vit dans le Pas de Calais, impossible d’y échapper, même en maternelle) a bien écouté les explications de son papi: il y avait les bastides des poilus de la France d’un côté et les bastides des poilus de l’Angleterre de l’autre et à la fin, c’est les poilus de la France qui ont gagné mais pas ceux dans les Landes, dans une autre bastide vers Bordeaux, par là. Voilà, c’est très clair. Je suis sûre qu’aucun historien n’a exploré le concept des poilus de la guerre de 100 ans, on se demande pourquoi…

Saint Justin est vraiment adorable, calme, bucolique et donc chargé d’histoire. Sans oublier que c’est là qu’a débuté la toute nouvelle passion de PrincesseChipie pour « les arbres roses ». Ça compte au moins autant que l’enthousiasme de Wizzboy pour les poilus de la guerre de 100 ans!

Publié dans Tourisme | Tagué , , , , | 7 commentaires