La phrase de la semaine #40


L’école a repris, mes activités historico-municipales aussi, bref je ne suis plus à la maison en continu pour recevoir des colis. Mais il m’arrive de croiser le facteur de retour de sa tournée, et justement, jeudi matin, il avait quelque chose pour nous. Il m’a reconnue (on est dans un village), et m’a arrêtée en me tendant un paquet. Il venait de passer chez nous, mais il n’avait pas pu déposer son colis parce que je n’y étais pas et qu’il fallait signer. D’ailleurs, ce petit futé de facteur a bien remarqué mon absence puisque:

Il n’y a pas à dire, notre facteur, en plus d’être très gentil, est d’une logique implacable! Il part bientôt à la retraite, il va nous manquer…

Cet article, publié dans brèves, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour La phrase de la semaine #40

  1. Dans le même style que « monter en haut » comme si on pouvait monter en bas 😉

    J'aime

  2. carrie4myself dit :

    Tres important un tel facteur qui te connaisse si bien; ca t’évite de repasser par la poste le lendemain!
    Tous ne t’auraient pas donne ton colis!

    J'aime

  3. Cecile Puertas dit :

    Il est chou ce facteur !
    Espérons que son successeur sera aussi futé et aussi sympathique !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s