souvenirs des health visitors


Il y a exactement 5 ans, jour pour jour, je subissais mon dernier rendez vous obligatoire avec une health visitor, ces imposées du système de santé de la petite enfance en Uk et en Irlande (où j’ai eu droit à une health visitor qui était bonne sœur pour L’Ado, c’est dire si elle savait de quoi elle parlait)… Je ne sais pas, il doit y avoir un équivalent en France, c’est une sorte de puéricultrice avec des compétences médicales qu’on peut qualifier de minimes mais juste pour être poli. Pour mes plus grands, ses visites étaient fixées à juste avan5 la naissance, puis 10 mois, 18 mois et 3 ans. Mais comme le NHS n’arrive pas à suivre son propre calendrier, ils ont élargi, le premier Check up est maintenant officiellement entre 9 et 12 mois. Officieusement, entre 9 et 14 mois, et il n’y en a plus que 2, sans compter la visite prénatale. J’ai failli flanquer dehors à coup de balai celle pour Wizzboy, quand elle était venue me voir avant sa naissance pour remplir son dossier et me donner des conseils (alors qu’elle n’avait jamais eu d’enfant elle-même, mais elle avait lu des livres). Elle cochait ses petites cases, sans lever le nez.

Source

La brave dame avait attaqué directement, à quelque jour de la naissance de Wizzboy:

-Et bien sûr, c’est un accouchement naturel. 

-Non. 

-Ah, et bien sur, vous allaiterez.

-Non. 

Elle m’avait pratiquement traitée de criminelle. Si je n’avais pas eu la souplesse d’une baleine échouée avec mon gros ventre, je l’aurais mordue!

Ensuite, pour le premier Check up de Wizzboy, à 10 moi, j’avais eu la joie de me traîner au Health centre flambant neuf du quartier. C’était pratique, pour un bâtiment sensé accueillir les mamans dans une ambiance conviviale et rassurante, il était bien caché, au bout d’une impasse, derrière le pavillon des scouts, sans aucun signalétique pour prévenir de son existence. D’ailleurs, pour faciliter la vie des usagers, qui débarquent généralement avec poussette, sac à langer, biberon de rechange, doudous en tout genre, il n’y a pas de parking public. Il faut se garer directement sur la pelouse du parc de jeux attenant. Ça commence fort. J’étais déjà d’humeur réjouie, vu que ni le jour, ni l’heure imposés du rendez vous ne m’arrangeaient, je suis arrivée à l’entrée un peu sur les nerfs, après avoir galèré dans la boue sur 50 mètres, avec Wizzboy dans les bras. L’accueil a été charmant, il était 11 heures, c’était le premier rendez-vous et donc le début de la journée pour la heath visitor, le temps de prendre un petit thé pour se mettre en train, et elle était à nous.

Il devait y avoir quelque part, dans une base de données du NHS, une rubrique à mon nom, en rouge, indiquant: « celle-là, vous pouvez lui refiler tous les étudiants…si, si, allez y ne vous gêner pas, elle adore. Si vous n’avez pas d’étudiant sous la main, on vous en prêtera, pas de problème! ». J’avais déjà eu droit aux étudiantes Health visitors avec MangaGirl et PrincesseChipie, j’ai eu 2 étudiants obstétriciens et 5 étudiantes sages femmes à la maternité. Bref, pour son premier rend-vous, Wizzboy a été vu par l’étudiante, sous l’œil critique de la Health visitor, plus occupée à la reprendre qu’à évaluer le développement de mon enfant. Heureusement , tout va bien. On passe ensuite à la séance des questions à la maman, et vu que la dame s’adressait à moi en disant mummy, j’ai été prise d’un doute. D’abord, j’avais bien 15 ans de moins qu’elle, c’est vexant, alors soit elle ne savait pas lire, parce que ce n’est pas du tout comme ça que mon mon ne s’écrit pas du tout comme mummy, soit elle était en pleine hallucination et croyait que j’étais vraiment sa mère. Dans un cas comme dans l’autre, ce n’est pas rassurant. Vous l’aurez compris, je déteste cette manie très britannique qu’ont les personnels de santé d’appeler toutes les mamans et futures mamans « mummy », comme si on n’existait plus à part entière, mais juste à travers nos enfants. Je ne suis pas un utérus sur pattes.

Cela dit, j’avais aussi beaucoup vexé cette brave dame, involontairement: je n’avais fait aucun effort pour avoir l’ombre du commencement du début d’une petite dépression, mais en plus, je n’avais trouvé aucune question à lui poser. Elle m’avait reproché de la rendre inutile….euh…En plus, elle était contrariée parce que Wizzboy ne rentrait pas dans les cases de son formulaire. Il est trop grand. Je fais quoi, je lui mets une enclume sur la tête, pour ralentir sa croissance? Et quand elle a voulu le tester pour s’assurer qu’il tenait bien debout tout seul il est parti en courant à l’autre bout de la pièce. Ça n’est pas bon du tout, il n’est pas sensé marcher à son âge…Bref, on à toujours été pote, la health visitor et moi. J’attendais donc cette dernière visite, à domicile cette fois, dans la joie et la bonne humeur.


