Thursday Thunder: l’embarras des colères


Il m’arrive parfois de ne pas avoir d’idée de colère…Si, si, malgré mon caractère légèrement pétulant, certains jeudis, comme ça, posée devant mon clavier, je ne sais pas de suite contre quoi m’énerver. Et bien en ce moment, j’ai plutôt le problème inverse, il y a tellement de sujets qui m’horripilent, m’exaspèrent ou me crispent, que je ne sais même plus lequel choisir. C’est épuisant.

Source

Souvent, je m’énerve en regardant ce qui se passe en Brexitland..oui mais quoi dire: parler de la corruption endémique qui gangrène une majorité parlementaire et un gouvernement qui jonglent avec des millions de pots de vin et contrats douteux en toute illégalité pendant que grâce au brexit, l’inflation galopante asphyxie la population qui pourtant ne moufte pas? Ou parler des patients qui meurent sur les parkings des hôpitaux dans des ambulances, parce que Johnson veut privatiser les services de santé pour se remplir personnellement les poches encore une fois, ou de sa gestion irresponsable de l’épidémie, ou de son minutieux travail de sape législatif qui érode un peu plus chaque jour la loi britannique, comme si il avançait pas à pas vers la dictature, ah ben ça alors, quelle surprise…

Je pourrais aussi parler de la façon dont la Grande Bretagne et sa sinistre ministre de l’intérieur veut noyer les migrants dans la Manche plutôt que de les accueillir, et de toute façon, c’est la faute des français. D’ailleurs, puisqu’on parle des français, je pourrais aussi m’énerver après cet immonde personnage dont je refuse de citer le nom, qui préfère voir d’autres migrants crever de froid sur des barbelés polonais et de la cohorte de pseudo journalistes larvaires qui lui tendent béatement leurs micros sans plus aucune intégrité journalistique ni décence. Je pourrais me lamenter sur la logorrhée verbale nazie (non parce que, les euphémismes, ça va bien un moment, il faut appeler les choses par leur nom) qui tient lieu de débat public en France et qui se déverse continuellement des réseaux sociaux, aux plateaux de télé et dans la rue. Je pourrais parler de la cours suprême américaine qui se penche dangereusement sur le droit à l’avortement, des délires mortifères antivax des deux côtés de l’Atlantique, des anti tout professionnels, des complotistes, des antisemitistes, des Qanons, des incels et de certaines féministes, des intégristes de tous bords, des racistes et de certains anti racistes, des supremacistes…rhaaa!

Alors aujourd’hui, je vais plutôt rester sous mon plaid, avec mon chat sur les genoux. Si je bouge, ça sera pour prendre un café, avec un carré de chocolat, avec Marichéri. Voilà. Parce que si je commence, ce n’est pas de la colère qui va ressortir, mais des nausées incontrôlables, un dégoût profond de l’humanité, et une peur immense. Je vais commander de nouvelles décos de noël tiens…

Cet article, publié dans Les colères, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Thursday Thunder: l’embarras des colères

  1. Mafald@ dit :

    Bonjour,

    je n’ai jamais laissé de commentaire, même si j’apprécie beaucoup votre blog, mais je tenais à dire que pour les mêmes raisons que vous, je ne regarde plus aucun journal télévisé (ni radio d’ailleurs). Je ne suis plus au courant de rien car tout m’énerve et me « dégoûte ». Et que je ne veux pas altérer ma santé mentale pour une bande de politicards de toute nationalité.
    Je ne vais tout de même pas me retirer dans un cloître ou un temple bouddhiste !

    J'aime

  2. carrie4myself dit :

    100% d’accord avec toi 😦

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s