Apprendre moyennement l’histoire anglaise en s’amusant, épisode 20


J’ai décidé, dans l’espoir de détendre l’atmosphère à ma petite échelle en cette période bizarre, de massacrer l’histoire de l’Angleterre, sans aucune compétence ni prétention autre que celle de faire rire un peu. Résumé de l’épisode précédent: alors que son père a décapité tout ce qui bougeait autour de lui par dépit, croyant sottement qu’il lui fallait un fils pour lui succéder, Lizzie Première a brillamment pris la suite de la boucherie familiale. Mais elle n’a pas eu d’enfant, on passe la couronne à qui maintenant?

Source

Lizzie Un, qui pourtant n’aimait pas du tout les catholiques laisse la place à James Ier en 1603, vous savez, le fils de Mary, Queen of scotts et de Henry Stuart-tout-court, c’est-à-dire le petit cousin d’Elizabeth. C’est sympa de la part de Lizzie, certes, elle a décapité sa mère, mais elle le nomme héritier c’est une compensation. Après être monté sur le trône d’Écosse à treize mois sous le nom de James VI, il devient aussi roi d’Angleterre avec un nouveau numéro (James Ier…). Ces petites histoires de successions royales permettent au passage à l’Angleterre d’annexer gentiment l’Ecosse, l’air de rien, après des siècles de disputes sanglantes. On baptise glorieusement la chose Union of the Crowns, mais soyons clairs, les Écossais se sont fait avoir. Enfin bon, passons. Le règne de James commence en 1603 et franchement, ça part mal. Personne ne l’apprécie en Angleterre, sauf les catholiques qui pensent bêtement qu’ils vont être enfin tranquilles. Comme le nouveau roi est à moitié catho, ça devrait le faire. Mais pas du tout, le petit James fait du zèle. Du coup, les catholiques en ont marre de se faire taper dessus, on peut les comprendre et décident de se débarrasser du méchant James. 13 comploteurs, sous le commandement d’un certain Robert Catesby ont l’idée brillante de vouloir faire exploser le parlement avec le roi dedans évidement. C’est sûr, c’est discret et facile à mettre en œuvre, on sent les comploteurs pratiques et qui aiment se simplifier la vie (ils vont même se la simplifier tellement qu’elle va s’arrêter rapidement et dans les flammes, c’est plus festif). Ils entassent 36 barils de poudre dans la cave de Westminster, comme si de rien n’était …mais bon, pris de remord un des comploteurs prévient un copain, Lord Monteagle de ne pas se balader au parlement le 5 novembre 1605, parce que ça va chauffer. Lord Monteagle, le fayot, avertit James, et le 5 novembre au matin, des officiers royaux débarquent à Westminster, et trouvent Guy Fawkes qui attendait sagement, comme un imbécile au milieu de ses barils. Il est arrêté et envoyé au bûcher. C’est la joie populaire, James remonte en flèche dans les sondages et depuis, on fête ça tous les ans en cramant des effigies de Guy et en tirant des feux d’artifice. Voilà pour la version officielle, mais de plus en plus d’historiens, notamment catholiques mais pas que, ont des doutes certains sur la véracité de la chose.
Déjà, les 13 conspirateurs étaient connus des services de police et pas en bien. On ne peut pas dire que James était particulièrement populaire, au contraire, ni auprès des catholiques ni des protestants ni qui que ce soit (peut-être son chien, et encore…). Il y avait donc pas de mal de gens qui râlaient plus ou moins ouvertement et étaient surveillés. On n’avait peut-être pas les mêmes moyens technologiques à l’époque, pas possible d’écouter leur téléphone ou de les suivre par satellite, mais il y a peu de chance que des types surveillés aient pu pénétrer comme ça, innocemment, dans Westminster (un tout petit peu gardé aussi en temps normal) avec 36 barils de poudre sous le bras, coucou, on est plombier, c’est pour la fuite dans les toilettes du premier (Premier, James Premier). Ensuite, on est certain aujourd’hui que la fameuse lettre à Lord Monteagle est un faux et qu’elle a été écrite par des officiers royaux. C’est embêtant. La lettre est anonyme, aucun des conspirateurs qui ont pourtant été torturés gentiment, n’en avait connaissance et elle est aussi particulièrement vague. Attention, il va y avoir une explosion à Westminster. Mais les officiers royaux sont de petits malins, ils savent lire entre les lignes et à partir de rien, ils déduisent tous les détails du complot, les revendications, les noms des participants et tout. C’est très fort. Mieux que dans une série télé. Bref Guy Fawkes et ses copains se sont fait avoir. Ensuite, c’est plus flou. Certains pensent qu’il y a bien eu un complot de catholiques, mais qui étaient surveillés depuis le début : On les a laissé faire (mais bien sûr que vous êtes les plombiers, on peut vous aider à porter vos barils votre matériel ?) et arrêter au moment où ça aurait le plus d’impact pour faire monter la popularité du roi. D’autres pensent au contraire que tout a été manigancé dès le début par James et ses potes, et qu’ils ont même fourni les fameux barils. Franchement, Guy Fawkes n’était pas très futé.

En tout cas James survit au gunpower plot et même renforce son pouvoir. Il meurt en 1625 et pour une fois dans cette famille, la succession est facile. C’est son fils Charles qui prend la suite, tout simplement. On se dit que ça y est, après les premiers tâtonnements la dynastie des Stuart s’installe correctement et qu’on va pouvoir souffler un peu…raté.

Cet article, publié dans Les leçons d'histoire(s), est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Apprendre moyennement l’histoire anglaise en s’amusant, épisode 20

  1. nannie06 dit :

    J’adore « Premier, James Premier » !!! 😂

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai éclaté de rire sur « Premier, James Premier » !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s