Je le répète, mais la principale compétence d’une health visitor, c’est de remplir des cases sur un questionnaire. C’est tout. Elle m’a donc posé plein de questions aussi pertinentes que captivantes en gribouillant son papier, pour calculer au final l’indice de développement de Wizzboy (24 mois à l’époque), rien que ça. Il faut savoir aussi que baby est un nom féminin en anglais. Toutes les questions commencent par « she ». Ça surprend toujours. Pour L’Ado, je me sentais obligée de répéter en continu « c’est un garçon! »

-Alors donc: Votre enfant peut-il faire des phrases de plus de trois mots? Donnez des exemples. Ahaha, c’est sûr, en français, ça va le faire! 

-Est-ce que votre enfant peut courir sans foncer dans des obstacles? Oui, mais il préfère rentrer dans tous les obstacles qu’il trouve, c’est beaucoup plus drôle. 

-Est-ce qu’il peut sauter de 3 inches?..euh…il faut que je mesure. Et que je fasse la conversion, attendez je vais voir sur Google, je ne me souviens jamais. Sinon, c’est en quelle année déjà que vous êtes passé au système métrique? En 1965, non? 

-Est-ce que votre enfant tourne sa main pour ouvrir une porte ou un pot de confiture? Parce qu’il y a vraiment des irresponsables qui donnent un pot de confiture à ouvrir à enfant de deux ans? Et vous encouragez ce genre de comportement? 

-Est-ce que votre enfant prétend que les objets sont autre chose? Absolument. Il téléphone avec la télécommande, fait du cheval sur la chatte, du ski sur son camion à pousser, son canard rouge fait l’avion, il utilise les Barbies de ses sœurs comme marteau, mon iPad comme bavoir…il est très créatif. 

-Si votre enfant ne peut pas attraper quelque chose en hauteur, est-ce qu’il utilise une chaise ou une boîte pour se surélever? …sérieusement? Vous trouvez qu’il n’y a pas assez de monde aux urgences, vous encouragez les gamins à faire des acrobaties pour se casser la figure, c’est ça?

-En jouant avec une poupée ou une peluche, est-ce que votre enfant fait semblant de les bercer, les nourrir, les mettre au lit?…oui, et aussi de les éventer, les trépaner, les opérer de l’appendicite à main nue…

-Est ce que votre enfant utilise  » I « ou « me  » (je ou moi), plutôt que son prénom? Oui, il le double même, ça fait « me, me »(ça se prononce mi mi)…du coup, on l’a surnommé Mimile et ça nous fait bien rire. Ne cherchez pas, c’est de l’humour francophone. 

J’ai dû aussi écouter sagement la health visitor m’expliquer comment élever un enfant bilingue. Je m’étais juste permise de lui dire que c’est mon cinquième, les autres sont bilingues aussi, et que c’était un petit peu mon métier. Mais gentiment, pour ne pas la vexer. Sinon, scoop Wizzboy était grand pour son âge, voilà. Mais comme elle n’ avait rien trouvé d’autre à dire, et que je n’avais pas de questions (pourtant elle a insisté), c’était fini, plus de health visitor!…après des années et des années, j’ai pu enfin dire au revoir aux health visitors . Je suis formelle, je ne les regrette pas.

Cet article, publié dans conseils pratiques, vie de famille, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour souvenirs des health visitors

  1. En France il y a la PMI. J’ai réussi à y échapper pour les garçons car il y avait pénurie de personnel et c’est donc leur médecin qui faisait les certificats dont ils avaient besoin…. Mais pour l’entrée en crèche de Melle 3e, je n’ai pas eu le choix…. et euh, voilà quoi.
    « Il faudra la faire vacciner contre la varicelle, c’est hautement recommandé » / « ce ne sera pas la peine, elle l’a eue » / « ce n’est pas possible, elle est trop jeune » / OK on va expliquer ça à tous les boutons qu’elle a eus parce que visiblement, la varicelle, elle devait pas savoir qu’elle avait pas le droit !
    « elle mange trop » / « elle mange ce dont elle a besoin » / « oui mais c’est trop par rapport aux normes de son âge » / « ah d’accord » (mais je continuerai quand même à lui donner ce dont elle a besoin !)

    J'aime

    • pomdepin dit :

      C’est le problème des cases… comme si chaque enfant était bien formaté, tout le monde au même stade en même temps. J’ai eu une health visitor géniale en Irlande avant la naissance de MangaGirl. Elle était la première à se moquer du système. Et le seule mère de famille de tout le cabinet aussi.

      Aimé par 1 personne

      • L’éducatrice de la crèche n’avait pas d’enfant mais elle ne cherchait pas à les faire entrer dans des cases « tant qu’ils sont épanouis, tout va bien » ! J’appréciais beaucoup cette fille…

        J'aime

  2. Suzanne dit :

    Je te trouve un peu de mauvaise volonté. Mince quoi tu n’as laissé aucun de tes enfants grimper sur un escabeau pour aller attraper un pot de confiture à ouvrir (avec un couteau d’ailleurs, c’est mieux) ?
    Ici on a la PMI mais j’en garde globalement de bons souvenirs (c’est à dire aucun, c’est bon signe).

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s